On a joué à Overwatch 2, et on en veut encore

Publicité

On a joué à Overwatch 2, et on en veut encore

Robin Lamorlette

28 avril 2022 à 14h01

24
© Blizzard
© Blizzard

Overwatch 2 s'est enfin laissé approcher dans une bêta fermée sur PC, avec moult changements au programme. L'attente en valait-elle la peine ? Nos premières impressions !

À noter qu'il ne s'agit que d'une première phase de bêta parmi tant d'autres à venir, dans laquelle tous les changements prévus par Blizzard n'ont pas encore été implémentés. Mais toujours est-il que cela nous a permis de découvrir le nouveau moteur, la nouvelle orientation adoptée par la Team 4 et les nouveautés qui nous attendent sur le multijoueur d'Overwatch 2, dont la sortie officielle est a priori prévue courant 2023.

Pour rappel, le multijoueur d'Overwatch premier du nom fusionnera gratuitement avec celui du second opus. Pour profiter du nouveau moteur et du mode JcE, il faudra toutefois faire l'acquisition d'Overwatch 2.

Publicité

Publicité

Un moteur d'avenir ?

Développer une suite pour un jeu à service n'a pas été une décision très appréciée par la communauté. Cela a en effet entraîné une longue traversée du désert pour le premier opus, tous les efforts de la Team 4 étant concentrés sur Overwatch 2 depuis son annonce en 2019. Parmi les arguments avancés par Blizzard justifiant une telle décision : un moteur tout neuf.

S'il sera avant tout mis en avant dans le fameux mode JcE, cette bêta fermée du multijoueur nous a permis d'en découvrir les prémices. S'il ne s'agit en rien d'une révolution, Overwatch 2 gagne en netteté et en finesse dans ses graphismes, et brille grâce à des éclairages et des effets de lumière franchement chatoyants à l'œil. Et ce sans être forcément plus gourmand. Avec notre solide configuration de test, le jeu tournait allègrement au-dessus des 100 fps constants en qualité ultra.

Sans être une claque graphique, Overwatch 2 gagne en finesse et en qualité sur ses effets visuels.
Sans être une claque graphique, Overwatch 2 gagne en finesse et en qualité sur ses effets visuels.

Prévoyant d'intégrer un cycle jour/nuit et des effets météorologiques, ce nouveau moteur nous permet dans le multijoueur de découvrir anciennes et nouvelles maps sous un… jour nouveau. Dorado ou King's Row de jour se montrent ainsi sous toute leur gloire ensoleillée, et cela apporte une certaine diversité bienvenue.

Redécouvrir les anciennes maps sous un autre éclairage apporte une certaine diversité.
Redécouvrir les anciennes maps sous un autre éclairage apporte une certaine diversité.

Autre point sur lequel Blizzard a agréablement redynamisé le jeu : le sound design. Les sons des différentes armes et compétences gagnent en intensité et donnent beaucoup plus de punch à l'action. Ceci couplé à la technique remise au goût du jour offrant une plus grande fluidité rendent les parties d'autant plus satisfaisantes à jouer.

L'interface en profite également pour devenir plus épurée et affiche notamment (enfin !) un tableau des scores complet et un système de ping vraiment bien ficelé. Il sera ainsi plus aisé que jamais de blâmer ses coéquipiers d'avoir une meilleure vision d'ensemble de la partie et de pouvoir communiquer avec son équipe en complément ou en remplacement du chat vocal.

Overwatch 2 introduit enfin un solide système de ping...
Overwatch 2 introduit enfin un solide système de ping...
... et un tableau des scores !
... et un tableau des scores !

Publicité

Publicité

Shieldwatch appartient définitivement au passé (et tant mieux !)

En parlant d'action, Overwatch 2 n'en manque certainement pas, avec une nouvelle orientation qui a fait couler beaucoup d'encre : le passage d'équipes de 6 contre 6 à 5 contre 5 ! Dans le souci d'éliminer complètement la tristement célèbre meta Shieldwatch, Blizzard a décidé de se départir d'un tank par équipe afin d'apporter plus de dynamisme aux parties.

JVFR
Il va falloir s'habituer à un tank en moins dans chaque équipe !

Et force est de constater que la formule fonctionne selon nous vraiment bien, en comptant d'autres ajouts et des changements majeurs pour de nombreux héros comme Doomfist (désormais un tank), Orisa, Sombra, Bastion et bien d'autres. On peut notamment citer des passifs spécifiques à chaque classe : les tanks sont moins sensibles aux effets de contrôle de foule et chargent moins vite les ultimes ; les DPS se déplacent plus vite et les supports se soignent passivement après un certain délai sans subir de dégâts.

JVFR
Sombra et certains autres héros ont reçu des changements majeurs sur la bêta fermée.

Bien entendu, cela ne va pas sans un réapprentissage intégral des mécaniques du jeu et un travail bien plus ardu pour le seul tank et les supports. Ceux-ci perdent en effet un second coéquipier pour les protéger des DPS, qui gagnent grandement en liberté dans la manœuvre.

Blizzard s'est aussi attelé à réduire drastiquement la quantité d'effets de contrôle de foule. Cela participe également à rendre l'action omniprésente et plus plaisante. Dans le processus cependant, certains héros qui n'ont reçu que des changements mineurs (voire aucun) dans cette optique se retrouvent sur la touche, tandis que d'autres sont clairement beaucoup trop puissants à l'heure actuelle. Mais la Team 4 prévoit à terme de réimaginer et rééquilibrer entièrement tous les héros afin qu'ils aient une place dans ce nouveau monde en 5 contre 5.

JVFR
À quelques rares exceptions, les effets de contrôle de foule sont bien moins prépondérants.

De même, les capacités ultimes qui pouvaient parfois renverser complètement le cours d'une partie seront bien moins fréquentes dans Overwatch 2. Cela participe ainsi à des teamfights davantage basés sur la coordination et le niveau individuel plutôt qu'au fameux « Appuyer sur A pour gagner ». Dans l'ensemble, et sans pour autant dénaturer ce qui fait le charme et l'identité d'Overwatch, cette nouvelle orientation 5 contre 5 nous semble donc un pas dans une prometteuse direction en tant qu'adeptes de FPS multijoueur dynamiques.

JVFR
Les teamfights gagnent fiévreusement en dynamisme et les DPS en liberté dans leur champ d'action.

Précisons que la bêta ne dispose pas d'un système de matchmaking basé sur le niveau. Chaque partie est donc une loterie pouvant nous placer avec et contre des débutants comme des joueurs professionnels du monde entier. La bêta n'est en effet pas délimitée par région et donc parfois propice à une latence importante. Dans de telles conditions, il est donc difficile d'avoir une vision claire et arrêtée de ce que donnera le multijoueur d'Overwatch 2 une fois le jeu officiellement sorti, mais permet tout du moins de se forger un premier avis somme toute prometteur.

Publicité

Publicité

Le monde avait bien besoin de nouveaux héros/modes de jeu/maps

Outre le gameplay, ce qui fait tout le charme d'Overwatch est la sortie de nouveaux contenus comme des héros, maps et modes de jeu. La bêta fermée nous fait ainsi découvrir Sojourn, une héroïne DPS au gameplay extrêmement plaisant, doté d'une grande complexité demandant un certain temps pour en maîtriser tout le potentiel.

JVFR
Avec sa mobilité et son arme mêlant projectiles et canon à rayon, Sojourn est une excellente addition à Overwatch.

Avec Overwatch 2, Blizzard en a également profité pour reléguer à l'histoire ancienne le tant honni mode « 2 CP ». En lieu et place, un tout nouveau mode intitulé Push en totale contradiction, car venant constamment faire bouger le théâtre de l'action. Chaque équipe doit en effet contrôler un robot qui se chargera de pousser une barrière d'un côté ou de l'autre d'une ligne. Finis les teamfights statiques et concentrés sur une seule zone, le mode Push est un véritable vent de fraîcheur et de dynamisme.

JVFR
L'objectif du mode Push et d'accompagner le robot, dont la seule mission est de pousser notre barrière le plus loin possible.

Pour inaugurer ce nouveau mode et redécouvrir les anciens modes sous l'égide du 5 contre 5, la bêta fermée nous propose également de nouvelles maps à découvrir : Rome, Toronto, Monaco et New York. Plus ouvertes que les anciennes maps, elles impressionnent aussi par le soin apporté à la superbe direction artistique si caractéristique d'Overwatch et s'avèrent fort intelligemment construites.

JVFR
Les nouvelles maps (ici New York) sont aussi sublimes qu'intelligemment construites.

Blizzard prévoit d'ailleurs de réadapter toutes les maps du premier opus afin que celles-ci collent davantage à l'orientation 5 contre 5. De nouvelles routes de flank, plus de couverts et d'autres éléments viendront donc agrémenter le jeu au fil des prochaines phases de bêta et au-delà. Nous devrions également pouvoir y découvrir encore d'autres maps et héros, ainsi que des changements majeurs pour certains héros qui en auraient bien besoin.

Publicité

Publicité

Nos premières impressions sur le multijoueur d'Overwatch 2

Il aura fallu se montrer extrêmement patient, mais le multijoueur d'Overwatch 2 s'annonce selon nous comme une véritable cure de jouvence pour le FPS de Blizzard. La nouvelle orientation 5 contre 5 rebat complètement les cartes d'un jeu qui a stagné pendant deux ans, et le gameplay se montre plus dynamique que jamais.

Les nouveautés apportées s'avèrent pour l'instant convaincantes en ce sens, même s'il reste beaucoup d'équilibrage à faire afin que chaque héros ait sa place dans ce nouveau monde plus impitoyable. La bêta fermée s'est de plus montrée particulièrement stable, en dehors des problèmes de latence du fait de serveurs globaux.

Quoi qu'il en soit, les fans d'Overwatch devraient avoir de quoi se réjouir : leur jeu de prédilection s'annonce plus en forme que jamais, et cela fait vraiment plaisir à voir ! Reste à découvrir le mode JcE qui entend proposer de nouvelles mécaniques et surtout étoffer le lore fascinant de cet univers aux petits oignons concocté par Blizzard… si tout va bien en 2023.

En attendant, on ne va pas manquer de profiter à fond de cette première phase de bêta fermée, qui se terminera le 17 mai !

JVFR

Overwatch 2

  • PC
  • PlayStation 4
  • Xbox One
  • Nintendo Switch

Commentaires via Clubic

Dernières actualités