Les meilleures musiques de jeux vidéo (septembre 2021)

Publicité

Les meilleures musiques de jeux vidéo (septembre 2021)

JVFR

Avant qu'il n'y en ait plus que pour octobre, l'automne et Halloween, jetons une oreille quelques semaines en arrière dans cette chronique dédiée aux meilleures bandes-sons de jeux vidéo sorties en septembre.

Aussi nécessaire à l'émotion que l'image elle-même, la musique de jeu vidéo aura peiné à sortir de son écrin. Si elle fait battre des coeurs, pleurer à chaudes larmes ou sait parfois nous pousser au crime, elle n'est pas qu'utilitaire et mérite de s'écouter hors jeu.

Nous vous proposons donc un voyage au coeur des musiques de jeu vidéo les plus marquantes ou les plus méconnues. Un voyage de passionnés concocté avec le coeur et, bien entendu, avec les oreilles : Now Playing.

Nous voici déjà au 3ème numéro de notre chronique Now Playing dédiée à la musique de jeux vidéo. Un mois venant de se terminer oblige, après une sélection thématique autour des meilleurs morceaux pour travailler, place ce samedi à la sélection des BO sorties en septembre qui nous ont le plus tapé dans l'oreille. Vous y trouverez sans surprise des jeux testés dans nos colonnes, mais pas que.

Publicité

Lost in Random - The Blake Robinson Synthetic Orchestra

En relisant mon test de Lost in Random, je me rends compte que je n'y ai peut-être pas suffisament salué la musique. C'est donc le moment de se rattraper. Composée par The Blake Robinson Synthetic Orchestra (ou plus simplement The Synthetic Orchestra, ou encore Blake Robinson de son vrai nom), cette OST est à l'image du jeu : envoûtante.

Le compositeur de The Stanley Parable (jouez-y) propose ici quelque chose qui aurait tout à fait sa place dans un Tim Burton ou tout autre conte féérique un peu sombre de ces dernières années. Un joli travail qui ne fait que renforcer l'ambiance incroyable de ce fort sympathique titre. Et si vous aimez le rap sur fond de jazz (oui), jetez une oreille à cette piste. - AR

Publicité

Life is Strange : True Colors - Novo Armor

La saga Life is Strange a toujours entretenu un rapport particulier à la musique. Son esthétique, très inspirée de films indépendants américains qui invitent à se blottir sous la couette avec un thé fumant, s’accommode bien de balades folk douces-amères. Et le dernier épisode en date, True Colors, ne fait pas exception.

S’il n’est pas développé par Dontnod, comme les précédents volets, Life is Strange : True Colors est une lettre d’amour à la formule imaginée par les Français il y a maintenant six ans. Et Deck Nine, qui reprend ici le flambeau, n’a pas fait les choses à moitié côté musique. Pour sa B.O, il a tout simplement missionné Angus & Julia Stone, qui dédient leur tout dernier album à la licence. C’est pourtant un titre de Novo Armor qui a retenu mon attention, en cela qu’il accompagne le menu principal du jeu et donne immédiatement le ton. Attention, si vous êtes fan du Bon Iver des débuts, vous risquez bien de tomber amoureux. − PC

Sable - Japanese Breakfast

Je n'ai pas encore eu le temps de toucher à Sable. Mais étant donné son identité visuelle très marquée et son orientation exploration détendue, il était évident que la partie musicale du jeu ne serait pas laissée au hasard. Jackpot, puisque c'est Japanese Breakfast, le populaire groupe de rock indé américano-coréen mené par Michelle Zauner, qui signe ici sa première BO de jeu vidéo.

Le morceau retenu ici (et tout l'album à vrai dire), Glider, aurait tout à fait pu se retrouver dans notre sélection des meilleures pistes pour travailler tant elle est douce, aérienne et tout simplement magnifique. Bon voyage. - AR

OPUS : Echo of Starsong - Triodust

Je n’ai pas (encore) joué à OPUS : Echo of Starsong, mais les éloges qu’en ont fait Rami Ismail et ExServ m’ont donné envie de m’y intéresser. Et après avoir parcouru sa bande-son composée − comme les précédents volets de cette saga venue de Taïwan − par Triodust, ma curiosité n’en est que plus forte.

Dans ce jeu narratif spatial, la musique joue également un rôle très particulier. Eda, la jeune femme qui accompagne notre protagoniste, a la capacité d’interagir avec les étoiles grâce à un chant : la fameuse « Starsong » qui donne son titre au jeu.

Dans Red Chamber qui, j’imagine, accompagne une scène se déroulant dans une pièce rouge (je m’avance peut-être un peu…), Triodust rompt avec la tonalité très calme et mélancolique des autres morceaux pour nous réveiller un bon coup à grand renfort de cordes épiques. De quoi piquer votre curiosité, je l’espère. - PC

New World - Ramin Djawadi et Brandon Campbell

Ramin Djawadi (Game of Thrones, Westworld, Person of Interest…) est l'un de mes compositeurs favoris. À tel point que j'ai presque envie de jouer à New World uniquement pour pouvoir profiter de ses compositions - créées pour l'occasion avec Brandon Campbell (un partenaire de longue date de Djawadi et qui a notamment composé la série animée Pacific Rim : The Black) - en jeu.

Le plus beau, c'est que toute la BO est proposée sur YouTube en une seule vidéo, et que je n'ai donc pas à choisir quelle piste vous faire écouter pour vous prouver le talent des deux hommes. Qu'il s'agisse de pistes aux envolées épiques, de pistes énervées pour les combats, ou de pistes plus orientées ambiance ou émotions, tout est d'une efficacité redoutable. - AR

The Artful Escape − Johnny Galvatron, Josh Abrahams

Vous aimez Bob Dylan ? Jouez à The Artful Escape. Ce n’est pas plus compliqué que ça.

Dans le premier jeu de Beethoven & Dinosaur (évidemment édité par Annapurna), on accompagnera le jeune Francis Vendetti, un artiste évoluant dans l’ombre de son oncle qui est une véritable légende de la folk music. Mais le jeune homme ne s’épanouit pas dans ce style musical. Lui son truc, c’est plutôt l’opéra rock et l’exubérance à la Queen ou Muse.

Autant dire que la musique est également centrale dans The Artful Escape. Et c’est sans parler du fait que Johnny Galvatron, qui co-signe la bande originale du jeu, est lui même leader du groupe australien The Galvatrons. Au menu : quelques balades guitare-voix comme le présent If It Don't Work Out à vous fendre l’armure, et une grande variété de titres d’ambiance qui habillent à merveille les trouvailles visuelles indécentes de The Artful Escape. - PC

Lost Judgment - Hidenori Shoji

Parce que j'attends toujours des versions PC qui n'arriveront probablement jamais (ou une PS5, qui n'arrivera jamais non plus), je n'ai toujours pas joué à Judgement, et encore moins à Lost Judgement. Mais en grand fan de la série Yakuza et de leurs BO épiques et énervées, j'ai bien entendu jeté une oreille au travail de Hidenori Shoji, de retour pour le dernier opus en date avec d'autres compositeurs.

Grand bien m'en a pris, puisqu'une nouvelle fois c'est une grande claque dans le museau. À tel point que j'ai été bien embêté au moment de choisir une piste (d'autant qu'elles ne sont disponibles que de manière cracra sur YouTube pour le moment…), tant elles sont nombreuses à m'avoir soulevé. - AR

Deltarune : Chapter 2 - Toby Fox

Je n’ai jamais RIEN compris à l'engouement autour d'Undertale. Alors Deltarune… Non, mais ce que je sais, c’est que Toby Fox n’a pas son pareil pour donner vie à ses idées les plus folles, comme en témoigne la génialissime OST de Deltarune : Chapter 2.

Sortie surprise de ce mois de septembre, cette suite au nouveau jeu de Fox fait flotter sa musique dans des eaux bien différentes, qui nous laissent imaginer de quoi peut bien être fait Deltarune : Chapter 2. Puis après on regarde des images du jeu et on déchante. Mais écoutez sa musique, sérieusement. - PC

TOEM - Jamal Green, Launchable Socks

Les jeux de photographie ont la côte. Après Alba et New Pokémon Snap, nous avons pu accueillir en septembre le ravissant TOEM, dont le trait nous rappelle A Short Hike aux entournures.

Et pour épouser la légèreté de son jeu, le studio Something We Made s’est associé à Jamal Green, dont la polyvalence n’a de cesse de nous étonner après avoir signé l’OST de Skelattack l’an dernier. Moins espiègle, mais d’une beauté confondante (tous les titres sont merveilleux), la bande originale de TOEM s’accompagne parfois de l’apport du groupe Launchable Socks, qui apporte ça et là quelques touches plus électroniques, mais toujours envoûtantes. - PC

Kena : Bridge of Spitifs - Theophany

C’est déjà une évidence : Kena : Bridge of Spirits concoure au titre de meilleure bande originale de l’année. Dense, avec 10 titres seulement au compteur, elle n’en est pas moins parfaite pour s’immerger dans les paysages magnifiques proposés par le jeu d’aventure d’Ember Lab.

Confiée à Theophany (Jason Gallaty), avec qui le studio californien avait déjà travaillé pour son court métrage dédié à The Legend of Zelda : Majora's Mask, elle s’inspire notamment de la musique balinaise pour nous offrir des sonorités auxquelles nous sommes bien étranger de ce côté du globe. Le compositeur s’est entouré de l’orchestre Gamelan Çudamani pour apporter plus d’authenticité à l’ensemble. Et en résultent des titres tantôt épiques, tantôt légers, dont le dénominateur commun reste leur capacité à nous coller des frissons de partout.

Un jeu peut-être un peu classique sur les bords, qui n’en reste donc pas moins une immense claque artistique − jusque dans nos oreilles. - PC

Modifié le 26 octobre 2021 à 13h26

Dernières actualités