La Switch Pro pourrait embarquer un GPU NVIDIA sous architecture « Ada Lovelace »

Publicité

La Switch Pro pourrait embarquer un GPU NVIDIA sous architecture « Ada Lovelace »

JVFR
© Pixabay

24 h après que Bloomberg a apporté de l’eau au moulin d’une hypothétique Nintendo Switch Pro dopée au DLSS, un informateur réputé suggère que la console pourrait se doter d’un SoC encore inconnu au bataillon.

Selon le twitteur Kimi, précédemment mis en lumière pour avoir fait fuiter les caractéristiques des GPU Ampère de NVIDIA, la future Switch « Pro » s’articulerait autour d’une nouvelle architecture baptisée « Ada Lovelace » — du nom de la pionnière de l'informatique.

Publicité

Ada Lovelace succèderait à Ampère

Le site spécialisé Videocardz.net nous apprend qu’Ada Lovelace serait en passe de succéder à Ampère, au rang des patronymes dont NVIDIA affuble ses générations de GPU. 

L’équipe verte serait en effet au travail sur deux architectures distinctes. Hopper, de conception MCM (Multi-Chip Module ; un GPU embarquant plusieurs dies, comme sur les cartes Tesla), et Ada Lovelace. Cette dernière serait, selon les informations du site, dédiée au jeu vidéo, là où Hopper se concentrerait sur des usages plus spécialisés.

On ne sait évidemment encore rien des spécificités techniques de l’architecture « Ada ». Pas même sur quel node elle se basera. On suppose en tout cas qu’elle profitera non seulement aux GPU grand public, mais aussi aux SoC Tegra qui intéressent justement Nintendo dans la conception de sa future console.

Publicité

Vers un saut générationnel ?

Actuellement, la Nintendo Switch embarque un SoC NVIDIA Tegra X1 T210 (architecture Maxwell). Une puce gravée en 20 nm comportant 256 cœurs CUDAs, qui commence à accuser d’un sérieux coup de vieux. Ne serait-ce que face à des plateformes embarquées dans les smartphones les plus récents !

Aussi, l’hypothèse de voir la Nintendo Switch sauter non pas une ni deux, mais bien trois générations de GPU laisse imaginer un gain de performances impressionnant pour la console hybride de Nintendo. 

Des performances qui, d’après les informations publiées par Bloomberg hier, permettront à la Switch « Pro » de profiter du Deep Learning Super Sampling (DLSS) lorsqu’elle est « dockée ». Ce faisant, la petite console serait en mesure d’afficher une image en 4K (upscalée) sur les téléviseurs compatibles, sans faire monter le processeur graphique dans les tours. 

Nul doute que cette assise technique plus confortable octroiera aussi plus de confort de jeu en mode portable. Mais derrière toutes ces bonnes nouvelles resurgit LA question qui nous taraude tous. En sortant une console à ce point plus puissante que l’actuelle Switch, Nintendo ne risque-t-il pas de sauter en quelque sorte une génération et de segmenter son offre, alors même que la Switch est toujours en croissance ? Réponse, peut-être, d’ici la fin d’année.

Modifié le 12 octobre 2021 à 13h59

JVFR

Nintendo Switch OLED

Publicité

Dernières actualités