Ubisoft : les NFT de Ghost Recon Breakpoint ne sont que le début

Publicité

Ubisoft : les NFT de Ghost Recon Breakpoint ne sont que le début

JVFR

Ubisoft croit dur comme fer aux NFT. Son P.-D.G. n’a pas caché son enthousiasme dans une réunion interne.

Yves Guillemot estime que les NFT suivront les pas des DLC, microtransactions et autres lootboxes au point d’être généralisés.

Publicité

Les développeurs d’Ubisoft inquiets vis à vis des NFT

Rien ni personne n’échappe au NFT. La dernière tendance en matière de crypto-monnaie s’invite partout même dans les jeux vidéo. Très tôt, Ubisoft avait fait connaître son ambition de devenir l’un des premiers acteurs de l’industrie à utiliser cette monnaie virtuelle. La semaine dernière, l’éditeur français s’est jeté dans le grand bain avec le lancement de Quartz, une plateforme destinée à distribuer des objets en jeu sous forme de NFT. Chaque joueur est ensuite libre d’échanger ou de revendre les objets achetés sur les places de marché.

Évidemment, la distribution avait à peine commencé que certains objets étaient déjà proposés à des prix exorbitants. Comptez par exemple entre 394 € et 394 000 € pour un fusil virtuel. Rien que ça. Forcément, la nouvelle initiative d’Ubisoft a été mal accueillie, aussi bien par le grand public qu’en interne. Plusieurs développeurs ont fait connaître leurs inquiétudes, craignant que les efforts pour redorer le blason du jeu au lancement catastrophique en 2019, ne soient réduits à néant par les décisions de l’entreprise. Kotaku s’est procuré des documents internes qui démontrent en effet un « changement négatif » du sentiment des joueurs à l’égard de Ghost Recon Breakpoint, « sans précédent ».

Publicité

Les NFT, les futures microtransactions ?

Face à l’inquiétude des développeurs, Yves Guillemot a échangé avec les équipes d’Ubisoft Paris, en charge du premier jeu de l’éditeur à accueillir les NFT. Le cofondateur est formel : la monnaie virtuelle finira par être acceptée. Plusieurs sources internes qui ont assisté à la réunion rapportent qu’il compare la nouvelle tendance de la blockchain et sa réception négative aux autres nouveautés émergentes de l’industrie désormais monnaie courante, à savoir les DLC, microtransactions et lootboxes. Une comparaison qui n’a pas atténué les craintes des équipes, puisque plusieurs membres soulignent que les microtransactions d’Ubisoft, comme les boosters d’XP, sont encore mal accueillis par les joueurs et au cœur de polémiques. 

Alors, qu’est-ce qui rendrait les NFT acceptables aux yeux des utilisateurs, qu’est-ce qu’ils apporteraient en termes de gameplay pour se démocratiser ? Guillemot a éludé la question posée par ses employés, préférant dériver sur le metaverse et la possibilité pour les joueurs de construire et vendre des maisons virtuelles. L’homme à la tête d’Ubisoft a fait de nombreuses références à Roblox et son modèle hybride sans expliquer quels aspects pourraient être transposés sur Quartz. Si la réunion a soulevé plus de questions que de réponses pour les développeurs, pour eux une chose est certaine : les NFT de Ghost Recon Breakpoint ne sont que le début. 

Source : Kotaku

Modifié le 19 décembre 2021 à 17h45

Publicité

Dernières actualités