Preview Magic Legends : un hack & slash qui rebat les cartes ?

Publicité

Preview Magic Legends : un hack & slash qui rebat les cartes ?

JVFR
© Cryptic Studios / © Perfect World Games

En attendant le retour remastérisé du roi des hack & slash Diablo II, le genre peine à évoluer depuis quelques années. Avec Magic: Legends, Wizards of the Coast tente de faire d'une pierre deux coups : donner plus de corps à son jeu de cartes iconique et apporter du neuf à la formule hack & slash, le tout dans un format Free-to-Play. Une bonne pioche ?

Annoncé lors des Game Awards 2019 sur PS4, Xbox One et PC, Magic: Legends est depuis le 23 mars disponible en béta ouverte sur PC, uniquement en ligne. Nous en avons donc profité pour tester (avec les textes en anglais, mais bien entendu traduits en français pour les anglophobes) cette version précoce d'un jeu qui s'annonce prometteur, à condition d'arrondir les bords d'une carte manquant encore de finition.

Publicité

Un hack & slash avec une carte dans sa manche

Comme tout bon hack & slash, nous commençons par choisir et personnaliser le genre, l'apparence et la tenue de notre Planeswalker (les héros emblématiques de Magic: The Gathering) parmi les cinq classes disponibles, dont l'affinité correspond aux fameux terrains du jeu de cartes.

Nous avons donc le Géomancien (Rouge/Montagne), le Maître des Bêtes (Vert/Forêt), le Sanctificateur (Blanc/Plaine), le Mage d'Esprit (Bleu/Île) et le Nécromancien (Noir/Marais). Une sixième classe, l'Assassin Dimir, sera ajoutée par la suite.

Chaque Planeswalker dispose d'une attaque de base et de deux compétences à temps de recharge propres. Il sera possible au fil de sa progression de débloquer les autres classes.

JVFR
Chaque classe de Planeswalker dispose de son identité et de ses compétences propres.

Une fois son Planeswalker choisi, nous voici lancés dans un Acte prologue permettant de se familiariser avec le gameplay et les différentes tâches que nous proposera Magic: Legends.

Ici, rien de fondamentalement original, chaque zone dispose d'une région ouverte et publique proposant quêtes et événements aléatoires, ainsi que des instances jouables en solo ou jusqu'à trois permettant d'obtenir diverses récompenses.

JVFR
Une vaste région ouverte par zone toutefois relativement vide, malgré la présence d'autres joueurs.

Différents modes de difficulté viendront apporter du challenge et du loot supplémentaire au fil de la progression. En parallèle de la montée jusqu'au niveau maximum fixé à 30, débloquant de nouvelles compétences à la classe utilisée, nous développons un niveau de Planeswalker, jusqu'à un maximum de 320. Celui-ci correspond peu ou prou au système de Parangon de Diablo III, permettant d'augmenter différentes statistiques comme les dégâts ou les chances de coup critique.

Hack & slash oblige, tout un système d'équipement de différentes raretés est de la partie, que nous pourrons améliorer pour en développer la puissance et les effets passifs grâce à des doublons et des ressources. Les artéfacts et les traits sont d'autres éléments d'équipement permettant de personnaliser sa classe en fonction de son style de jeu. Chaque équipement récupéré débloquera également son pendant cosmétique, permettant de donner un style unique à son personnage.

JVFR
Un système d'équipement complet avec une certaine originalité : l'absence d'emplacement d'armes.

Là où Magic: Legends se distingue particulièrement de ses pairs, c'est au travers de son système de compétences : pas question d'arbre figé par classe, mais d'un deck de 12 cartes maximum, qui seront piochées aléatoirement au cours des combats.

Comme dans Magic: The Gathering, il sera parfaitement possible de combiner plusieurs couleurs pour optimiser son build contre des menaces vulnérables à des éléments différents. Les compétences sont divisées en trois catégories : Sort, Créature et Enchantement.

Il existe pour l'heure près de 300 compétences, d'une rareté et d'un coût en mana spécifique à leur couleur et se rechargeant en combattant, divisées dans les cinq couleurs emblématiques du jeu de cartes.

JVFR
La Librairie, sur laquelle il est possible de créer plusieurs decks selon ses besoins et son style de jeu.

Publicité

Un multivers foisonnant, mais perfectible

Une fois le prologue terminé, nous sommes envoyés dans le Royaume et le Sanctum. Le premier est un hub privé offrant un soupçon de jeu de gestion avec des projets et des bâtiments à construire pour ses personnages, tandis que le second est un hub public rassemblant de nombreux joueurs, marchands et donneurs de quêtes.

JVFR
Le Royaume, notre petit havre de paix privé.
JVFR
Le Sanctum, le Hub public de Magic: Legends.

Profitons-en pour parler de l'univers de Magic: Legends et de son histoire. C'est sans surprise que le scénario du jeu ne brille ni par son originalité ni par sa mise en scène. Un effort a été fait sur le doublage (pour l'heure uniquement en anglais) d'une grande partie des personnages non-joueurs avec lesquels nous interagirons, mais celui-ci se montre globalement tristement creux. La bande-son offre quant à elle quelques passages fort agréables, mais brille parfois par son silence lors de l'exploration des zones ouvertes.

Si le multivers de Magic: The Gathering prend corps de plutôt jolie manière avec des environnements colorés et variés, peuplés par un bestiaire à chaque fois unique, la partie technique et l'optimisation de Magic: Legends laissent pour l'instant encore à désirer.

JVFR
Tazeem, une région s'inspirant du terrain Forêt de Magic.
JVFR
Shiv, une région s'inspirant du terrain Montagne.

Ainsi, il arrive de rencontrer de fortes chutes de framerate lors de l'utilisation de sorts, plutôt impressionnants visuellement, ou dans les régions particulièrement peuplées par les joueurs. De plus, si les graphismes sont globalement de bonne facture pour le genre hack & slash, un clipping sporadique à seulement quelques mètres de son personnage fait assez tâche.

Autre souci particulièrement gênant : dans les instances regroupant trois joueurs différents, la déferlante de sorts et la présence de nombreux serviteurs tournent vite l'action en un chaos difficilement lisible, en tout cas durant les premières heures.

Cela et le framerate qui chute parfois bien en dessous des 30 images par seconde, même sur une solide configuration, n'aident donc pas pour l'instant à apprécier pleinement ce qui fait pourtant le cœur d'un hack & slash.

JVFR
Cela fait quand même beaucoup de choses à l'écran, même avec seulement trois joueurs.

Du fait que les serveurs sont rassemblés en une région unie et non spécifique à différentes parties du globe, il arrive également de rencontrer de sévères problèmes de latence, conduisant à des déplacements non voulus ou au lancement de compétences mal placées en raison du délai.

Les déconnexions intempestives du serveur sont également monnaie courante, parfois en pleine instance, entraînant ainsi plusieurs minutes de jeu perdues, ainsi que l'équipement récupéré.

Ce ne serait pas Magic sans l'achat de boosters

Compte tenu de son format Free-to-Play, Magic: Legends s'accompagne bien entendu d'un magasin en ligne. Celui-ci présente donc notamment un Battle Pass, en format gratuit et Premium (déblocable contre la somme de 10€), permettant d'obtenir plusieurs éléments au fil de sa progression durant une période de quatre à cinq mois.

JVFR
Free-to-Play oblige, Magic: Legends dispose bien d'un magasin contre argent réel.

Si une partie du contenu disponible exclusivement contre de l'argent réel est cosmétique, il existe toutefois des éléments un tantinet Pay-to-Win. Il est ainsi possible d'acheter des boosters liés à l'une des cinq couleurs, ou encore des objets permettant d'obtenir plus de récompenses à l'issue d'une quête ou d'une instance. À la différence des boosters de Magic: The Gathering, nous connaissons en revanche à l'avance ce qu'ils contiennent dans Magic: Legends.

Que les plus assidus se rassurent, l'ensemble des éléments disponibles dans le magasin contre argent réel peut être récupéré en jeu, moyennant bien sûr un investissement plus important en temps. De plus, le seul mode PvP actuellement présent permet seulement de défier en duel un autre joueur. Le reste du contenu est PvE, et peut être parcouru à son propre rythme.

Preview réalisée à partir d'une version PC personnelle.

Modifié le 13 octobre 2021 à 15h44

JVFR

Magic: Legends

  • PC
  • PlayStation 4
  • Xbox One

Dernières actualités