Musiques de jeux vidéo : les meilleures pistes pour se faire peur à Halloween

Publicité

Musiques de jeux vidéo : les meilleures pistes pour se faire peur à Halloween

JVFR
© JVFR

En attendant la fin d'octobre et notre sélection des meilleures BO sorties ce mois, que diriez-vous de profiter de l'arrivée de l'automne et d'Halloween pour se faire un peu peur à l'aide de nos oreilles ? En tout cas, voici nos pistes favorites dans le genre de l'horreur, de l'angoisse, de la frousse et du suspens.

Aussi nécessaire à l'émotion que l'image elle-même, la musique de jeu vidéo aura peiné à sortir de son écrin. Si elle fait battre des coeurs, pleurer à chaudes larmes ou sait parfois nous pousser au crime, elle n'est pas qu'utilitaire et mérite de s'écouter hors jeu.

Nous vous proposons donc un voyage au coeur des musiques de jeu vidéo les plus marquantes ou les plus méconnues. Un voyage de passionnés concocté avec le coeur et, bien entendu, avec les oreilles : Now Playing.

Avant de nous lancer pleinement dans cette sélection, j'ai (Antoine) un aveu à vous faire. Contrairement à mon camarade Pierre, je déteste avoir peur. Le genre de l'horreur est l'un de ceux que je déteste et fuis le plus, dans le jeu vidéo ou ailleurs. Autant vous dire que pour cette sélection j'étais donc mal engagé, n'ayant joué à presque aucun titre susceptible de me faire perdre de l'espérance de vie à chaque jump scare. J'ai donc dû « tricher », en allant piocher dans des titres qui ne sont assurément pas à ranger du côté du survival horror, mais qui peuvent malgré tout jouir d'une ambiance sombre et horrifique.

Publicité

Dishonored 2 - Main Theme - Daniel Licht

Comme en témoigne la sélection de mon camarade, il n'y a pas forcément besoin d'aller piocher dans les survival pour choper les pistes qui foutent les miquettes. Et dès qu'on a évoqué le sujet de ce thème, un titre m'est immédiatement venu en tête : le thème principal de Dishonored 2.

Composé, comme les titres du premier opus, par un Daniel Licht très inspiré, il retransmet à merveille l'ambiance crasseuse et malsaine du jeu d'Arkane. En particulier, c'est le travail des cordes, avec cette mélodie perverse, qui rend le malaise opérationnel.

L'occasion de rendre hommage au travail du compositeur américain, qui s'est éteint à l'âge de 60 ans en 2017. - PC

Publicité

Darkest Dungeon - Town in Chaos - Stuart Chatwood

L'OST de l'incroyable (le formidable, le culte, le légendaire…) Darkest Dungeon est bien entendu pleine de pistes angoissantes et oppressantes, parfaitement composées par Stuart Chatwood (Prince of Persia) pour accompagner vos virées en donjons. J'y ai retenu ma favorite, qui n'est assurément pas la plus stressante ou orientée horreur, mais après tout je fais ce que je veux.

D'autant qu'elle arrive uniquement durant un événement particulier en jeu que je n'ai jamais vu, et ce malgré ma grosse centaine d'heures sur le titre. En attendant le 2, jouez à Darkest Dungeon si vous aimez la dark fantasy, le tour par tour, l'inspiration Cthulhu et les DA qui claquent. Et que vous n'avez pas peur de perdre vos héros. - AR

Returnal - Helios - Bobby Krlic

L'horreur a bien des visages. Il suffit d'ouvrir n'importe quelle chaîne d'info en continu pour s'en convaincre. Mais dans le cas de Returnal, elle prend la forme de créatures lovecraftienne qui enfoncent notre héroïne Selene toujours plus profondément dans son voyage torturé.

Signée par un spécialiste (Bobby Krlic, également compositeur de l'inoubliable Midsommar), l'OST du jeu fait un travail impeccable pour concilier science-fiction et horreur psychologique. Cette piste, Helios, m'a particulièrement convaincu par sa ritournelle électronique et ses basses profondes. Toute la bande originale mérite cependant votre attention en cela qu'elle ne nous donne jamais vraiment ce qu'on attend d'elle. En jeu, elle instaure un contrepied quasi frustrant qui accentue d'autant plus notre peur de l'inconnu. Et voilà, j'ai envie de refaire le jeu maintenant. - PC

Assassin's Creed Syndicate: Jack The Ripper - Bear McCreary - Jack The Ripper

Probablement l'un des épisodes les plus mal aimés de la longue saga d'Ubisoft, Assassin's Creed Syndicate proposait un DLC dédié à Jack The Ripper, qu'assez peu de joueurs ont du faire. Et c'est bien dommage, car si je ne pourrais pas vous parler de ce DLC du côté du gameplay, sa musique est signée, comme pour le jeu principal, par Bear McCreary.

Le compositeur, connu pour God of War, Battlestar Galactica et beaucoup d'autres choses (et accessoirement l'un de mes compositeurs favoris, mais chut), propose ici quelque chose doté d'un rythme haletant et angoissant qui ne donne assurément pas envie de se retrouver poursuivi par le célèbre tueur dans une ruelle sombre. - AR

F.E.A.R. - First Encounter - Nathan Grigg

Si le poids des années ne l'a pas épargné, F.E.A.R. reste parmi les jeux horrifiques les plus marquants de ma carrière de joueur. Et les compositions de Nathan Grigg ont largement participé à tatouer le titre de Monolith Software dans ma mémoire.

Accompagnant, comme son nom l'indique, la première rencontre du joueur avec les soldats « Réplicas », ce thème évoque bien sûr le côté martial du jeu, mais s'inspire également des tropes musicaux de certains films d'action ou de slashers des années 80. En résulte un titre court, mais dont la montée en puissance ne laisse pas indemne. - PC

Vampyr - Insane Family - Olivier Deriviere

J'ai beaucoup (beaucoup) aimé A Plague Tale : Innocence. Y compris sa bande-son, signée Olivier Deriviere. Mais afin d'un peu mieux coller au thème de cette sélection, place à l'un de ses jeux précédents : Vampyr.

Avec ses cordes torturées, ses percussions oppressantes et son ambiance angoissante, la piste retenue ici fonctionne à merveille pour qui voudrait se mettre la pression. La preuve, je n'ai jamais réussi à finir le jeu. J'ai désormais très hâte d'entendre son travail sur Dying Light 2. - AR

Deadly Premonition - Underground - Riyou Kinagusa

Si vous aimez votre horreur tordue, s'affranchissant des codes habituels pour aller lorgner franchement vers le psychologique voire l'abstrait, Deadly Premonition vous tend les bras.

Notoirement cassé, voire incompris, le jeu de Swery est avant tout une magnifique lettre d'amour au cinéma de David Lynch et au genre surréaliste en général. Et Underground est possiblement le titre qui illustre le mieux cette déclaration.

Sa partition de saxophone fou évoque tout à la fois les moments les plus dérangeants de Twin Peaks, alors que sa base jazz lancinante nous renvoie tout droit vers Silent Hill 2. Un drôle d'objet vidéoludique, assurément. - PC

The Witcher 3 : Blood and Wine - The Beast of Beauclair - Marcin Przybyłowicz

Malgré ma capacité à sauter sur mon siège pour la moindre chose, je n'ai jamais eu peur en jouant à The Witcher 3. Pourtant, et notamment dans le DLC Blood and Wine, quelques zones et créatures peuvent mettre la chair de poule. C'est pourquoi j'ai retenu « The Beast of Beauclair », que les joueurs reconnaitront fort probablement.

Composée par Marcin Przybyłowicz, le principal artiste derrière la BO du massif RPG, cette piste nous fait rester dans les vampires et les tueurs en série, mais que voulez-vous ? Au moins cela change un peu des (excellents) thèmes du jeu que l'on entend habituellement en boucle. - AR

Silent Hill 2 - Ordinary Vanity - Akira Yamaoka

Est-il seulement possible d'extraire un morceau de l'inoubliable bande originale de Silent Hill 2 ? Un délicat exercice, qui m'a demandé de réécouter, en boucle, la trentaine de titres qui compose l'album de ce jeu-fondateur pour le survival horror.

Theme of Laura, bien sûr, sort du lot en ce qu'il est quasiment devenu un tube pop. Mais il n'est pas selon moi celui qui représente le mieux ce qu'est Silent Hill 2. L'essence du jeu de Konami se trouve dans les interludes. Dans les morceaux les plus bruitistes de Yamaoka. C'est ainsi que mon choix s'est porté sur Ordinary Vanity. Entendu pour la première fois en jeu lorsque l'on rencontre Eddie, la tête plantée dans la cuvette des toilettes d'une sombre piaule des Wood Side Apartments.

Une mélodie lancinante, presque étouffée, parsemée d'incursions dérangeantes de percussions organiques. Tout un programme, qui me replonge immédiatement dans les allées les plus sombres de Silent Hill. - PC

The Binding of Isaac - Sacrificial - Danny Baranowsky

J'ai un nouvel aveu à vous faire. Il y a certains jeux, comme The Binding of Isaac, dont je finis par couper la musique pour écouter la mienne quand je joue. Pardon aux artistes, tout ça. Mais cela ne m'empêche heureusement pas d'apprécier le travailler réalisé par les compositeurs au préalable.

Dans le tout premier The Binding of Isaac, c'est Danny Baranowsky (Super Meat Boy) qui s'occupait de la musique du titre qui, certes, ne fait pas peur. Mais avec son ambiance glauque et malsaine assumée, le roguelike culte propose quelques pistes qui peuvent aisément coller à notre thématique. - AR

Modifié le 26 octobre 2021 à 13h29

Publicité

Dernières actualités