Test de Super Mario 3D World + Bowser's Fury : une remasterisation qui cache bien son jeu

Publicité

Test de Super Mario 3D World + Bowser's Fury : une remasterisation qui cache bien son jeu

JVFR

Nintendo poursuit les célébrations du 35ème anniversaire de sa mascotte avec un portage pour le moins étonnant. En effet, après la compilation Super Mario 3D All-Stars l'année dernière, c'est au tour de l'opus Wii U Super Mario 3D World de faire son grand retour. Mais un invité surprise, sous la forme de l'énigmatique Bowser's Fury, s'est glissé dans la cartouche à destination de la Switch. Notre ressenti se trouve dans ce test.

Passé un poil inaperçu (principalement à cause de la console qui l’hébergeait) à sa sortie en novembre 2013, Super Mario 3D World s'offre une chance de se racheter avec son arrivée sur Nintendo Switch en ce mois de février 2021. Pour le moment, les 35 ans du plombier moustachu n'ont pas débouché sur un nouveau jeu majeur pour la licence. Il a pour l'instant fallu se contenter des portages sans réelle valeur ajoutée de Mario 64, Super Mario Sunshine et Super Mario Galaxy via 3D All-Stars. Aussi, un battle royale et un Mario Kart un peu à part (qui s'adresse avant tout à un jeune public) sont sortis ces dernières semaines. Ainsi, sous ses airs de simple remasterisation, l'épisode Wii U cache pourtant une plus-value non négligeable que nous décortiquerons plus tard.

Publicité

Chat lui va plutôt bien !

Comme bien souvent, le scénario de ce Super Mario 3D World tient sur un mouchoir de poche. Mario, Luigi, Toad et Peach partent au secours des princesses Libella capturées par le maléfique Bowser. Si l'aventure est parfaitement jouable en solo, elle peut également être vécue à quatre joueurs à la fois en local ou, petite nouveauté de cette version, en ligne. Inutile de dire que le tout est bien plus convivial lorsque des amis rejoignent la partie. Mais il faut le dire d'entrée de jeu, cet opus est bien souvent d'une facilité déconcertante. Les vies se gagnent sans difficulté et en cas d'échec répété sur une portion, le titre offre la possibilité de revêtir le costume de tanuki blanc qui rend notre avatar invulnérable. Le challenge est donc rarement de la partie...

JVFR
Un plaisir de retrouver cette joyeuse troupe !

Mais le charme de Super Mario 3D World est ailleurs. Déjà, les dizaines de niveaux présentent une variété impressionnante dans leurs décors. Ces derniers sont colorés et parviennent sans cesse à se renouveler pour surprendre le joueur. Il s'agit presque d'une sorte de best of de tous les environnements que nos héros ont pu arpenter dans leurs précédentes aventures. Plusieurs passages se permettent d'être absolument délirants et même assez époustouflants dans leur mise en scène. Pour un jeu sorti il y a de cela plus de sept ans, c'est une belle réussite ! Les musiques de la bande originale et les bruitages iconiques de la franchise viennent magnifier le tout.

JVFR
Ce Mario 3D World nous fait voyager

Publicité

Remasterisation minimale pour une beauté maximale

Ainsi, sur le plan purement esthétique, Super Mario 3D World s'en sort avec les honneurs. L'écart n'est pas abyssal par rapport à la version Wii U mais force est de constater que le jeu n'a rien perdu de sa saveur visuelle. Si un petit effet de flou est visible en mode portable (la faute à une résolution en 720p), le titre est irréprochable sur le plan technique avec ses 60fps aussi bien en nomade que sur un téléviseur (et en 1080p). Aucun ralentissement ou bug à signaler durant notre session en compagnie de Mario et de sa fine équipe. Le portage se fait donc sans heurts ni chamboulements majeurs puisque le jeu de base était déjà somptueux.

JVFR
La tenue de chat permet d'escalader les parois. Et les sommets cachent souvent des secrets

Le gameplay se pare lui aussi de petites optimisations notamment avec une vitesse de déplacement des personnages améliorée et le fait de pouvoir grimper encore plus haut une fois Mario déguisé en chat (grâce à la clochette qui va bien). Pour finir, signalons la présence d'un tout nouveau mode photo avec divers filtres permettant d'immortaliser les meilleurs moments. C'est donc le service minimum pour cette remasterisation qui ne nécessitait cependant pas une refonte en profondeur pour plaire en 2021.

JVFR
Petit exemple du mode photo. Il existe des filtres bien plus... originaux.

Du Mario classique

Dans son gameplay, Super Mario 3D World opte pour des décors en 3D mais la caméra n'est pas totalement libre. Seuls quelques angles peuvent être utilisés afin de découvrir des secrets (étoiles vertes à récupérer, tampons...) parfois bien cachés. Hélas, ces points de vue plutôt limités ont une réelle incidence sur la jouabilité et donnent lieu à des désagréments un brin gênants. Il est par moment difficile d'appréhender à la perfection la perspective. Il n'est donc pas rare de tomber dans un trou et de passer à côté d'un objet ou d'un ennemi. Aussi, les personnages (en particulier Mario et Luigi) sont victimes d'un effet de flottement lors des sauts. Cela se soldera par quelques morts sans grande conséquence pour autant.

JVFR
Ici, on peut faire monter cette plateforme via l'écran tactile de la Switch.

Mais malgré ces petits défauts, le plaisir de jeu reste intact grâce aux contrôles instinctifs si chers à la franchise et à des séquences ingénieuses. Par exemple, Toad bénéficie de niveaux exclusifs durant lesquels il faut ramasser des étoiles avant la fin du temps imparti. Pour cela, il est nécessaire de faire pivoter le décor pour déceler chaque élément à capturer (un concept qui donnera naissance à un titre à part entière intitulé Captain Toad: Treasure Tracker qui n'est hélas pas inclus). N'oublions pas non plus les nombreuses transformations de Mario (chat, feu, boomerang, tanuki, boîte canon, patin à glace...) et leur jouabilité unique. Et une fois le combat final passé, un nouveau mode sera débloqué... et il devrait faire plaisir aux nostalgiques (et aux amoureux de Luigi aussi).

JVFR
Les niveaux avec Toad sont peu nombreux mais diablement rafraichissants

Et en 3D s'il vous plaît !

Revenons un peu en arrière et plus précisément au tout premier écran du jeu. C'est celui où le joueur peut choisir entre Super Mario 3D World et le fameux Bowser's Fury. Et c'est à ce moment que les surprises commencent ! Oui, Bowser's Fury peut être considéré comme une aventure inédite (il est même étonnant de voir que Nintendo ne tente pas de la commercialiser à part). Notre héros se retrouve dans un nouveau monde nommé le Lac Saudechat. Il y retrouve un Bowser Jr. désespéré puisque son « papounet » (comprenez Bowser) est incontrôlable. En effet, ce dernier est devenu gigantesque et en colère depuis qu'il est entré en contact avec une étrange matière noirâtre. Il va donc falloir faire équipe avec le fils du célèbre (très) grand méchant pour mettre fin à cette furie !

JVFR
Un (tout) petit aperçu du monde de Bowser's Fury

Bowser's Fury n'est pas loin d'être le vrai nouveau Mario en 3D tant espéré par les fans. Le joueur est libre de se mouvoir où il le souhaite et surtout de bouger la caméra sans aucune restriction. La formule initiée par Mario 64 est donc une fois de plus d'actualité. Mario doit récupérer une centaine d'astres félins qui peuvent être obtenus en accomplissant différents objectifs. Il est primordial de mentionner le fait que Bowser's Fury réutilise presque tous les éléments de Super Mario 3D World. À savoir les ennemis, les pouvoirs (qui peuvent être stockés dans une sorte d'inventaire et utilisés à tout moment) ou encore la thématique des chats. Le plésiosaure Plessie faisant même office de « moyen de transport » pour naviguer sur les flots et rejoindre les points d'intérêt sur la carte plus rapidement.

JVFR
Petit moment de nostalgie en repensant à Mario Sunshine

Une aventure de titan !

À intervalle plus ou moins régulier, notre cher Bowser géant va venir nous mettre des bâtons dans les roues. La musique change (métal!!!), le ciel s’assombrit et l’antagoniste se met à traquer Mario en crachant de gigantesques flammes. Il faut alors courir, se cacher mais aussi explorer des lieux qui ne sont accessibles que durant ces phases ultra tendues. À titre d'exemple, des blocs qui renferment un astre félin ne pourront être détruits qu'à l'aide du feu de Bowser. Ces brefs moments doivent ainsi être utilisés à bon escient avant le retour au calme.

JVFR
Lorsque Bowser est dans les parages, l'ambiance change radicalement

Cette épopée peut également être vécue à deux (uniquement en local) avec un autre joueur qui prendra les commandes de Bowser Jr. Celui-ci peut utiliser son pinceau sur des points d'interrogation (et ainsi débloquer des power-up) ou pour se débarrasser des ennemis. Enfin, et sans trop en dire sur ces moments, Mario pourra s'emparer de la Giga cloche pour se transformer en Giga Mario chat et se battre avec son adversaire de toujours. Nous vous laissons la surprise mais ces affrontements valent le détour.

JVFR
Vous aurez besoin d'un coup de main pour détruire ces blocs

Pour conclure, si Bowser's Fury conserve la patte artistique si appréciable de 3D World, il présente malheureusement des carences techniques assez importantes. En mode portable, le jeu est trop souvent sujet à un framerate capricieux (bloqué à 30fps contre 60fps sur une TV) lorsque les éléments se déchaînent sur notre Mario qui n'en demandait pas tant. À ce niveau, nous sommes loin d'un rendu à la Super Mario Odyssey. Espérons qu'un patch day one viendra corriger ces soucis. Cette constatation est également valable sur la durée de vie assez faible du titre. Voilà pourquoi Nintendo préfère faire référence à une « nouvelle aventure » plutôt qu'à un véritable jeu inédit. Quoi qu'il en soit, c'est un ajout de grande qualité !

JVFR
Pikachu... euh Mario ! À l'attaque !

Super Mario 3D World + Bowser's Fury : l'avis de Clubic

Si son statut de remasterisation pourrait rebuter certains joueurs, Super Mario 3D World mérite pourtant toute votre attention. Le titre a conservé son charme d'antan, sans prise de tête, et mettant l'accent sur la convivialité grâce à son aspect multijoueur. Il est aussi l'un des Mario les plus variés avec des dizaines de stages à parcourir et un maximum de transformations pour notre plombier. Ce n'est pas pour rien s'il est considéré comme l'un des meilleurs titres exclusifs à la défunte Wii U.

Bien entendu, l'attraction principale de cette mini compilation est Bowser's Fury qui, sous ses faux airs de DLC, offre une aventure inédite certes condensée mais néanmoins intense et surtout très originale pour la franchise avec ses instants apocalyptiques au moment où Bowser pourchasse notre héros. Seule la partie technique laisse à désirer en portable.

Bref, Super Mario 3D World + Bowser's Fury est un véritable délice qui lance l'année de la Nintendo Switch sur les chapeaux de roue !

Super Mario 3D World + Bowser's Fury

8

Oui, Super Mario 3D World + Bowser's Fury fait preuve d'une grande générosité dans son contenu. L'aventure inédite justifie à elle seule l'achat de cette compilation qui excelle dans presque tous les domaines. Les habitués comme les nouveaux venus peuvent craquer sans se poser de questions !

Les plus

  • Les niveaux variés de 3D World qui se renouvellent constamment...
  • … avec des séquences très impressionnantes sur le plan visuel
  • Ce multijoueur toujours aussi convivial
  • Une durée de vie globale vraiment importante
  • Bowser's Fury, une vraie aventure inédite en 3D
  • Les moments d'anthologie lorsque Bowser apparaît
  • Des chats absolument partout !

Les moins

  • La perspective difficile à appréhender dans 3D World...
  • … et une absence totale de challenge (des boss anecdotiques)
  • Améliorations minimalistes apportées aux graphismes
  • Un framerate un peu limite sur Bowser's Fury

Modifié le 12 octobre 2021 à 14h00

Dernières actualités