Call of Duty : Activision monte d’un cran dans son offensive contre les tricheurs

Publicité

Call of Duty : Activision monte d’un cran dans son offensive contre les tricheurs

JVFR
© Activision

En 2022, Activision va avoir fort à faire au sein des modes multijoueur de Call of Duty : Warzone et Vanguard puisque l’éditeur ambitionne de s’attaquer à deux problèmes majeurs : les bugs et les tricheurs. Après avoir fait la promotion de son système anti-triche, baptisé Ricochet, Activision vient de dégainer une nouvelle arme.

Le 4 janvier dernier, l’éditeur américain a voulu donner du sens au proverbe « aux grands maux les grands remèdes » en intentant une action en justice contre le site de triche EngineOwning.

Publicité

Activision envoie les soldats en costumes

Il faut croire qu’Activision ne souhaitait pas uniquement se contenter du lancement de son système anti-triche pour mettre un terme aux exactions de certains joueurs. Présenté en octobre dernier et fraîchement introduit lors du lancement de la nouvelle map, Caldera, dans Warzone, Ricochet affiche d’ores et déjà de beaux résultats dont l’éditeur s’est vanté sur Twitter.

Mais, plus loin encore, Activision a voulu prendre le problème à la racine et de se débarrasser aussi bien des joueurs peu scrupuleux que des individus qui les tentent par le biais de nombreux services. C’est donc dans cette optique que l’éditeur s’est rapproché du District central de Californie afin de déposer une action en justice contre le distributeur EngineOwning.

Dans cette affaire, Activision s’estime lésé dans la mesure où « les activités en cours portent atteinte aux jeux d’Activision, à son activité globale et à l’expérience de la communauté ». Si le site EngineOwning se défend en indiquant qu’il propose des logiciels de triche afin de donner, à tout à chacun, « la possibilité de gagner et de profiter des matchs en ligne », l’éditeur ne l’entend pas de cette oreille.

Pour Activision, EngineOwning offre divers moyens aux joueurs de « manipuler les jeux Call of Duty à leur avantage personnel », c’est pourquoi il est accusé, dans le cadre de cette action, d’être engagé dans « le développement, la vente, la distribution, le marketing et l’exploitation » de systèmes de triche malveillants et de hacks.

Source : The Verge

Modifié le 06 janvier 2022 à 09h20

Publicité

Dernières actualités