Activision Blizzard s'engage à améliorer les conditions de travail au sein de l'entreprise

Publicité

Activision Blizzard s'engage à améliorer les conditions de travail au sein de l'entreprise

JVFR
© Activision Blizzard

En proie à la justice et à une importante polémique vis-à-vis des conditions de travail en son sein, Activision Blizzard semble vouloir passer au niveau supérieur pour changer les choses.

Après avoir massivement remanié les équipes à la tête de la société, le géant américain a en effet signé avec la Commission d'Opportunité Égale à l'Emploi (EEOC en anglais) un accord visant à améliorer les conditions de travail. Cela devrait passer par une importante levée de fonds, des mesures pour empêcher la discrimination et le harcèlement, ainsi que par la création d'outils et de programmes d'entraînement en ce sens.

Publicité

Activision Blizzard s'investit

Accusée cet été par la justice californienne pour la promotion d'une « bro culture » et sa propension au harcèlement comme à la discrimination, Activision Blizzard s'est depuis retrouvée la tête sous l'eau. Pour tenter de se racheter, la société a commencé par se séparer de membres problématiques comme J. Allen Brick, ex-président de Blizzard, puis plus récemment la directrice des ressources humaines, ou encore la responsable des affaires judiciaires, entre autres.

Même dans ses jeux, Activision Blizzard s'est attelée à effacer tout élément pouvant la rapprocher de près ou de loin aux accusations qu'on lui porte. L'exemple le plus marquant étant la volonté de renommer Jesse McCree, le cowboy charismatique d'Overwatch, qui tirait son nom d'un des employés de Blizzard tenus responsables pour la tristement célèbre « Cosby Suite ».

Des premiers pas tâtonnants selon certains, qui ne s'attaquaient cependant pas à la racine même du problème. Après des mois à essayer de sauver les meubles en interne, Activision Blizzard a finalement eu recours à l'EEOC afin de conclure un accord et améliorer les conditions de travail pour ses employés.

Pour ce faire, la société a également décidé d'investir 18 millions de dollars qui feront office de compensation financière pour les plaignants victimes de harcèlement ou de discrimination. Si la somme totale n'aura pas servi à son but premier, le reste sera divisé entre des œuvres caritatives. En tête des œuvres soutenues par ces fonds, celles cherchant à promouvoir la place des femmes dans l'industrie vidéoludique ou à élever les consciences vis-à-vis de la discrimination au travail.

Publicité

Une volonté d'améliorer les conditions sur le lieu de travail

Bobby Kotick, P.-D.G. d'Activision Blizzard, actuellement cité à comparaître auprès d'autorités fédérales américaines, s'est fendu d'une déclaration à propos de cet accord : « Il n'y a pas de place dans notre entreprise pour la discrimination, le harcèlement ou le traitement inégalitaire, et je suis reconnaissant envers les employés qui ont bravement partagé leurs expériences. Je suis désolé que quiconque ait eu à subir des conduites inappropriées et je reste déterminé dans mon engagement à faire d'Activision Blizzard l'un des lieux de travail les plus inclusifs, respectés et respectables du monde ».

Concrètement, cet accord signé entre Activision Blizzard et l'EEOC se traduira par une amélioration de la politique de travail et la création de programmes d'entraînement afin d'empêcher que de nouvelles situations de discrimination et de harcèlement aient lieu. L'EEOC se portera garante de ces changements en évaluant les mesures prises par la société et en nommant un consultant tiers impartial qui dressera des rapports réguliers à destination des deux parties signataires. Activision Blizzard s'engage également à embaucher un Coordinateur d'Opportunité Égale à l'Emploi, dont la mission sera d'assister le consultant dans l'exercice de ses fonctions.

Le géant américain semble donc véritablement engagé à nettoyer son ardoise et aller de l'avant. Reste encore à voir dans les semaines et mois à venir si l'accord signé avec l'EEOC finira bien par porter ses fruits, et dans quelles mesures.

Modifié le 28 septembre 2021 à 13h55

Dernières actualités