flechePublicité
Publiée le 11/10/2013 à 00:10, par Zick

Top 10 : Les meilleurs simulateurs spatiaux

Genre phare de la fin des années 90 et du début des années 2000, les simulateurs spatiaux ont ensuite été abandonnés par les éditeurs pendant 10 longues années. Il aura finalement fallu attendre l’arrivée des sites de financement participatif (Kickstarter) pour que des développeurs se décident à remettre les shooters spatiaux au goût du jour. L’occasion pour nous de revenir sur les meilleurs jeux du genre, finalement pas si nombreux, mais souvent de qualité. Voici le top 10 des meilleurs simulateurs spatiaux.

10 – Privateer 2 : The Darkening (1996)Retour au sommaire



Les puristes nous diront que Privateer 2 fait partie de la famille de Wing Commander (présent dans ce top), ce à quoi nous répondrons : pas exactement. Là où Wing Commander nous faisait vivre une véritable aventure de Space Opera avec batailles pour la survie de l’humanité et guerre contre les Kilrathis, Privateer 2 nous propose plutôt d’entrer dans les bottes d’un simple pilote paumé au milieu de la galaxie. Privateer n’est ni plus ni moins que le précurseur de la série X. Le jeu permettait aussi bien d’arpenter la galaxie dans tous les sens pour découvrir qui est vraiment le héros amnésique que l’on contrôle, que de jouer au mercenaire en s’engageant dans des armées privées, d’acheter des cargos et de tenter de faire de bénéfices en les envoyant sur des planètes en périodes de pénuries ou tout simplement de jouer au pirate. Privateer était non seulement ultra-complet, mais il était en plus de toute beauté.

9 - Edge of Chaos: Independence War 2 (2001)Retour au sommaire



Independence War fait partie de ces licences oubliées qui mériteraient un remake. Malgré un scénario très classique (une histoire de vengeance après l’assassinat du père du héros), on retient surtout d’Independence War la très grande profondeur du système de pilotage (nécessitant joystick ET clavier), une durée de vie gargantuesque approchant facilement les 50 heures, un univers immense et vivant et des graphismes somptueux. Il était d’ailleurs conseillé à l’époque de faire tourner le jeu sur un Pentium III et surtout de posséder une carte graphique dotée d’au moins 32 Mo de mémoire vive. C’était le bon temps.

8 - Wing Commander (III, IV) (1997)Retour au sommaire



Doit-on vraiment vous présenter Wing Commander ? La série, dont le dernier épisode remonte à 1998 (hé oui), était emblématique des années 90. Cinématiques filmées avec de vrais acteurs (dont le plus célèbre était Mark Hammil, en mal de reconversion après Star Wars) et scénarios ultra-kitschs mettant en scène une guerre inter-galactique contre une race de chats humanoïdes (les Kilrathis) étaient le lot de la série. Ne soyons pas mauvaise langue, c’était assez réussi dans l’ensemble. Et puis il y avait ces immenses batailles spatiales avec des chasseurs emblématiques (le Hellcat !), les membres de sa formation à qui l’on pouvait donner des ordres durant les phases de shoot et qu’il fallait rassurer ou gronder entre chaque mission pour s’assurer leur fidélité. Wing Commander était bourré de bonnes idées, et on se demande pourquoi la plupart ne sont pas reprises dans les jeux à venir.


7 - Kerbal Space Program (2013, en bêta)Retour au sommaire



Les simulateurs spatiaux ne se résument pas uniquement à vivre des aventures dans un univers de Space Opera. L’espace, c’est quelque chose de sérieux qui demande quelques connaissances avant d’être parfaitement maîtrisé. Et c’est exactement ce que propose Kerbal Space Program, qui est une véritable simulation de vol spatial. Avant même de sortir de l’atmosphère, il faudra que le joueur prenne le temps de concevoir sa fusée, qu’il réfléchisse au moyen de l’équilibrer, de lui donner suffisamment de puissance pour percer la couche d’ozone et qu’elle n’explose pas en vol. Une fois les bases acquises, on peut alors tenter de construire des engins pour embarquer des Kerbonautes, explorer la lune et tenter de faire revenir son équipage sur terre vivant. Doté d’un véritable moteur physique et de mécanismes de gameplay très simulationnistes, Kerbal Space Program est relativement accessible. Si vous êtes tenté, sachez que le jeu est actuellement en bêta et que la communauté autour du jeu est très active.

6 - Eve Online (2003)Retour au sommaire


Vous avez certainement déjà entendu parler des batailles dantesques qui secouent fréquemment l’univers du MMORPG Eve Online. De gigantesques batailles impliquant plusieurs milliers de vaisseaux, dont certains dépassent allégrement la dizaine de kilomètres de long. Et bien si vous pensez que Eve Online se résume à ça, vous allez forcément être déçu. De part sa nature de MMORPG Eve Online ne propose pas un contrôle direct de son vaisseau au joystick. Tout se fait à la souris que ce soit les combats, la navigation et surtout l’économie. Car le plus gros morceau du jeu, consiste bien à intégrer une guilde (une corporation) et de participer à son activité. Il n’y a pas d’histoire dans Eve Online, ce sont les joueurs qui la font. Et ces joueurs, s’ils se font la guerre, c’est souvent pour des histoires de gros sous, de trahison et de prise de territoire. Il est difficile de résumer Eve Online en quelques lignes, mais il reste certainement le simulateur de vie spatial le plus crédible et le plus vivant que l’on puisse trouver actuellement.

5 – X3 : Terran Conflict (2008)Retour au sommaire



La série X est la seule série qui a survécu à l’hécatombe des simulateurs spatiaux des années 2000. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle a bien tenu le flambeau. Il s’agit ici d’une simulation ultra-complète permettant aussi bien d’aller guerroyer partout dans la galaxie, que de monter des entreprises en plein espace, de jouer au trader virtuel sur des marchés, et éventuellement de mettre fin aux conflits présents ici et là. Le soucis, c’est que la série est très difficile d’accès. Non seulement l’ergonomie n’est pas tip-top, mais en plus le titre demande de très longues heures de jeux avant de dévoiler son plein potentiel. Des tares que les développeurs promettent de corriger dès le mois prochain avec la sortie d’un nouvel épisode : X : Rebirth.

4 - Freelancer (2003)Retour au sommaire



Freelancer n’est ni plus ni moins que le digne héritier de Privateer 2. Fruit d’un développement long de 6 ans, ce titre a le mérite de mélanger de fort belle manière des combats arcades à un univers très vaste bourré d’activités. Comme dans Privateer 2, il est possible de délaisser la campagne solo pour aller vivre sa vie et devenir pirate, commerçant ou mercenaire. Mais contrairement à son aîné, la campagne solo permettait de vivre une véritable épopée de Space Opera et d’avoir vraiment l’impression d’avoir pris part au sauvetage de l’univers. Près de 10 ans après sa sortie, Freelancer est encore joué par de nombreux fans qui ont moddé et amélioré le jeu. Il devrait d’ailleurs bientôt passer la main à son digne successeur : Star Citizen.

3 – Star Wars : X-Wing vs. Tie Fighter (1997)Retour au sommaire



Naturellement, on ne pouvait pas ne pas citer un des épisodes de la série de Lucas Art. X-Wing vs. Tie Fighter est un exemple de ce qu’il faut faire pour décliner une série bien connue. Non seulement il était possible de piloter les illustres engins volants de la célèbre série de films (avec des bruitages fidèles à l’appui), mais en plus Lucas Art avait ajouté à son jeu une véritable couche de simulation. Outre les dommages, il fallait en effet gérer la puissance de son vaisseau et faire la balance entre les lasers et les boucliers, tous deux gros consommateurs d’énergie. On rajoutera à cela, des combats dantesques, un mode multijoueur très bien pensé (alors que le jeu est sorti au milieu des années 90) et on regrette maintenant que tout ce qui touche à Star Wars ne soit plus que merchandising sans âme et sans qualité. RIP, comme on dit.

2 - Star Citizen (2015, au mieux)Retour au sommaire




D’accord, Star Citizen n’est pas encore sorti et nécessite encore des années de développement. Mais nom d’un pixel que ce titre paraît alléchant. S’il y a bien un jeu qui peut marquer le genre comme Privateer ou Freelancer, c’est bien lui. Univers ouvert, moteur graphique somptueux (le CryEngine 3 sera utilisé), possibilité d’atterrir et d’explorer des planètes, mode multijoueur persistant, possibilité de monter des équipages de vrais joueurs, exploration spatiale pour trouver des artefacts aliens, etc, etc. La liste est longue et les promesses sont tellement énormes qu’on tient là soit la quintessence du genre, soit la pire déception du 21ème siècle.

1- Elite (1984)Retour au sommaire

On a pas dit pour autant que ça avait bien vieilli



A ce jour, le simulateur spatial le plus complet et le plus riche jamais créé tient dans… 20 Ko de données. Elite est sorti en 1984 sur les PC de l’époque (Amiga et Amstrad). Il ne possédait pas de couleurs et ses bruitages se résumaient à des « piou piou » grésillants. Mais Elite, c’était pas moins de 8 galaxies à explorer, plus de 2000 planètes sur lesquelles on pouvait se poser pour faire du commerce légal ou illégal, des stations spatiales qui nécessitaient des heures d’entraînement avant de s’y poser sans se crasher et des tonnes de missions à faire. Bref, aujourd’hui, aucun simulateur spatial n’est encore parvenu à la cheville d’Elite. Une suite est toutefois en gestation depuis l’année dernière et devrait sortir d’ici quelques mois.
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

flechePublicité
flechePublicité