flechePublicité

Test Mega Man Network Transmission (GameCube) : 5/10 sur JeuxVideo.fr GameCube

Sortie le 26 Juin 2003 sur GameCube

Les +

  • Les cinématiques inspirées de dessins animés
  • La modélisation des boss
  • C´est assez fluide
  • La récolte des "Chips"

Les -

  • Décors assez vides
  • Le Cel Shading n´impressionne plus
  • Modélisation singulière des monstres et de Megaman
  • Version non sous titrée en français !
  • Tir principal inefficace
  • Temps de chargement des nouvelles armes trop long
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
La note des internautes
-
Donner votre avis
Publiée le 30/07/2003 à 00:07, par Ryu69

Partager ce test

Megaman network transmission : L´héritier de Cobra

Megaman débarque sur le cube de Nintendo avec la ferme intention de s´imposer comme la référence du genre. Dans cette nouvelle aventure, le Bioman préféré...

Megaman débarque sur le cube de Nintendo avec la ferme intention de s´imposer comme la référence du genre. Dans cette nouvelle aventure, le Bioman préféré du jeu vidéo s´érige en défenseur d´Internet et traque les virus informatiques. Mêlant plate-forme 2D et décors 3D, est-ce que cet opus à une chance de faire vaciller le dieu Mario ? Les réponses dans ce test.

Un menu riche mais bien inutile…[/H1]Le livret est de qualité standard mais reste important pour comprendre les mouvements de base, la fonction des menus et le sens de l'histoire et des protagonistes pour les non initiés à l'Anglais (ce que la version n'apporte pas). Pas moins de douze sections vous attendent dans un menu bien étoffé, accessible à partir de la chambre de Lan. Ne vous laissez pas impressionner par la quantité, car la plupart des modes ne servent strictement à rien. La Section Rappel vous indique où vous en êtes dans le scénario et donne les objectifs en cours. Une autre vous donne la liste des email que vous recevez : ces lettres sont importantes car elles renseignent sur le scénario et vous apprennent de nouvelles capacités. Le mode Dossier regroupe tous les pouvoirs acquis sur les monstres et les boss abattus : ils sont rangés par rapport à leur puissance; vous pouvez faire des échanges avec les nouvelles capacités obtenues tout au long de votre partie. La Carte ouvre l'accès aux zones infestées par des virus mais aussi au magasin pour débloquer des bonus et vers une arène de combat où vous pouvez parfaire vos techniques face aux boss déjà vaincus. D'autres modes permettent d'observer l'état de santé de votre personnage, de lister tous les objets et items que vous ramassez et de sauvegarder votre progression. A ce sujet, la sauvegarde ne s'effectue que depuis le menu principal et non dans les niveaux, grâce notamment à la section " Jack Out" qui vous éjecte de la partie. D'après le livret, il existerait des Chips de Sauvegarde qui permettraient d'enregistrer votre progression à partir de l'endroit où vous êtes mort.

Un genre en perte de vitesse[/H1]Depuis le succès fulgurant de Jet set radio, le Cel shading, aspect graphique pompé sur l'univers du manga et de l'animé, est devenu un genre très prisé par les développeurs qui pensent que ce rendu est synonyme de succès. Cependant, cette boulimie aiguë devient de plus en plus agaçante et cet opus va révéler les limites d'un genre dépassé et dépourvu de finesse.Les accros du bidouillage et les fanatiques de l'informatique vont être servis : la plupart des décors mettent en valeur un ensemble de circuits imprimés, diodes et autres fusibles très indigeste à mon goût. Les dessinateurs ne se sont pas foulés pour égayer un paysage trop technique pour offrir un décrochage de mâchoire. Comme nous avons affaire à de la plate-forme classique, tous les éléments caractéristiques du genre font référence à Internet : les puces électroniques font office de ponts et de tremplins, les monstres se transforment en en cartes magnétiques,… Les personnages et les éléments au premier plan sont en 2D tandis que le décor en toile de fond est en 3D : on constate dès le début un manque de richesse et de détails, ce qui lasse très vite à la longue et risque de donner la grippe de l'informatique. Toujours dans le même registre, les effets d'explosion lorsqu'on utilise une arme quelconque sont très brefs et trop moyens. Le cube de Nintendo en a plus que ça dans le ventre monsieur Capcom ! La modélisation des personnages est très moyenne et ne montre que les limites du Cel Shading. Megaman en est la parfaite illustration : avec une vue de coté, les traits du personnage manquent de détail et de finesse. On aurait aimé un changement au niveau de l'armure dès que l'on rajoute des éléments. Les monstres secondaires ont bénéficié d'un travail trop léger et manquent de charisme. Les boss sont heureusement là pour sauver la mise, dommage que les développeurs n'aient peaufiné que cet aspect là.Les cinématiques sont de bonne qualité et se dégustent avec délice : on a à faire à des séquences dignes d'un dessin animé et les fans du Bioman de Capcom sauront les savourer à leur juste valeur.

Le minimum syndical[/H1]L'animation est très fluide dans l'ensemble et on ne distingue aucune saccade ni ralentissement. La gestion des sauts, primordiale pour un titre de ce genre, est très bonne et on ne ressent aucune gêne pour crapahuter de puces en puces.L'interaction avec le décor se résume au minimum syndical : on tue des monstres, on avance, on saute et on ouvre des portes : je reconnais qu'au bout d'un moment, la répétition des mêmes mouvements commence à ennuyer un peu (même beaucoup !).Les temps d'attente pour recharger les armes est lancinant à souhait : c'est aussi rapide qu'une course de pédalos sur le Rhône. C'est tellement long qu'on a largement le temps de lire une BD avant que la jauge de transfert soit pleine.

[H1]I don't understand (je ne comprend pas)

Mélange de pop japonaise et de techno ringarde, les musiques ne gênent en aucun cas votre progression même si elles saoulent par moment. Les bruitages sont assez convaincants et retranscrivent parfaitement les différents mouvements de notre héros bionique.La grosse lacune du titre est sans conteste les commentaires qui ne bénéficient d'aucun sous-titrage français. La version européenne est tout simplement identique à celle de nos voisins de l'autre coté de l'Atlantique. Capcom nous offrent les commentaires originaux assortis d'une traduction anglo-saxonne qui, je le rappelle aux gars de chez Capcom, n'est pas la langue la plus parlée en France. Les joueurs qui possèdent une bonne maîtrise de l'Anglais n'auront aucun problème pour comprendre les dialogues et le menu principal mais les plus jeunes, ceux qui ont moins de 15 ans et qui ont une connaissance partielle de la langue, comment vont-il se débrouiller pour comprendre les paroles (les textes plutôt) de Lan et de Megaman ? Je vous le demande monsieur Capcom ! Ils vont chercher la définition de chaque mot dans le dictionnaire d'Anglais ? Désolé mais çà ne marche pas ici.

[H1]Les nouveaux Pokémons

Plateforme oblige, la maniabilité du personnage de Capcom réside dans la gestion des sauts et dans l'éradication de la vermine bionique qui pourri le Net. On retrouve ici tous les mouvements de base comme les sauts, la glissade et l'ouverture de portes grâce à des clefs jaunes en forme de losange.Le personnage de départ possède des caractéristiques assez faibles : au fur et à mesure de votre avancée, vous allez récolter des pièces qui servent à acheter des objets, soit dans le magasin via le menu, soit par l'intermédiaire de marchands ambulants placés dans les niveaux. Parmi le grand nombre d'items disponibles, vous allez notamment débloquer de nouvelles armures insensibles à certains éléments naturels, des éléments pour votre cuirasse originelle et des [logiciel:156734 Blocks] de puissance pour améliorer vos capacités La principale arme de Megaman réside dans son bras droit qui peut à tout moment se transformer en un puissant canon. Aussi bizarre que ce soit, le tir principal est pratiquement inefficace, même face à des monstres de faible densité. Il peut se transformer parfois en un treuil très utile pour franchir un gouffre ou attraper des objets en hauteur.Les armes secondaires, pouvoirs volés aux monstres dès leur trépas, sont plus efficaces mais éphémères au niveau de la quantité : vous allez souvent vous retrouvez à court de munitions et comme le temps de chargement des nouvelles armes est super lent, je vous laisse imaginer les moments de galères face à des monstres de première catégorie ou contre les boss quasi invulnérables.Comme pour les Pokémons, une des quêtes annexe sera de récolter les capacités de tous les monstres que vous aurez battus. Dénommés les "Chips", elles prennent la forme de cartes magnétiques dès que vous tuez un monstre. Ces armes secondaires très utiles sont classées en plusieurs catégories et procure à votre personnage de nouvelles armes : épées lasers dignes de Star Wars, bombes plus ou moins puissantes, lance roquette, lance flamme,… et des moyens de défense qui disons le sont très moyens et vous gênent plus qu'autre chose.Votre quête sera longue et périlleuse : chaque monde se divise en trois niveaux, les combats contre les boss sont très difficile et il vous faudra choisir les bonnes armes avant de débuter un duel.


[H1]Conclusion

Cet opus nous aura au moins révélé la perte de vitesse du Cel Shading qui impressionne de moins en moins. Le mélange 2D/3D offre des graphismes franchement moyens qui pourront sans doute attirer les nostalgiques des consoles 16 bits. Les phases de tirs sont assez peu exploitées malgré la quête de nouveaux pouvoirs qui peut vous tenir en haleine un certain temps. Le coup de boutoir est sans conteste l´absence de sous-titres français qui rebutera les plus jeunes. Le roi Mario n´est pas prêt d´être renversé.


Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité