flechePublicité
Publiée le 26/12/2013 à 17:12, par Maxence

2005 - 2013 : la génération de Damien

Chaque jour, un membre de la Rédac' se confie sur la génération qui s'achève.

Logo E3 redacteurs Damien
D'autres vous le diront : revenir sur une génération de supports, soit approximativement 7 ans de jeux vidéo, n'est pas chose aisée. C'est un peu comme faire un Rubik's cube : on peut théoriquement prendre le problème par n'importe quel côté et le résoudre plusieurs fois d'affilée sans pour autant avoir pris le même chemin. Mais ne faisons pas les chochottes ; trêve de bavardage et de pseudo-métaphore de bistro, place à l'action !

Tout commença par une "boite X"
Console Microsoft Xbox 360
Ma première console de salon de cette génération a été la Xbox 360... en même temps, c'était aussi la première arrivée. Je me souviens surtout de ma première impression en voyant Kameo et Project Gotham Racing 3 sur une TV HD. À l'heure où beaucoup de gens pensaient encore que la HD n'apportait rien aux jeux vidéo comme aux programmes tv de tous les jours, j'ai été immédiatement attiré par le confort visuel de l'affichage progressif - adieu l'entrelacement et le balayage fatigant des cathodiques - et la finesse des détails (textes, éléments en arrière-plan). Tout paraissait plus clair et net, comme si l'on m'avait rincé l’œil (rien de coquin les amis, je vous vois venir) impossible de revenir en arrière...

Du coup, j'ai été le premier à la Rédac' à m'offrir une TV HD dans le but d'exploiter au mieux la toute fraîche X360... Bon, évidemment, avec ma "chance" naturelle et les gros soucis du premier modèle de Microsoft, j'ai dû faire réparer une fois mon téléviseur au bout d'un an - plus d'image, dommage ! - et pas moins de trois fois ma Xbox depuis que je l'ai. Il n'empêche que je suis toujours très heureux d'avoir fait ces acquisitions et que le bruit d'avion de ma "boîte-X premier modèle" résonne encore régulièrement chez moi.

La PS3 : entre coups de cœur et déboires
00401250 photo console sony playstation 3
Pour autant, même si j'ai pris d'excellents moments sur les PGR, Forza, Gears Of War, Blue Dragon et autres Lost Odyssey, j'ai aussi gardé un profond attachement à certaines séries (historique) de l'univers PlayStation : Sly Racoon, Ratchet & Clank, God Of War, les jeux de la Team Ico et évidemment Metal Gear Solid. Du coup, une semaine avant la sortie de MGS 4 et malgré mes réticences sur l'achat du modèle 40 Go (le seul dans mes moyens mais fortement limité au niveau du stockage), j'ai succombé à la tentation sous couvert d'en faire bien sûr le test pour Jeuxvideo.fr.

Et force est de reconnaître que je suis extrêmement satisfait de mon monolithe noir de presque 5 Kg... malgré quelques galères avec le câble HDMi acheté en plus de la console - merci Sony de n'avoir fourni que du composite pour une console Full HD -, un changement de disque dur interne compliqué par une mise à jour de l'OS "foirée" qui impactait justement / seulement les gens qui avaient eu la même idée que moi durant cette semaine-là, l'achat d'une manette DualShock 3 permettant de jeter aux oubliettes le Sixaxis (car oui, j'aime quand ça vibreeee), sans oublier le bug horaire et le piratage du PSN.

Konami Delays Metal Gear Solid 4 1
Déjà parce que je n'ai eu aucun souci matériel depuis que je l'ai acquise, en dépit d'un usage quotidien intensif, mais également car la console me sert de mini-Media Center dans le salon pour profiter de mes vidéos, films et musiques (DNLA, Blu-Ray, DVD, MP3, YouTube, Vidzone...) et enfin, surtout, parce qu'elle m'a offert des expériences ludiques qui justifient à elles seules son achat. MGS 4 évidemment, mais aussi Journey, Flower, Heavy Rain, The Last Of Us, God Of War 3, les Uncharted et LittleBigPlanet... pour ce qui est des titres exclusifs. Car oui, j'ai également adoré un bon lot de titres multiplateformes sur Xbox 360 comme sur PS3 dont je reparlerais un peu plus loin. Par ailleurs, beaucoup d'entre eux sont aussi sortis sur PC, une plateforme que j'avais un peu délaissée suite à des soucis de matériels et à un ras-le-bol de devoir toujours trifouiller / bidouiller pour arriver à mes fins. J'y suis revenu ces deux dernières années pour plusieurs raisons : le prix des jeux (souvent bien inférieur à celui de ceux sur consoles), le confort accru d'utilisation (mise à jour auto, meilleure prise en charge des manettes) et la présence de quelques titres indispensables, exclusifs ou vraiment plus agréables sur PC.

Wii, c'est pour quoi ?
Console Nintendo Wii
Et là Wii dans tout ça, me direz-vous ? Eh bien, j'y suis arrivé un peu à reculons, déçu globalement par l'orientation "très grand public", le manque de précision de la capture de mouvement et par son prix initial un peu trop onéreux à mes yeux. Il a fallu la sortie de Super Smash Bros. Brawl (qui m'a envoûté et surpris par ses modes de jeux en ligne ainsi que par son solo très soigné) et une console d'occasion quasi neuve vendue par une collègue de boulot pour me décider. Et bien que j'ai été déçu par son retard à bien des niveaux (graphismes, online, fonctions multimédias), j'ai malgré tout aimé la Wii pour sa grande compacité, sa rétro-compatibilité avec les jeux et manettes GC ainsi que des jeux exclusifs de grande qualité comme Mario Galaxy, Mario Kart Wii, New Super Mario Bros. Wii, Muramasa, Donkey Kong Country Returns, Xenoblade, WarioWare, MadWorld ou encore les Kirby.

Multiplateformes, multigenres et choix multiples
Console Nintendo Wii
Voilà, je crois qu'on a fait le tour des supports de salon (ne me lancez pas sur les portables, sinon vous allez avoir droit à un roman !). Cela dit, pour moi, peu importe la plateforme, du moment que je prends du plaisir... Je ne pense pas être le seul et je crois que le marché suit cette logique vu que les exclusivités sont devenues sensiblement plus rares depuis ces 6 dernières années, même si c'est surtout pour rentabiliser des coûts de développement toujours plus grands et toucher un public plus large.

Mais revenons à nos moutons et parlons davantage des jeux. Étant donné que j'apporte beaucoup d'attention à la narration et aux émotions véhiculées par un titre, je retiens en priorité sur cette gen' les jeux à choix moraux, où les décisions influent sur la suite. Il y a The Walking Dead : Saison 1 et Heavy Rain qui m'ont retourné les tripes avec leurs choix souvent déchirants, Mass Effect où l'équipe se construit en fonction de nos actes / palabres et même Bioshock avec son approche binaire certes (on sauve ou on élimine) mais qui a le mérite de nous impliquer bien plus que la plupart des FPS plus "classiques".

The Walking Dead : Saison 1
Heavy Rain
Mass Effect

Je retiens également d'excellents jeux à cheval sur plusieurs genres et souvent en mondes ouverts, plus vastes et denses que leurs aînés grâce à la puissance des nouveaux supports. Il y a évidemment Red Dead Redemption que j'ai savouré notamment pour le trip western, les séries Assassin's Creed et Batman Arkham pour la pertinence de leur game design et le soin apporté aux univers ou même les Borderlands que j'ai beaucoup apprécié en coop' avec mon frère. Et n'oublions pas GTA V parce qu'il est tout simplement le roi du monde ouvert et Skyrim qui est le meilleur dans le genre RPG.

Cette génération a aussi été marquée par une avalanche de portages ou remakes HD, plus ou moins vertueux. Je préfère évidemment des nouveautés mais j'avoue avoir malgré tout vraiment apprécié les versions liftées d'ICO / Shadow Of The Colossus, Metal Gear Solid 2/3/PW et Okami HD qui ont eu le mérite d'apporter une fluidité et une finesse que j'attendais. Un peu dans la même idée, j'ai été agréablement surpris par le retour de certains "vieux" comme Street Fighter, Rayman, Tomb Raider, DmC et Deus Ex, qui ont montré que l'on pouvait renouveler profondément un gameplay ou un univers usé jusqu'à la moelle sans pour autant faire un mauvais jeu et perdre sa base de fans. Paradoxalement, j'ai apprécié que certains studios prennent le risque de rester sur des expériences old-school ou à contre-courant, souvent plus exigeantes que la moyenne mais aussi plus gratifiantes. Dans cette catégorie, je pense immédiatement à Dark Souls, Muramasa et Dragon's Crown.

Des surprises rafraîchissantes
Portal2Chell
Et puis viennent les surprises rafraîchissantes qui m'ont touché en plein cœur et ont réussi à se faire une place dans la liste de mes titres préférés de tous les temps. Parmi elles, je retiens principalement :

. Portal 2 pour son univers délicieux, l'extrême intelligence de son game design, la qualité surprenante de sa narration et la générosité de son contenu ;

. Bayonetta pour son gameplay ultra-jouissif, technique et réglé au poil ;

. Lost Odyssey pour la maturité de sa trame scénaristique et surtout pour la qualité de ses histoires courtes textuelles (au départ, je me suis dit « houlà ça va être pompeux » et au final, certaines m'ont vraiment touché au plus profond de mon être) ;

. Blur pour le fun de ses parties et le côté ultra-addictif de sa progression en multi ;

.The Last Of Us, techniquement bluffant et qui m'a vraiment pris aux tripes ;

. LittleBigPlanet 1 & 2 pour leur dépoussiérage du genre plateforme, leurs possibilités de personnalisation et de création mais aussi le jeu à 4 offline comme online ;

. Lost Planet qui m'a enthousiasmé du début à la fin par son gameplay jouissif, son thème musical génial et son univers dépaysant ;

. Naruto Ultimate Ninja Storm 1,2,3 pour la claque visuelle, la grande fidélité à l'anime et les excellentes sensations / émotions procurées ;

. Journey : beaucoup de jeux indé m'ont marqué sur cette gen' comme Papo & Yo, Braid, Limbo, Thomas Was Alone ou Hotline Miami mais j'ai choisi le dernier jeu de Thatgamecompany, qui m'a émerveillé de bout en bout par sa direction artistique éblouissante et son aspect social étonnamment pertinent.

one more thing steeve jobs

One more thing
Vous l'aurez compris, j'ai été globalement très satisfait de cette génération. Cependant, je garde quelques déceptions comme le déclin du marché japonais et celui de la série Final Fantasy, la mauvaise qualité de certaines suites qui ont ruiné mes espoirs (Dragon's Age, Lost Planet), l'omniprésence des DLC, l'avènement des micro-transactions, les online pass venant pénaliser les acheteurs d'occasion, la fermeture de bon nombre de studios que j'appréciais (Bizarre Creations, SCE Studio Liverpool, etc.), sans oublier... le report sans fin de The Last Guardian.

Pour finir voici un petit récapitulatif en vidéo de mes jeux préférés de cette génération, avec quelques anecdotes à la clé. Bon visionnage !

Génération 2005 - 2013 : Damien



A voir aussi :
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

flechePublicité
flechePublicité