Des employés d'Activision Blizzard portent à nouveau plainte contre l'entreprise

Publicité

Des employés d'Activision Blizzard portent à nouveau plainte contre l'entreprise

JVFR
© Shutterstock

L'alliance des travailleurs ABetterABK a déposé une plainte contre Activision Blizzard pour intimidation, surveillance auprès de ses employés et entrave aux syndicats.

Une nouvelle plainte qui vient s'ajouter à la pile de celles reçues par le géant du jeu vidéo depuis cet été.

Publicité

Intimidations et pression

Cette plainte a été déposée auprès du National Labor Relations Board, l'agence indépendante fédérale qui protège les droits des employés du secteur privé de s'organiser et de participer à des élections syndicales, par une alliance de travailleurs d'Activision Blizzard, soutenus par la Guilde Américaine des Travailleurs de la Communication (CWA). La plainte accuse l'entreprise d'employer des méthodes coercitives et des comportements illégaux depuis six mois auprès de ses employés qui se battent pour de meilleures conditions de travail.

Dans la plainte, on peut lire par exemple qu'Activision Blizzard « a interdit à ses employés de parler ou de communiquer sur les salaires, les horaires ou les conditions de travail », « a intensifié sa politique d'utilisation des réseaux sociaux en visant les employés actifs dans la lutte pour de meilleures conditions de travail » ou encore « a mis en place la surveillance d'employés engagés dans la lutte et a mené des interrogatoires auprès de ceux-ci ».

La CWA a publié un communiqué de presse dans la foulée pour expliquer plus précisément cette plainte : « C'est leur droit, en tant que travailleurs, de s'organiser pour un environnement de travail libéré des abus, de la discrimination et du harcèlement sexuel, et ce droit est protégé par le droit fédéral du travail. »

Publicité

Une de plus

Cette nouvelle plainte vient donc s'ajouter aux plus grosses plaintes déposées durant l'été, notamment par le ministère de l'Emploi et du Logement Équitable de Californie. Celle-ci s'appuie sur une enquête de deux ans qui a fait remonter les comportements toxiques de membres du management d'Activision Blizzard : bro culture, discriminations, racisme, harcèlement sexuel...

Depuis, les langues se délient, et les employés, soutenus par les travailleurs de l'industrie du jeu vidéo et au-delà, se battent pour faire changer les choses. Si Activision Blizzard a mis en place quelques actions concrètes (mise à pied d'employés incriminés, suppression de références à ceux-ci dans les jeux avec, par exemple, le renaming du héros McCree dans Overwatch, etc.), elles peinent encore à convaincre. Aux dernières nouvelles, le géant a embauché Julie Hodges, ancienne vice-présidente des ressources humaines chez Walt Disney Company, en tant que nouvelle « chief people officer », soit directrice des ressources humaines. En espérant que leur stratégie favorisant la diversité et l'inclusivité au sein de l'entreprise en soit affectée positivement.

Source : IGN

Modifié le 15 septembre 2021 à 10h15

Dernières actualités