Test Shadow Warrior 3 : Lo Wang n'est plus que l'ombre de lui-même

Publicité

Test Shadow Warrior 3 : Lo Wang n'est plus que l'ombre de lui-même

Robin Lamorlette

28 février 2022 à 14h00

8
© Flying Wild Hog / Devolver Digital
© Flying Wild Hog / Devolver Digital
Il y a six ans, Lo Wang avait raccroché flingues et katana dans un Shadow Warrior 2 en tous points sympathique, nerveux et fendard à souhait. Mais Flying Wild Hog et Devolver Digital n'en avaient visiblement pas terminé avec le ninja le plus exubérant du jeu vidéo et nous pondent enfin une suite. Radicalement différent, Shadow Warrior 3 délaisse le côté action-RPG de son aîné pour une formule rappelant à s'y méprendre un mélange entre Ghostrunner et DOOM Eternal, mais toujours avec autant d'humour ! Un retour triomphal pour Lo Wang ?
Shadow Warrior 3
  • Combats nerveux et bourrins à souhait
  • Déplacements fluides et plaisants
  • Visuellement et techniquement impressionnant
  • Humour décalé et assumé
Lo Wang nous revient après six ans dans ce qui ressemble plus à une régression qu'une suite. Troquant des niveaux ouverts et un soupçon d'action-RPG pour un FPS couloir à la DOOM Eternal sans originalité, le jeu brille par sa technique et son gameplay nerveux, mais pêche cruellement par un univers inintéressant, l'absence de coop et une durée de vie honteusement courte.

Clairement pas aussi attendu que des mastodontes comme Horizon Forbidden West, Elden Ring et consorts, le FPS de Flying Wild Hog avait tout de même réussi à se construire un bon socle d'adeptes, nous compris. C'était donc avec une certaine curiosité que nous surveillions les prochaines aventures de Lo Wang, tout en déplorant la perte de feu Jason Liebrecht, son acteur vocal original. Et on ne peut s'empêcher de penser qu'une partie du personnage haut en couleur est mort avec lui dans le processus.

Test réalisé sur PC (via Steam) grâce à un code fourni par l'éditeur. Shadow Warrior 3 sortira le 1e mars sur PC (uniquement via Steam), PS4, Xbox One et en rétrocompatibilité sur PS5 et Xbox Series X|S, au tarif de 50 euros.

Publicité

Publicité

Dojos & Dragon

Au début de Shadow Warrior 3, nous retrouvons le monde caractéristique de la franchise, largement inspiré du folklore japonais, entièrement dévasté. Dans son logis éventré aux quatre vents, nous renouons avec ce bon vieux Lo Wang, en caleçon, en train de ressasser ses échecs passés devant le masque de feu Hoji, son meilleur ami (et paradoxalement un démon).

La demeure de Lo Wang a connu des jours meilleurs.
La demeure de Lo Wang a connu des jours meilleurs.

Notre mercenaire ninja préféré a en effet dû en découdre avec un dragon proprement titanesque sorti de nulle part et ayant tout ravagé sur son passage. Cela va sans dire que la confrontation s'est soldée par une cuisante défaite, et Lo Wang n'a plus que son caleçon et ses yeux pour pleurer.

Belle bête, hein ?
Belle bête, hein ?

Mais voilà que Zilla, un des principaux ennemis de Lo Wang dans les précédents opus, propose à notre héros une solution pour défaire le dragon, en utilisant le pouvoir du masque de son défunt ami démoniaque. Pour ce faire, ils doivent se rendre dans l'antre de Motoko, une puissante sorcière au style capillaire renversant, accompagnée d'un adorable raton laveur… tanuki.

Ce ne serait pas Shadow Warrior sans une dose de WTF.
Ce ne serait pas Shadow Warrior sans une dose de WTF.

Vous l'aurez compris, le scénario cliché totalement assumé de Shadow Warrior 3 n'est clairement pas son point fort puisqu'il tient sur un timbre-poste. Heureusement, le titre de Flying Wild Hog peut se targuer de garder l'humour décomplexé si caractéristique de la franchise et d'afficher une direction artistique extrêmement solide et graphiquement superbe. Clairement l'une des plus grandes force du jeu, sa partie technique est impeccable de beauté et de fluidité, en tout cas sur notre solide configuration de test assurant une fluidité constante de bout en bout. La version PC peut également compter sur le support du DLSS et du FSR dans cette optique.

JVFR
Le jeu est truffé de somptueux panoramas.

Publicité

Publicité

Trancher dans le vif du sujet

Lo Wang retrouve donc sa vigueur et son mojo, reprend katana et flingues pour aller trucider du yokai et du dragon. Et c'est là qu'entre bien sûr en scène le cœur du jeu : son gameplay. Autant trancher l'abcès purulent de démon d'emblée : Shadow Warrior 3 est fun, nerveux et bourrin à souhait. Notre cher mercenaire ninja louvoie entre les ennemis avec une agilité confondante et tranche et mitraille à tour de bras dans une danse aussi sanglante qu'exaltante.

JVFR
Les combats sont aussi grisants que nerveux et bourrins à souhait.

Nous évoquions que le jeu s'inspire à s'y méprendre de Ghostrunner et de DOOM Eternal, et le parallèle est loin d'être anodin. Au sein de différents niveaux couloirs au level design aussi impressionnant que varié, nous allons en effet alterner des phases de plateformes et des phases de combats en arène.

Les premières nous demanderont de dévaler à toute vitesse des pentes, courir sur des murs et jouer du grappin (ce gadget est décidément très à la mode en ce moment) tout en tirant occasionnellement sur des obstacles pour nous ouvrir la voie. Sur ce point également, Shadow Warrior 3 est réussi grâce à des déplacements fluides et un Lo Wang répondant au doigt et à l'œil.

JVFR
Très à la mode dans les FPS récents, le grappin répond bien sûr présent dans Shadow Warrior 3.

Pour ce qui est des combats, nous serons donc enfermés dans de vastes arènes mettant en avant la verticalité et différents éléments du décor à exploiter pour occire des vagues de démons. Pics sur les murs à exploiter grâce au Chi de Lo Wang (une forme de Poussée de Force), pièges à activer pour découper du démon en masse, barils explosifs et power-ups sont légion.

JVFR
Chaque arène est truffée d'éléments à exploiter pour vaincre les hordes de démons.

À l'instar du chef-d'œuvre d'id Software, Shadow Warrior 3 nous offre en plus d'un large arsenal d'armes classiques mais variées un panel d'options pour venir à bout d'un bestiaire qui… ne laissera personne indifférent ? En les tuant ou en récupérant des power-ups dédiés, Lo Wang peut d'ailleurs accéder à une capacité ultime, lui permettant par la simple pression d'une touche d'éliminer n'importe quel adversaire, un peu comme la tronçonneuse de DOOM Eternal.

JVFR
En plus de proposer des animations stylées, l'Ultime est un outil indispensable dans les combats.

Ce faisant, nous pouvons récupérer toute notre barre de vie et brièvement accéder à la capacité du démon ainsi occis. Une mécanique à prendre en compte tant le gain de puissance est important, qui rappelle encore l'espèce d'échiquier tactique introduit par id Software dans le reboot de DOOM.

JVFR
Les capacités des démons récupérées par l'Ultime offrent un satisfaisant sentiment de puissance.

Publicité

Publicité

Paraît que les blagues les plus courtes sont les meilleures

Si l'aspect action-RPG de Shadow Warrior 2 à base de loots à récupérer pour améliorer son équipement a été délaissé, sa suite propose tout de même d'améliorer les capacités de Lo Wang et de ses armes. Cela passe par des orbes à récolter dans les différents niveaux du jeu, ou en terminant plusieurs défis.

JVFR
Les fameuses orbes à récupérer...
JVFR
... également obtenues via la complétion de défis.

Pour braver le mode difficile, récolter ces orbes ne sera pas du luxe, puisque cela viendra radicalement changer la façon d'utiliser les différentes armes de Lo Wang et améliorer sa santé, ses capacités et autres. Une manière plus ou moins habile de nous encourager à exploiter toutes les ficelles du jeu et chercher chaque petit recoin caché dans des niveaux autrement tristement dirigistes.

JVFR
Le menu permettant d'améliorer les capacités de Lo Wang grâce aux orbes...
JVFR
... et celui dédié aux armes.

Si notre succincte description du gameplay de Shadow Warrior 3 vous fait craindre une certaine redondance ou une formule qui risque rapidement de s'essouffler, rassurez-vous (enfin si on veut). Notre voyage visant à détruire le titanesque dragon s'est en effet montré ridiculement court, puisqu'il nous a seulement fallu une soirée pour arriver aux crédits du jeu. Oui, quatre heures en compagnie de Lo Wang nous ont suffi pour terminer sa nouvelle aventure.

Une durée de vie ridiculement courte, d'autant que la rejouabilité est pour ainsi dire absente, à moins de vouloir débloquer à 100% les arbres des armes et des capacités de Lo Wang. De même, alors que Shadow Warrior 2 comportait un solide mode coop, sa suite en est inexplicablement dépourvue, nous donnant plus l'impression d'avoir affaire à une régression qu'à une suite. La note de 50 euros s'avère alors particulièrement salée.

Publicité

Publicité

Shadow Warrior 3 : l'avis de JVFR

Si l'esprit décomplexé de Shadow Warrior habite bien cette suite, elle manque malheureusement cruellement d'âme et de chair. L'ensemble est cependant sauvé par un humour caustique, une direction artistique somptueuse, une technique impeccable, des combats particulièrement grisants et des phases de plateformes sympathiques.

Malheureusement, rien de ce que le titre de Flying Wild Hog propose n'est en soi original, avec notamment un univers, aussi beau soit-il, secondaire au possible. Et ne parlons pas du tarif de 50 euros pour une durée de vie proprement ridicule, sans rejouabilité ni coopération, qui nous apparaît un tantinet honteux. Si vous recherchez un FPS court, mais amusant et sans prise de tête, le jeu saura malgré tout vous combler… à condition d'attendre des promotions. En l'état, rien ne justifie de l'acheter au prix fort.

Six ans d'attente pour une amère déception, et cela tombe bien, puisque c'est la note que nous attribuons à Shadow Warrior 3.

Shadow Warrior 3

6

Lo Wang nous revient après six ans dans ce qui ressemble plus à une régression qu'une suite. Troquant des niveaux ouverts et un soupçon d'action-RPG pour un FPS couloir à la DOOM Eternal sans originalité, le jeu brille par sa technique et son gameplay nerveux, mais pêche cruellement par un univers inintéressant, l'absence de coop et une durée de vie honteusement courte.

Les plus

  • Combats nerveux et bourrins à souhait
  • Déplacements fluides et plaisants
  • Visuellement et techniquement impressionnant
  • Humour décalé et assumé

Les moins

  • Un scénario ? On peut tuer des trucs avec ?
  • Manque cruel d'originalité
  • Durée de vie ridicule qui ne vaut pas 50€
  • Absence de mode coop
JVFR

Shadow Warrior 3

  • PC
  • PlayStation 5
  • PlayStation 4
  • Xbox Series X | S
  • Xbox One

Date de sortie :

28 février 2022

Commentaires via Clubic

Dernières actualités