flechePublicité

Test ZombiU (Wii U) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 30 Novembre 2012 , Wii U

Les +

  • Ambiance
  • Décors travaillés
  • Un survival difficile
  • Gamepad/TV, il faut choisir
  • Pleins de bonnes idées…

Les -

  • …et quelques mauvaises
  • Héros lambdas
  • Un peu mou
  • Mécanique un peu répétitive
  • Techniquement très sommaire
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.2

(164 votes)
Donner votre avis
ZombiU
dispo sur WII U
Publiée le 23/11/2012 à 12:11, par Maxence

Partager ce test

Test de ZombiU : un Survival Horror perfectible mais efficace

Si ZombiU ne respecte pas toutes ses promesses, il reste un survival horror original et difficile qui tient la route.

Avant de s'appeler ZombiU, le FPS d'Ubisoft sur Wii U portait le titre de Killer Freaks from Outer Space et nous invitait à déglinguer des aliens rigolos. Mais ça, c'était avant. De l'anonymat de l'E3 2011, le projet est devenu le titre Wii U le plus en vue de l'évènement californien de cette année. Caution gamer de Nintendo pour le line-up de sa console et porte-étendard du très fourni catalogue de l'éditeur français sur la machine, ZombiU est un survival-FPS à enjeux. Un costume pas facile à porter six ans tout juste après la catastrophe Red Steel dont nombre de joueurs gardent encore les stigmates.

Moi, Christiane F, 16 ans...Retour au sommaire
ZombiU
C'est dans un Londres moderne façon 28 jours plus tard qu'Ubisoft Montpellier nous conduit avec ZombiU. Les monuments historiques sont évidemment là, comme les ruelles sombres rendues forcément plus glauques par les dizaines de zombies qui s'y terrent. On y incarne un rescapé lambda, sauvé in extremis par la voix du Survivant, un inconnu bien à l'abri qui nous guidera d'un bout à l'autre de l'aventure. Pas de surprise dans le déroulement de l’aventure : notre héros naviguera de quêtes fed-ex en objectifs prétextes dans une ville partagée en différents quartiers toujours accessibles une fois débloqués.

ZombiU
ZombiU est, pour ceux qui en douteraient encore, un Survival avant même d’être un FPS. Il s’agit évidemment de massacrer des dizaines de morts-vivants à coups de crosse de cricket, la seule arme de mêlée qui ne nous quittera jamais, mais il est surtout question de survie. La mécanique est simple : si votre personnage meurt, il faut aller tuer sa version zombifiée avec le survivant suivant afin de récupérer le précieux contenu de son sac à dos. Si vous re-mourrez avant de l'avoir obtenu, les objets sont alors disséminés aux quatre coins de Londres et il faudra un certain temps - et de fastidieux allers-retours - pour tout récupérer.

Ce choix de design a diverses répercutions : on n'aime pas spécialement ces John Doe qui se succèdent, épouvantails sans âme dont on connait simplement l'âge et la profession. Cela déshumanise grandement l'histoire, puisqu'aucune identification n'est possible, à moins de tomber sur sa propre profession et de tout tenter pour se maintenir en vie le plus longtemps possible (mon journaliste a tenu huit malheureuses minutes...). Les skins ont qui plus est tendance à revenir d'un personnage à l'autre, homme comme femme, rendant l'effet un peu toc. D'un autre côté, notre héros gagne en expérience au fil de la progression : le niveau de maitrise des diverses armes repart évidemment de zéro lorsque l'on incarne un nouveau quidam. C'est déjà une bien meilleure raison de flipper du trépas.

Les zombies, quand y'en a un, ça va...Retour au sommaire
ZombiU
Qu'elles soient bonnes ou mauvaises, les raisons de fuir la mort - si vite arrivée puisque quatre coups voire une unique charge violente d'un zombie suffisent à nous terrasser - sont efficaces. Hormis quelques exceptions notables, ZombiU ne fait pas vraiment peur, mais il parvient à maintenir une tension permanente propre aux bons Survival. Les soins et munitions se font rares en début d'aventure tandis que la menace des walkers, qui se diversifient avec le temps (explosifs, spitter à la Left 4 Dead, électrifiés qui rameutent ses troupes...), est permanente. Le FPS d'Ubisoft propose énormément de situations d'infériorité numérique potentiellement mortelles si on ne fait pas un minimum attention. Ce n'est pas un hasard si Londres a accueilli les derniers JO : on passe son temps à y courir et s'il s'agit plutôt d'esquiver les zombies que les haies, la fuite reste bien souvent notre atout principal face à un groupe de zombies.

ZombiU
Suivant notre manière de jouer, économe et privilégiant le corps à corps ou accroc de la gâchette pour survivre, la seconde moitié de l'aventure deviendra plus ou moins aisée. En favorisant la crosse, j'ai ainsi pu mettre de côté pas mal d'équipements dans la seule safe room du jeu, là où l'on peut sauvegarder, améliorer ses armes ou encore consulter un plan détaillé. La progression naturelle impose pas mal de retour dans ce havre de paix, mais il ne faut jamais hésiter à y revenir une fois la bouche d'égout (les égouts relient les différents quartiers) du lieu visité trouvée. La maitrise vient avec le temps et, l'arsenal se développant (pompe, AK, arbalète...), on finit par gérer des groupes plus conséquents d'infectés, en les coinçant dans des passages exigus ou en multipliant les headshots. ZombiU reste sacrément difficile, que l'on soit habitué des FPS consoles ou non. Jouer au gamepad, surtout quand la console est si récente, demande en effet un peu de toucher.

Gameplay #5 - Tour de Londres



Ubisoft a évidemment composé avec les spécificités du contrôleur. Malgré une certaine latence dans le contrôle, le maniement se fait sans heurt et l'on apprend rapidement à passer de la tablette à la télévision suivant les besoins du moment. L'inventaire se gère au gamepad à l'aide de la couche tactile, mais cela ne met pas le jeu en pause pour autant. Il faut donc, même lorsque l'on regarde le plan, constamment écouter voire « zieuter » l'écran principal puisque l'on est jamais vraiment à l'abri d'un rampant qui traine. Des raccourcis accessibles sans trop lâcher les sticks aident qui plus est à reprendre de la vie rapidement en pleine échauffourée. On met un peu de temps à s'y habituer, mais il faut reconnaitre que ZombiU déflore par son gameplay un certain nombre de spécificités de la Wii U qui seront sans doute amenées à être creusées par d'autres titres. Sans être révolutionnaire, le contrôle au gamepad est efficace et s'apprivoise tranquillement, d'autant que l'ensemble est assez mou. Plus survival que FPS disais-je plus haut.

Through the tactil glassRetour au sommaire
ZombiU
Le gamepad sert également en diverses occasions, comme dans le mini-jeu simplissime d'ouverture de porte ou encore pour la visée des armes munies de lentilles (en plaçant le pad face à l'écran, aussi faisable aux sticks). La possibilité de scanner le décor pour trouver facilement les collectables est fort pratique, mais on se serait bien passé des quelques QTE débiles. On sent que le studio français s'est lancé tout feu tout flamme dans l'élaboration de son gameplay, empilant les idées sans forcément leur laisser le loisir de se déployer judicieusement. On pense par exemple aux planches que l'on peut utiliser sur les portes pour ralentir la progression des zombies, qu'un loquet n'arrête pas, mais que l'on n'aura pas vraiment le loisir d'utiliser. Un emplacement dans cet inventaire à la taille limitée (même une fois le sac XL trouvé) vaut cher, et on préférera bien souvent garder une fusée éclairante qui distraie bien les ennemis qu'une planche qui ne fera qu'assoir temporairement notre couardise.

ZombiU
Ce n'est pas la seule idée qui ne fonctionne qu'à moitié. L'effort consenti sur la variété des décors, entre intérieurs déglingués et extérieurs sordides, quartier d'habitation ou palais royal au passé chic, est en partie gâché par la répétitivité de l'action. On a déjà signalé la futilité globale des quêtes, qui servent une intrigue dont on cerne rapidement les enjeux, mais plus gênant est le sentiment de lassitude qui nous envahit au centième zombie éclaté à la batte. La gestion du rythme est pourtant plutôt bonne, puisque ZombiU gère très bien les moments de calme - souvent quand on n'a plus de munition - et les momentum action, mais l'on fait finalement toujours la même chose. Visiter/cleaner un lieu, trouver l'objet qui nous manque pour accéder à tel endroit, découvrir le nouveau lieu, etc.

Une petite routine finit par s'installer, et il suffit d'une mort un peu frustrante pour nous faire poser le gamepad quelques heures. On y reviendra néanmoins avec plaisir, en bon joueur masochiste happé par une aventure très plaisante malgré ce léger manque de folie. L'ambiance et la difficulté sont les moteurs principaux de notre progression, les développeurs ne lésinant pas vraiment sur le sordide dès qu'il s'agit de concevoir un lieu. Buckingham Palace et son bunker secret sont à ce titre excellents, tout comme la crèche (qui rappelle quand même furieusement Dead Space 2) ou l'église. ZombiU propose des environnements relativement restreints mais agencés avec brio. Puisque l'on est amené à régulièrement revenir dans un quartier déjà visité, différentes possibilités de redécouverte sont offertes au joueur.

Moche comme un zombieRetour au sommaire
Un digicode à découvrir en scannant l'environnement, des pains de C4 qui libèrent des espaces préalablement bloqués ou encore l'utilisation tardive du crochetage de serrure permettent en effet à chaque environnement de se réinventer un minimum. On aime s'approprier l'espace avec ces allers-retours tout en en découvrant perpétuellement de nouvelles (petites) parties. On apprécie forcément moins la mauvaise tenue générale de la réalisation, qui laisse à craindre quant aux possibilités graphiques de la Wii U. Aussi inspirée que puisse être la direction artistique, ZombiU est relativement laid pour un FPS actuel. Les textures sont sommaires, les animations pas spécialement bien découpées et les bugs de collision sont permanents pour les ennemis. On attend clairement mieux d'une console qui sort en 2012.

Les effets de fumée et de lumière font ceci dit bien illusion et l'aspect sonore est très soigné, ce qui sauve ZombiU du naufrage technique complet. Notons d'ailleurs que notre version (debug, donc non finale) nous a réservé quelques surprises, comme un temps de chargement infini ou un enchevêtrement de textures bloquant, nous poussant au suicide à coups de molotov. Ces bugs majeurs devraient logiquement être corrigés dans la version finale, mais on le signale au cas où... ZombiU propose une durée de vie correcte, avec son solo de 10 à 15 heures suivant votre talent et votre propension à fouiner çà et là, les plus acharnés pouvant se tourner vers le mode Survie. Accrochez-vous, c'est le game over définitif en cas de décès. Quasiment infaisable au premier run, ce mode « insane » ne devrait pas suffire à vous pousser à en réaliser un second. À réserver aux acharnés, donc.

ZombiU
ZombiU
ZombiU
Le multijoueur de ZombiU est aussi sympathique qu'accessoire


Accessoires sont également les modes multijoueurs au gameplay asymétrique - le mot est à la mode - où l'un contrôle le survivant et l'autre les zombies. Le premier doit obligatoirement se munir d'une manette pro (fournie avec le pack Premium ZombiU, à acheter sinon) tandis que le second, en vue du dessus façon STR, fait apparaitre les zombies en cliquant sur l'écran tactile du gamepad. Le king of the hill sera amusant le temps de quelques parties, avec ses zombies à faire évoluer pour l'un et ses bonus salvateurs pour l'autre, mais le mode Survie centré sur le scoring est finalement assez anecdotique. Si nous n'avons pas pu essayer le troisième mode (identique à la Survie, le temps remplace le nombre de frags), réservé aux utilisateurs de Uplay, difficile de ne pas voir dans cette composante multi un bonus sympathique loin d'être indispensable. ZombiU est un calvaire qui se vit seul.

Pas bien beau, un peu mou et finalement assez répétitif, ZombiU est un assez mauvais FPS quand son ambiance « fin du monde » efficace et son niveau de difficulté élevé en font un Survival Horror qui vaut le coup d’œil. Si toutes les idées introduites par le titre d'Ubisoft ne font pas mouche, l'ensemble est suffisamment original pour convenir aux joueurs exigeants qui ne prendront pas le jeu pour le défouloir qu'il n'est pas. On aurait forcément été moins tendre s'il était sorti sur un autre support, mais ZombiU est un bon titre de lancement qui ouvre d'engageantes perspectives, pour le genre comme la machine. Seul sur le créneau des licences originales un minimum adultes sur Wii U, ZombiU a le champ libre pour devenir une franchise solide dont la suite corrigera, en tout cas on l'espère, les nombreux défauts de jeunesse.
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.2
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
Ce jeux est vraiment super quand on commence à vouloir prendre en main la console. Le système de jeux est vraiment bien adapté à la console, les zombies sont vraiment bien réalisé, Bref Bravo à Ubisoft. Mais tout bon jeux possède une part moins agréable.... Il n'y a pas assez d'espace pour stocker nos "trouvailles" que ce soit à l'abri ou le sac. Enfin, je conclurais suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (1) / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : fananora
A éviter
Aussi pourri que les zombis Franchement nul nul! Des que l'on meurt on se retrouve au repaire avec un autre survivant comme par magie! On peut pas fabriquer d'armes, on se déplace comme une tortue est encore les zombi bouge plus vite est son méga inteligent, j'ai eu un bug comme le zombi a monter a l'echelle. Le joueur na pas de competance propre comme dans dead island ou Left 4 dead. Ta beau avoir un joueur qui a 60 ans et suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (1) / non
Commander sur
ZombiU
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

flechePublicité
flechePublicité