flechePublicité

Test Zero Escape : Virtue's Last Reward (Playstation Vita, Nintendo 3DS) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 21 Novembre 2012 , Playstation Vita , Nintendo 3DS

Les +

  • Histoire riche et complexe
  • Des personnages attachants et développés
  • Pas mal d'humour
  • Puzzles réussis
  • Durée de vie conséquente

Les -

  • Pas de VF
  • Graphiquement très simple
  • Il faut aimer les jeux bavards
La note de jeuxvideo.fr
8.0
incontournable
La note des internautes
8.1

(48 votes)
Donner votre avis
Publiée le 11/12/2012 à 14:12, par Maxence

Partager ce test

Test de Zero Escape : Virtue's Last Reward, la perle cachée de la Vita

Très prisé par les midinettes au Japon, le genre du roman interactif dispose d'assez peu de représentants chez nous. L'OVNI 9 Hours, 9 Persons, 9 Doors n'avait même pas pris la peine d'investir nos DS françaises en 2010, forçant les amateurs d'aventures originales à se tourner vers l'import pour en profiter. Virtue's Last Reward n'est autre que la suite directe du graphic novel à la sauce point'n click de Chunsoft, dont il reprend l'univers et l'ADN. La relative confidentialité du jeu, disponible uniquement sur le Playstation Store de la PS Vita et chez quelques revendeurs en ligne (sur Vita et 3DS), ne saurait être un frein à la découverte de cette pépite, dont la console de Sony manquait cruellement jusqu'alors.

Nonaaaaaaaaaaary GameRetour au sommaire
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Enlevé alors qu'il rejoignait sa voiture la veille de Noël, Sigma se retrouve coincé dans un ascenseur qui menace de s'écrouler. Il fait alors la rencontre de Phi, une mystérieuse jeune fille qui semble en savoir plus qu'elle n'en dit sur la situation. Le premier puzzle résolu, les deux font la rencontre de sept autres captifs avec qui ils participeront malgré eux à un jeu un peu pervers. Ce pitch rappelle les films Cube et Liar Game, mais surtout le premier volet 9 Hours, 9 Persons, 9 Doors. Beaucoup de dialogues, quelques choix et des puzzles rythment en effet cette aventure pas vraiment comme les autres où les mécaniques s'entrecroisent avec un seul objectif : servir l'histoire.

Zero Escape : Virtue s Last Reward
Les jolies Alice et Clover, la timide Luna, l'arrogant Dio, le grand-père Tenmyouji et le gamin Quark complètent la galerie de personnage, sans oublier l'énigmatique et amnésique K qui intensifie un peu le mystère avec son armure métallique inviolable. Ils participent tous au Nonary Game, un jeu machiavélique imaginé par un antagoniste qui brille par son absence, Zero. La mécanique est assez simple : chaque personnage commence avec trois points de vie, affichés sur une montre qu'il ne peut décrocher de son poignet. A chaque tour, des groupes de couleurs se forment au hasard. En solo ou par pair, chaque équipe doit collaborer avec une autre afin de résoudre les différentes énigmes qui se dresseront sur leur route.

A la fin de chaque tour, les groupes de même couleur (le duo contre le solo rouge, par exemple) s'affrontent dans le Nonary Game, dont le principe est simple : les personnages votent secrètement, à la Koh-Lanta, pour ou contre leur adversaire du moment. Les deux groupes s'allient, et chacun gagne deux points. L'un des deux décide de trahir l'autre, et il gagne trois points quand il en fait perdre deux au dindon de la farce. Les deux groupes se trahissent, et personne ne marque. S'engage alors une lutte pour la confiance d'autrui : si un personnage atteint neuf points, il peut ouvrir la porte de sortie et partir, accompagné de tous les joueurs ayant eux-aussi le minimum requis. Si le compteur d'un joueur arrive à zéro, il meurt.

L'histoire sans finRetour au sommaire
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Forcément, chaque choix fait par le joueur dans la composition de son équipe (via un système de couleurs permettant d'ouvrir des portes) renforcera ou non sa relation avec les autres participants, occasionnant différents résultats. C'est au bout d'une petite dizaine d'heures de jeu, lorsque l'on termine Virtue's Last Reward pour la première fois, que l'on comprend l'ampleur réelle du jeu. L'arbre de progression qui concrétise vos cheminements passés n'est pas là pour faire joli : il sert d'état des lieux clair de votre progression générale, puisqu'il ne s'agit pas de boucler le jeu une fois puis de le refaire pour en comprendre les mécaniques. Il FAUT le finir une vingtaine de fois pour saisir complètement l'histoire et obtenir la bonne fin, qui livrera enfin toutes les réponses après 35 heures de labeur.

Zero Escape : Virtue s Last Reward
C'est alors que Zero Escape change de statut : de sympathique roman interactif bavard mâtiné d'aventure, il devient une fiction hallucinante de profondeur et d'intelligence. Grâce à un twist qui touche tant le gameplay que le scénario, Sigma aura en effet la capacité de garder certains souvenirs des temporalités passées. Dio vous a trahit à la dernière session, occasionnant votre mort ? Revenez juste avant le vote et ne faites pas l'erreur de lui faire confiance, pour révéler ainsi un nouveau pan de l'histoire qui pourra s'avérer utile par la suite. Zero Escape ne se contente pas de cette histoire de prison de laquelle il faut s'échapper. A chaque embranchement, de nouveaux pans de l'histoire se dévoilent et amènent avec eux d'autres problématiques plus urgentes.

Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
La mort pour Sigma, la mort du teamplay et la mort de la vie sociale


Un virus mortel, des meurtres mystérieux au sein du groupe, des bombes à désamorcer : la galerie de personnages n'est pas aussi innocente et désemparée qu'elle ne le semble au début de l'aventure, chacun gagnant en complexité à mesure que vous collaborez avec eux. Grâce à ce système d'embranchements et quelques choix de design judicieux vous permettant d'éviter les déjà-vus (accélération des dialogues, « saut » à n'importe quel nœud dramatique déjà abordé...), Chunsoft rend agréable et ludique la redondance des évènements rencontrés. Énormément de dialogues, quelques choix à faire dans le cheminement : Virtue's Last Reward ne ressemble pas vraiment à un jeu vidéo à ce stade de notre développement.

Tu pointes ou tu clic ?Retour au sommaire
Zero Escape : Virtue s Last Reward
C'est sans compter sur la partie aventure : Zero vous force en effet à visiter chacune des salles du complexe industrialo-scientifique dans lequel vous êtes enfermé. Salle de détente, laboratoire, stock de nourriture ou même jardin intérieur font ainsi partie des environnements à explorer grâce au tactile. Les plans fixes recèlent d'objets à ramasser et combiner, de fichiers à lire et de machines mystérieuses à utiliser. La navigation est aisée passé le court temps d'adaptation, permettant de profiter à plein des puzzles intéressants qui s’enchaînent. Très cohérents et parfois partie prenante de l'intrigue, ils vous invitent à trouver le mot de passe d'un coffre contenant la clé de la sortie, tout en dévoilant différents éléments plus ou moins important dans l'histoire.

Zero Escape : Virtue s Last Reward
Chaque coffre dispose qui plus est d'un second mot de passe donnant l'accès à un carnet secret blindé d'indices « off » sur le jeu, ses personnages et son intrigue. Ingénieux et variés, ces puzzles font autant appel à votre observation qu'à votre logique ou votre mémoire. C'est la petite couche ludique qu'il fallait à un titre dont tout l'intérêt est basé sur le développement de l'histoire et la capacité du héros/joueur à se déplacer autour d'elle pour en cerner chacun des angles au fur et à mesure de sa progression. Pour ne pas lasser, Chunsoft a eu recours a tout un tas de ficelles, clin d’œils et fausses pistes pour détendre l'atmosphère voire tromper le joueur.

Le héros qui parle « comme chat » dès que le thème félin est abordé, les allusions légères au sexe ou simplement quelques remarques marrantes des différents personnages rendent l'épopée très humaine malgré la complexification permanente de l'intrigue. Les personnages sont d'une telle profondeur que les nombreux runs nécessaires pour boucler vraiment le jeu ne seront pas de trop pour développer leurs personnalités singulières : chacun d'entre eux se révèle lors d'un embranchement particulier, vous laissant finalement à penser qu'ils n'ont - comme Sigma d'ailleurs - pas été choisis au hasard pour le jeu.

Difficile d'accèsRetour au sommaire
Zero Escape : Virtue s Last Reward
La progression cyclique, les dialogues très nombreux et l'absence de traduction française couperont néanmoins Virtue's Last Reward de nombre de joueurs, sans parler de la confidentialité du jeu en France. On ne peut pas non plus dire que sa réalisation servira de point d'accroche, puisque les plans fixes relativement sommaires sont la norme ; seules quelques petites animations des personnages viennent parfois amener un peu de vie à l'ensemble. Zero Escape est un titre des plus statiques, qui plus est pas forcément taillé pour la Vita puisque sa sortie simultanée sur 3DS et les moyens relatifs de son développeur l'empêchent d'utiliser la puissance graphique de la console à bon escient.

Zero Escape : Virtue s Last Reward
Virtue's Last Reward est donc une production réservée aux initiés du genre, voire de la série puisque cet épisode semble avant tout destiné aux joueurs ayant bouclé l'original sur DS. Quelques références y sont faites, sans parler de certains personnages qui en sont tirés. Ne pas connaitre 999 ne vous empêchera malgré tout pas d'apprécier l'aventure, vous invitant même comme nous à commander la version import du premier volet. La joie des consoles non zonées... Mais ce n'est pas en décortiquant ses mécaniques que nous pourront vanter les qualités du jeu, et ce n'est certainement pas avec la très laconique démo jouable que vous en ferez une idée juste.

Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Chaque choix a une conséquence, mais il ne tient qu'à vous de modifier vos choix !


Zero Escape tire sa force de son absence totale de complaisance vis à vis du joueur, qui doit assumer ses choix et surtout s'immerger totalement dans l'histoire pour en saisir les nombreuses subtilités. Le joueur fini par faire réellement corps avec Sigma, et il devient vraiment difficile de lâcher la console une fois l'aventure entamée. Sur la base du « et si » cher à nombres de jeux vidéo, Chunsoft parvient à surprendre grâce à une utilisation maline du choix et un final superbe qui rend au joueur ce qu'il a exigé de lui de longues heures durant.

Malgré une entame déroutante et la barrière de la langue que renforce l'omniprésence des dialogues, Virtue's Last Reward est un bijou scénaristique et ludique dont les joueurs ne sortiront pas indemnes. Son ton léger est trompeur : l'histoire complexe et dramatique est perpétuellement au centre des préoccupations du jeu, chaque composante trouvant sa place dans le développement de celle-ci. Drôle, riche et malin, Zero Escape est un titre atypique qui s'adresse avant tout aux joueurs courageux qui franchiront le pas de sa réalisation simpliste et de sa propension à bavarder pour rien, en tout cas en apparence. Comme beaucoup d'autres chef d’œuvres avant lui, son côté hermétique le coupe d'une grande partie du public, le réservant donc à quelques chanceux éclairés et motivés. Le jeu vidéo a besoin de ces bijoux secrets pour attiser sa flamme originelle, à l'heure du compromis de grosses productions toujours un peu moins ambitieuses au nom de l'élargissement de l'audience. Un superbe titre dont on attend la suite, déjà annoncée, avec une impatience rare.

A noter que nous n'avons pu essayer la version 3DS, visiblement bourrée de bugs dans sa version US. Gare à la version PAL donc.

Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Zero Escape : Virtue s Last Reward
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.1
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Une expérience unique 45 heures, c'est le temps qu'il vous faudra pour finir ce jeu et pas à 100%! Le scénario est tout simplement un des meilleurs que j'ai jamais vu, bourré de rebondissements et de révélations inattendues. Et croyez-moi, la fin tient vraiment toutes ses promesses! Un vrai coup de c?ur, ce jeu est passionnant du début à la fin et propose aussi de très bonnes énigmes. Ni trop simples, ni trop difficil suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : sCk
Bon
Une perle Le scénario est très bon et vous gardera scotché à l'écran de la vita pendant une trentaine d'heure. Un plus pour les voix qui sont en japonais. Les textes, par contre, sont intégralement en anglais. Mais le niveau de vocabulaire utilisé est très accessible.
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

NEWSLETTER

Reçois gratuitement les news par mail !

LES OFFRES

Playlist Zero Escape : Virtue's Last Reward

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Super Smash Bros.

Super Smash Bros.

Pour tous joueurs | Wii U
flechePublicité
flechePublicité