GTA Trilogy : ça donne quoi sur consoles ?

Publicité

GTA Trilogy : ça donne quoi sur consoles ?

JVFR

Nous n'allons pas vous proposer un test en bonne et due forme de Grand Theft Auto: The Trilogy - The Definitive Edition. En effet, presque tout le monde connaît les trois jeux légendaires de Rockstar Games. Ainsi, avec ce petit article, nous nous arrêterons particulièrement sur les apports techniques et graphiques de cette remasterisation.

C'est dans cette optique que nous avons joué à Grand Theft Auto III, Vice City et San Andreas sur PS5. Aussi, nous nous sommes rapidement penchés sur les versions PS4. Alors, cette collection vaut-elle le coup ?

JVFR
La pluie, bien qu'un peu exagérée, fait son petit effet

Publicité

À la hauteur de la légende ?

À leur lancement entre 2001 et 2004, nos trois chers GTA ont marqué un véritable tournant pour l'industrie du jeu vidéo dans sa globalité. La mode des jeux en monde ouvert était lancée et de nombreux studios ont proposé leur vision de ce concept au cours des 20 dernières années. Rockstar Games est resté un des leaders incontestés en la matière. Donc, l'opportunité de revisiter ces opus légendaires sur des machines plus performantes était séduisante sur le papier.

JVFR
L'ambiance de San Andreas parvient tout de même à conserver son charme

Avant d'entrer dans le vif du sujet, rappelons une chose extrêmement importante. Nous ne sommes pas en présence de remakes mais bien de remasterisations. L'histoire, la map ou encore les personnages de chaque GTA sont donc tous restés inchangés. Seuls les graphismes ont été retravaillés et le gameplay légèrement affiné afin de convenir aux standards de notre époque… Reste à voir si le studio Grove Street Games (qui appartient à Rockstar) s'est montré à la hauteur de la tâche.

JVFR
C'est... moche !

Publicité

Entre ombre et lumière

Les images parlent d'elles-mêmes. Un travail colossal a été effectué sur les éclairages. La refonte à ce niveau est d'autant plus flagrante sur Vice City avec ses néons emblématiques des années 80. Les premières minutes de jeu passées en extérieur flattent la rétine. Les effets météorologiques ont également gagné en réalisme avec une pluie par exemple plus abondante. Une fois l'averse passée, les lumières se reflètent sur le bitume. Le moteur Unreal Engine 4 fait des merveilles. Mais tout n'est malheureusement pas parfait… Loin de là !

JVFR
Si certains morceaux manquent à l'appel, la bande originale de Vice City reste délicieuse

Que ce soit sur PS5 ou sur PS4 (et donc sur Xbox One et Xbox Series X|S), nos trois GTA sont victimes des mêmes soucis techniques. Le clipping, c'est-à-dire des éléments du décor qui apparaissent au dernier moment, est omniprésent ! Cela concerne les petits objets comme des bâtiments entiers ! En prenant de la vitesse au volant d'un bolide, les textures ont tout le mal du monde à apparaître. Voilà qui est assez étonnant pour des titres qui, malgré leur nouvelle plastique, sont sortis au début des années 2000. L'aliasing est lui aussi de la partie et se veut plus prononcé en mode performance.

JVFR
GTA III, sans doute l'opus le plus limité techniquement, souffle le chaud et le froid sur ses graphismes

C'était peut-être mieux avant ?

Arrêtons-nous aussi sur les deux modes mis à disposition des joueurs et joueuses. Rien à signaler en choisissant celui qui favorise les performances avec un framerate plutôt constant à 60 FPS. Hélas, en choisissant le mode « qualité », la donne est radicalement différente. Oui, la trilogie est sensiblement plus attrayante sur le plan visuel mais la fluidité en prend un méchant coup ! Si bien qu'il n'est pas rare de passer sous la barre des 30 FPS. Là encore, cette observation est valable sur PS4 et PS5. Nous vous conseillons donc de sélectionner le mode « performance » pour bénéficier d'une expérience optimale.

JVFR
Les rues restent désespérément vides

Pour le reste, Grove Street Games a assuré le minimum syndical. Les animations des personnages sont datées, les visages bien souvent ratés et, pour ce qui est du gameplay, la conduite laisse à désirer et la visée manque de précision. Quant à la direction artistique, elle divisera forcément la communauté… Mais à ce niveau, chacun est juge.

JVFR
Le gameplay a conservé un aspect vieillot... Et l'intelligence artificielle est aussi à la ramasse

L'appel de la rue…

Concluons maintenant ce petit tour d'horizon… Grand Theft Auto: The Trilogy - The Definitive Edition ne tient pas toutes ses promesses. Oui, le travail de remasterisation a bien été effectué mais il reste maladroit dans bien des aspects. Et lorsque nous ajoutons à cela le prix mirobolant (60 € tout de même !) appliqué par Take-Two Interactive, il y a de quoi grincer des dents.

JVFR
Quelques panoramas sont agréables à regarder. Hélas, la nage reste proscrite dans GTA III et Vice City

Histoire d'en rajouter une couche, la version Nintendo Switch est une véritable catastrophe avec un framerate honteux et un effet de flou très prononcé. Si vous souhaitez absolument acheter cette trilogie, faites-la si possible sur les consoles nouvelle génération. Pour les plus patients, il est sage d'attendre le déploiement de quelques patchs afin de corriger les bugs récurrents. Un retour plutôt raté donc…

Modifié le 14 novembre 2021 à 09h00

JVFR

Grand Theft Auto: The Trilogy - The Definitive Edition

  • PC
  • iOS
  • Android
  • PlayStation 5
  • PlayStation 4
  • Xbox Series X | S
  • Xbox One
  • Nintendo Switch

Publicité

Dernières actualités