Top des meilleurs jeux Switch (2021)

Publicité

Top des meilleurs jeux Switch (2021)

Quel est le meilleur jeu Switch ? Si vous traînez régulièrement dans nos colonnes, vous n'êtes pas sans savoir que chez JVFR, le jeu vidéo, on aime bien ça. Et pas qu'un peu même. Que ce soit au travers de news, de tests, d'articles ou même de petits lives dont nous avons le secret, nous essayons de vous communiquer tout notre amour pour ce média Ô combien riche et intéressant.

Publicité

Classement des meilleurs jeux Nintendo Switch

Nous avons décidé de vous faire découvrir les 10 jeux à posséder absolument sur Switch. Petite précision toutefois : nous avons décidé de nous concentrer sur les jeux exclusifs à la Switch, et c'est pourquoi vous ne trouverez pas de jeux multiplateformes, ou de jeux indépendants, même si la Switch reste une console exceptionnellement bien fournie à ce niveau.

A titre indicatif, voici le nombre d'unités de jeux vidéo Switch vendues dans le monde au 31 Mars 2021, qui donne également une bonne vision du succès rencontré par les différents titres

  1. Mario Kart 8 Deluxe : 35,39 millions
  2. Animal Crossing: New Horizons : 32,63 millions
  3. Super Smash Bros. Ultimate : 23,84 millions
  4. The Legend of Zelda: Breath of the Wild : 22,28 millions
  5. Pokémon Sword and Shield : 21,10 millions
  6. Super Mario Odyssey : 20,83 millions
  7. Super Mario Party : 14,79 millions
  8. Pokémon: Let's Go, Pikachu! and Let's Go, Eevee! : 13,28 millions
  9. Splatoon 2 : 12,21 millions
  10. New Super Mario Bros. U Deluxe : 10,44 millions

Publicité

1. Super Mario Odyssey

Super Mario Odyssey
  • Un contenu titanesque
  • Un gameplay qui se renouvelle sans cesse
  • Un gameplay maîtrisé dans le moindre aspect
Si vous aimiez déjà les tribulations de Mario, nul doute que cet épisode Switch saura se frayer un chemin dans votre ludothèque. Et si vous ne goûtez pas trop les aventures du père Mario, peut-être est-ce le moment de lui laisser une seconde chance, tant cet épisode Switch s'avère réussi. Beau, grand, profond et extrêmement malin, ce Mario Odyssey est un grand jeu qu'il faut découvrir autant que faire se peut.

Est-il vraiment nécessaire de présenter Mario ? Depuis ses débuts en tant « qu'ennemi » de Donkey Kong (à l'époque ou l'appelait encore Jumpman) jusqu'à ses récentes aventures sur Switch, le fier plombier s'est taillé une sacré réputation dans le monde du jeu vidéo. Véritable icone créée par Shigeru Miyamoto, Mario est de ces personnages qui ont su transcender leur média de base pour envahir peu à peu toutes les sphères de la pop culture.

Si la série des Mario n'a pas inventé le jeu de plateforme, elle constitue toutefois l'une de ses plus éminentes représentantes, venant régulièrement bousculer les codes du genre, comme ce fut le cas à l'occasion du passage à la 3D avec Mario 64. Malgré le nombre astronomique d'épisodes sortis à ce jour (et si l'on excepte les quelques errances du Philips CD-i), Mario continue encore et toujours de produire des titres riches, prenants, et à la qualité rarement prise en défaut. Et ce n'est pas avec le dernier épisode en date, Mario Odyssey, que cette série va s'arrêter, puisque figurez-vous que ce cru Nintendo Switch, c'est du bon !

Heureux qui comme Mario...

Comme souvent avec les épisodes de la franchise Mario, ce nouvel opus débute d'une manière on ne peut plus classique. Alors que ce bon Mario est en route pour aller voir Peach, Bowser fait des siennes en kidnappant la princesse, avec pour but, cette fois-ci, de lui passer la bague au doigt, de force évidemment. N'écoutant que son courage, le plombier se lance à la poursuite du « couple », bien décidé à renvoyer l'affreux là d'où il vient. Ce scénario prétexte, vu et revu, nous permettra de découvrir une ribambelle de nouveaux lieux que Mario devra explorer de fond en comble, à la recherche de Lunes, des éléments qui lui permettent de voyager de monde en monde.

Dans cette aventure, il pourra compter sur un nouveau compagnon nommé Cappy, un chapeau conscient qui lui permettra non seulement d'effectuer moult cabrioles, mais aussi de prendre le contrôle d'ennemis ou d'éléments de décors qui croisent sa route. Un principe tout nouveau qui permet à ce Mario de multiplier les gameplay, chaque adversaire disposant de capacités spéciales. Des talents qu'il faudra utiliser à bon escient pour explorer des mondes gigantesques, au level design inspiré, et regorgeant de secrets en tout genre. Bref, du pain béni pour les amateurs d'exploration velue, et les complétistes en tout genre.

2. Zelda : Breath of the Wild

The Legend of Zelda : Breath of the Wild
  • Un open world riche et magnifique
  • Une durée de vie hallucinante
  • Une véritable leçon de level design
Si vous ne deviez prendre qu'un jeu sur Switch, ce serait sans doute ce Zelda que nous vous conseillerions. Durée de vie gigantesque, mécaniques de jeu parfaites, direction artistique somptueuse, histoire riche et prenante, Breath of the Wild à tout ce qu'il faut pour vous entraîner des heures durant dans son monde ouvert devenu une référence. Un chef d'œuvre incontournable.

Vous le savez sans doute, mais la ludothèque Nintendo est un véritable vivier de licences, et par extension de personnages, cultes. Si Mario vient immédiatement en tête, il ne le cède que de peu à une autre licence archi-connue : The Legend of Zelda. Créées à peu près au même moment, à l'époque de la NES et de ses graphismes 8 bits, ces deux séries évoluent parallèlement depuis lors, même si Link et sa bande sont un peu moins prolixes que leurs homologues.

Série d'aventure par excellence, The Legend of Zelda nous narre épisode après épisode les aventures de Link, sa lutte contre l'infâme Ganon, et sa quête pour libérer le monde d'Hyrule, et sa princesse, Zelda, qui prend de plus en plus d'importance au fil des épisodes. Chaque titre de cette saga apporte son lot de nouveautés, et des univers qui deviennent de plus en plus originaux. Unanimement saluée, cette série est chère au cœur de nombreux joueurs, sans pour autant qu'un épisode l'emporte sur les autres, chacun brillant par ses qualités propres. Avec Breath of the Wild, l'épisode Switch qui devrait bénéficier d'une suite directe, Nintendo a donné un grand coup de pied dans la fourmilière en proposant pour la première fois un Zelda en monde ouvert. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'agit d'une sacrée bonne idée !

Nintendo encaisse son Sheik

Série d'aventure par excellence, Zelda est aussi une licence qui se renouvelle sans cesse, épisode après épisodes. Avec ce Breath of the Wild, Nintendo n'a pas fait les choses à moitié en s'emparant du principe de l'open world pour le transformer à sa sauce. Le résultat est diablement réussi, et restera dans les annales du jeu vidéo aux côtés des plus grands. En effet ce nouveau Zelda révolutionne (et le mot n'est pas utilisé à la légère), la recette des jeux à monde ouvert.

Cet épisode s'ouvre sur le réveil de Link, qui semble avoir été placé en stase pendant une bonne centaine d'années. Le monde autour de lui à bien changé, et semble avoir été dévasté par un cataclysme. Le responsable ? Ganon évidemment, qu'il faudra envoyer ad patres. Avant cela toutefois, il faut se dépatouiller d'un tutoriel assez long, qui permet de découvrir les principales mécaniques du jeu, des pouvoirs, originaux pour certains, qui influeront sur la manière de progresser dans l'histoire, et dans le monde créé pour cet épisode.

Dès les premiers pas dans ce nouvel Hyrule, il est possible de voir que la recette de Zelda a changé. Vous serez cette fois livré à vous-même, libre de faire ce que bon vous semble, d'aller ou vous avez envie d'aller. Chaque parcelle du monde est visitable, à chaque instant du jeu, et vous ne pourrez compter que sur vos capacités pour vous en sortir. Mécaniques de craft, usure des armes et autre gestion de la température corporelle sont de la partie, vous devrez donc gérer l'ensemble afin de triompher des défis proposés par ce monde ouvert, vivant, et particulièrement imposant.

Avec un contenu dantesque, qui s'est enrichi au fil des add-on supplémentaires, ce Zelda Breath of the Wild vous entraînera dans une aventure longue, riche, et dont vous ne ressortirez sans doute pas indemne. D'autant plus que ces mécaniques novatrices s'accompagnent d'une réalisation somptueuse qui enchaîne les panoramas fabuleux et les séquences mémorables.

3. Animal Crossing New Horizons

Animal Crossing: New Horizons
  • La formule Animal Crossing toujours aussi addictive
  • Une atmosphère relaxante qui fait du bien
  • Le craft bien inclus dans le gameplay
  • La possibilité de profiter du jeu avec des amis
  • Graphiquement réussi en portable comme en mode docké
  • Un jeu accessible
La formule d'Animal Crossing est intemporelle et elle gagne encore en profondeur avec ce New Horizons. Avec une rejouabilité illimitée et un concept extrêmement addictif, il s'agit d'une référence que tout le monde se doit de posséder sur Switch.

Véritable bouffée d'oxygène à sa sortie en mars 2020 dans un contexte sanitaire difficile, Animal Crossing New Horizons continue d'être apprécié par des millions de joueurs chaque jour. Ce hit planétaire a conservé tous les atouts du premier opus arrivé en Occident au cours de l'année 2002. Mais avec le dernier épisode en date, la licence a explosé les records et conquis le cœur d'une grande partie des propriétaires d'une Nintendo Switch.

Sept longues années après le dernier opus majeur en date (Animal Crossing: New Leaf sur 3DS), la saga est de retour sur la machine hybride de la marque nippone. Si les changements ne sautent pas forcément aux yeux dès les premières minutes, cette itération renferme pourtant de nombreuses nouveautés au niveau de son gameplay comme de son contenu, sans renier ses origines pour autant. Car après tout, pourquoi changer une formule qui gagne ?

Robinson n'a qu'à bien se tenir

C'est une nouvelle vie qui attend le joueur sur une belle île paradisiaque. Ce petit morceau de terre est assez sauvage à notre arrivée et il faut alors récolter des ressources pour poser la première pierre de ce qui sera plus tard un village accueillant. Animal Crossing oblige, il est possible d'agrandir notre maison en remboursant le prêt contracté auprès de ce rapace (enfin plutôt ce tanuki) qu'est Tom Nook. Pour cela, il est primordial de pêcher, capturer des insectes ou encore de déterrer des fossiles avant d'aller tout vendre à la boutique du coin pour se faire quelques clochettes (la monnaie du jeu).

Sur le papier, la formule de cet Animal Crossing: New Horizons peut sembler bien légère. Pourtant, elle est tout aussi addictive. On se prend à sympathiser avec les habitants de l'île, à participer à des événements et même à visiter l'île d'un autre joueur lorsque celui-ci le permet. L'immersion est renforcée par le temps et les saisons qui passent comme dans la réalité. Animal Crossing nous plonge presque dans une seconde vie pleine de bonne humeur et de légèreté. On personnalise notre maison, on achète des habits et on écoute les derniers ragots en discutant avec les voisins.

Animal Crossing: New Horizons est parfait pour se relaxer et oublier les tracas du quotidien. Ce jeu adapté à tous les publics parvient à renouveler sans cesse son contenu avec l'arrivée de nouveaux poissons, insectes et autres événements chaque mois. Que ce soit sur de longues ou de courtes sessions de jeu, cette exclusivité Nintendo Switch nous transporte. Ce n'est pas pour rien si la licence a su fédérer une vraie communauté de passionnés au fil des épisodes.

4. Hades

Hades
  • Un gameplay ultra nerveux, précis et varié
  • Une solide rejouabilité
  • Une direction artistique indécente
  • Un challenge adapté à tous les joueurs
  • Des doublages et une écriture de qualité
Aussi solide sur le fond que sur la forme, Hades est une nouvelle pépite signée Supergiant Games dans laquelle il est véritablement difficile de trouver des défauts. Une leçon flamboyante, tout simplement.

C'est uniquement sur l'eShop que Hades est arrivé sur Nintendo Switch après un passage remarqué sur PC durant sa phase d'accès anticipé. À présent, le titre de Supergiant Games (Bastion, Transistor, Pyre) est disponible sur la machine du constructeur japonais... Et il vaut vraiment le détour !

Imposer une nouvelle licence n'est jamais chose aisée. Pourtant, c'est ce qu'a réussi à faire le studio Supergiant Games à la sortie de chacun de ses trois premiers jeux. Et Hades ne fait pas exception tant le soft a été primé à de nombreuses reprises depuis la sortie de sa version 1.0 en septembre 2020. Avec ses mécaniques de Rogue-Lite, sa narration parfaitement menée et son gameplay ultra nerveux, le titre s'est forgé une belle communauté depuis le début de son accès-anticipé lancé en décembre 2018.

Quand l'enfer a des airs de paradis

Ici, le joueur incarne Zagreus, le fils du dieu des enfers en personne. Notre héros cherche pourtant à s'échapper des entrailles de sa demeure bien confortable située dans les tréfonds de la Terre pour découvrir le monde en surface. Mais cette quête n'est pas de tout repos puisque de nombreuses créatures barrent la route à notre rebelle qui doit se battre pour atteindre l'objectif qu'il s'est fixé. Fort heureusement, il peut compter sur l'aide des divinités olympiennes (Zeus, Athéna, Aphrodite...) qui n'hésitent pas à lui fournir les pouvoirs nécessaires pour progresser. Dans le même temps, Zagreus tente de percer le mystère qui entoure ses origines.

Le scénario est absolument passionnant et chaque personnage profite d'une écriture soignée. De plus, les doublages (uniquement en anglais mais avec les sous-titres français) sont d'une qualité exquise. Mais là où Hades brille particulièrement, c'est par son gameplay instinctif, nerveux et exigeant. Les combats sont parfois difficiles et il faut se résigner à mourir pour repartir du bon pied. Mais rogue-like oblige, le joueur peut améliorer les compétences de Zagreus avant chaque nouvel essai. Cependant, le jeu multipliera les surprises afin de pousser le joueur dans ses derniers retranchements.

La vue en 3D isométrique est parfaite pour appréhender l'action (même sur le « petit » écran de la Switch) et la direction artistique ultra colorée en met plein les mirettes. Hades est donc un jeu qui demande de la maîtrise mais qui récompense constamment le joueur que ce soit au niveau des pouvoirs obtenus ou des révélations faites au fil du scénario. Le concept est classique mais ultra addictif. Hades ne manque vraiment pas de charme !

5. Luigi's Mansion 3

Luigi's Mansion 3
  • Visuellement et acoustiquement magnifique (en docké comme en nomade)
  • Quinze étages, quinze ambiances
  • La progression générale
  • Les combats de boss
  • Des énigmes très ingénieuses
  • La dualité Luigi/Gluigi
  • Un vrai mode coopération en local
  • La durée de vie
Vous l'aurez compris, que vous ayez ou non connu les deux premiers opus de la saga, nul doute que ce Luigi's Mansion 3 saura vous combler de bonheur, tant les nouveautés et autres trouvailles sont nombreuses, avec en prime une ambiance vraiment très différente à chaque étage que vous visiterez. Si vous n'avez jamais épaulé Luigi dans sa chasse aux fantômes, on ne saurait que trop vous conseiller de démarrer avec ce troisième opus, à la fois accessible, créatif, ambitieux et assez magistral d'un point de vue visuel comme sonore (et entièrement jouable en coopération qui plus est). Bref, si ce n'était pas déjà le cas, vous allez adorer passer l'aspirateur, ce Luigi's Mansion 3 est une pure réussite, et se hisse aisément dans le Top 5 des meilleurs jeux de la Nintendo Switch. Voilà qui est dit.

Si Mario est la star incontestée de Nintendo, son frère à la salopette verte sait aussi se faire remarquer avec l'arrivée de Luigi's Mansion 3 sur Switch. Depuis son annonce, ce troisième opus s'est régulièrement illustré via des vidéos illustrant son ambiance si singulière. Le résultat est à la hauteur des attentes... Nous pouvons même affirmer qu'il les dépasse allègrement.

Lancé en 2001 sur GameCube, le premier Luigi's Mansion avait marqué les esprits grâce à son atmosphère grandement inspirée des dessins animés à la Scooby-Doo. En effet, le frangin du plus célèbre plombier au monde se retrouvait dans un manoir infesté de fantômes. Luigi devait donc prendre son courage à deux mains pour capturer ces esprits à l'aide de son Ectoblast, soit une sorte d'aspirateur. Nous y trouvions donc aussi une petite dimension Ghostbusters des plus agréables. Un cadre bien particulier qui a débouché sur une suite sortie en 2013 sur 3DS. Le système de jeu avait alors été peaufiné mais la recette restait inchangée. Avec cette troisième épopée, Nintendo a une fois encore repris les meilleurs éléments de cette licence avec une belle pointe de modernité en prime.

Là où Luigi passe, les fantômes trépassent

Ce Luigi's Mansion 3 se déroule au coeur d'un mystérieux hôtel dans lequel Luigi et ses amis viennent se la couler douce. Bien entendu, il s'agissait d'une supercherie puisque les fantômes capturent nos héros en pleine nuit. Luigi est donc contraint de reprendre du service, armé de son Ectoblast. La Nintendo Switch permet de renforcer l'aspect cartoonesque du jeu. Les décors sont variés, colorés et les animations de Luigi absolument délicieuses. Ce dernier sursaute au moindre bruit suspect et sa gestuelle répond en conséquence. Le résultat est aussi loufoque que drôle. Le soft est adapté aux joueurs de tous âges car malgré la présence de revenants, nous ne sommes pas face à un jeu d'horreur. L'ambiance est assez similaire à celle de la Maison Hantée ou même de la Tour de la terreur de Disneyland.

Même si l'action se passe dans un seul et même bâtiment, les environnements changent régulièrement. Chaque étage a son propre thème. Via l'ascenseur de service dont il faut retrouver les boutons pour progresser, Luigi se rend sur un plateau de cinéma, dans une serre ou encore dans un château fort. Le gameplay alterne entre phases d'exploration, énigmes et combats. Ainsi, le tout se révèle varié et passionnant. Certains puzzles réclament d'ailleurs un peu de jugeote en utilisant le double de Luigi nommé Gluigi. Toute l'aventure est jouable en coopération locale et un mode multijoueur (jusqu'à 8) est de la partie.

Depuis le premier épisode, la saga Luigi's Mansion continue de se perfectionner et ce numéro 3 est sans doute le plus abouti. Il profite des performances de la Switch pour briller dans tous les domaines. Si sa plastique est logiquement plus reluisante qu'au début des années 2000, cet opus conserve aussi une pointe de nostalgie via ses dialogues à base de bruitages et volontairement non doublés. Luigi's Mansion 3 vise un public jeune, les joueurs occasionnels mais aussi les plus expérimentés. C'est toute la force du titre de Nintendo qui ne laisse personne sur le bord de la route.

6. Smash Bros Ultimate

Super Smash Bros. Ultimate
  • Une customisation toujours plus poussée
  • Un contenu immense
  • Un mode aventure généreux
Episode le plus abouti à ce jour, Smash Bros Ultimate est une véritable réussite. Avec son gameplay aussi abordable que profond, et un contenu gigantesque pour ceux qui se donneront la peine de l'explorer, cet épisode est aussi parfait pour ceux qui souhaitent juste s'amuser. Que vous choisissiez d'explorer le mode « histoire » afin de récolter tous les esprits ou simplement de disputer un petit match entre potes, nul doute que vous trouverez votre bonheur avec ce titre d'une rare richesse.

Chez Nintendo, les Mario, Zelda et autre Metroid sont aujourd'hui unanimement reconnus comme des monuments, et ce, même si certaines licences sont aujourd'hui un tantinet remisées au placard. Cela n'a toutefois pas empêché Nintendo d'utiliser régulièrement les personnages issus de ces licences, souvent pour une bonne cause. La meilleure d'entre elles ? Sans doute la série Smash Bros.

Sorti en 1999 sur Nintendo 64, le premier épisode de cette licence a tout de suite remporté un vif succès auprès des joueurs. Il faut dire que Nintendo et Hal Laboratory ont eu une idée d'enfer en nous proposant rien de moins qu'un jeu de baston (quoique très différent d'un Street Fighter) mettant en scène des personnages venus des quatre coins de la ludothèque Nintendo. L'occasion de voir Mario coller des grosses tatanes à Pikachu, ou de voir Samu savater tranquillement la tronche de Captain Falcon. Un concept extrêmement plaisant, jouissif même, qui s'est enrichi au fur et à mesure des épisodes jusqu'à débouler sur Switch avec un roster absolument hallucinant qui permet de voir s'affronter non seulement les protagonistes classiques, mais aussi quelques invités comme Bayonetta, Soni, Cloud ou encore Solid Snake.

No items, Fox only, Final Destination

Smash Bros, c'est une école un peu particulière du jeu de baston qui utilise à plein régime les forces des jeux Nintendo. Prenez une bonne de dose de fun, un gameplay abordable, mais pas sans profondeur pour ceux qui souhaitent creuser la question, une pléthore de contenu, mixez le tout et vous obtenez des titres qui font mouche presque à chaque fois. C'est peu ou prou la formule appliquée pour la création de ce Super Smash Bros Ultimate. Pour les deux du fond qui ne suivent pas, la série Smash Bros nous invite à participer à des combats en multijoueurs en vue de côté. Le but ? Envoyer valdinguer ses adversaires hors du « ring » en les frappant autant que faire se peut.

Un principe simple mais qui fait mouche, et occasionne souvent de franches rigolades (ou des amitiés brisées). Pour cet épisode Switch, Nintendo a mis les petits plats dans les grands en décidant d'inclure tout ce qui lui passait par la tête. Ce sont ainsi pas moins de 74 personnages qu'il sera possible de sélectionner pour se foutre sur la tronche, soit l'intégralité des personnages ayant jamais mis les pieds sur un ring de Smash Bros. Et vu que Nintendo sort régulièrement des nouveaux packs de personnages, attendez-vous à ce que ce nombre augmente en permanence.

Au-delà d'un roster gigantesque, qui permettra à chacun de trouver son bonheur en matière de style de combat, ce Smash Bros Ultimate propose aussi un gameplay aux petits oignons. Poli à l'extrême, fruit de plusieurs années d'évolution, il est à l'heure actuelle dans sa forme la plus « pure », et propose une expérience de jeu simple, sans être simpliste. Côté contenu, cet épisode se pose là. Avec des modes de jeu solo et multi en pagaille, il saura vous tenir en haleine des heures durant, sans que la lassitude ne se fasse sentir.

7. Metroid Dread

Metroid Dread
  • Esthétiquement superbe (surtout sur Switch OLED)
  • Une ambiance travaillée et stressante face aux E.M.M.I.
  • Des boss coriaces qui font grimper la difficulté
  • Quelques bonnes idées de mise en scène
  • La formule des Metroid 2D toujours aussi efficace...
Metroid Dread est tout ce que nous pouvions attendre d'un Metroid en 2D. Si la révolution du genre n'est clairement pas au rendez-vous, nous sommes en présence d'une production Nintendo des plus divertissantes. C'est le jeu parfait pour accompagner le lancement de la Switch OLED.

Pratiquement deux décennies après ses dernières aventures en 2D, Samus a fait son grand retour sur Nintendo Switch dans Metroid Dread. Les fans attendaient cela avec impatience et le studio espagnol MercurySteam nous a livré une copie très fidèle à l'héritage laissé par la série. Entre bonne porte d'entrée pour les uns et suite tant espérée par les autres, cet épisode se dresse parmi les meilleurs jeux de la Switch.

Alors que nous attendions plutôt des informations concrètes sur Metroid Prime 4, Nintendo prenait finalement tout le monde par surprise à l'E3 2021 en annonçant Metroid Dread. Suite de l'excellent Metroid Fusion sorti sur Game Boy Advance en 2002, il s'agit du cinquième chapitre de la saga optant pour un point de vue 2D. Il faut également savoir que le jeu avait pourtant été envisagé par les équipes de la firme nippone il y a de cela plusieurs années. Mais à cause des restrictions technologiques de ses précédentes machines, Nintendo avait alors décidé de mettre le projet en stand-by... Et c'est au final la Switch qui a l'immense honneur de recevoir cet épisode déjà incontournable !

On va bien Samuser

Notre pauvre chasseuse de prime se trouve encore une fois dans une situation très délicate. Dépêchée sur la planète ZDR pour y éliminer un parasite X en liberté, Samus Aran est directement attaquée quelques secondes après son atterrissage. Toutes ses capacités s'envolent et ce sera au joueur de l'aider à retrouver ses pouvoirs tout en cherchant un moyen de fuir ce monde pour le moins hostile. Car si la faune locale se montre déjà peu accueillante, une autre menace est dissimulée dans l'obscurité. Il s'agit des robots E.M.M.I. qui n'hésitent pas à pourchasser notre héroïne une fois cette dernière repérée. Bref, le périple ne sera pas de tout repos.

Il est vrai que Metroid Dread n'invente pas grand chose. Les équipes de MercurySteam ont repris la formule des anciens opus sans jamais l'altérer. Toutes les zones ne sont pas accessibles dès le départ l'utilisation d'un pouvoirs bien spécifique est souvent requis pour progresser ou s'emparer d'un bonus. Les allers-retours sont inévitablement au programme comme dans tout bon Metroidvania qui se respecte. Et si les boss demeurent impressionnants, les séquences avec les E.M.M.I. sont sans aucun doute les plus oppressantes. Si ces entités métalliques se contentent de patrouiller dans des zones clairement délimitées, elles n'en restent pas moins dangereuses. Une fois leurs pattes posées sur Samus, c'est le game over (presque) assuré. Il est essentiel de ruser et d'utiliser des pouvoirs, comme l'invisibilité temporaire, à bon escient pour s'échapper.

Ainsi, la recette de Metroid Dread a fait ses preuves par le passé et demeure réellement intemporelle. Les combats sont nerveux, le challenge parfois très relevé et le jeu est très réussi sur le plan esthétique (c'est encore mieux sur le bel écran de la Switch OLED). Si la mise en scène est plutôt minimaliste, l'aventure nous réserve quelques moments d'anthologie et des révélations assez inattendues viennent parachever le tout après un ultime combat des plus épiques. Bref, Metroid Dread fait exactement ce qu'on attendait de lui. Un nouveau hit pour une Nintendo Switch qui continue d'impressionner.

8. Mario Kart 8 Deluxe

Mario Kart 8 Deluxe
  • Le jeu de course Multi par excellence
  • Un contenu gigantesque
  • Accessible et fun pour tous
Jeu multijoueurs par excellence, Mario Kart 8 Deluxe est un must have, n'ayons pas peur des mots. Élément indispensable de toute bonne ludothèque Switch, il s'avère être un compagnon idéal pour toute soirée entre amis. Aussi amusant que profond pour celui qui souhaite s'investir dedans, bardé de contenus à découvrir, Mario Kart 8 Deluxe est une franche réussite.

Nous l'avons déjà dit, Mario est sans doute la licence Nintendo la plus connue qui soit. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien si le moustachu est la mascotte de la firme nippone. Au fil des années, la série Mario s'est très largement diversifiée, le plombier et ses potes allant faire un tour aux jeux olympiques, sur un jeu de plateau, ou allant pratiquer de nombreuses activités sportives pour le plus grand régal des amateurs de jeux multijoueurs aussi fun que prenants.

Il ne faudrait toutefois pas oublier le jeu qui est à l'origine de cet essor des activités secondaires : ce bon vieux Mario Kart. Sorti sur SNES en 1992, ce titre emmenait Mario, Luigi, Peach, Bowser et autres Koopas s'affronter, carapace à la main, sur une ribambelle de circuits inspirés par les environnements de Super Mario World. Jeu de course incluant une bonne dose de baston grâce à des « armes » retorses, il disposait aussi d'un mode de jeu Battle qui laisse encore un souvenir ému aux joueurs l'ayant pratiqué à l'époque. Véritable réussite et succès immédiat auprès des joueurs, Mario Kart est désormais une institution dans l'écosystème Nintendo, et chaque console à le droit à son épisode, apportant son lot de nouveautés. La Switch ne fait pas exception à la règle avec son Super Mario Kart 8 Deluxe.

Attention aux carapaces

Mario Kart est donc un titre presque obligatoire pour les possesseurs de consoles estampillées du gros N. Jeu multijoueurs par excellence, capable de faire voler en éclat la plus belle des amitiés à grand coup de carapace, il s'agit d'un incontournable. Ce Mario Kart 8 Deluxe est, comme son nom peut le suggérer, une version améliorée du Mario Kart 8 sorti sur Wii U. Comprenez par là que cette version inclut de base l'intégralité des DLC sortis sur la précédente console de Nintendo, portant le nombre de circuits à 48, et le nombre de personnages jouables à 41. De quoi s'éclater tranquillement entre potes sans que la lassitude ne pointe le bout de son nez.

Pour le reste, on se retrouve face à du Mario Kart pur jus. Les pilotes y sont répartis par classe de poids, ce qui influe sur leur accélération et leur vitesse de pointe, dictant le style de jeu. On retrouve aussi le système de personnalisation des véhicules : carlingue, roues et voiles s'associent pour octroyer diverses caractéristiques à votre bolide, ce qui, une fois encore, influencera fortement votre manière de jouer et d'aborder les courses. Ajoutez à cela tout un tas de petites subtilités dans la conduite, comme la possibilité d'effectuer des figures en l'air, ou d'obtenir des turbos en dérapant dans les virages, et l'on obtient un gameplay plus riche qu'il n'y parait au premier abord.

Néanmoins, et c'est là toute la tragédie de Mario Kart, le meilleur des pilotes ne pourra rien faire face au couperet de la carapace. C'est aussi ce qui fait le sel de ces jeux de courses : les « armes » qu'il sera possible de récupérer sur la piste, et qui peuvent littéralement changer le cours d'une course. C'est sans doute aussi l'un des éléments les plus jouissifs de ce jeu, qui occasionne souvent des cris de douleurs et de frustration chez les victimes. Pour ne rien gâcher, ce Mario Kart 8 Deluxe inclut aussi de nombreux modes de jeux et niveaux de difficulté (dont le fameux mode 200cc absolument infernal) qui sauront vous tenir en haleine et vous occuper des heures durant.

9. Monster Hunter: Rise

Monster Hunter Rise
  • Le Filoptère une nouveauté qui fluidifie combat et exploration
  • La verticalité des niveaux
  • Le retour du multijoueurs en local, parfait pour chasser entre potes
  • Un contenu déjà pléthorique qui va s’enrichir avec le temps...
Synthèse parfaite entre la modernité apportée par World et la philosophie (parfois un brin archaïque) portée par les épisodes passés, Monster Hunter Rise réussit son jeu d’équilibriste avec brio. Riche et complet mais abordable, il constitue un point d'entrée parfait, pas exempt de défauts, pour découvrir cette série fantastique.

Galvanisé par le succès de Monster Hunter World sur les consoles de salon, Capcom n'a pas souhaité s'arrêter en si bon chemin. Cette fois, l'éditeur japonais a choisi de s'associer à Nintendo dans le but de sortir un tout nouvel opus sur la très populaire Switch. Ce projet s'est matérialisé sous la forme de Monster Hunter: Rise, un épisode fidèle à la licence qui s'adapte parfaitement à la dimension hybride de sa console de prédilection.

Reposant solidement sur les bases de la saga, Monster Hunter: Rise est un épisode canonique qui exploite tout le potentiel de la Nintendo Switch. Ainsi, les puristes ne vont clairement pas être dépaysés puisque le concept de la chasse reste au cœur de l'épopée qui nous transporte au sein du village de Kamura. Cette bourgade dont l'esthétique s'inspire fortement du Japon médiéval est gangrenée par la Calamité, une sorte de malédiction qui pousse les monstres à s'attaquer à ce hameau autrefois paisible. Une entrée en matière dont le but est de justifier la nouvelle partie de chasse aux monstres dépeinte dans le jeu.

Qui va à la chasse...

Pour les besoins de ce Monster Hunter: Rise, Capcom ne s'est pas reposé sur ses lauriers. En effet, des créatures inédites font leur apparition et leur aspect est généralement bien travaillé. Au sein d'environnements relativement ouverts (mais pas autant que dans World), le joueur peut donc prendre part à de véritables batailles contre des monstres parfois immenses ! Monster Hunter oblige, il va falloir bien s'équiper avant de partir au combat et faire preuve d'un minimum de stratégie face aux mastodontes très robustes. Les cinq zones de chasse disponibles disposent d'un bestiaire et d'une petite histoire uniques. Plus verticaux, les décors gagnent en complexité et peuvent parfois offrir de superbes panoramas grâce à une direction artistique maîtrisée.

Afin de traverser ces lieux, les développeurs ont imaginé un outil inédit nommé Filoptère. Il permet d'escalader et de se déplacer plus facilement sur les parois. De quoi dynamiser la progression et donner un avantage considérable en combat. Pour le reste, c'est du Monster Hunter pur jus avec toute l'intensité que nous connaissons à la série. Le contenu est absolument gargantuesque et le multijoueur en local vient se greffer par dessus pour nous offrir des parties aussi conviviales que nerveuses. Il est tout bonnement impossible de lister toutes les possibilités offertes par Rise mais nous vous renvoyons vers notre test pour en apprendre plus.

En résumé, Monster Hunter: Rise est une entrée en matière idéale pour les débutants et une épopée inédite gratifiante pour les habitués. Il faut tabler sur plusieurs dizaines d'heures pour assister à la conclusion de l'aventure et l'extension Sunbreak viendra en rajouter une couche dès l'été 2022. Bref, grâce à son esthétique convaincante, à sa formule addictive et à son programme ultra complet, Monster Hunter: Rise est un autre jeu immanquable du catalogue Nintendo Switch.

10. The Legend of Zelda: Link's Awakening

The Legend of Zelda: Link's Awakening
  • La direction artistique somptueuse
  • Un Zelda à l'ancienne à l'histoire touchante
  • La bande originale superbe
The Legend of Zelda: Link's Awakening est un épisode un peu à part dans le coeur des fans. L'île Cocolint est ressuscitée grâce à une direction artistique somptueuse qui souligne son ambiance si particulière. Les nostalgiques comme les nouveaux venus y trouveront leur compte. Facile à prendre en main mais parfois plus exigeant avec ses énigmes, cet épisode s'adresse à une audience très large. Voilà une excellente manière de (re)découvrir un jeu iconique qui a su conserver son charme comme son histoire touchante.

Le magnifique "Breath of the Wild" n'est plus le seul opus de la saga à figurer dans notre listing des meilleurs jeux Switch. En septembre 2019, Nintendo a décidé de dépoussiérer un épisode adulé par les fans. Il s'agit bien évidemment de The Legend of Zelda: Link's Awakening. Grâce à ce lifting, les joueurs les plus jeunes ont la possibilité de découvrir un titre enchanteur et moins enfantin qu'il n'y paraît.

Sorti initialement en 1993 sur Game Boy, The Legend of Zelda: Link's Awakening devait à la base être un simple portage de l'excellent A Link To The Past sur la console portable de Nintendo. Au fil du développement, le projet a drastiquement changé pour finalement devenir un jeu inédit. Les plaines du royaume d'Hyrule cèdent leur place à l'île Cocolint, sur laquelle notre cher Link s'est échoué après une terrible tempête. Sur place, le héros à la tunique verte fait connaissance avec Marine, une habitante de cette contrée paradisiaque reculée. Rapidement, Link apprend qu'il doit arpenter plusieurs donjons dans le but de retrouver des instruments de musique. À l'aide de ces derniers, Link pourra quitter l'île.

Un réveil nostalgique

Avec sa renaissance sur Nintendo Switch, Link's Awakening se pare de quelques changements notables, en particulier au niveau de son rendu visuel. La direction artistique est colorée et les décors sont entièrement en 3D malgré la vue de trois-quarts. Cette refonte visuelle met en valeur tout le charme des environnements de l'île Cocolint. L'ambiance enchanteresse est magnifiée par une bande originale réorchestrée qui reprend les morceaux de la version Game Boy. Cet épisode parvient donc à conserver une bonne dose de nostalgie tout en se modernisant.

Si l'incontournable Breath of the Wild a marqué durablement les esprits avec son monde ouvert, The Legend of Zelda: Link's Awakening opte pour une progression plus "classique". Le jeu alterne entre combats, petits objectifs annexes (comme la pêche ou la collecte de coquillages) et énigmes dans la plus pure tradition de la saga. L'exploration est aussi à l'ordre du jour puisqu'il est nécessaire de vagabonder sur l'île afin de déterrer tous ses secrets. Les joueurs ayant terminé le jeu sur Game Boy à 100% ne seront pas dépaysés puisque cette monture Switch est identique en tout point. Les personnages, les quarts de cœur ou encore les ennemis n'ont pas bougé depuis 1993.

Facile à prendre en main, le titre de Nintendo peut livrer sa conclusion en une petite dizaine d'heures. Cependant, l'éditeur japonais réserve une nouveauté qui s'est longuement illustrée au cours de la campagne promotionnelle du soft. En effet, le PNJ nommé Igor peut aider Link à construire ses propres donjons. Ces créations peuvent ensuite être jouées librement et même partagées avec la communauté. L'expérience de jeu s'en trouve prolongée même si ce mode inédit montre assez rapidement ses limites, la faute à une structure assez répétitive.

Dans l'ensemble, ce The Legend of Zelda: Link's Awakening joue la carte de l'accessibilité. Son gameplay est assez simpliste et l'aventure plutôt simple dans son ensemble. Seuls quelques puzzles offrent un brin de challenge. Bien entendu, l'intérêt de cet opus est ailleurs... L'objectif affiché par Nintendo était d'offrir une seconde jeunesse à un titre adoré par toute une génération de joueurs. À ce niveau, il faut bien reconnaître que l'éditeur japonais a visé juste.

Source : wikipedia

Modifié le 20 octobre 2021 à 11h39

Dernières actualités