Test Football Manager 2022 : le doublé coupe-championnat, mais sans forcer son talent

Publicité

Test Football Manager 2022 : le doublé coupe-championnat, mais sans forcer son talent

JVFR
© Sports Interactive / SEGA

Réglés comme des coucous suisses, les Anglais de Sports Interactive profitent une fois encore du début du mois de novembre pour mettre à jour ce qui reste LA référence du jeu de gestion sportif. Football Manager 2022 est d'ailleurs très seul sur son créneau depuis que tous ses concurrents signés Eidos ou Electronic Arts ont arrêté les frais. Sauf improbable loupé, il s’agira, cette année encore, d’un titre de grande qualité et toute la question se portera sur la pertinence des « grandes nouveautés », l’intérêt des petites modifications.

8

JVFR
Voir le prix
Football Manager 2022
  • Clarté et précision de l'interface
  • Richesse de la base de données
  • Apports du Centre de données
  • Staff et réunions pour tout savoir
  • Nouveautés malgré tout mineures
  • Gegenpressing encore surcoté ?
  • Moteur 3D guère convaincant
  • Des manques dans les licences

Test réalisé à partir de la version PC du jeu, à l'aide d'un code fourni par l'éditeur. Football Manager 2022 sort officiellement le 9 novembre sur PC / Xbox. Il sera disponible dès cette date dans le Game Pass.

Football Manager 2022 est le 18e opus d’une série qui démarre en 2004 après le divorce entre le studio de développement britannique Sports Interactive et son éditeur Eidos Interactive. En réalité, la franchise est toutefois bien plus ancienne encore et remonte au début des années 90 avec la sortie de Championship Manager en 1993. Dès cette époque, Oliver et Paul Collyer ont dans l’idée de proposer une sortie annuelle afin de coller aux saisons de football et ainsi mettre à jour une base de données qui est devenue l’atout majeur du jeu, malgré l’absence, toujours remarquée, de la licence officielle de quelques compétitions, mais surtout de quelques clubs comme la Juventus.

Publicité

Avoir un seul but dans la vie

À la base d’un Football Manager 2022 se trouve donc l’idée de ne pas nous faire jouer sur le terrain, mais « dans les coulisses ». Plutôt que d’incarner les Messi et autres Ronaldo, balle au pied, nous endossons le costume d’un Alex Ferguson ou le survêtement d’un Marcelo Bielsa. À nous le contrôle des entraînements, la définition de la tactique, la promotion des jeunes, la recherche des perles rares sur le marché des transferts, la négociation des nouveaux et des renouvellements de contrats ainsi que les relations avec la direction du club. Comme son nom l’indique, Football Manager 2022 nous place donc dans la peau d’un… manager. CQFD.

Forcément, un tel rôle limite singulièrement les options « esthétiques » qui s’offrent à Sports Interactive et la franchise a souvent été qualifiée « d’Excel du football » pour ses nombreux tableaux statistiques ou ses piles de chiffres pour définir la tenue d’une défense, la régularité des joueurs ou l’efficacité d’une attaque. De ce point de vue-là, Football Manager 2022 n’est évidemment pas une révolution et son interface générale n’a que très peu évoluée depuis déjà plusieurs versions. L’ensemble est construit autour d’une barre de « menus » latérale qui regroupe les principaux domaines d’action du joueur.

JVFR
Le « dernier jour du mercato » est une nouveauté un peu gadget, mais très sympa © Nerces

Pour les néophytes, c’est évidemment à partir de là que l’on va pouvoir consulter son effectif, gérer les tactiques, se tourner vers le marché des transferts ou, simplement, vérifier le calendrier de la saison. Pour les plus habitués, c’est surtout ici que l’on découvre l’une des principales nouveautés : le Centre de données. Plus que toute autre section du jeu avant lui, ce champ est une mine d’informations pour quiconque ne souhaite pas gérer à l’instinct, mais plutôt sur la base de statistiques précises. Il traque la prestation de chaque équipe, de chaque joueur de sorte que l’on puisse (tenter de) trouver la solution à nos problèmes du moment.

JVFR
Remonter l'historique des blessures d'un joueur sur de nombreuses années © Nerces

Le centre de données ne se contente pas de statistiques sur la propension à marquer – le fameux indicateur xG – mais distille des informations sur tous les compartiments du jeu, tous les postes. Il est aussi possible de demander des rapports à son staff, d’analyser le comportement passé de notre équipe ou d’étudier celui de notre prochain adversaire pour mieux s’y adapter. Comme pour la très grande majorité de l’interface, la chose peut sembler austère au premier regard et il faut effectivement s’habituer à côté « rapport d’activité ». Reste que l’ensemble des informations est donné de manière claire à l’aide de graphiques d’une lisibilité parfaite.

Une autre nouveauté de cette version 2022 de Football Manager est liée à un moment particulier dans la vie d’un club de foot, en particulier pour les clubs d’une certaine importance : le mercato et, plus précisément, le dernier jour du mercato. Certes, la plupart du temps, vous aurez déjà fait vos courses avant que cette date butoir n’arrive, mais elle constitue aujourd’hui une espèce de jeu dans le jeu que l’on peut zapper entièrement ou laisser se dérouler, heure par heure, avec ce compte à rebours stressant, les propositions de dernière minute des agents ou l’aboutissement – ou l’échec – d’un contrat majeur pour le reste de la saison.

JVFR
La défense de Liverpool parmi l'équipe de la semaine ? En voilà, une nouveauté ! © Nerces

Publicité

Mercato ou génitrice pieuse ?

Pas toujours très réceptifs à ce genre d’accessoires destinés à créer artificiellement de la tension, nous avons plutôt bien apprécié ce « dernier jour du mercato » qui, rappelons-le, est parfaitement facultatif : à tout moment, il est possible de stopper la progression de cette journée pour partir sur l’après-mercato de manière plus classique. Plus classique justement, les ajustements proposés par Sports Interactive sur le système de réunions. Face à un jeu toujours plus riche, toujours plus complet, celles-ci ont à chaque fois permis de se tenir au courant de tout ce qui peut évoluer au sein du club.

En particulier si on décide de prendre en main un des grands d’Europe, il n’est pas évident d’avoir les yeux partout et les réunions sont donc l’occasion de faire le point avec tous les autres membres du staff. Grâce à un format que l'on va qualifier de « ramassé », les informations présentées par nos collègues sont plus simples à appréhender et on ressort de ces réunions avec des décisions claires à réaliser. Les membres du staff présentent divers points d’importance et proposent d’éventuelles solutions / améliorations que l’on est libre de valider ou de refuser. Bien sûr, cela peut avoir des conséquences variées sur d’autres « domaines » de la vie du club.

JVFR
Malgré des progrès, le rendu 3D des matchs reste très quelconque : pas de quoi s'enthousiasmer © Nerces

Par exemple, l’entraîneur adjoint peut très bien conseiller de changer le statut d’un joueur recruté comme « vedette » mais qui, finalement, convient mieux comme « joueur de rotation ». On se doute bien qu’une telle décision risque, sinon de rendre furieux, au moins d’interroger le joueur en question et il est alors préférable d’échanger avec lui pour calmer la situation… ou faire escalader les choses si on souhaite s’en débarrasser après tout ! Sur ce point-là, il faut toutefois reconnaître une tendance à « l’énervement facile », surtout lorsqu'on a souhaité infliger une amende à un de nos joueurs : il est souvent difficile de calmer le jeu.

Dans un autre registre, on pourra aussi reprocher une certaine tendance à l’emballement du jeu autour des indemnités de transferts. Faire venir un joueur encore sous contrat dans son club est de plus en plus vite ruineux, mais ce n’est finalement qu’à l’image de ce que l’on voit en réalité. De plus, nous sommes heureux de constater comme un certain rééquilibrage dans les demandes de l’intelligence artificielle, et ce, qu’il s’agisse des autres clubs, des agents des joueurs ou des joueurs eux-mêmes. On peut aussi bien plus jouer sur les diverses clauses pour faire aboutir une négociation qui paraissait mal engagée.

JVFR
Principale nouveauté de Football Manager 2022, le Centre de données est une espèce d'adjoint très utile... © Nerces

Catenaccio numérique et défense de fer

Sur un plan plus tactique, les nouveautés sont nettement moins nombreuses. Sports Interactive a toutefois mis en place le poste de défenseur excentré lequel « a pour consigne d’empêcher les attaquants adverses de jouer et de dégager les ballons dangereux » avec toutefois ce côté « désaxé » qui lui permet de participer aux phases offensives à la manière d’un latéral. Le poste est intéressant et vient, logiquement, apporter un peu de sang neuf aux tactiques que l’on peut mettre en place. Notez toutefois que l’essentiel du travail tactique des développeurs a justement porté sur un certain équilibrage du jeu.

On a beaucoup reproché à Football Manager 2021 une certaine prépondérance du gegenpressing si cher à Jürgen Klopp ou Pep Guardiola. C’était un peu la stratégie « magique », mais aujourd’hui l’épuisement des joueurs est davantage pris en considération et dès le début d’une seconde période vous verrez le cœur d’énergie de vos protégés se vider très rapidement. Ne croyez pas que le gegenpressing soit devenu inutile – il reste redoutable d’efficacité – mais il implique un suivi plus attentif de la fatigue des joueurs, des risques de blessure et, ce faisant, il impose de réaliser de fréquentes rotations pour ne pas finir la saison avec un demi-effectif.

JVFR
... qui regorge d'informations bien pratiques, mais pas évidentes pour le néophyte © Nerces

Puisque nous parlons matchs, il convient d’évoquer un point sur lequel Sports Interactive a beaucoup insisté lors de la promotion du jeu : la nouvelle représentation 3D des rencontres. Alors, c’est vrai, les animations sont effectivement un peu plus travaillées, naturelles et elles donnent à l’ensemble un côté plus fluide. Inutile toutefois de se voiler la face et l’ensemble a encore et toujours un côté très « robot ». Difficile, comme peuvent le faire les développeurs, de parler du « début d’une nouvelle ère » ou alors ces débuts sont encore très timides avec des réactions encore bien peu réalistes lors des dribbles, des débordements ou des contacts.

JVFR
Inévitables statistiques d'après-match : à 9-0, c'est forcément plus positif ! © Nerces

Avant et après les matchs, Football Manager 2022 ne tarit pas le flot de conférences qui viennent s’ajouter aux innombrables réunions déjà évoquées et qui donnent à l’ensemble du jeu un côté extrêmement « bavard » qui pourrait dérouter de nombreux joueurs, surtout ceux qui n’ont pas touché un Football Manager depuis 5 ou 6 ans. Si les réunions ont un réel intérêt, nous l’avons dit, les conférences et autres interventions inopinées de journalistes pour poser une question ne sont guère enthousiasmantes. Les échanges se répètent inlassablement conférence après conférence – comment ça, c’est réaliste ? – et on ne sent pas une réelle importance à ces rendez-vous que l’on finit, invariablement, par zapper.

Enfin et si nous avions évoqué la chose en début de test, nous regrettons que Sports Interactive ne parvienne pas à disposer d’une base de données absolument complète. Bien sûr, ce n’est pas évident à l’heure du foot business, mais il est toujours dommage de faire avec Zebre à la place de la Juventus ou d’avoir certaines compétitions qui ne portent pas le bon nom. Heureusement, nous en profitons pour saluer l’incroyable travail de la communauté sur Sortitoutsi, un petit patch vient corriger tous les noms qui ne vont pas et de multiples packs permettent d’ajouter les photos manquantes, de mettre à jour les logos ou les maillots.

JVFR
Les échanges avec les joueurs sont bien plus intéressants que les conférences de presse © Nerces

Football Manager 2022 : l’avis de JVFR

Année après année, Football Manager évolue sans jamais renier son ADN. De fait, chaque nouvelle version sonne plus comme un ajustement de la précédente avec l’introduction de nouveautés au compte-gouttes histoire de tester la réaction des fans avant de trop s’engager. Reste que la formule mise en place par Sports Interactive est une fois encore diablement efficace. Football Manager 2022 peut toujours compter sur une formidable base de données pour faire rêver les amateurs de foot… comme les purs gestionnaires.

La prise en compte des contrats, des finances et de la masse salariale constituent des aspects à ne pas négliger même si les choses se décident encore majoritairement sur le terrain. Là, on regrette le manque de nouveautés. Le rendu 3D des matchs est en progrès, mais il faut être bien indulgent pour parler de réussite. Heureusement, Football Manager 2022 est aussi l’occasion de rééquilibrages de bon aloi côté tactique et intelligence artificielle. Un opus convaincant auquel on reprochera surtout une accessibilité contestable : le néophyte risque fort de battre en retrait face au côté foisonnant de la simulation.

Football Manager 2022

8

Au fil des années, la promesse Football Manager évolue par petites touches, il est donc difficile de se formaliser du peu de nouveautés de l'opus 2022. La richesse, la précision de la simulation sont toujours au rendez-vous, la clarté de l'interface également et Football Manager 2022 est une réussite, mais peut-être est-il suffisant de surveiller le jeu tous les deux ou trois ans ?

Les plus

  • Clarté et précision de l'interface
  • Richesse de la base de données
  • Apports du Centre de données
  • Staff et réunions pour tout savoir
  • Stress du « dernier jour de mercato »
  • Une communauté au taquet

Les moins

  • Nouveautés malgré tout mineures
  • Gegenpressing encore surcoté ?
  • Moteur 3D guère convaincant
  • Des manques dans les licences
  • Aucun versant foot féminin ?

Modifié le 15 novembre 2021 à 09h30

JVFR

Football Manager 2022

  • PC
  • iOS
  • Android
  • Xbox Series X | S
  • Xbox One
  • Nintendo Switch

Date de sortie :

08 novembre 2021

Publicité

Dernières actualités