Ubisoft Singapour : le studio est visé par une enquête suite aux témoignages autour de Skull & Bones

Publicité

Ubisoft Singapour : le studio est visé par une enquête suite aux témoignages autour de Skull & Bones

JVFR
© Ubisoft Singapour

Fin juillet dernier, une enquête journalistique faisait état du développement chaotique du projet Skull & Bones, mené par Ubisoft Singapour depuis huit ans. Derrière ces difficultés, une culture d’entreprise toxique était pointée du doigt et fait désormais l’objet d’une enquête.

Alors qu'Ubisoft est visé par une plainte pour « harcèlement sexuel institutionnel », son studio basé à Singapour s’est attiré les foudres de nombreux employés et ex-employés dont les témoignages sont remontés jusqu’à un organisme de défense des droits salariaux.

Publicité

Une culture d’entreprise à améliorer

Peu après la publication de l’enquête menée par Kotaku concernant les conditions de travail d’une vingtaine d’employés, actuels ou anciens, du studio singapourien, la TAFEP (Alliance Tripartite pour les Pratiques d’emploi Équitables et Progressives) a été alertée sur le sujet.

L’organisme a, en effet, reçu des réactions anonymes suite aux différents articles de presse pointant les errances salariales du studio, concernant notamment les allégations de harcèlement, de discrimination et le manque d’équité entre les employés

"Il est très important que nous puissions parler de ces choses et que nous reconnaissions ce qui se passe actuellement dans notre secteur [...] Nous devons commencer à changer la façon dont nous sommes perçus et la façon dont nous agissons en interne"

- Darryl Long

Ces nouvelles réactions viennent ainsi confirmer des problèmes déjà recensés sous l’ère Hugues Ricour, ancien directeur général du studio, à savoir des disparités salariales raciales et discriminatoires, du harcèlement sexuel et un management toxique. Quand bien même le studio aurait pris la décision d’examiner les plaintes de son côté, la TAFEP, elle, a souhaité mener son enquête et pourraient mettre en place des sanctions si ses recherches se révélaient concluantes. L’enquête n’en est qu’à ses prémices, mais la TAFEP compte bien sur la mobilisation de nouveaux témoins pour détricoter cette affaire.

Ubisoft Singapour pourrait bien se voir dans l’obligation de mettre en place de nouvelles politiques internes. Par la voix de son nouveau directeur, Darryl Long, le studio se dit conscient des récentes difficultés et qu’un travail conséquent doit être réalisé au sein de l’entreprise.

Sources : IGN, Kotaku

Modifié le 03 septembre 2021 à 07h45

Dernières actualités