Metroid Dread : des développeurs se plaignent de ne pas avoir été crédités à la fin du jeu

Publicité

Metroid Dread : des développeurs se plaignent de ne pas avoir été crédités à la fin du jeu

JVFR
© Nintendo

Travailler dans l'industrie du jeu vidéo n'a rien d'une promenade de santé. Et c'est d'autant plus vrai lorsque le dur labeur des développeurs n'est pas reconnu à sa juste valeur. C'est vraisemblablement ce qu'il s'est passé sur Metroid Dread

Plusieurs employés se sont offusqués de ne pas voir leur nom apparaître sur le générique de fin.

Publicité

Des mois de travail pour rien

Impossible de passer à côté de ce véritable phénomène qu'est Metroid Dread. Cet opus exclusif à la Nintendo Switch est rapidement devenu le titre le plus populaire de la saga 2D et les critiques ont été extrêmement élogieuses à son égard. Une véritable success-story sensiblement entachée par les témoignages d'anciens salariés du studio MercurySteam auquel nous devons cet excellent jeu.

Ainsi, trois développeurs qui sont passés par la firme madrilène se sont étonnés de ne pas avoir été crédités malgré l'utilisation de leurs créations dans la version finale de Metroid Dread. C'est par exemple le cas de Roberto Mejías, un artiste 3D qui s'est exprimé sur le réseau social LinkedIn. S'il s'est félicité de la qualité du titre créé par « une équipe très talentueuse », le principal intéressé ajoute ne pas avoir été inclus dans le générique malgré ses huit mois passés chez MercurySteam. Et il n'est donc pas le seul dans ce cas.

Publicité

Une pratique douteuse ?

L'animatrice 3D sur les cinématiques Tania Peñaranda a constaté la même chose. Elle dit avoir aperçu de nombreuses animations créées par ses soins dans Metroid Dread mais sans voir son nom apparaître au terme de l'aventure. Un dernier ancien employé resté sous anonymat raconte une histoire similaire. Il explique pourtant avoir occupé son poste durant onze mois. C'est, selon cette personne, « une pratique abjecte ».

Face à ces témoignages, un représentant de MercurySteam a publié un communiqué auprès du site espagnol Vandal. Le studio explique notamment que pour être crédité, un membre de l'équipe doit avoir été présent durant au moins 25 % du temps total nécessaire au développement du jeu. Bien que « des exceptions puissent être faites pour des contributions exceptionnelles ».

Une habitude dans le jeu vidéo ?

Mais ne jetons pas exclusivement la pierre à la firme basée à Madrid. En septembre dernier, Kotaku rapportait des faits similaires chez Arkane Lyon pour Deathloop. Des salariés auraient vu leur nom être placé dans la catégorie des remerciements voire même être totalement supprimé du générique. Aussi, plus de mille employés auraient connu le même sort sur Red Dead Redemption 2. Rockstar Games est coutumier du fait puisque d'autres cas remontant au développement de L.A. Noire et Manhunt étaient déjà remontés. Une porte-parole de la firme étoilée avait admis cette pratique en ajoutant que si une personne ne va pas jusqu'au terme du développement, elle est systématiquement retirée des crédits. Ambiance…

Si l'absence d'un nom dans les crédits de fin ne semble pas dramatique, les personnes impactées expliquent que cette mésaventure peut être préjudiciable pour la suite de leur carrière. En effet, sans être inclus dans le générique, les développeurs ne peuvent pas nécessairement faire figurer cette expérience sur leur CV et donc s'en servir pour appuyer une candidature au sein d'une autre entreprise.

Source : Eurogamer

Modifié le 16 octobre 2021 à 10h44

JVFR

Metroid Dread

  • Nintendo Switch

Date de sortie :

07 octobre 2021

Publicité

Dernières actualités