Capcom aurait utilisé des textures dans Resident Evil et DMC sans en payer les droits d'auteur, une plainte déposée

Publicité

Capcom aurait utilisé des textures dans Resident Evil et DMC sans en payer les droits d'auteur, une plainte déposée

JVFR
© Capcom

Alors que les effets de la massive attaque par ransomware subie par Capcom commençaient à se diluer, d'autres problèmes font surface.

Les données qui ont fuité suite à cette attaque ont en effet notamment révélé que le géant japonais aurait adapté des clichés de Judy A. Juracek pour en faire des textures dans plusieurs jeux, et ce en négligeant les droits d’auteur. L’artiste a porté l’affaire devant la justice vendredi dernier.

Publicité

Ransomware Evil

En novembre 2020, Capcom annonçait avoir été victime d'une lourde attaque par ransomware qui avait profondément affecté le géant japonais et ses employés. Selon le dernier rapport d'enquête de Capcom, 15 649 personnes auraient été touchées.

Cette attaque a également entraîné une importante fuite de données sur de nombreux projets passés et futurs au sein de la société. Parmi les données fuitées, nous retrouvons donc des documents s'intéressant à des textures utilisées notamment dans Resident Evil 4 et Devil May Cry. Ces dernières auraient en réalité été reproduites à partir de photographies issues de Surfaces, un ouvrage de Judy A. Juracek publié en 1996 et protégé par droits d'auteur. Elles en reprennent de plus les mêmes dénominations.

JVFR
Une des nombreuses preuves avancées par Judy A. Juracek dans le cadre de son procès contre Capcom

Nous constatons ainsi avec l'exemple ci-dessus que la texture issue de Resident Evil 4, qui figure autant sur un mur en bois que sur une tablette en bronze, porte la dénomination ME009. Dénomination utilisée à l'origine dans l'ouvrage de recherche de l'artiste, regroupant plus de 1 200 photographies semblables.

Publicité

Capcom May Cry

Les exemples de ce type sont malheureusement légion : plus de 200 images similaires auraient ainsi été retrouvées, ce qui a motivé l'artiste lésée à intenter une action en justice contre Capcom. En effet, il est expressément indiqué dans son ouvrage Surfaces, accompagné d'un CD-ROM, que l'usage à des fins commerciales de son contenu doit être fait sous licence.

JVFR
Une autre preuve présentée dans le cadre du procès opposant Judy A. Juracek et Capcom

Chose que Capcom n'a visiblement pas fait. En réparation du préjudice subi, l'artiste demande donc au géant japonais 12 millions de dollars de dommages et intérêts pour atteinte aux droits d'auteur, ainsi qu'entre 2 500 et 25 000 dollars pour chaque photographie utilisée.

Il ne s'agit malheureusement pas d'une première fois pour Capcom. Le géant japonais avait en effet été récemment accusé d'avoir plagié des concepts de monstres pour Resident Evil Village. Selon le réalisateur danois Richard Raaphorst, ces derniers ressemblaient fortement à des monstres qu'il avait imaginés pour son film Frankenstein's Army, sorti en 2013.

Si Raaphorst s'était simplement ému de ne pas avoir été crédité par Capcom, l'artiste Judy A. Juracek semble cependant pleinement dans ses droits en attaquant le géant japonais en justice. Reste à savoir si le procès en cours lui donnera raison.

Source : Polygon

Modifié le 12 octobre 2021 à 14h02

Dernières actualités