Activision Blizzard : Bobby Kotick dans la tourmente

Publicité

Activision Blizzard : Bobby Kotick dans la tourmente

JVFR
© Activision Blizzard

Rien ne va plus pour le patron d'Activision ! En effet, les récentes affaires concernant le harcèlement sexuel systémique au sein de l'entreprise remontent jusqu'au P.-D.G., qui était vraisemblablement au courant de la situation…

Pire encore, Bobby Kotick en personne aurait fait preuve de conduites inappropriées ces dernières années.

Publicité

Quand y en a plus, y en a encore

Ces derniers mois, les allégations d'agressions sexuelles et de harcèlement à l'encontre d'employés d'Activision Blizzard ont défrayé la chronique. Si bien que de nombreux hauts gradés ont dû partir face aux preuves qui s'accumulaient. Les accusations touchaient notamment la division Blizzard, mais aussi des studios tels que Treyarch et Sledgehammer Games. Le très sérieux The Wall Street Journal (WSJ) est revenu à la charge avec de nouvelles informations assez embarrassantes pour le boss de l'entreprise.

Ainsi, les témoignages d'anciens employés et des documents internes récupérés par le WSJ indiquent que Bobby Kotick était au courant des agissements des personnes incriminées. Depuis la publication de ces affaires, le principal intéressé a constamment clamé qu'il ne savait rien. Pire encore, celui-ci serait allé jusqu'à étouffer des enquêtes internes en refusant de solliciter le conseil d'administration.

En 2017, au terme d'un événement bien arrosé, le co-dirigeant de Treyarch nommé Dan Bunting a harcelé sexuellement l'une de ses collaboratrices. Le service des ressources humaines a enquêté sur cette histoire, puis a fini par recommander le licenciement de Bunting. Une recommandation à laquelle Bobby Kotick s'est opposé en confirmant le dirigeant du studio à son poste. Finalement, à la suite des récentes investigations du WSJ, Dan Bunting a tout de même fini par démissionner.

Publicité

Un patron bientôt mis à la porte ?

Mais ce n'est pas terminé, car Bobby Kotick est lui-même sous le feu d'accusations de harcèlement. Il aurait notamment menacé de mort une assistante par téléphone en 2006 via un message vocal. D'après un porte-parole d'Activision, il se serait rapidement excusé pour sa conduite plus qu'inappropriée.

Bref, ces derniers éléments ne vont pas arranger les choses au sein des équipes d'Activision Blizzard. Plus de 150 employés se sont spontanément mis en grève illimitée dans le but de réclamer le départ de Bobby Kotick. Et si ce dernier a reçu le soutien du comité de direction de sa compagnie, la pression risque de se faire plus forte avec cette ultime information.

Car, d'après le Washington Post, un groupe d'actionnaires réclame désormais le licenciement immédiat du P.-D.G. (mais aussi de ses associés Brian Kelly et Robert Morgado). Si cette requête n'est pas suivie de faits, les actionnaires menacent de remplacer le conseil d'administration durant la prochaine assemblée annuelle. Ce coup de pression va-t-il déboucher sur le départ de Bobby Kotick ? Affaire à suivre !

Modifié le 17 novembre 2021 à 18h15

Publicité

Dernières actualités