flechePublicité
Publiée le 10/01/2014 à 16:01, par Jean-Marc

Partager cette actu

Un peu de lecture avec L'Histoire Des Jeux Vidéo Polémiques - Volume 1

Ce premier volume retrace l'histoire des polémiques engendrées par les jeux de course/action et les jeux érotiques.

De nombreux ouvrages arrivent régulièrement sur les rayonnages pour faire découvrir aux novices ou aux plus curieux l'Histoire des jeux vidéo. Ceux-ci se contentent bien souvent de proposer toujours la même chose (une chronologie avec les principaux titres ayant marqué leur époque) et finalement ce n'est que la présentation et les illustrations qui permettent de les différencier. L'Histoire étant ce qu'elle est, ces auteurs ne vont pas l'inventer.

Avec sa série de trois livres (dont deux sont encore à venir) intitulés « L'Histoire Des Jeux Vidéo Polémiques », Benjamin Berget nous propose une approche radicalement différente. Ce ne sont donc pas Pong, Space Invaders, Pac-Man, Mario et consorts qui vont avoir les honneurs de cet ouvrage, mais bien ces titres, plus ou moins obscurs pour le grand public, qui ont marqué eux aussi leur époque pour des raisons et des motifs bien moins glorieux aux yeux d'un grand nombre de personnes. Ces dernières se sont alors senties investies d'une mission sacrée, celle de les dénoncer et c'est toute une industrie qui a subi leurs actions.

Guillemets (ouverts)
c'est bien entendu la série GTA qui occupe la plus grande place
Guillemets (fermés)

L
Benjamin Berget est diplômé d'un Master de philosophie et écrit des dossiers pour des sites spécialisés. Avec cet ouvrage, il revient sur plus d'une trentaine d'années de controverses ayant trait aux jeux de courses et d'action avec la représentation de leur violence, ainsi qu'à celles relatives au voyeurisme des jeux pornographiques avec un focus sur le « simulateur de viols » Rapelay.

Dans la première partie, l'auteur traite principalement les trois jeux que sont « Death Race » (considéré comme le premier jeu controversé pour sa violence gratuite dès les années 70), « Carmageddon » et la série « Grand Theft Auto ». Pour chacun d'entre eux, Benjamin Berget aborde leur pitch, leur système de jeu, leur développement, la polémique engendrée et propose enfin une analyse. Si les deux premiers jeux sont assez rapidement expédiés, sans que la pertinence des développements en pâtisse, c'est bien entendu la série GTA qui occupe la plus grande place de cette partie du livre. C'est alors l'histoire du combat de Jack Thompson, la célèbre affaire « Hot Coffee » et, plus proche de nous, le cas de Nadine Morano que nous (re)découvrons.

Avant d'attaquer la seconde partie concernant les jeux érotiques, Benjamin Berget retrace l'histoire de la croisade morale menée par Familles de France. On y découvre toutes les actions que la Fédération a menées, les multiples procès, sa tentative d'imposer une classification propre afin de concurrencer le système PEGI, mais aussi le combat et les ripostes de ses opposants. Une partie particulièrement intéressante, riche en détails et en analyses qui permet de se remettre en mémoire certains événements tout en en apprenant énormément sur ces derniers.

Guillemets (ouverts)
l'origine des eroges en partie liée à l'hégémonie de Nintendo à la fin des années 80
Guillemets (fermés)

La deuxième partie de l'ouvrage se penche sur l'histoire des jeux vidéo érotiques. Si les premiers titres abordés dans l'ouvrage parlent aux connaisseurs, ceux de cette partie sont déjà bien plus obscurs. Nous découvrons alors que les polémiques relatives à ces jeux remontent elles aussi pratiquement aux origines du genre avec les premiers titres qui arrivent dès 1982 sur l'Atari 2600 comme « Bachelor Party », « Beat'em And Eat'em » et « Custer's Revenge ». Sont ensuite abordés les Dating Sims qui permettent de détailler dans l'analyse en découlant le clivage au niveau de la censure entre les États-Unis et l'Europe. En ce qui concerne le pays du Soleil Levant, l'avant-dernière partie de cette section traite des jeux vidéo érotiques japonais avec notamment l'origine des eroges en partie liée à l'hégémonie de Nintendo à la fin des années 80. Enfin, le traitement du jeu « Rapelay » permet à l'auteur d'évoquer le phénomène manga en France avec le fossé culturel jusqu'alors méconnu entre la vision de l'érotisme, du sexe, de la violence, de leur représentation et de leur acceptation entre Orient et Occident.

L
Avant la dernière ligne droite proposant deux entrevues très intéressantes, Benjamin Berget pose la question de savoir si le jeu vidéo est un univers sexiste. La réflexion aborde notamment la représentation de la femme dans les jeux vidéo de Out Run (la blonde sur le siège passager) à Tomb Raider (héroïne certes, mais dont le tour de poitrine s'est révélé de plus en plus aguicheur, de même que certains mouvements de caméra) en passant par Metroid (personnage qui se révèle être une femme à la fin du jeu), jusqu'au booth babes dans les salons comme l'E3. Les jeux web ne sont pas en reste avec le débat provoqué par la mise en ligne de « Puteland ». Enfin plus récemment, l'auteur aborde le cas du magazine Joystick qui a été accusé de faire l'apologie du viol de Lara Croft.

L'ouvrage se termine par une brève entrevue d'un Otaku, étudiant français de 24 ans qui se confie sur son rapport avec les jeux vidéo et les mangas pornographiques. La seconde entrevue avec Shane-Fenton, particulièrement longue se révèle passionnante, riche en informations, avec une analyse objective sur la violence dans les jeux vidéo et les discours menés par ses détracteurs les plus virulents. La réflexion est claire, argumentée et sans parti pris.

Au final, « L'Histoire Des Jeux Vidéo Polémiques - Volume 1- Jeux De Course/Action Et Jeux Érotiques » est un livre passionnant, riche en informations, en débats et en analyses, bien écrit malgré les quelques coquilles qui surviennent parfois, et abondamment référencé. Le travail effectué par Benjamin Berget est remarquable de précision. Alors qu'il serait facile de prendre parti et de dénoncer ouvertement les détracteurs de ces jeux, il arrive à rester neutre et à nous raconter l'Histoire des jeux vidéo par ce biais. Il nous donne toutes les cartes, à la fois historiques, sociologiques, philosophiques et contextuelles pour bien comprendre les avis de chacune des parties qui s'opposent encore de nos jours.

« L'Histoire Des Jeux Vidéo Polémiques - Volume 1- Jeux De Course/Action Et Jeux Érotiques » est un essai de 270 pages de Benjamin Berget disponible aux éditions Mon Petit Editeur (18,95 € au format papier, 9,97 € en PDF et 9,99 € en eBook).

Le blog de l'auteur : http://www.gameblog.fr/blogs/platon21/p_67595_l-histoire-des-jeux-video-polemiques
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité