PlayStation 5 : on vous montre comment installer un SSD M.2

Publicité

PlayStation 5 : on vous montre comment installer un SSD M.2

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

Nous revenons sur la possibilité offerte par Sony d'insérer un SSD au sein de sa PlayStation 5.

Le mois dernier, Sony a déployé un micrologiciel encore en version bêta. Il s'agissait de tenir une promesse faite depuis la sortie de la PlayStation 5 : autoriser l'installation d'un second SSD afin d'étendre la capacité de stockage de la console.

Rappelons que la PlayStation 5 se base sur un SSD certes très rapide, mais de faible capacité : ses 825 Go ne laissent en réalité que plus ou moins 667 Go de réellement disponibles pour le stockage des jeux. Sony a donc, heureusement, prévu un emplacement M.2.

Publicité

Un SSD M.2 NVMe en PCIe Gen 4 sinon rien

D'emblée, il faut cependant savoir que tous les SSD au format M.2 ne sont pas acceptés. La PlayStation 5 ne reconnaît que les modèles suivants les spécifications NVMe et exploitant une interface PCIe Gen 4 garante des meilleures performances.

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

Au moment de passer commande, vous ne risquez pas de vous tromper si vous retenez bien ces recommandations techniques. Par curiosité, nous avons tout de même voulu essayer la chose avec un SSD NVMe en PCIe Gen 3 comme ce Samsung 970 PRO : la console s'allume, mais refuse de démarrer affichant le message ci-dessous.

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

Publicité

Attention au dissipateur

Nous avons donc rangé notre Samsung et jeté notre dévolu sur de plus récents modèles PCIe Gen 4, les Corsair MP600 Pro et Seagate FireCuda 530 afin de vous montrer une subtile différence… Mais avant cela, il nous faut démonter la console.

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

« Démonter », le mot est un peu fort dans la mesure où Sony a simplifié les choses. Cela passe d'abord par le retrait de la paroi blanche : celle qui n'arbore PAS le logo PlayStation. On soulève fermement le coin opposé au lecteur optique et on fait glisser le panneau : pas besoin de trop forcer.

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

On repère alors aisément le « couvercle » métallique de l'emplacement M.2 et sa vis de maintien que l'on doit bien sûr retirer pour exposer véritablement le port M.2.

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

Notez la présence de cinq nombres, ils indiquent la longueur du SSD. La PlayStation 5 accepte toutes les tailles, mais la majorité des SSD sont en 80. Au niveau du 110, vous trouvez la vis et l'entretoise de maintien qu'il faut dévisser et fixer à la bonne longueur du SSD, pour nous 80. Attention à ne rien perdre !

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

Conformément aux recommandations de Sony, nous avons d'abord tenté d'insérer un SSD avec dissipateur thermique, notre Corsair MP600 Pro. Hélas, comme vous pouvez le voir, le dissipateur Corsair est trop imposant : il dépasse légèrement en épaisseur. Nous pourrions sans doute pu nous passer du couvercle métallique et garder notre SSD, mais nous préférons faire les choses « bien » et opter pour un modèle plus « compact ».

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

Nous avons donc décidé d'utiliser le dernier SSD Seagate, le FireCuda 530 auquel nous avons adjoint un petit dissipateur fournit par be quiet!, le MC1. Le SSD se monte très simplement à l'intérieur et l'ensemble est bien plus fin que le modèle de Corsair. Notez toutefois que même ainsi, les choses passent de justesse.

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

Formatage et performances

Une fois la console « remontée » et rebranchée, il est temps de vérifier que tout fonctionne. Sony fait ici plutôt bien les choses et après une étape très rapide de formatage, on peut aisément remarquer la présence - et la capacité additionnelle - de notre SSD, en l'occurrence 2 To capables d'absorber quantité de jeux supplémentaires.

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

Nous avons voulu en savoir un peu plus sur les performances d'une telle solution d'autant que Sony justifie sa demande d'un PCIe Gen 4 pour conserver d'excellents débits. Pour ce faire, nous avons simplement copié des données dans un sens puis dans l'autre.

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

En sélectionnant deux jeux (Astro's Playroom et Sackboy: A Big Adventure) stockés sur le SSD « de base » de la console, nous avons 42 Go de données. Il n'a fallu que 36 secondes pour copier l'ensemble de ces données sur le nouveau SSD !

JVFR
© Nerces / Pierre Crochart

En revanche, bizarre, le processus inverse a été considérablement plus long. Les mêmes 42 Go ont ainsi nécessité 194 secondes… Oui, plus de trois minutes ! Certains confrères américains estiment qu'il pourrait s'agir d'un problème de cache ou d'un bête bug. N'oublions effectivement pas que le micrologiciel actuel n'est encore qu'une version bêta.

Pour conclure et attendant de vérifier avec la version finale de ce fameux micrologiciel, on peut déjà dire que Sony ne s'est pas moqué du monde. Il faut certes investir dans un SSD relativement coûteux, mais l'opération est simple et semble on ne peut plus efficace.

Modifié le 11 octobre 2021 à 14h13

Dernières actualités