flechePublicité
Publiée le 15/07/2010 à 12:07, par Virgile

Tim Schafer : "Bobby Kotick est un couillon"

Le fameux créateur de Monkey Island et plus récemment Brütal Legend s'en prend vertement à Bobby Kotick, patron d'Activision.

Tim Schafer
Tim Schafer fait partie de ces rares créateurs de jeux vidéo qui n'ont pas leur langue dans leur poche. Le genre à dire ce qu'il pense sans se soucier des « qu'en dira-t-on » ou des répercussions que peuvent avoir ses propos. Et le bonhomme le prouve une fois de plus en s'attaquant directement à Bobby Kotick, patron d'Activision Blizzard. Rappelons que la firme de Mr. Kotick fut un temps l'éditeur de Brütal Legend avant de lâcher le projet. Manifestement, ce désengagement ne s'est pas fait à l'amiable et Tim Schafer a quelques griefs à l'encontre de Bobby Kotick.

Le créateur de Day Of The Tentacle se lâche donc au travers d'une interview accordée à nos confrères d'Eurogamer : « Son engagement va à ses actionnaires. Ok, mais il n'est pas non plus obligé de se comporter comme un couillon, n'est-ce pas ? Je pense qu'il est possible qu'il se tienne à ses engagements sans pour autant agir comme un parfait connard. Cela me semble possible. Mais ça ne l'intéresse pas. ». On l'aura compris, Tim Schafer exècre les méthodes de Bobby Kotick et son désintéressement total pour le jeu vidéo. Pour le patron d'Activision, le jeu vidéo est un produit comme un autre. Un produit qu'il faut travailler dans un climat de scepticisme, de pessimisme et de peur.



Tim Schafer va donc encore un peu plus loin en fustigeant le style Kotick : « Il donne beaucoup d'importance au fait de ne pas aimer le jeu vidéo et je ne pense pas que cette attitude soit bénéfique pour le jeu vidéo en général. Je ne pense tout simplement pas que nous sommes un industrie de gadgets. [...] Il a clairement l'attitude d'un fabricant de gadgets. Je ne pense pas qu'il soit bon pour l'industrie dans son ensemble. Il ne peut pas simplement s'emparer de quelque chose quand c'est populaire et puis s'en débarrasser pour passer à autre chose. A un moment donné il faut créer quelque chose, construire. »

Enfin, Schafer essaie tout de même de faire preuve d'optimisme en envisageant l'avenir de Bobby Kotick : « Avec un peu d'espoir, il finira par s'en retourner vers une autre industrie. Il pourrait aller vers un business qui fait plus d'argent. Le roulement à bille par exemple ... quelque chose qui correspond mieux à sa passion. La fabrication d'armes peut-être ? »

Tim, ne change rien, on t'aime.
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

flechePublicité
flechePublicité