Apple ne fait pas de jeux vidéo, mais reste le champion du secteur

Publicité

Apple ne fait pas de jeux vidéo, mais reste le champion du secteur

JVFR
© Apple

Apple ne vend pas de blockbusters comme Sony ou Nintendo, n’a pas créé un jeu qui rapporte des millions comme Epic Games et ne fabrique pas de consoles. Et pourtant, l’entreprise est devenue l’un des acteurs majeurs du secteur.

Apple génère en effet plus de revenus grâce au jeu vidéo que les poids lourds du secteur comme Sony, Microsoft, Nintendo ou encore Activision-Blizzard.

Publicité

Apple champion du jeu vidéo

Le marché des jeux mobiles connaît un essor plus fulgurant que jamais, mais impossible de prévoir qu’il permettrait à Apple d’écraser les plus grands éditeurs de jeux vidéo. La firme américaine a en effet totalisé plus de 8,5 milliards de dollars de profits uniquement sur ce segment pendant l’année fiscale de 2019. Une somme astronomique, qui lui permet de dépasser de 2 milliards de dollars les sommes cumulées de Microsoft, Sony, Nintendo et Activision-Blizzard pendant la même période, selon les analyses du Wall Street Journal

Apple ne développe aucun titre, et pourtant, les simples ventes de jeux distribués sur l’App Store, son magasin virtuel, lui permettent de battre des records. Une explication de ce chiffre vient directement des 30 % tant décriés que l’entreprise américaine soustrait aux développeurs à chaque vente. À titre indicatif, Epic Games ne prend que 5 % de commission sur sa boutique, et le Google Play Store, seulement 15 %.

Publicité

Une domination en péril ?

Selon les consultant d’Activate Inc., les revenus du jeu vidéo devraient atteindre les 198 milliards de dollars d’ici 2024, dont 103 milliards seraient alloués aux jeux mobiles. L’expansion d’Apple sur ce segment semble toute tracée, mais sa domination pourrait être mise en péril. Son procès l’opposant à Epic Games n’est pas passé inaperçu. Pour rappel, les créateurs de Fortnite avaient attaqué Apple lorsque son jeu phare a été retiré de l’App Store. Une décision de la firme à la Pomme motivée par le manque à gagner : Epic Games renvoyait les utilisateurs vers sa propre boutique pour tous les achats in-game. Une pratique interdite sur la boutique d’Apple et qui avait également dérangé Google.

À l’issue de ce procès, la juge Yvonne Gonzalez Rogers a ordonné à Apple de laisser les développeurs promouvoir des méthodes de paiement alternatives dans leurs jeux. Une grande majorité des revenus d’Apple dans le secteur provient des microtransactions, ces achats in-game décriés par une population de joueurs et qui sont dans le viseur de législateurs et de régulateurs de Washington comme de Bruxelles. Si les développeurs parviennent à promouvoir leurs propres moyens de paiement, Apple devra se passer de la commission de 30 % qu’elle prend sur tous les achats réalisés sur sa plateforme, qu'il s'agisse d'achats de jeux ou dans le jeu lui-même.  

Une autre menace vient directement de Chine. Le pays a mis en place une nouvelle loi visant à réduire le nombre d’heures de jeu des plus jeunes, particulièrement friands de jeux mobiles. À titre indicatif, Genshin Impact a généré plus de 2 milliards de dollars, dont 577 millions de dollars provenaient des ventes chinoises sur iOS.

Modifié le 05 octobre 2021 à 22h25

Dernières actualités