Les meilleures musiques de jeux vidéo de 2022

Publicité

Les meilleures musiques de jeux vidéo de 2022

JVFR
© JVFR

Ça y est, c'est déjà fini ? Alors que la Saint-Sylvestre approche tranquillement, l'heure est venue de dresser le bilan de cette riche année pour le jeu vidéo et, plus encore, pour la musique de jeu vidéo. Un exercice auquel nous adorons nous plier, d'autant plus que cette chronique musicale a démarré en plein cœur de l'été. L'occasion de vous proposer des pépites piochées dans des jeux sortis en début d'année, et qui nous ont particulièrement marqués.

Des envolées lyriques, des OST de légende, des beats tout doux pour se détendre au coin du feu dans un pull de Noël moche : il y a de tout, et c'est exactement pour cela qu'on adore la musique de jeu vidéo. Pour sa variété, et pour sa capacité à ressortir délicatement de nos petits tiroirs mentaux des moments de jeu qui, même lorsqu'on a posé la manette, continuent de nous accompagner.

Publicité

Humankind - Arnaud Roy

Qui dit sélection limitée en nombre dit forcément choix cornéliens à opérer. Mais pour cette première entrée, pas besoin de réfléchir : Humankind est sans aucun doute ma bande-son de l’année, et figure donc ici sans avoir à cogiter. En revanche, quel morceau retenir ? Le voilà, le vrai problème. Eh bien je vais tricher sans la moindre honte, puisque G4F Records a eu la bonne idée de regrouper de nombreuses pistes en une seule vidéo. Mais si vous n’avez le temps pour en écouter qu’une, De Vita Comtemplativa est probablement ma favorite.

Déjà extrêmement solide avec son travail sur les jeux Endless d’Amplitude, le compositeur Arnaud Roy propose avec Humankind une BO d’une richesse et d’une variété incroyables. Cela concerne aussi bien les pistes orchestrales mises en avant ici, que les (très) nombreux morceaux traditionnels également présents en jeu. - AR

Publicité

Monster Hunter Rise - Satoshi Hori

Phénomène de société au Japon, la saga Monster Hunter est revenue très en forme cette année. Attendu sur PC en janvier, Monster Hunter Rise cumule déjà plus de 7,5 millions de copies écoulées sur Nintendo Switch. Et si les brutes s'y jettent à corps perdu pour déglinguer de pauvres bestioles qui n'ont rien demandé à personne, les esthètes (nous) y allons surtout pour sa musique.

Et il en faut, de la maîtrise, pour complémenter le souffle épique d'un affrontement de plusieurs minutes contre un monstre mesurant des dizaines de fois la taille de notre chasseur. Heureusement, Satoshi Hori connaît bien son affaire. Massive, l'OST de Monster Hunter Rise compte plus d'une centaine de titres pour 4h de musique. Oscillant entre grandiloquence décomplexée et compositions s'inspirant de la musique japonaise traditionnelle, la bande originale du jeu continuera de vous traquer même après avoir éteint la console. - PC

The Last Spell - Remi Gallego/The Algorithm

Quelle. Tarte. Dans. Le. Visage. Toujours en accès anticipé, je n’ai pas encore joué à The Last Spell. Mais j’ai déjà écouté plusieurs dizaines de fois son incroyable OST par Remi Gallego. The Algorithm, de son nom de scène, propose ici un mélange d’électro et de metal qui fera assurément mouche chez les amateurs de gros son.

Les riffs de guitare y sont lourds et méchants, les nappes de synthé ne peuvent laisser indifférent, et l’ensemble multiplie les pistes mémorables même sans avoir le jeu sous le nez. Les précédents albums du Français ne laissaient déjà que peu de doute concernant son talent, mais avec cette BO ce doute n'est plus. - AR

Returnal - Bobby Krlic

Returnal est mon jeu de l'année. C'est dit, répété et mûrement réfléchi. Aucun autre titre (à l'exception, peut-être, d'Inscryption), ne m'a à ce point choppé par le colbac pour me soulever sans que je ne voie rien arriver. 

Et il m'en faut peu pour avoir envie de retourner sur Atropos — la planète alien sur laquelle est prisonnière Selene, l'héroïne du jeu. Il suffit d'une seule note de la magistrale OST de Bobby Krlic (qui a signé la BO du film Midsommar, excusez du peu). Aussi inhospitalière et hostile que la planète dont on doit s'échapper, la bande originale de Returnal est unique. Elle n'est peut-être pas la plus agréable à écouter « hors-jeu », mais je mets ma main au feu qu'elle mettra des frissons à quiconque a terminé l'aventure. - PC

Kena : Bridge of Spirits - Jason Gallaty/Theophany

Sélectionnée par mon compère dans un précédent numéro de notre chronique, la bande-son de Kena : Bridge of Spirits m’a depuis infecté également. Il faut dire que j’ai enfin pris le temps d’y jouer et que, en effet, le travail opéré par Jason Gallaty (aka Theophany), accompagné ici de l’orchestre Gamelan Çudamani, est enchanteur.

Bien qu’assez courte, l’OST du jeu signé Ember Lab épaule à la perfection les aventures de notre héroïne, tant dans l’action que l’exploration de ce monde qui flatte la rétine - et les oreilles. Les sonorités, qu’il s’agisse de percussions ou d’autres types, proviennent bien souvent d’instruments qui changent de ce que l’on entend habituellement, et le résultat est véritablement enchanteur. Comment ça, je l’ai déjà dit ? - AR

Chicory : A Colorful Tale - Lena Raine

Quelle année pour Lena Raine ! Très prisée depuis qu'elle a signé la bande originale de Celeste, elle a dégainé coup sur coup les excellentes BO de Chicory et Moonglow Bay. J'ai néanmoins choisi de ne retenir que ce premier, et ce pour plusieurs raisons. D'abord, Chicory est un bien meilleur jeu. Son message, sa réalisation, son gameplay : tout y est magnifique. Et bien entendu, sa musique joue en grande partie sur le souvenir que laissera le jeu de Greg Lobanov dans nos esprits.

En l'occurrence, Lena Raine semble être sortie de sa zone de confort avec Chicory. Beaucoup plus orchestrale que ses précédentes réalisations, l’OST reste fidèle à ses marottes (notamment sur les rares « bangers » qui trouvent leur place dans la tracklist) tout en s'inspirant du travail de Koji Kondo (la musique de Super Mario, rien que ça). Tout ça pour dire que vous devriez jouer à Chicory... ce qui tombe plutôt bien car il vient juste de sortir sur Switch. Que la nature est bien faite ! - PC

Persona 5 Strikers - Atsushi Kitajoh

Alors oui, Persona 5 Strikers est sorti sous le nom de Persona 5 Scramble au Japon en… 2020. Mais puisqu’il aura fallu attendre février 2021 pour une arrivée chez nous, elle a sa place dans cette sélection. Toujours composée (notamment) par Atsushi Kitajoh et toujours chantée par Lyn, la bande-son de ce spin-off de Persona 5 en reprend certains morceaux en version plus rock et épique, mais propose également bon nombre de pistes originales.

Toujours un savant mélange de jazz royal et de rock endiablé, la bande-son accompagne à la perfection les combats en temps réel de cet opus et les phases plus posées. Rien que pour sa musique, Persona 5 et ses dérivés sont sans aucun doute l’une de mes meilleures découvertes de ces dernières années. - AR

Backbone - Danshiin & Arooj Aftab

Restons dans le jazz, mais ralentissons généreusement le tempo, allumons les cigares, et n'oublions pas les glaçons dans le verre de scotch. Sorti au tout début de l'été après de longues années de développement, l'intrigant Backbone reste parmi mes jeux-chouchou de l'année. 

Son ambiance crasseuse, ses personnages anthropomorphiques et son pixel art qui tient du divin : tout, ou presque du premier jeu fabriqué par EggNut m'a subjugué. D'aucuns ont été déçus par la direction radicale qu'emprunte le titre dans sa seconde partie, mais j'y ai trouvé mon compte. Et pour cause : la bande originale du jeu souligne à merveille cette rupture de ton.

Sans trop en dévoiler sur l'intrigue, retenez simplement que l'habit ne fait pas le moine. Ou le détective, en l'occurrence. - PC

The Ascent - Pawel Blaszczak

Un peu de pan pan boom boom ? Allez. Place à l’OST de The Ascent qui, si elle ne manque pas de pistes calmes et atmosphériques fort réussies, recèle également des morceaux conçus pour exploser ses ennemis à la chaîne sans trop réfléchir.

Le titre n’est pas parfait (mais plutôt fun en coopératif avec les potes), mais le compositeur Pawel Blaszczak vient sublimer la solide ambiance visuelle du jeu avec sa musique très « cyberpunk ». Après ça et son travail sur The Witcher et Dying Light notamment, l’homme n’a définitivement plus rien à prouver. - AR

Guilty Gear Strive - Daisuke Ishiwatari

Sans conteste le jeu de castagne le plus séduisant de l'année, Guilty Gear Strive donne surtout du grain à moudre aux amateurs de headbanging. Toujours aux manettes du jeu et de sa BO, Daisuke Ishiwatari signe une vingtaine de titres très énervés accompagnant à merveille les combats qui seront les vôtres dans le jeu d'Arc System Works.

Sur ce titre, que j'ai préféré au désormais bien connu Smell of the Game pour son côté plus rafraîchissant, on peut notamment entendre la chanteuse pop AISHA, qui fait pour ainsi dire un sacré grand écart stylistique. Et pour les metalheads en manque, je ne saurais que vous conseiller de jeter également une oreille à l'OST de Necromunda: Hired Gun, signée par le Français Olivier Zuccaro. - PC

Dead Cells: Fatal Falls - Yoann « Valmont » Laulan

Peu de jeux peuvent se targuer d’avoir profité d’un suivi aussi exemplaire que Dead Cells. Sorti en 2017, le formidable jeu de Motion Twin a depuis profité de très nombreuses mises à jour et DLC pour l’enrichir et l’améliorer. Et qui dit DLC, dit nouvelles musiques par Yoann Laulan.

Le travail du compositeur sur Dead Cells est extrêmement solide depuis le début, et celui sur l’extension Fatal Falls, sortie cette année, ne fait pas exception. Qu’il s’agisse des pistes en version normale ou demake, des pistes portées sur une ambiance posée ou sur des rythmes plus endiablés, c’est un véritable bonheur à écouter en jeu ou en dehors. - AR

Halo Infinite (Multijoueur) - Alex Bhore, Eternal Time & Space

Halo est une licence légendaire pour plus d'une raison. Elle a démocratisé le FPS sur console, et figure sans nul doute parmi les jeux à la direction artistique la plus reconnaissable. Tout le monde connaît le thème principal de Halo. Tout le monde a des frissons en sentant monter ces chœurs grégoriens que l'on aimerait écouter en boucle pendant des heures.

Composée par Gareth Coker, la bande originale de Halo Infinite fait plutôt un bon travail pour poursuivre cet héritage. Mais, à mon sens, son rejeton multijoueur sort du lot de façon bien plus spectaculaire encore. Confiée à Alex Bhore et au groupe Eternal Time & Space, elle explore un style musical auquel le jeu vidéo est étrangement perméable : le post-rock.

Ces nappes de guitares éthérées nous charrient de partie en partie, et s'intègrent à merveille dans le moule musical de Halo. Une très chouette surprise, qui souligne d'une autre façon la très grande qualité de ce free-to-play sorti par surprise en novembre dernier. - PC

Age of Empires IV - Multi-artistes

Pour Age of Empires IV, Microsoft a assurément fait les choses bien. Non seulement le jeu est solide en lui-même, mais en plus sa partie « cours d’Histoire » est fort bien réalisée. Et, comme vous vous en doutez, sa musique n’a également pas été laissée au hasard.

Composée par 5 personnes, à savoir Tilman Sillescu, Alexander Röder, Henning Nugel, Armin Haas et Mikołaj Stroiński, la BO du RTS est assez classique, mais vient accompagner et sublimer chacune des factions du jeu. Que vous aimiez les sonorités mongoles, chinoises, romaines, russes ou françaises, nul doute que vous devriez trouver chaussure à votre oreille (oui, ça ne veut rien dire). - AR

Outer Wilds : Echoes of the Eye - Andrew Prahlow

Je ne vais pas y aller par quatre chemins (et là je suis bien content que les commentaires ne soient pas encore ouverts) : je n'aime pas Outer Wilds. À plusieurs reprises, j'ai rallumé la mèche en attendant d'être emporté comme tant d'autres par le jeu de Mobius. Mais ce moment n'est jamais venu. Tant pis pour moi ! Car ça ne m'a jamais empêché d'apprécier à sa juste valeur la bande originale du gars Andrew Prahlow.

Sorti cette année, le DLC intitulé Echoes of the Eye s'accompagne d'une nouvelle livrée de 23 titres tous plus magnifiques les uns que les autres. Dans la plus droite continuité des morceaux du jeu original, ils nous renvoient la tête dans les étoiles et nous maintiennent en suspension comme peu d'autres titres en ont été capables cette année. Beaucoup trop fort. - PC 

Sable - Japanese Breakfast

Les retours sur l'attendu Sable ont été… mitigés. Heureusement, ceux sur sa musique sont beaucoup plus enjoués. Il faut dire que le travail réalisé par Japanese Breakfast, groupe de rock indé américano-coréen mené par Michelle Zauner, est des plus enchanteurs. Surtout pour une première BO de jeu vidéo.

Si vous aimez la musiques douces, aériennes, pensées pour explorer et laisser l’esprit vagabonder, alors nul doute que vous trouverez votre bonheur au sein des 32 pistes qui composent l’album. - AR

Final Fantasy VII Remake Intergrade - Nobuo Uematsu

Avec Returnal, Final Fantasy VII Remake INTERgrade est possiblement l'une de mes plus belles découvertes de 2021. N'ayant aucun affect particulier avec la licence de Square Enix, je craignais d'être laissé sur le carreau par cette réinterprétation audacieuse du jeu de légende sorti en 1997. J'en ai finalement adoré chaque seconde.

Si FFVII Remake est un jeu de 2020, un DLC centré sur le personnage de Yufie est sorti l'été dernier. Celui-ci vient les bras chargés de nouvelles compositions chapeautées par Nobuo Uematsu, qui parvient comme aucun autre à complémenter le caractère facétieux de la shinobi avec des thèmes enjoués qui nous restent en tête bien longtemps après avoir éteint la console. - PC

Road 96 - Multi-artistes

Pour son jeu de road trip, Road 96, le studio Digixart a fait le choix de faire appel à une dizaine d’artistes pour composer une bande-son éclectique pour accompagner le joueur sur la route. Difficile donc de retenir une piste ou un artiste plus qu’un autre.

J’aime cependant spécialement le travail de The Toxic Avenger, de Cocoon, de Robert Parker ou encore de Volkor X. En dehors de quelques morceaux électro énervés par ce dernier, la plupart des pistes, posées à la guitare ou orientées électro rétro nostalgie, donnent avec succès envie de partir sur les routes, la fenêtre ouverte, et les pensées ailleurs. - AR

Death's Door - David Fenn

L'un des meilleurs jeux indépendants de l'année (je ne veux rien savoir) ne pouvait se passer d'une bande originale plaquée or. Et, non content d'avoir co-développé le deuxième jeu d'Acid Nerve, David Fenn ne signe rien de moins que ses plus belles compositions sur Death's Door.

Ce Zelda-like au gameplay somme toute assez classique profite d'une ambiance mémorable, et la récurrence de son thème musical — éparpillé dans la cinquantaine de titres qu'en compte la BO — y est pour beaucoup. - PC

Subnautica Below Zero - Ben Prunty

Terminons en douceur avec le travail de Ben Prunty. Le compositeur américain, notamment connu pour son travail sur FTL et interviewé dans nos colonnes cet été, délivre avec Subnautica Below Zero une longue BO pour accompagner les joueurs dans les eaux glacées du jeu de Unknown Worlds Entertainment.

Une nouvelle fois, difficile de ne pas se laisser séduire par ses nappes de synthés reposantes, idéales pour se détendre, travailler, ou même s’endormir en douceur. Qu’il est fort. - AR

NieR Replicant ver. 1.22 - Keiichi Okabe

Est-ce de la triche de récompenser une OST sortie il y a plus de 10 ans sous prétexte que le jeu a eu droit à un remaster ? Les Game Awards ayant choisi de décerner le prix de Bande Son de l'année à NieR Replicant ver. 1.22, on a qu'à dire que non.

On ne va pas faire les fines bouches. Avec NieR, Keiichi Okabe a composé l'une des OST les plus inoubliables de la décennie. Accompagné à la voix par la chanteuse Emi Evans, qui a écrit des paroles sur mesure en panachant des mots piochés dans diverses langues, il parvient comme aucun autre à nous immerger dans l'univers si particulier imaginé par Yoko Taro. - PC

La rédac' aime aussi :

  • Les Démons du Midi : animé par les passionnés et passionnants Pipomantis de Gamekult et désormais Twitcheur Gautoz, ce podcast mensuel sur la musique de jeux vidéo est un rendez-vous incontournable.
  • The Ongaku : site web (également un compte Twitter et un subreddit) très actif sur toute-chose musique de jeux vidéo. Des recommandations, l'agenda des sorties et l'arrivée des OST sur les plateformes d'écoute légales. Un compte à suivre absolument !
  • Blipblop : compte Twitter relayant les annonces de sorties de musiques de jeux vidéo au format physique (CD ou vinyle). Immanquable pour tout collectionneur qui ne veut pas rater un restock.
  • Video Games Music Daily : en manque d'inspiration ? VGM Daily vous propose plusieurs fois par jour des recommandations d'OST à découvrir, avec les liens qui vont bien pour écouter tout ça légalement.
  • dedeco : DJ passionné de musique de jeux vidéo qui confectionne, une fois par mois, des mix incroyables à partir de titres d'hier et d'aujourd'hui. En bonus, chaque vidéo s'accompagne de sous-titres apportant énormément de contexte sur le compositeur ou les difficultés du mixage de VGM. À écouter sans modération.

Modifié le 21 décembre 2021 à 16h00

Publicité

Dernières actualités