The Sinking City : Frogwares accuse Nacon de piratage, et Nacon se plaint du non-respect du contrat

Publicité

The Sinking City : Frogwares accuse Nacon de piratage, et Nacon se plaint du non-respect du contrat

JVFR
© Frogwares

C'est peu de dire qu'entre l'éditeur français et le studio franco-ukrainien, le torchon brûle… Il est en lambeaux !

Partenaire de longue date de Focus Home Interactive, lorsque la société était dirigée par Cédric Lagarrigue, le studio franco-ukrainien Frogwares a changé de crémerie pour être édité à partir de 2015-2016 par Nacon, anciennement Big Ben Interactive.

Hélas, la bonne entente entre les deux sociétés a tourné court, et dès le mois d'août dernier, les dissensions ont éclaté sur la place publique à la suite de la publication d'un long courrier de Frogwares reprochant à l'éditeur des retards de paiement. Le studio avait évoqué le dépôt d'une plainte.

Publicité

Accusation de piratage…

Frogwares a ainsi fait son possible pour bloquer la sortie de leur dernière collaboration, The Sinking City, mais, le 28 octobre dernier, la Cour d'appel de Paris a finalement donné raison à Nacon, estimant notamment que le studio a « résilié le contrat de manière manifestement illicite » comme le précise JeuxVideo.com.

L'histoire ne s'arrête toutefois pas là. Si le jeu d'investigation lovecraftien est alors revenu sur de nombreuses boutiques, il brillait par son absence du côté de Steam… jusqu'au 26 février dernier. Nacon le propose depuis sur la célèbre plateforme, mais Frogwares indique n'avoir jamais livré cette version et accuse l'éditeur de piratage.

Au travers d'un post sur son site officiel, Frogwares explique la situation, vidéo à l'appui. Il justifie son accusation de piratage : Nacon aurait acheté une version sans DRM chez le revendeur agréé Gamesplanet, il l'aurait ensuite modifiée en remplaçant le logo de la boutique par le sien et en supprimant une publicité pour Sherlock Holmes: Chapter One.

Publicité

… et non respect des engagements

Pour ne rien arranger, cette version que Nacon « distribue » est la mouture dite deluxe de The Sinking City : elle intègre un DLC sur lequel Nacon n'a aucun droit d'exploitation. Le studio indique que pour parvenir à un tel résultat, l'éditeur a été dans l'obligation d'utiliser une clé de chiffrement propre à Frogwares. Une preuve que le studio utilisera devant la justice.

Une situation délicate qui est encore compliquée par le fait que Nacon renvoie la balle à Frogwares. Alors que Frogwares incitait les joueurs à ne pas acheter The Sinking City sur Steam, Nacon a publié un message sur la plateforme de Valve. Un message critiquant l'attitude de Frogware auquel l'éditeur reproche de ne pas « respecter ses engagements ».

Nacon précise qu'à ce jour, il a versé plus de 10 millions d'euros au studio afin de financer le développement du jeu. Il ajoute que Frogwares s'est appuyé sur ses équipes de marketing et accuse le studio de « jouer la victime » maintenant que « le jeu a été entièrement développé et publié, en grande partie grâce à l'argent et au travail de Nacon ».

Une affaire qui finira vraisemblablement devant les tribunaux tant les deux positions semblent irréconciliables. Déjà au cœur d'un conflit avec son précédent éditeur, Focus Home Interactive, Frogwares a depuis suivi la voie de l'autoédition.

Source : JeuxVideo.com

Modifié le 12 octobre 2021 à 14h00

JVFR

The Sinking City

  • PC
  • PlayStation 5
  • PlayStation 4
  • Xbox Series X | S
  • Xbox One
  • Nintendo Switch

Publicité

Dernières actualités