Test Lost in Random : le dernier EA Originals a presque tout pour nous faire tourner la carte

Publicité

Test Lost in Random : le dernier EA Originals a presque tout pour nous faire tourner la carte

JVFR

Le label EA Originals est assurément en forme ces derniers temps. Après le très solide It Takes Two et le fort divertissant Knockout City, voici venir Lost in Random. Mais le nouveau titre du studio Zoink (Fe, Ghost Giant) parvient-il à son tour à réussir un jet de dés critique ?

7

JVFR

Lost in Random

  • Un univers et une direction artistique au top...
  • Paire et Décisse, un duo adorable qui fonctionne
  • Ecriture et traduction excellentes
  • Un système de combats sympathique...
  • ...un peu gâchés par une technique qui manque d'ambition et de moyens
  • Carte et suivi de quêtes perfectibles
  • J'espère que vous n'avez rien contre les couloirs
  • ...mais certains affrontements sont interminables

Lost in Random a été testé sur PC (Origin) grâce à un code fourni par l'éditeur. Il est disponible sur PC (Steam, Origin), PlayStation 5, PlayStation 4, Xbox Series X|S, Xbox One et Nintendo Switch depuis le 10 septembre.

Publicité

Amis au Pays des Merveilles

Peut-être est-ce l'âge, peut-être est-ce la lassitude ou la méfiance, peut-être est-ce la période, ou peut-être est-ce tout ça à la fois, mais plus le temps passe et moins les annonces de jeux génèrent chez votre serviteur un effet « wahou ». Assez rares sont les titres qui me donnent aujourd'hui instantanément envie de poser les mains dessus. Et puis est arrivé Lost in Random, pour lequel je me suis empressé d'inscrire mon nom avant que quelqu'un d'autre de la rédaction ne vienne y poser ses sales pattes pour en réaliser le test.

Il faut dire que j'ai un faible pour les jeux d'aventure, et surtout qu'avec sa solide direction artistique à l'esthétique sombre et soignée rappelant des oeuvres comme Coraline ou L'Etrange Noël de Monsieur Jack pour citer les plus évidentes, il y a de quoi tomber amoureux très rapidement. Mais je m'emballe.

Dans Lost in Random, vous incarnez Paire, une jeune fille qui n'a ni sa langue ni sa fronde dans sa poche, résidant dans le monde d'Aléa. Dans ce dernier, à 12 ans chaque enfant doit jeter un dé pour savoir dans lequel des 6 royaumes il sera envoyé pour passer le restant de sa vie. Mais quand sa grande soeur, Impaire, tire un 6, et est envoyée en Sixtopie, ce qui semble être le meilleur royaume aux côtés de la Reine maléfique qui chapeaute le tout, notre héroïne flaire qu'il y a anguille sous roche (ou carte dans manche, ou dé pipé, pour filer la métaphore comme un lourdaud).

Depuis le pauvre royaume des Unards, Paire va alors se mettre en route pour la retrouver. Sur son trajet elle va croiser Décisse, un mystérieux dé parlant aussi adorable que puissant, car capable d'invoquer d'étranges pouvoirs.

JVFR

Chacun des royaumes traversés sera l'occasion de croiser des personnages et de vivre des événements en lien avec la face du dé correspondant (dans le royaume du 2 tout le monde a une double personnalité, dans le royaume du 3 une guerre civile entre 3 factions a lieu…etc.). Si à première vue l'idée peut sembler un peu forcée, afin de multiplier les jeux de mots et blagues de papa autour de la thématique du jeu et de l'aléatoire, l'ensemble est en vérité assez finement écrit (et très bien traduit) et fonctionne sans jamais en faire trop.

On pouffe régulièrement bien volontiers, ou au contraire on a la gorge serrée à ce que nous racontent avec justesse le monde d'Aléa et ses habitants souvent malmenés et malheureux. Lost in Random est certes un conte, mais un conte triste et morose, et certains passages sont assurément tragiques et difficiles.

JVFR
J'espère que vous aimez les narrateurs bavards et qui brisent le 4ème mur

Comme dans tout bon jeu d'aventure, Paire sera malgré elle poussée au coeur de bien des événements et destins d'autres personnages au milieu de son trajet. Cela passe sans surprise par des quêtes principales et secondaires (certes pas toujours introduites très finement, mais passons), de petites énigmes légères et des combats.

Publicité

Un gameplay un dé six

Les combats représentant d'ailleurs une bonne partie de la grosse douzaine d'heures qu'il faut pour voir le bout du jeu, parlons-en. Basé sur du beat'em up léger en temps réel, Lost in Random dispose également d'un système de cartes et de pause active.

JVFR
Une carte qui ne coûte rien, mais qui permet d'avoir 1 jeton supplémentaire

Pour pouvoir espérer battre ses adversaires, généralement placés dans des arènes, Paire doit tout d'abord utiliser sa fronde pour toucher des points faibles ennemis qui feront tomber des cristaux. Ramasser ces derniers permet alors de piocher jusqu'à 5 cartes dans un deck personnalisable composé d'un maximum de 15 cartes. L'aspect deckbuilding est donc assez léger, d'autant qu'il n'existe qu'une trentaine de cartes au total. Consulter sa main de cartes met alors le combat en pause, et, selon le chiffre obtenu en lançant Décisse à ce moment-là et qui se traduit en « jetons carte » (autrement dit des points de mana), il est possible d'utiliser ses cartes aux coûts et genres variés (invoquer des armes, se soigner, lancer des sorts…etc.).

JVFR

Sur le papier et dans les premières heures, ce mélange actif/pause fonctionne bien et modifier les cartes de son deck (obtenues via des quêtes ou un marchand) permet de véritablement modifier sa façon de jouer. Malheureusement, et malgré quelques combats de boss un peu originaux et des arènes spéciales où il faut également faire avancer un pion sur un plateau tout en combattant ses adversaires, la lassitude pointe vite le bout de son nez.

JVFR

La faute notamment à de nombreux combats d'une longueur absurde. Trop d'ennemis qui apparaissent, armes qui peuvent se briser un peu vite, mécanique de fronde/cristaux rapidement pénible, nombre de cartes en main/deck trop faible, bestiaire pas bien épais… Lost in Random pèche sur quelques points qu'il serait heureusement assez facile à corriger. De plus, quelques cartes supplémentaires pour un peu plus varier les plaisirs seraient agréables, d'autant que certaines sont si fortes qu'il est difficile d'essayer d'autres choses.

JVFR
Le vendeur de cartes au corps...euh...voilà
JVFR
Acheter des cartes permet d'étoffer son deck et de...
JVFR
... débloquer de nouvelles cartes

Là où en revanche le dé est déjà jeté (ohohoh) pour Lost in Random, c'est au niveau de son manque de moyens/ambitions. Si la direction artistique, le sound design, la musique (composée par The Synthetic Orchestra à qui l'on doit celle de The Stanley Parable !) et l'écriture permettent de faire passer bien des choses en proposant un univers véritablement plaisant, il est dommage de voir un jeu EA Originals, et donc normalement doté d'un certain budget, autant se montrer chiche sur certains éléments.

Surtout juste derrière un certain Psychonauts 2 qui se donne les moyens, ou encore It Takes Two et ses niveaux tous plus fous visuellement les uns que les autres. Nombre de modèles de PNJ très faible, animations minimums et mise en scène légère, paysages marquants pas si nombreux que ça, doublages de Paire pas toujours au rendez-vous… difficile de ne pas y voir un potentiel de dingue bridé par un manque de moyens.

JVFR

Plus d'une fois, je me suis mis à imaginer une adaptation de Lost in Random en série animée, qui permettrait d'encore mieux rendre hommage à son univers et ses personnages réussis. Ou une suite, plus ambitieuse.

JVFR

Pour finir sur les griefs, malgré sa volonté de rester abordable dans sa difficulté - les combats sont rarement très durs et mettront surtout votre patience à l'épreuve, tandis que les quelques énigmes ne cassent pas trois pattes à un canard -, Lost in Random aurait mérité d'être plus clair dans son suivi de quêtes, et surtout sa carte.

JVFR
Vous savez où je suis ? Parce que moi non.

S'il y a bien quelques panneaux indicateurs et points de repères visuels, ne vous attendez pas à une minicarte, une boussole ou même à un « vous êtes ici » sur la carte, qui ne vous aidera pas beaucoup à vous repérer dans des royaumes pourtant composés de couloirs (si vous aimez l'exploration, désolé pour vous). Avec mon sens de l'orientation déplorable, j'ai beaucoup tourné en rond dans Lost in Random, et j'ai même résolu des quêtes par pur hasard, perdu. Ce qui est cohérent avec le titre, vous me direz.

JVFR

Lost in Random : l'avis de JVFR

Lost in Random suinte le charme, aussi bien dans son écriture que sa direction artistique ou même sa musique, c'est indéniable. Le titre de Zoink a également de bonnes idées, tant dans le fond que la forme, à commencer par son système de combats, malheureusement perfectible. En corrigeant quelques petits éléments pour rendre le tout moins long et frustrant et ainsi mieux profiter de son solide univers, on pourra alors lui passer d'autres petits ratés eux difficiles à pardonner, du côté de la technique notamment. Heureusement que Paire et Décisse font régulièrement pousser des « ooow » qui permettent d'oublier ces défauts.

Lost in Random

7

Imparfait, mais absolument charmant. Voilà comment pourrait être résumé succinctement Lost in Random. Bourré de qualités et de personnalité, le titre présente bien de menus défauts avec lesquels il faudra faire (ou attendre d'éventuels équilibrages), mais qu'on parvient finalement à aisément oublier tant l'aventure proposée séduit à presque chaque tournant.

Les plus

  • Un univers et une direction artistique au top...
  • Paire et Décisse, un duo adorable qui fonctionne
  • Ecriture et traduction excellentes
  • Un système de combats sympathique...

Les moins

  • ...un peu gâchés par une technique qui manque d'ambition et de moyens
  • Carte et suivi de quêtes perfectibles
  • J'espère que vous n'avez rien contre les couloirs
  • ...mais certains affrontements sont interminables

Modifié le 10 septembre 2021 à 13h35

Dernières actualités