E3 2022 annulé : est-ce vraiment si grave ?

Publicité

E3 2022 annulé : est-ce vraiment si grave ?

Robin Lamorlette

01 avril 2022 à 10h05

2
© Entertainment Software Association
© Entertainment Software Association

C'est tristement historique : pour la première fois depuis 1995, il n'y aura pas d'E3 cet été, même pas en format à distance.

Mais est-ce vraiment si dramatique ? L'événement qui, pendant deux décennies, était un véritable pilier de l'industrie vidéoludique a, ces dernières années, enregistré une sévère perte de vitesse. Petit à petit, il a vu germer d'autres cérémonies visant à le remplacer. Nous nous fendons donc d'une petite analyse à la lumière de cette nouvelle coup de tonnerre.

Publicité

Publicité

Un pilier historique du jeu vidéo

Pour ajouter un peu de contexte à cette annulation surprenante de l'édition 2022, il nous faut retracer rapidement l'histoire de l'E3. Créé à l'initiative de l'Entertainment Software Association (ESA), l'E3 a vu le jour le 11 mai 1995. Il s'agissait alors d'un événement qui se tenait à Los Angeles et qui visait à promouvoir dans un vaste salon le jeu vidéo de demain. Ci-dessous, vous pourrez d'ailleurs voir un enregistrement de la toute première conférence de PlayStation à l'E3 1995. Heureusement, les choses ont bien évolué depuis !

Si le salon a connu des débuts modestes, il s'est rapidement imposé comme un véritable pilier du monde vidéoludique. Les acteurs majeurs de l'industrie s'y donnaient rendez-vous pour faire les annonces les plus grandioses comme les consoles nouvelle génération, ou pour teaser les grands jeux à venir. C'était l'occasion pour une foule en délire d'en apprendre enfin plus sur les prochaines consoles de Sony, Microsoft et Nintendo, ou de découvrir le prochain Zelda et consorts, ou enfin, de voir Keanu Reeves vanter Cyberpunk 2077. Nostalgie, quand tu nous tiens…

Pendant plus de 20 ans, l'E3 est resté une tribune incroyable du jeu vidéo, où éditeurs et développeurs côtoyaient joueuses et joueurs. Cela se faisait tout d'abord avec leurs propres conventions (PlayStation, Nintendo et Xbox en tête), mais aussi grâce à des bornes qui permettaient d'essayer des prototypes de jeux très attendus.

Publicité

Publicité

Un rendez-vous annuel en perte de vitesse

Les années ont depuis passé, les moyens de communication se sont modernisés, et l'E3 commençait peu à peu à perdre de son aura. Les premiers signes de déclin ont commencé lorsque PlayStation, un partenaire de très longue date, a annoncé ne pas être présent durant l'E3 2019 et a confirmé son absence les années suivantes.

© PlayStation
© PlayStation

D'autres acteurs majeurs se sont peu à peu mis à bouder également l'E3, par exemple Electronic Arts. Ces départs peuvent s'expliquer de bien des façons, comme l'absence d'annonces importantes à avancer, ou bien l'évolution des méthodes de communication. À l'heure où les réseaux sociaux et les événements directs retransmis en ligne règnent en maître, est-ce vraiment utile d'acheter un stand ou un spot à l'E3, quand on peut faire la même chose à moindre coût de son côté ?

© Electronic Arts
© Electronic Arts

Alors que l'E3 perdait peu à peu pied, la pandémie de coronavirus est pour ainsi dire venue remuer le couteau dans la plaie. La tenue de salons en physique était proprement impossible, et l'ESA a eu bien du mal à renouveler sa formule. Un format à distance a bien été proposé pour compenser les éditions 2020 et 2021, mais la liesse autour de ces derniers laissait tristement à désirer. Sans son format physique iconique, pouvait-on vraiment parler d'un E3 en bonne et due forme ?

L'annonce indiquant que l'édition 2022 n'aurait purement et simplement pas lieu, sous quelque format que ce soit, peut faire office de réponse. Quand bien même l'ESA a indiqué vouloir revenir avec un E3 plus fort que jamais en 2023, le mal n'est-il pas déjà fait ?

Publicité

Publicité

Place aux jeunes ?

Ces dernières années, d'autres événements ont commencé à germer pour concurrencer le sacro-saint E3 comme rendez-vous estival du jeu vidéo. En tête de liste, nous pensons évidemment au Summer Game Fest organisé par le très influent Geoff Keighley. À l'annonce de l'annulation de l'E3 2022, celui-ci s'est d'ailleurs fendu d'un petit tweet lourd de sens.

Il se pourrait donc que son événement finisse par devenir le remplaçant de l'E3 en tant que grand-messe du jeu vidéo durant l'été. Tout d'abord parce que le Summer Game Fest s'est bien mieux adapté aux canaux de communication modernes, avec par exemple la possibilité de télécharger et de tester des démos de jeux annoncés en son sein. L'E3, lui, ne proposait une telle chose qu'à celles et ceux faisant le déplacement jusqu'à Los Angeles.

© Geoff Keighley
© Geoff Keighley

Ensuite, de plus en plus d'acteurs majeurs préfèrent désormais organiser leurs propres conférences en dehors de l'E3. Blizzard a été parmi les premiers avec la BlizzCon… sauf depuis ces deux dernières années. Electronic Arts s'est également fendu de son propre événement, et d'autres lui ont depuis emboîté le pas.

Ainsi, l'annulation de l'E3 2022 est loin d'être le signe que cet été sera pauvre en annonces majeures au sein de l'industrie vidéoludique. Malgré tout, c'est un signe peu encourageant pour un événement qui a fait rêver nombre de joueuses et joueurs pendant plus d'une vingtaine d'années de bons et loyaux services. Tel un ami cher que l'on aurait perdu, l'E3 va sans conteste nous manquer, ne serait-ce que grâce à la nostalgie qu'il nous procure. Mais il faut malheureusement aller de l'avant, avec ou sans lui.

Commentaires via Clubic

Dernières actualités