Test Tiny Tina's Wonderlands : Donjons et Brutasses

Publicité

Test Tiny Tina's Wonderlands : Donjons et Brutasses

Robin Lamorlette

23 mars 2022 à 13h00

4
© Gearbox Software / 2K
© Gearbox Software / 2K

En 2013, Gearbox créait la surprise avec l'excellent et hilarant DLC de Borderlands 2 intitulé Tiny Tina's Assault on Dragon Keep, où nous étions plongés dans un jeu de rôle bien barré. Neuf ans plus tard et après un Borderlands 3 où l'explosive adolescente avait un rôle tout à fait secondaire, elle a droit à sa propre aventure avec le spin-off Tiny Tina's Wonderlands. Un retour sur le devant de la scène réussi pour Tiny Tina ?

8

Voir le prix
Tiny Tina's Wonderlands
  • Gameplay nerveux et addictif
  • Création et développement de son personnage aboutis
  • Techniquement et graphiquement très propre
  • Un nouveau jeu dans le jeu pour le endgame
  • Narration assez insipide et BEAUCOUP trop bavarde
  • Navigation dans les grandes zones laborieuse
  • Bande-son parfaitement oubliable
  • Forcément assez répétitif à la longue

Pour ce nouveau titre standalone, Gearbox entend plus que jamais mélanger FPS looter shooter et action-RPG, puisqu'il ne s'agit plus d'incarner un personnage préétabli, mais bien de créer notre propre héros dans un univers médiéval fantastique… avec des flingues. Si certaines mécaniques ont été réadaptées pour coller à la célèbre maxime « ta gueule c'est magique », les fans de Borderlands ne seront certainement pas dépaysés outre mesure.

Test réalisé sur PC via une version de test fournie par l'éditeur. Tiny Tina's Wonderlands sortira le 25 mars sur PC (en exclusivité temporaire sur l'Epic Games Store), PS4, PS5, Xbox One et Xbox Series X|S. Le cross-play est supporté sur l'ensemble des plateformes, à condition de créer un compte SHiFT. Sur consoles, il est possible de jouer en écran scindé, à deux seulement sur PS4 et Xbox One, et jusqu'à quatre sur PS5 et Xbox Series.

Publicité

Publicité

« Faites votre fiche de perso, les losers ! »

Tiny Tina's Wonderlands nous fait un temps quitter la recherche des Arches et place sa chronologie… quelque part entre les trois épisodes canoniques. L'adolescente experte en explosifs est en tout cas ici bien plus jeune que dans le troisième opus. Elle s'adonne une fois encore à son autre passion : le jeu de rôle Bunkers & Brutasses, une adaptation de Donjons & Dragons à la sauce déjantée de Borderlands. À sa table, nous avons Valentine et Frette, deux personnages sympathiques, mais à l'utilité toute relative si ce n'est des commentaires rarement pertinents et souvent agaçants au fil de l'aventure.

Nos side-kicks Valentine et Frette, et bien sûr Tiny Tina, la Maîtresse de Jeu !
Nos side-kicks Valentine et Frette, et bien sûr Tiny Tina, la Maîtresse de Jeu !

Et puis il y a notre personnage, la bleusaille, dont la figurine n'a pas encore été peinte, qui va être élevé au rang de Main du destin, le seul héros capable de vaincre le Seigneur Dragon. Le plateau de jeu est ainsi dressé pour une histoire extrêmement basique et dirigiste, qui n'arrive selon nous pas à la cheville de celle du DLC de Borderlands 2. Du fait de son statut de spin-off, le jeu doit être autosuffisant dans sa narration… et la sauce ne prend globalement pas. Ce malgré le retour de têtes bien connues comme Claptrap ou la plus magnifique des reines… Étalon du Cul !

La magnifique reine Étalon du Cul tape sa meilleure pose dans un Mode Photo plutôt complet.
La magnifique reine Étalon du Cul tape sa meilleure pose dans un Mode Photo plutôt complet.

Tout d'abord parce que chaque quête est l'occasion de diatribes interminables, et que l'univers de Tiny Tina se contente d'être un nid à références mélangeant pêle-mêle la Légende du Roi Arthur, les Schtroumpfs, Pinocchio, The Witcher, et bien d'autres. Enfin, l'humour iconique de Borderlands et les quelques fulgurances sorties du cerveau en ébullition de Tiny Tina arrivent rarement à nous arracher plus qu'un soufflement du nez. Dommage.

Des références à la pelle, un humour qui rate souvent sa cible et des dialogues interminables...
Des références à la pelle, un humour qui rate souvent sa cible et des dialogues interminables...

Heureusement, Tiny Tina's Wonderlands est loin de manquer de grandes qualités, à commencer par la création de notre Main du destin, une première dans la franchise. Le moteur de création de personnages se montre assez complet (et pourra être encore plus étoffé avec des butins purement cosmétiques au fil de la progression) et permet quelques folies.

JVFR
Une station dans la capitale du jeu nous permettra de modifier à l'envi notre personnage avec de nouveaux éléments cosmétiques obtenus.

Vient ensuite un système de statistiques très typé jeu de rôle comme la Force, la Dexterité ou l'Intelligence, qui amélioreront par exemple nos dégâts et nos chances de coup critique ou encore la vitesse de recharge de nos compétences. Enfin, nous pourrons choisir entre six classes aux gameplay et compétences proprement uniques, qui viennent parfaire ce sentiment de liberté offert sur ce point. Autour du niveau 20, nous aurons l'occasion de coupler notre classe de départ avec une seconde, pour créer notre propre build et le rendre encore plus fou et puissant.

JVFR
Le créateur de personnage permet de créer des avatars originaux. Donc tout l'inverse de ce qu'on a fait ici.

Une fois notre personnage créé, nous voilà lancés dans l'univers de Tiny Tina, avec un premier tableau franchement chatoyant à l'œil. Tout en conservant la patte cel-shading propre à la franchise, le jeu est selon nous globalement réussi graphiquement et techniquement. À part quelques rares chutes de framerate, la fluidité était au rendez-vous en ultra à 1 440p tout au long de notre partie, malgré le chaos manifeste des combats. Dommage que la bande-son soit parfaitement oubliable (tout comme la VF, à laquelle nous préférons largement la VO notamment portée par la pétillante Ashly Burch dans son iconique rôle de Tiny Tina) et ne dynamise que très pauvrement ces derniers.

JVFR
Notre aventure dans l'univers de Tiny Tina commence avec un plutôt joli tableau.

Publicité

Publicité

Main (du destin) sur le butin

Transition idéale pour parler de l'un des plus gros points forts du jeu : ses combats. Celles et ceux qui ont joué à Borderlands 3 devraient se trouver en terrain très connu. Chaque fabricant d'arme et catégorie de pétoires dispose de son caractère unique, on troque les grenades pour des sorts, mais le sel de ce qui fait les combats dans la franchise est bien présent. À noter que le corps-à-corps se voit grandement étoffé, puisque ce spin-off propose un large panel d'armes comme des haches ou des épées avec leurs statistiques propres. Au début du jeu, les combats se montreront cependant assez mous du fait d'armes peu puissantes et d'un personnage peu développé. Mais le rythme s'accélère assez vite et devient carrément effréné sur la fin du jeu.

JVFR
Les combats sont globalement nerveux, chaotiques et spectaculaires.

Autre pan essentiel d'un jeu Borderlands : son système de butin. Et là encore, la fameuse loot shower répond bien sûr présent ! C'est toujours avec un certain plaisir que nous voyons des liserés bleus, violets ou oranges dans la montagne de butin au sol afin de voir si l'un de ces équipements viendra rendre notre personnage encore plus puissant. La synergie entre toutes ces pièces du puzzle est ici superbement bien ficelée et vient rendre la progression addictive, en dépit de sa narration bancale.

JVFR
Comme dans tout jeu Borderlands, il n'est pas rare d'être noyé dans le butin !

Malheureusement, la plupart des objets ramassés finiront à la vente, et il arrive très (trop ?) souvent que notre sac soit plein, nous demandant de faire le tri et de nous rendre en boutique pour le vider et continuer l'aventure. Ce qui vient se coupler à une autre frustration : la navigation dans les grandes zones du jeu. Comme dans les jeux Borderlands précédents, des téléporteurs sont disséminés sur ces dernières, mais se limitent au maximum à trois par zone. En l'absence de véhicule… de monture, nous allons souvent faire de longs aller-retours à pied dont on se serait bien passés.

JVFR
Vous allez passer (très) souvent devant ces boutiques pour soulager votre sac.

Malgré tout, explorer chaque zone au peigne fin est primordial, car celles-ci débordent d'objets à collecter ayant chacun une véritable utilité. Les dés, parchemins, orbes ou feuilles de poème nous permettent en effet en les collectant d'augmenter de manière permanente nos statistiques et nos chances de récupérer du meilleur butin. De même, des énigmes et obélisques invoquant des vagues d'ennemis viendront mettre notre agilité et nos compétences à l'épreuve pour également nous attribuer des bonus permanents une fois tous complétés.

JVFR
Les dés à collecter dans le jeu sont cruciaux pour augmenter nos chances d'obtenir du meilleur butin.

Enfin, les quêtes secondaires (assez rares par rapport aux jeux précédents) méritent notre pleine attention, malgré la lassitude que leurs dialogues incessants génèrent. Les terminer nous octroiera systématiquement son pesant d'or et d'expérience, mais surtout des pièces d'équipement uniques qui peuvent grandement renforcer notre build et faciliter notre progression.

Publicité

Publicité

Sanctuaires et canettes de soda

Outre les grandes zones qu'on a l'habitude d'arpenter dans les jeux Borderlands, Tiny Tina's Wonderlands se fend d'une autre nouveauté pour la franchise : un plateau de jeu en vue du dessus faisant un clin d'œil appuyé aux J-RPG à l'ancienne. Sans être un ajout absolument indispensable, cela a le mérite d'apporter un brin de variété dans le gameplay.

JVFR
Tiny Tina n'est clairement pas la MJ la plus soigneuse qu'on ait connu...

Notre personnage à la tête démesurément grosse pourra ainsi se déplacer sur ce plateau afin de rejoindre les grandes zones dans lesquelles nous repasserons en vue FPS, mais pas seulement. Comme dans les vieux J-RPG, nous tomberons en effet sur des rencontres aléatoires faisant office d'arènes cloisonnées où nous devrons éliminer un certain nombre d'adversaires en vue FPS afin de récupérer diverses récompenses.

JVFR
Comme dans les J-RPG à l'ancienne, nous tomberons parfois sur des rencontres aléatoires sur le plateau de jeu.

L'exploration de fond en comble de ce plateau sera également indispensable pour obtenir des bonus permanents pour notre personnage ou sur la carte de campagne, comme une vitesse de déplacement augmentée (et ce n'est pas du luxe !). Pour cela, il nous faudra notamment trouver des dés disséminés sur le plateau, ou récupérer des morceaux de sanctuaire que l'on peut trouver en explorant ou dans des mini-donjons.

JVFR
Il sera indispensable de récupérer les morceaux de sanctuaires pour obtenir d'importants bonus permanents.

Enfin, des quêtes secondaires exclusives au plateau de jeu sont également de la partie et ne sont pas à négliger non plus. Certaines ouvrent en effet des passages nécessaires à la progression, d'autres donnent accès à des équipements uniques ou encore aux fameux morceaux de sanctuaires et dés à collecter.

JVFR
La plupart des quêtes exclusives au plateau sont indispensables à la progression.

Publicité

Publicité

Chaos enchanté mythique entre amis

Une fois arrivé au niveau maximum fixé à 40, les points d’expérience gagnés ne serviront plus à remplir notre arbre de compétences. Un nouveau panneau s’ouvrira pour notre personnage : le Rang Mythique. Très similaire aux niveaux de brutasses des titres précédents, nous pourrons augmenter les statistiques de notre personnage dans quatre branches, mais selon le sens des aiguilles d'une montre. Toujours est-il que cela permet de parfaire notre build en choisissant en priorité les statistiques qui nous intéressent.

JVFR
Au niveau 40, l'expérience gagnée nous octroiera des points de Rang Mythique à dépenser dans ce sous-menu.

Peu après le niveau 40, l’histoire principale devrait rapidement pointer le bout de son nez, au bout d'une grosse vingtaine d'heures de jeu en difficulté maximale, en ayant exploré chaque zone majeure à environ 80 %. Comme dans Borderlands 3, un Mode Chaos sera alors disponible, renforçant la difficulté globale du jeu, mais aussi forcément la qualité du butin.

JVFR
Le Mode Chaos introduit dans Borderlands 3 fait son retour dans Tiny Tina's Wonderlands.

Un système d’Enchantement s’ouvrira également à nous, permettant de modifier ces affixes introduits dans Borderlands 3. Cela coûtera des pierres lunaires (assez faciles à obtenir) et nous permettra d’adapter diverses pièce d'équipement à notre build. Un autre point sur lequel Tiny Tina's Wonderlands fait mieux que son aîné, dans lequel ces affixes étaient purement liés à l’aléatoire.

JVFR
L'Enchantement permettra d'ajouter de puissants effets à notre équipement pour rendre notre build encore plus efficace.

Mais là où Tiny Tina tire sa dernière épingle du jeu, c’est dans un nouveau mode endgame appelé Chambre du Chaos. Véritable jeu dans le jeu très similaire à une run procédurale dans un roguelike, ce mode nous propose de mettre notre build à l'épreuve dans des arènes cloisonnées similaires à celles que l’on trouve sur le plateau de jeu. Une fois un niveau terminé, plusieurs portails s’offrent à nous. L’un permettra d’appliquer des malédictions venant changer les règles de la run en cours pour du meilleur butin, un autre nous permettra d’obtenir la bénédiction d’Etalon du Cul, et ainsi de suite.

JVFR
Principal pan du endgame, la Chambre du Chaos s'apparente à une run dans un jeu de type roguelike.

En guise de butin, nous aurons principalement des cristaux à dépenser pour acquérir des bonus venant s'appliquer à la run en cours, ou pour obtenir une douche de butin à l’issue de la run, après avoir occis l’un des boss rencontrés durant la progression (globalement impressionnants, mais pas nécessairement très difficiles). Ce mode permettra aussi de débloquer des niveaux du Chaos, qui s’appliqueront autant à nos prochaines runs qu'au jeu de base.

JVFR
Terminer une run dans la Chambre du Chaos nous permettra de dépenser nos cristaux dans le Butin Chaotique.

Pour terminer notre tour d'horizon de Tiny Tina's Wonderlands, nous avons eu l’occasion de joindre nos forces avec le bon Nerces pour voir ce que vaut le jeu en coopération. Après avoir bataillé avec le système social de l’Epic Games Store et de SHiFT, nous avons ainsi pu constater que celui-ci fonctionne globalement bien avec peu de latence. Un joueur de plus haut niveau ne perdra par ailleurs pas son temps en aidant un camarade moins avancé, puisque le niveau des ennemis se cale individuellement sur celui des participants. De même, le butin sera du niveau de chaque joueur, à moins d’avoir paramétré un butin commun au lancement de votre partie.

JVFR
Merci à Nerces pour son illustre compagnie dans l'univers déjanté de Tiny Tina !

Publicité

Publicité

Tiny Tina's Wonderlands : l'avis de JVFR

Si vous vous attendiez à des tranches de rigolade et un scénario capillotracté comme celui du DLC dont s'inspire Tiny Tina's Wonderlands, vous risquez d'être assez déçu. Mais si vous avez adoré le gameplay de Borderlands 3, ce spin-off devrait amplement vous combler. On retrouve bien ce côté nerveux et chaotique, mais à la sauce médiéval-fantastique avec une plus grande liberté pour développer notre personnage comme on le souhaite.

Doté d'une durée de vie solide, malgré une progression parfois laborieuse et un tantinet lassante, le dernier titre de Gearbox viendra largement vous occuper en attendant un éventuel Borderlands 4. Le endgame, entre autres éléments, est nettement meilleur que celui de son aîné, et des DLC sont bien sûr prévus pour prolonger notre séjour dans l'univers déjanté et coloré de Tiny Tina.

Neuf ans d'attente pour que l'explosive adolescente revienne sur le devant de la scène comme elle le mérite, et nous ne sommes globalement pas déçus de la partie de jeu de rôle à sa table ! Malgré ses quelques défauts, Tiny Tina décroche donc chez nous la jolie note de 8/10.

Tiny Tina's Wonderlands

8

Après un excellent DLC sur Borderlands 2, l'explosive Tiny Tina fait un retour remarqué dans un spin-off où elle dirige à nouveau sa propre partie de jeu de rôle déjantée. Si la narration laisse un peu à désirer et peine à s'émanciper, le gameplay de Borderlands 3 mâtiné de RPG médiéval-fantastique rattrape largement le tout, animé par une solide direction artistique chatoyante à l'œil.

Les plus

  • Gameplay nerveux et addictif
  • Création et développement de son personnage aboutis
  • Techniquement et graphiquement très propre
  • Un nouveau jeu dans le jeu pour le endgame

Les moins

  • Narration assez insipide et BEAUCOUP trop bavarde
  • Navigation dans les grandes zones laborieuse
  • Bande-son parfaitement oubliable
  • Forcément assez répétitif à la longue
JVFR

Tiny Tina's Wonderlands

  • PC
  • PlayStation 5
  • PlayStation 4
  • Xbox Series X | S
  • Xbox One

Date de sortie :

24 mars 2022

Commentaires via Clubic

Dernières actualités