Les meilleurs simulateurs de vie (2022)

Publicité

Les meilleurs simulateurs de vie (2022)

JVFR

Vous aussi, vous êtes tombés les deux pieds devant dans Animal Crossing: New Horizons et êtes depuis à la recherche du prochain jeu du genre qui pourra vous occuper des centaines d'heures ? On assure vos arrières ! Dans cette nouvelle sélection, vous découvrirez ce qu'il se fait de mieux en matière de simulateur de vie en 2022.

Mais qu'entend-on exactement par « simulateur de vie » ? Le plus simple est encore de prendre un exemple. Nous devons la popularité de ce genre au véritable taulier : Les Sims. Vous comprenez l'idée : il s'agit de créer un avatar et d'évoluer plus ou moins librement dans le monde du jeu tout en accomplissant des tâches « du quotidien ». Des éléments fantasques ou extraordinaires peuvent faire varier les plaisirs ; mais le sel d'un simulateur de vie reste de prendre le temps, de se détendre. Bref, de s'évader. Alors, prêts ?

Publicité

Animal Crossing: New Horizons, la nouvelle référence

Animal Crossing: New Horizons
  • La formule Animal Crossing toujours aussi addictive
  • Une atmosphère relaxante qui fait du bien
  • Le craft bien inclus dans le gameplay
  • La possibilité de profiter du jeu avec des amis
  • Graphiquement réussi en portable comme en mode docké
  • Un jeu accessible
La formule d'Animal Crossing est intemporelle et elle gagne encore en profondeur avec ce New Horizons. Avec une rejouabilité illimitée et un concept extrêmement addictif, il s'agit d'une référence que tout le monde se doit de posséder sur Switch.

Autant mettre les pieds dans le plat avec ce que beaucoup considère être « le jeu des confinements ». Sorti, il est vrai, au plus haut des mesures de restrictions en mars 2020, le simulateur de vie de Nintendo a rencontré un succès résolument indécent.

Vendu à plus de 34 millions d'exemplaires au dernier décompte, Animal Crossing: New Horizons est exactement le jeu cosy dont nous avions tous et toutes besoin. Cinquième opus d'une licence entamée en 2001 sur Nintendo 64, ACNH — comme on l'appelle dans les cercles initiés — vous propose une formule d'évasion grand luxe.

Et si vous deveniez le gérant ou la gérante de votre propre île paradisiaque ? C'est ainsi que débutera votre aventure qui, comme les précédents titres de la série, se déroulera en temps réel (si vous vous connectez à 22h, il sera 22h sur votre île). L'idée va ensuite de faire de votre petit lopin de terre un vrai petit coin de paradis. Grâce aux emprunts concédés par le capitaliste Tom Nook, vous allez pouvoir agrandir votre maison, mais aussi terraformer votre île pour la rendre unique !

Au fil de la progression, il vous sera aussi possible d'inviter d'autres personnages à venir peupler l'île. Autant d'occasions de nouer des amitiés (ou de cultiver l'inimitié) envers les adorables créatures anthropomorphiques de l'univers Animal Crossing.

Augmentée d'un DLC baptisé Happy Home Paradise depuis quelques mois, la durée de vie d'ACNH n'en est que plus inqualifiable. Ici, vous deviendrez carrément décorateur ou décoratrice d'intérieur et devrez mener à bien des projets de décoration pour le compte de vos clients et de vos habitants. 

En un mot comme en cent : un vrai petit monde de douceur dans lequel se perdre pour se changer les idées. 

Publicité

Les Sims 4 : l'indéboulonnable simulation de vie

Les Sims 4
  • Des possibilités quasiment infinies
  • Une nouvelle histoire à chaque partie
  • Une durée de vie extensible rallongée par de nombreux DLC
Celui qui a popularisé le genre de simulation de vie se porte mieux que jamais. Avec sa cargaison de DLC et les innombrables mods créés par la communauté, Les Sims 4 offre une durée de vie tout simplement colossale. Pour ne pas dire infinie.

On l'a dit, Les Sims ont quasiment inventé le concept de simulation de vie. Il faut dire que, sur le papier, le jeu de Maxxis vous invite à vivre une vie tout ce qu'il y a de plus normale.

Après avoir créé un avatar qui vous ressemble (ou pas !), libre à vous de vous trouver un job, de sympathiser avec vos voisins et de fonder une famille en répondant aux besoins vitaux des membres de votre foyer. À moins, bien sûr, que vous ne préfériez vous montrer hostile avec les autochtones, que vous ayez décidé de briser tous les ménages alentour et que vous prévoyez de laisser mourir vos Sims de faim — oui, Les Sims peuvent prendre une tournure assez sombre entre de mauvaises mains.

Vous l'aurez compris : Les Sims sont une véritable référence en matière de simulation de vie en cela qu'on peut absolument tout y faire. Propice au jeu de rôle, la licence d'Electronic Arts laisse à disposition des joueurs et joueuses une boîte à outils sans fond pour qu'ils ou elles façonnent l'expérience à leur convenance.

Agrémentée tous les ans d'extensions conséquentes (la dernière nous emmène à la ferme), la durée de vie des Sims 4 est tout bonnement illimitée. Attention toutefois : l'achat du jeu et de l'intégralité de ses contenus additionnels vous coûtera près de 750€. Mais rassurez-vous, le jeu de base fera déjà très bien l'affaire pour vous occuper des centaines d'heures sans vous lasser. Au fait, on vous a parlé des mods créés par la communauté ?

Stardew Valley : la sensation indé au charme fou

Stardew Valley
  • Un jeu tout doux à découvrir à son rythme
  • Gameplay varié
  • L'écriture des personnages
Impressionnant notamment parce que développé seul, Stardew Valley est un incontournable du genre de la simulation de vie. Facile à prendre en main, il est surtout merveilleux à découvrir grâce à ses différentes couches de gameplay qui s'emboîtent parfaitement. La promesse de centaines d'heures de jeu à savourer à votre rythme, et sans stress.

Stardew Valley est probablement, avec The Binding of Isaac, l'un des jeux indépendants les plus populaires de ces dix dernières années. Développé seul par le très motivé Eric Barone (aka ConcernedApe), la simulation de vie ne cesse de s'améliorer au fil de mises à jour et propose un contenu absolument gargantuesque.

On en a toutes et tous rêvé, pas vrai ? D'envoyer paître son patron, de retourner son bureau et de partir s'isoler à la campagne pour démarrer une nouvelle vie. Eh bien c'est exactement ce que propose Stardew Valley. Fraîchement débarqué à la campagne, et propriétaire d'une exploitation de fortune léguée par votre grand-père défunt, il vous appartient de la développer pour commencer à gagner de l'argent.

Mais notez bien que l'aspect capitaliste est accessoire ici. Si tel est votre souhait, inutile de vous mettre à cultiver des patates et à rationaliser votre production d'œufs de poules. En bonne simulation de vie, Stardew Valley c'est aussi des habitants et habitantes très attachants, avec lesquels on peut nouer des amitiés et, bien entendu, développer des romances.

Comme si cela ne suffisait pas, le jeu d'Eric Barone est aussi saupoudré d'une couche fantasy, avec un univers très travaillé et des grottes mystérieuses qui font radicalement changer le ton du jeu. On passe alors à un dungeon crawler simpliste mais addictif, où chaque nouvel étage descendu permet de récupérer des matériaux plus rares et de rencontrer des créatures toujours plus étranges.

Sorti en 2016, Stardew Valley est un jeu-monde propice aux longues sessions de jeu. Il y a tant à faire et à découvrir… en attendant le prochain jeu de ConcernedApe, The Haunted Chocolatier, qui devrait reprendre les grandes lignes de son premier jeu. On a hâte !

Spiritfarer : le simulateur de mort au cœur tendre

Spiritfarer
  • Un sujet difficile traité avec tendresse
  • Personnages très attachants
  • Direction artistique à se damner
Surprenant, Spiritfarer souffle un grand coup de frais sur le genre de la simulation de vie grâce à une approche inédite. Contrairement à un Animal Crossing où l'on sait que nos habitants sont là pour rester, les passagers de notre embarcation finiront par partir pour leur dernier voyage. Nous arrachant au passage un torrent de larmes.

Sorti en 2020, Spiritfarer a su se trouver une place dans le cœur de celles et ceux qui ont succombé à ses graphismes magnifiques et à son propos sensible et délicat.

Au confluent de plusieurs genres (gestion, simulation de vie, plate-formes), le jeu de Thunder Lotus vous propose d'incarner Stella, une jeune femme qui doit prendre la suite de Charon pour guider l'âme des défunts vers leur dernière demeure.

Certes, le propos peut paraître un peu sinistre. Mais le design des locataires de votre embarcation, la luminosité de la direction artistique et, surtout, l'écriture formidable des différents personnages font de Spiritfarer l'un des jeux du genre les plus marquants de ces cinq dernières années.

Bien plus court que les autres jeux présentés ici, Spiritfarer peut avoir son petit côté répétitif. Il vous faudra d'abord trouver les différentes âmes à conduire dans l'au-delà, puis répondre à leur dernière volonté pour pouvoir accomplir votre quête. Mais, vous le voyez venir : si vos invités se montrent d'abord un peu hostiles à votre égard au moment de grimper sur votre bateau, vous finirez par retarder le plus possible le moment où, inévitablement, il vous faudra leur dire au revoir.

Un conseil : préparez une (grosse) boîte de mouchoirs pour accompagner votre partie.

Coffee Talk : la simulation de vie à la sauce visual novel

Coffee Talk
  • Un visual novel bienveillant pour s'initier au genre
  • Histoires variées et bien écrites
  • Apprendre les recettes de café en s'amusant
Certes, Coffee Talk tient beaucoup plus du visual novel que de la simulation de vie, mais la dimension sociale du jeu de Toge est si prépondérante que nous faisons une petite entorse à notre sélection. Si vous aimez les belles histoires et les univers fantastiques, donnez lui sa chance !

Radicalement différent des autres jeux cités ici, Coffee Talk est en réalité davantage un visual novel qu'une simulation de vie. Toutefois, comme le but du jeu est de discuter avec les clients du café nocturne dont vous incarnez le patron ou la patronne, nous estimons que le jeu de Toge répond bien à la dénomination.

Pensé comme le pendant caféiné de VA-11 HALL-ACoffee Talk  vous immerge dans un Seattle alternatif en 2020. À la manière du comics Fables, la ville héberge non seulement des humains, mais aussi des elfes, des succubes, des loups-garous et autres créatures fantastiques. 

En bon tenancier ou tenancière, vous serez amenés à écouter l'histoire de vos clients tout en leur servant leur boisson favorite. Un mini-jeu permet de s'adonner au latte art pour impressionner l'assistance. Mais c'est bien pour son écriture que Coffee Talk sort du lot. Sa palette de personnages est variée, et leurs histoires toujours touchantes et bien amenées.

Vous finirez par avoir vos favoris parmi les réguliers, et regretterez l'absence prolongée de certains avec lesquels vous vous étiez bien entendus. Un jeu très détendu, accessible et bien écrit, et qui en plus ne coûte trois fois rien sur les plateformes où il est disponible.

Et si d'aventure vous tombez dedans, sachez qu'une suite sous-titrée Hibiscus & Butterfly est prévue pour cette année.

My Time At Portia : pour toujours plus de boue sur les godasses

My Time At Portia
  • Agréable à l'œil
  • "Stardew Valley en 3D"
  • Gameplay varié
My Time At Portia ne révolutionne pas le formule introduite par Stardew Valley et, avant lui, Harvest Moon. Mais il propose un écrin ravissant, tout en 3D, qui permet d'envisager sa simulation de vie de façon différente.

D'apparence, My Time At Portia a tout du clone en 3D de Stardew Valley. Vous récupérez une ferme, qu'il faut retaper en accumulant des ressources et rebâtissez une société en nouant des relations avec les locaux.

Mais le jeu de Pathea a plus d'un tour dans son sac. Déjà, il s'inscrit dans un univers post-apocalyptique (ce qui ne se devine pas aisément au vu des images). Il s'agit donc non seulement de recréer une communauté, mais bien de perpétuer l'humanité. Autrement plus motivant pour mettre du cœur à l'ouvrage.

Du reste, My Time At Portia offre peu ou prou la même variété de gameplay que Stardew Valley. Culture, aménagement, relations sociales, et même combat dans certaines parties bien délimitées du jeu.

Ici encore, si vous accrochez au jeu, sachez qu'une suite est en préparation. My Time At Sandrock est attendu en accès anticipé dans le courant de l'année.

Story of Seasons : Pioneers of Olive Town pour un retour aux origines

Story of Seasons : Pioneers of Olive Town
  • La formule Harvest Moon poussée à son paroxysme
  • Activités variées
  • Durée de vie colossale
Dernier né d'une licence légendaire, Story of Seasons : Pioneers of Olive Town fait office d'excellente porte d'entrée dans le genre. Mais les habitués pourraient s'y sentir un peu à l'étroit, avec au final assez peu de nouveautés à se mettre sous la dent.

Animal Crossing et Stardew Valley font des émules. Mais à la racine de tous ces jeux se trouve un autre : Harvest Moon

Devenu Story of Seasons en 2014 à la faveur d'un épisode sur Nintendo 3DS, le jeu de Marvelous Inc a eu une importance capitale dans le développement d'une grande partie des jeux cités plus haut. Sorti en 2021, Pioneers of Olive Town est le dernier épisode de la franchise.

Ici encore, on retrouvera une structure de jeu que nous avons déjà détaillée dans les précédentes entrées de cette sélection. Agriculteur ou agricultrice de votre état, vous allez devoir vous retrousser les manches pour développer votre activité et faire rayonner Olive Town.

La dimension sociale est évidemment prépondérante, et de nombreux événements locaux permettent de donner vie à la communauté et d'échapper à la monotonie du labourage.

Graveyard Keeper : parce que les morts ne parlent pas… quoi que ?

Graveyard Keeper
  • Une simulation de vie au plus proche de la mort
  • Écriture réussie
  • Une approche originale du genre
Graveyard Keeper a retenu notre attention pour son ton et son approche décalée. Une simulation de vie où l'on incarne un gardien des morts, ce n'est pas si commun ! Ainsi, à la manière d'un Stardew Valley, il vous faudra redorer le blason de la bourgade médiévale où vous vous êtes retrouvé. Mais cela ne se fera qu'à la sueur de votre front tant les quêtes demandent un gros investissement.

On va aller droit au but : Graveyard Keeper porte très bien son nom, et se pose en alternative glauque à Stardew Valley.

Vous incarnez, on le vous le donne en mille, un gardien de cimetière dans une ville médiévale. Mais il y a un twist : vous êtes en réalité un homme du 21e siècle qui cherche à retrouver le chemin de son époque. Et, pour ce faire, il va falloir réaliser de nombreuses quêtes et restaurer ledit cimetière ainsi que son église adjacente.

Sans être morbide, le jeu développé en Russie par Lazy Bear Games est sur le fil entre le fantastique et l'horreur bon enfant à la Tim Burton. 

Complété par trois DLC payants, Graveyard Keeper offre une durée de vie conséquente. Mais à la manière d'un Spiritfarer cité plus haut, la rejouabilité est fatalement moindre. Il vous permettra néanmoins de changer un peu d'ambiance, si le côté trop gentillet des autres jeux présentés ici vous repousse.

Modifié le 14 janvier 2022 à 09h02

Publicité

Dernières actualités