Pour jouer à Valorant sur Windows 11, il vous faudra TPM 2.0 et le Secure Boot

Publicité

Pour jouer à Valorant sur Windows 11, il vous faudra TPM 2.0 et le Secure Boot

JVFR
© Riot Games

Bien déterminé à faire de son FPS compétitif un jeu dépourvu de tous tricheurs, Riot Games prend déjà des mesures sur Windows 11.

Le studio a en effet renforcé la sécurité déjà conséquente de sa solution antitriche Vanguard. Celle-ci nécessitera sur la dernière version du système d'exploitation de Microsoft Trusted Platform Module (TPM) 2.0 et le Secure Boot pour être en mesure de lancer le jeu.

Publicité

Vanguard passe au niveau supérieur

L'information nous provient d'Anti-Cheat Police Department, spécialisé comme son nom l'indique dans tout ce qui a trait à la triche dans les jeux vidéo. Certains utilisateurs ayant sauté le pas sur Windows 11 se sont en effet vu refuser l'accès à Valorant via un message d'erreur.

Vanguard se montrait déjà particulièrement efficace sur Windows 10, notamment en installant des programmes directement dans le kernel du système d'exploitation. Une mesure qui n'a pas été au goût de tout le monde et qui a d'ailleurs à ses débuts provoqué de sérieux problèmes sur certaines machines.

Pour Windows 11, il semblerait que Riot Games prenne une approche différente en profitant des solutions de sécurité déjà présentes. Il sera ainsi impératif de disposer sur sa machine de TPM 2.0 et de Secure Boot pour simplement lancer le jeu.

Publicité

Une solution efficace amenée à se généraliser ?

En nécessitant ces deux programmes pour être lancé, Valorant devrait plus que jamais être difficile d'accès pour les tricheurs. Il sera en effet particulièrement ardu pour ces derniers de contourner les bans Hardware ID (HWID) assurés par TPM 2.0.

Bien sûr, les créateurs de solutions de triche savent se montrer ingénieux pour contrecarrer les efforts visant à leur nuire. Reste donc à voir sur le long terme si la solution de Riot Games se montrera véritablement efficace. Si toutefois tel était le cas, celle-ci pourrait être amenée à se généraliser sur davantage de jeux disposant d'une solution antitriche.

Pour l'heure, il vaut donc mieux que celles et ceux qui souhaitent jouer à des jeux multijoueur évitent d'installer Windows 11 sur des PC non supportés. Mais cela signifie donc en attendant continuer à subir la persécution des tricheurs. La vie dans le monde des jeux multijoueur est ainsi faite.

Source : Twitter

Modifié le 12 octobre 2021 à 14h02

Dernières actualités