Preview Nintendo Switch OLED : notre première prise en main avec le "nouveau" modèle

Publicité

Preview Nintendo Switch OLED : notre première prise en main avec le "nouveau" modèle

JVFR
© Nintendo

Annoncée en grande pompe le 6 juillet dernier, la Nintendo Switch (modèle OLED) a de prime abord déçu beaucoup de joueurs qui espéraient une révision en profondeur pour leur console hybride fétiche. Mais qu'en est-il, une fois le Joy-Con en main  ? C'est ce que nous allons tenter de voir au cours de cette petite preview.

En effet, nous avons été conviés par Nintendo à tester brièvement cette nouvelle Switch. Ce fut l'occasion de découvrir tous les changements apportés par le constructeur japonais sur cette itération. Bien entendu, puisque cet essai ne durait qu'une heure, il nous est pour l'instant impossible de juger certains éléments comme l'autonomie de la batterie ou la robustesse de la machine sur une longue période. Nous reviendrons là-dessus lors de notre test final au lancement de la console en octobre. Il nous était également interdit de prendre la bête en photo. Les visuels nous ont donc été fournis par Nintendo.

Publicité

La star, c'est l'écran !

Comme son nom l'indique, cette Nintendo Switch embarque une toute nouvelle dalle OLED avec une diagonale de 7 pouces. La surface d'affichage est ainsi plus importante que celle de l'édition de 2017 (6,2 pouces). La différence est même abyssale, si l'on compare cet écran flambant neuf à celui de la Nintendo Switch Lite, du haut de ses 5,5 pouces. Forcément, il est maintenant possible de placer la console à bonne distance de nos yeux sans trop perdre en lisibilité. Au cours de cette prise en main, nous avons pu voir trois jeux tourner sur l'édition OLED : Mario Kart 8 Deluxe, The Legend of Zelda: Breath of the Wild et Super Mario Odyssey.

JVFR
© Nintendo

S'il ne faut pas s'attendre à des graphismes plus fins ou à une meilleure fluidité, le nouvel écran fait des merveilles en rendant les couleurs plus prononcées et les contrastes réalistes. La définition reste donc sur du 720p (en mode portable), mais nous n'avons constaté aucune dégradation visuelle notable sur cette dalle pourtant plus imposante. Ainsi, l'écran OLED est parfaitement géré... Mais, puisque les composants internes (processeur, RAM...) de cette Switch n'ont pas bougé d'un iota, le gain visuel reste minime.

Sur The Legend of Zelda: Breath of the Wild, l'aliasing ultraprononcé constaté au lancement est toujours d'actualité. Sur le niveau du plateau du prélude (au tout début du jeu), la lueur du soleil à l'horizon tirait bien parti de l'écran OLED. Évidemment, sur des jeux nettement plus colorés tels que Mario Kart 8 Deluxe et Super Mario Odyssey, la dalle OLED de cette Switch version 2021 apporte un vrai plus. Néanmoins, dans l'ensemble, nous sommes très loin d'une révolution.

JVFR
© Nintendo

Publicité

Immersion et ergonomie garanties

Globalement, le design n'a lui aussi que très peu été altéré par le constructeur japonais, et les bons vieux Joy-Con (et le drift qui va avec) sont de retour. Pour ce qui est du coloris, c'est la Switch OLED blanche qui est passée entre nos mains. Une certaine élégance se dégage de cet exemplaire. Toujours au rayon des légères modifications, l'espace consacré à la ventilation reste positionné sur la tranche supérieure, mais le nombre de trous a été revu à la hausse. Durant notre heure de test, la console n'a pas été victime d'une chauffe excessive comme cela peut parfois être le cas avec des titres gourmands en ressources. Ce qui est déjà un bon point ! Bien entendu, il va falloir confirmer ce premier constat au cours d'une session de jeu plus longue.

JVFR
© Nintendo

Toutefois, il est primordial de le reconnaître, la Nintendo Switch OLED nous cachait une bonne surprise qui ne pouvait être remarquée sur les vidéos de présentation. En effet, les haut-parleurs, placés sur la partie inférieure de l'écran, profitent d'une sortie plus large. Cela décuple donc la puissance audio de la machine. Sur Breath of the Wild, il nous était possible d'entendre distinctement les oiseaux siffler au loin, et les musiques de Mario Kart résonnaient comme jamais à nos oreilles. C'est véritablement le point positif majeur qui ressort de cette première rencontre avec la console.

Quant au support servant à incliner l'écran pour jouer en « mode sur table » avec des amis, il se veut largement plus pratique que la simple languette derrière la Nintendo Switch initiale. L'angle de vue devient ainsi facilement ajustable. Cette nouveauté devrait favoriser les parties à plusieurs en local, mais nous émettons une petite réserve quant à la solidité du support en question. Ce dernier, uniquement fait d'un plastique relativement fin, semble au premier abord assez fragile. Enfin, la fente pour les cartes microSD reste accessible au dos de l'appareil.

JVFR
© Nintendo

Une révision finalement pas si anecdotique ?

Pour finir, passons rapidement sur l'augmentation du stockage interne qui passe de 32 à 64 Go. Si la mémoire double, elle reste cependant assez faible, et les utilisateurs qui consomment beaucoup de jeux à l'année devront fatalement acheter une carte microSD... En ce qui concerne la station d'accueil que nous avons pu admirer, il est essentiel de rappeler que le rendu graphique ne bougera toujours pas sur un écran externe par rapport à la Switch actuelle.

Cela étant dit, l'accès aux différents ports a été simplifié puisque le cache au dos de l'appareil peut à présent être totalement retiré. Aussi, le trou servant à faire ressortir les fils est plus ergonomique. Quant au fameux port Ethernet, il répond bien présent afin d'offrir une connexion plus stable lors des parties en ligne. Enfin, la fente dans laquelle il faut glisser la Switch est étonnamment pourvue de finissions laquées. S'il sera bien inclus dans chaque pack renfermant une Nintendo Switch OLED, ce dock sera aussi vendu séparément peu de temps après le lancement de la console. En effet, cette version est compatible avec la Switch sortie en 2017.

JVFR
© Nintendo

Nintendo Switch OLED : le premier avis de JVFR

Disons-le d'entrée de jeu, la Nintendo Switch OLED ne révolutionne rien ! Elle ne fait que proposer une expérience de jeu plus agréable via son bel écran (OLED donc) qui met idéalement en avant les couleurs vives et les contrastes. Pour nous, le vrai changement se fait pour l'instant sentir sur le rendu audio grâce à des haut-parleurs améliorés. Le reste est plus anecdotique, et nous pourrions même pester sur la mémoire interne encore assez chiche.

Ainsi, la Nintendo Switch OLED marque une maigre évolution. Elle s'adresse à un public ciblé, c'est-à-dire aux passionnés de la marque nippone qui sont prêts à (re)passer à la caisse pour bénéficier d'un maximum de confort. Son positionnement peut donc s'apparenter à celui d'une 3DS XL par rapport à la 3DS de base. Mais il est vrai que les 349,99 euros qui seront réclamés le 8 octobre prochain pour s'offrir la console auront de quoi décourager, car les optimisations sont hélas très discrètes. Malgré tout, nous aurions tort d'enterrer trop vite la Switch OLED qui reste une magnifique machine.

Modifié le 02 août 2021 à 07h00

Dernières actualités