Pas le temps de jouer ? Voici 10 excellents jeux à finir en moins de 10 heures

Publicité

Pas le temps de jouer ? Voici 10 excellents jeux à finir en moins de 10 heures

Pierre Crochart

11 avril 2022 à 14h51

11
© JVFR
© JVFR

Chaque année, davantage de jeux vidéo sortent et viennent emplir un backlog qui n'en finit pas de s'épaissir. Mais si certains action-RPG ont la faculté de vous occuper pendant des centaines d'heures, de petites pépites se laissent aussi savourer par les joueuses et joueurs qui n'ont pas énormément de temps.

Dans cette nouvelle sélection, nous vous proposons de découvrir ou redécouvrir 10 jeux vidéo récents (sortis après 2020) que vous pouvez terminer en moins de 10 heures. 

Pour ce faire, nous nous basons simplement sur le score attribué aux jeux sur Metacritic, et au temps moyen de complétion renseigné par la communauté de How Long to Beat. Nous ne retenons pour le bien de l'exercice que le temps pour terminer la trame principale. Il est évidemment toujours possible de s'éterniser dans un jeu pour le boucler à 100%.

Publicité

Publicité

Chicory : A Colorful Tale

Chicory : A Colorful Tale
  • Aussi mignon que malin
  • Le coloriage, enfantin et régressif
  • De belles trouvailles côté gameplay
  • Des thématiques fortes abordées simplement
  • Durée de vie généreuse
  • De la coop locale du début à la fin
  • Un jeu très accessible pour tout type de joueur
Chicory est un zelda-like pur jus qui fait reposer son gameplay sur l'utilisation des couleurs dans un monde en noir et blanc. Très accessible sans oublier d'être malin, le jeu de Greg Lobanov est d'une bienveillance rare, et peut se partager à 2 joueurs localement.

Temps de jeu estimé : 9 heures

Le dernier jeu de Greg Lobanov (Wandersong) et ses comparses est de ces titres aux multiples niveaux de lecture et aux inspirations nombreuses.

Dans la peau d'un petit chien, que vous nommez d'après votre aliment favori, vous parcourez le monde de Picnic avec pour seule arme un pinceau magique. Un peu comme si Epic Mickey rencontrait un vieil opus de Zelda, vous usez de votre palette pour redonner des couleurs au monde, et chasser de ces terres le mal mystérieux qui le ronge.

Un jeu-doudou, très accessible, qui plaira autant aux amateurs et amatrices d'aventure (le jeu regorge de secrets) qu'aux artistes en herbe.

Publicité

Publicité

Metroid Dread

Metroid Dread
  • Esthétiquement superbe (surtout sur Switch OLED)
  • Une ambiance travaillée et stressante face aux E.M.M.I.
  • Des boss coriaces qui font grimper la difficulté
  • Quelques bonnes idées de mise en scène
  • La formule des Metroid 2D toujours aussi efficace...
Metroid Dread est tout ce que nous pouvions attendre d'un Metroid en 2D. Si la révolution du genre n'est clairement pas au rendez-vous, nous sommes en présence d'une production Nintendo des plus divertissantes. C'est le jeu parfait pour accompagner le lancement de la Switch OLED.

Temps de jeu estimé : 8h30

Ah ça, on l'a attendu le fameux Metroid 5. Avant de disparaître pour une grosse décennie, le jeu avait d'abord été teasé au tout début des années 2000. Il a finalement pris la forme de Metroid Dread, et figure parmi les metroidvania les plus recommandables de ces dernières années.

Même s'il est moins brillant qu'un Hollow Knight, celui-ci a le mérite d'être plus condensé et de bénéficier d'une ambiance pesante bien à lui. 

Toujours engoncée dans son armure reconnaissable entre mille, la chasseuse de primes Samus Aran fait face à des ennemis plus pugnaces que jamais : les EMMIs. Des robots-tueurs qui — nouveauté — vous pourchassent dans les différents tableaux du jeu et auxquels il faudra souvent échapper sous peine de risquer le Game Over.

Publicité

Publicité

Death's Door

Death's Door
  • Un Zelda-like bien ficelé
  • Plus accessible qu’il n’y paraît…
  • Artistiquement réussi (ces musiques…)
  • La palette de personnages
  • Un univers très riche pour un « petit » jeu
  • Une « vraie fin » pour les plus acharnés qui vaut le détour…
Plus académique que ne l’était Titan Souls, le nouveau jeu d’Acid Nerve se pose comme un Zelda-like pur jus. Plus accessible qu’il n’y paraît, il offre une aventure mémorable dans un univers original − bien qu’il ait parfois du mal à se raconter.

Temps de jeu estimé : 9 heures

Sensation indé de l'été 2021, Death's Door est la seconde création des géniteurs de Titan Souls, un sympathique quoiqu'imparfait boss rush sorti en 2015.

Toujours fabriqué par une équipe extrêmement réduite, Death's Door s'inspire énormément des Zelda old-school tout en réussissant à affirmer une identité visuelle et artistique propre.

Porté par des compositions magistrales, et traversé de combats de boss tendus, Death's Door offre également une histoire pleine de nuances, dans laquelle on incarne un... comment dire ? « inspecteur des impôts » de la Mort ? Oui, disons cela.

Publicité

Publicité

Resident Evil 8 : Village

Resident Evil Village
  • Le Village, réussi et cohérent
  • Certaines séquences remarquables
  • Ambiance générale ciselée
  • Décors fouillés, environnements variés
  • La lumière, magnifique
  • Les antagonistes hauts en couleur
  • Mode Mercenaire, défis, secrets
  • Le plein d’options graphiques sur PC
Grâce à son ambiance fantastique et quelques séquences fortes, Resident Evil Village est une suite solide qui crédibilise un peu plus la nouvelle approche de Capcom pour sa licence.

Temps de jeu estimé : 9h30

Si beaucoup ont trouvé Resident Evil 8 Village moins mémorable que Resident Evil 7, il reste un excellent FPS horrifique pour celles et ceux qui ont peu de temps devant eux.

Le pauvre Ethan Winters s'embarque une nouvelle fois dans une aventure de laquelle il ne ressortira pas indemne — c'est un euphémisme, vous comprendrez.

Reprenant la nouvelle formule inaugurée avec le précédent opus, RE8 vous offre une sorte de parc à thème de l'horreur, où différentes zones s'échappent d'un hub central où vous aurez l'occasion de faire des emplettes et le plein de munitions.

Parfois un peu poussif aux entournures, Resident Evil Village reste l'un des meilleurs épisodes récents de la saga aux 110 millions d'exemplaires vendus.

Publicité

Publicité

Solar Ash

Solar Ash
  • Une direction artistique de qualité
  • Le gameplay ultra fluide
  • Un level design qui frise la perfection
  • Les compositions de Disasterpeace
Solar Ash saura parfaitement émerveiller les amateurs et amatrices de niveaux bien construits, de mondes mystérieux et de gameplay fluide. Beau, intelligent et à la bande-son réussie, l'univers du jeu de Heart Machine mérite qu'on le découvre.

Temps de jeu estimé : 5 heures

Heart Machine change de style ! Ou plutôt, de dimension. Après le très remarqué Hyper Light Drifter, le studio californien adopte un registre plus typé plateforme qu'action pure et dure.

Aux commandes de la voidrunner Rei, on patine et on dash à travers vents et marées pour escalader de gigantesques créatures que Shadow of the Colossus n'aurait pas reniées. 

Jeu de grimpette, mais pas seulement, Solar Ash propose un open-world cohérent et quelques quêtes secondaires susceptibles de prolonger le plaisir de la découverte.

Un titre à la dimension artistique très marquée, portée par une B.O remarquable de Disasterpiece et par un level-design inspiré.

Publicité

Publicité

Unpacking

Unpacking
  • L'ambiance cosy et relaxante
  • Le pixel art propre et très joli
  • La satisfaction d'un bon rangement
  • Raconter une vie en déballant des affaires
En nous proposant un gameplay minimaliste et une challenge limité, Unpacking nous transporte dans un monde reposant, doux et bienveillant. Le jeu de rangement de Witch Beam arrive à nous satisfaire dans tous les sens du terme en nous offrant en plus une jolie histoire.

Temps de jeu estimé : 3h30

Sans doute le titre le plus à part de cette sélection, Unpacking a été élu Jeu de l'Année par le public des BAFTA Game Awards il y a quelques jours.

Unpacking est un jeu... de rangement. Alors on vous voit venir, à freiner des quatre fers et à vous défendre que si vous voulez jouer, ce n'est certainement pas pour faire des corvées ménagères.

Sauf que le jeu de Witch Beam a cela de malin qu'il parvient à nous raconter une histoire sans jamais prononcer un seul mot. Le concept est simple : des tas de cartons à déballer, et un logement plus ou moins grand à aménager. 

On comprend vite que l'on suit une seule et même personne au fil de ses déménagements, et on arrive à retracer son parcours ; les hauts et les bas de sa vie, juste en fouillant dans ces petites boîtes. Fascinant, et — quelque part — parfaitement inédit.

The Forgotten City
  • Une écriture et une fin solides
  • Un univers bien pensé et à bonne taille
  • Une enquête et des personnages qui fonctionnent
The Forgotten City était un solide mod. Aujourd'hui, il s'agit également d'un très solide jeu à part entière. Le long travail (4 ans) de sa poignée de créateurs (3 personnes principales) a payé et débouche sur un fort sympathique jeu d'enquête et d'exploration. Son écriture mémorable, son concept maitrisé à base de boucle temporelle et son atmosphère réussie compensent tranquillement quelques limites techniques et de contenu imposées par une ambition bridée par des moyens que l'on imagine modestes.

Temps de jeu estimé : 5h

The Forgotten City, c'est d'abord la belle histoire de son développeur Nick Pearce. Avant qu'il ne devienne un jeu à part entière, The Forgotten City était un mod conçu pour Skyrim, dans lequel l'Enfant de Dragon remontait le temps et devait percer le secret du destin tragique d'une cité Dwemer.

Le jeu complet, sorti à l'été 2021, garde ce concept mais le transpose dans la Rome Antique. Notre protagoniste, contemporain de notre époque, se retrouve sans trop savoir comment 2000 ans en arrière, dans une cité romaine recluse et perdue dans le temps. Ici, une seule loi prévaut : la Règle d'Or, qui transforme les pêcheurs en statue dorée.

Mais celle-ci s'apprête à être enfreinte, et le magistrat de la ville nous demande alors d'enquêter pour empêcher le malheur de se produire.

Un jeu forcément très verbeux, mais à l'écriture remarquable qui a le don de nous accrocher pour ne plus jamais nous relâcher !

Little Nightmares 2
  • Un jeu débordant d’idées visuelles
  • Toujours aussi délicieusement cryptique
  • Une direction artistique glaçante
  • L’horreur qui ne tombe jamais dans le gore
  • Un dernier quart moins académique
Une suite qui sort rarement des clous sans dérailler, mais dont le fil conducteur horrifique ne cesse de surprendre. Little Nightmares II est une claque esthétique pour qui sait apprécier l’indélicatesse d’un univers morbide et profondément déprimant. Un jeu qui porte fort bien son titre, en somme.

Temps de jeu estimé : 5h30

S'il itère sur les bases presque inchangées de Little Nightmares, cette suite parfait la formule et pousse toujours plus loin la créativité macabre de ses concepteurs et conceptrices.

Little Nightmares 2 est un jeu d'aventure en vue de côté qui mêle des puzzles pas bien méchants à des éléments horrifiques. Plus générateur de malaise que de sursauts, le jeu de Tarsier Studios impressionne par ses panoramas glaçants et l'ingéniosité de sa mise en scène.

On pestera à l'occasion contre des phases de plateforme qui manquent de précision, ou encore sur des inspirations à peine trop appuyées à Inside, mais on passe assurément un bon moment... Si les vilaines maîtresses d'école à (très) long cou sont votre tasse de thé.

7

JVFR
BPM : Bullets Per Minute
  • Un mélange de rythme et de FPS qui détonne
  • Une bande son explosive
  • Grande rejouabilité
Imaginez DOOM… mais si vous ne pouviez tirer que sur les temps fort de la musique qui joue en fond. C'est précisément le concept de BPM, qui propose des donjons générés procéduralement et donc une grande rejouabilité.

Temps de jeu estimé : 3h

Ça manque cruellement de FPS ici, vous avez raison. Et puisque vous avez justement aimé DOOM et — dans un tout autre style — Crypt of the Necrodancer, vous allez adorer BPM.

Pensé comme le croisement presque impie entre les deux références précitées, le jeu de Awe Interactive met votre sens du rythme à l'épreuve et ne vous laissera tirer et recharger vos armes que sur les temps forts de la musique.

Une bande son forcément typée heavy metal, qui s'intègre parfaitement à l'ambiance infernale qui se dégage de BPM. Notez que le titre tire également son originalité de niveaux générés procéduralement ; ce qui ne l'empêche pas d'avoir une trame qui peut se boucler en quelques heures seulement.

Kena: Bridge of Spirits
  • Techniquement merveilleux
  • Un vrai film d’animation dans mon jeu vidéo
  • Paysages plus variés qu’on ne le pense
  • Des combats de boss dantesques
  • Des mécaniques de jeu simples mais bien pensées
  • Difficulté bien dosée…
  • Durée de vie généreuse
  • 39,99€ seulement ???
Kena: Bridge of Spirits est exactement le jeu qu'on imaginait. Sous ses atours exquis de « film d’animation à jouer » se cache un Zelda-like ambitieux, qui sait très bien placer ses pions pour offrir une expérience à la fois riche et gratifiante. Une réussite, tout simplement. 

Temps de jeu estimé : 10h

Premier jeu d'Ember Lab, Kena : Bridge of Spirits a été développé par des personnes issues du milieu de l'animation — et ça se voit.

Riche de cinématiques belles à tomber par terre, Kena se présente sous la forme d'un jeu action-aventure qui rappelle ceux du début des années 2000. SpyroStarfox Adventures ou encore Beyond Good & Evil sont autant de références honorables citées par le studio, mais qui donnent également une idée d'un gameplay un peu daté aux entournures.

Qu'à cela ne tienne, Kena propose une aventure passionnante et quelques défis bien relevés. Ne vous laissez pas berner par ses graphismes avenants et les créatures mignonnes qui peuplent son univers. Les boss ne ratent pas une occasion de montrer les crocs.

Commentaires via Clubic

Dernières actualités