Nintendo Switch OLED : faut-il craindre les marquages de l'écran ?

Publicité

Nintendo Switch OLED : faut-il craindre les marquages de l'écran ?

JVFR
© Nintendo

C’est un problème inhérent à la technologie OLED qui ne risque malheureusement pas d’épargner votre Nintendo Switch modèle OLED flambant neuve. Mais la brûlure d’écran est un phénomène de plus en plus rare, et les constructeurs mettent en place des fonctionnalités visant à réduire les risques.

Disponible depuis vendredi dernier, la Switch modèle OLED brille par son grand écran 7 pouces, lequel offre des couleurs sublimes et un taux de contraste flatteur. Mais il peut évidemment être victime de rémanence d’images, ou pire, de burn-in.

Publicité

Qu’est-ce que le burn-in sur un écran OLED ?

Pour rappel, un écran OLED, par opposition à un écran LCD, n’a pas besoin d’un rétro-éclairage constant pour afficher des images. Chaque pixel de la dalle est indépendant. C’est notamment ce qui offre à ce type d’écran ses noirs profonds, puisque ces pixels sont tout bonnement éteints.

Mais cela signifie aussi que les LED qui composent la dalle sont plus souvent mobilisées à titre individuel. Et en particulier par des éléments statiques à l’image. Prenez par exemple une chaîne de télévision : le logo est constamment affiché dans un angle. Cela signifie que, pendant peut-être plusieurs heures, votre écran maintiendra les mêmes pixels allumés en permanence et réduira donc la durée de vie totale des LED qui le composent. 

JVFR
Voici à quoi peut ressembler un burn-in sur un smartphone © Android Authority

C’est ce genre de situations qui peut créer un burn-in : une « brûlure » de l’image qui vient la tatouer de façon permanence dans l’écran. Et vous n’avez pas envie de voir le logo de BFM TV en surimpression sur vos jeux préférés, n’est-ce pas ?

Publicité

La Switch OLED risque-t-elle le burn-in ?

Heureusement, il est pour l’heure impossible de regarder la télévision sur sa Switch. En revanche, l’interface de la console et le HUD des jeux contiennent leur lot d’éléments graphiques statiques. Vous l’avez compris : ce sont des choses qui peuvent poser problème à votre écran sur le long terme.

Oui, car il ne faudrait pas s’imaginer qu’on risque une brûlure d’écran simplement en utilisant sa console. La brûlure d’écran a tendance à se manifester chez des personnes qui n’y font pas très attention. Par exemple en désactivant la fonctionnalité de mise en veille automatique, ou en ne prenant pas la peine d’éteindre leur console avant de vaquer à leurs occupations. D’ailleurs, dans la documentation relative à la Switch modèle OLED, Nintendo indique que « pour réduire le risque de rémanence d’image ou de brûlure d’écran sur l’écran OLED, ne désactivez pas les paramètres de mise en veille par défaut et faites attention à ne pas laisser afficher la même image pendant de longues périodes ».

JVFR
Pour éviter le burn-in, réduisez la luminosité et évitez de rester pendant des heures sur le même écran statique. © Thibaut Popelier pour JVFR

Bref, c’est très clair : oui, la Switch modèle OLED peut-être victime de burn-in… comme n’importe quel téléviseur, smartphone ou montre connectée. Mais si vous vous en tenez à un usage « normal » et que vous prenez l’habitude a minima de mettre votre console en veille lorsque vous ne l’utilisez plus, il n’y a pas matière à s’inquiéter.

Dans tous les cas, retenez également qu’une plus forte luminosité aura tendance à accélérer le phénomène. Vous pouvez ainsi prendre les devants et régler manuellement la luminosité de l’écran de votre console pour qu’elle n’atteigne pas les 100 %.

Source : The Verge

Modifié le 12 octobre 2021 à 13h59

Dernières actualités