flechePublicité

Test The Legend of Zelda : Majora's Mask 3D (Nintendo 3DS) : 9/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 13 Février 2015 , Nintendo 3DS

Les +

  • Un lifting réussi
  • Des remaniements pertinents
  • Un jeu à part
  • Ambiance envoûtante
  • Game design remarquable
  • Liberté et variété
  • L'écran tactile, un vrai plus !

Les -

  • Un concept qui peut rebuter
  • Quelques imprécisions avec le lock et le gyroscope
  • Quelques ralentissements
La note de jeuxvideo.fr
9.0
tres bon
La note des internautes
8.5

(91 votes)
Publiée le 12/02/2015 à 17:02, par Damien

Test de The Legend Of Zelda - Majora's Mask 3D : un plaisir majoré sur 3DS

Avec ce remake, Nintendo et Grezzo nous proposent tout simplement la meilleure version du génial petit frère maudit de Ocarina Of Time.

« Bon, ensuite, on va avoir Majora's Mask » prophétisait votre humble serviteur après l'annonce de The Legend Of Zelda : Ocarina Of Time (OoT) sur 3DS. « Hum, je ne pense pas. Trop sombre, trop atypique... Pas sûr qu'il soit assez porteur pour Nintendo. » lui rétorquaient certains de ses collègues. Il faut dire que malgré ses grandes qualités, le bébé d'Eiji Aonuma et Yoshiaki Koizumi n'a pas eu le même succès que son légendaire prédécesseur sur N64 (OoT, donc, suivez un peu !), et a eu le malheur de sortir en même temps que la PS2. Pourtant, pas loin de 14 ans plus tard, c'est bien ce titre que Big N nous propose sur ses dernières portables. Et bien lui en a pris.

Termina[tor] : I'll be back !Retour au sommaire
The Legend of Zelda : Majora s Mask 3D
Assez peu connu, voire mésestimé, cet opus a “effrayé” un bon lot de joueurs de par sa direction artistique particulièrement sombre, sa gestion du temps quelque peu oppressante, et son histoire passablement déprimante. Jugez plutôt ! L’aventure, qui suit directement celle d’Ocarina, nous met face à un ultimatum inéluctable : dans 72 heures, une vilaine Lune s’abattra sur Termina et provoquera… la fin du monde. Comme si cela ne suffisait pas, une malédiction change notre Hylien bien aimé en peste Mojo. Pire, Skull Kid, le méchant de cet opus (portant le puissant masque de Majora) parvient même à séparer Link d'Epona, son fidèle destrier. Avouez que tout ça n’est vraiment pas réjouissant !

Pourtant, en se plongeant dans le jeu, on s'aperçoit rapidement que le temps, s'il demeure une petite contrainte nous obligeant à planifier nos tâches, n'est pas tellement oppressant dans Majora. Quelques moyens permettent aisément de limiter sa vitesse et de recommencer cette démoniaque boucle de trois jours, qui donne tout son cachet au jeu.

The Legend of Zelda : Majora
En revanche, un élément pourrait freiner certains, plus que le concept de contre-la-montre permanent, c’est le côté redondant de la progression. En effet, si l’on n’a pas réussi à boucler toutes les quêtes d’une zone avant de revenir dans le passé, un bon nombre d’éléments seront perdus. Par exemple, des "consommables" que l’on a sur soi - argent, bombes, flèches, lait, fées... -, ou encore certains acquis immatériels : la plupart des PNJ ne se souviennent plus de nous, une zone redevient gelée jusqu'à ce que l'on affronte à nouveau le boss (accessible très facilement dès l'entrée du donjon précédemment terminé), etc.

Il en découle nécessairement de répéter certaines actions ou phases de dialogue. Il faut parfois revenir, notamment dans les quatre donjons - c'est peu pour un Zelda - pour récupérer toutes les fées et boucler les quêtes annexes d'une zone, car il s’avère impossible de tout faire en moins de trois jours quand on ne connaît pas le jeu.

Cela dit, cette contrainte renforce grandement notre implication, car quelques actes ne peuvent être annulés ou renouvelés (du moins, pas dans la ligne temporelle en cours), en ayant des conséquences sur les événements à venir. On apprivoise donc petit à petit le temps, ainsi que l’espace proposé par le développeur. On planifie et on rentabilise au mieux ses déplacements, en essayant de coller avec les disponibilités des nombreux PNJ qui peuplent Termina. En outre, les boutiques sont ouvertes à certains horaires, les ennemis rencontrés de jour ou de nuit sont différents, et chaque protagoniste vaque à ses occupations, quitte à changer de lieu durant les trois jours. Cela donne de la cohérence, de la crédibilité et de la vie à l'ensemble ; des éléments toujours très appréciables aujourd’hui.

Un peu de gameplay


Course contre-la-montre pour le Maillot VertRetour au sommaire
A vrai dire, le jeu est tellement bourré de qualités et prenant, que même un gros réfractaire du compte à rebours, comme votre humble serviteur, peut réussir à s'éclater en faisant fi de cette contrainte induite par le scénario. Il faut dire que Majora’s Mask jouit d’un game design éblouissant, prônant une large liberté de mouvement, une bonne variété des situations, notamment grâce à un très grand nombre de quêtes annexes. Ces dernières allongent considérablement la durée de vie du titre (environ 30 à 40h pour le 100%) et font le sel de l'épopée - plus courte que la moyenne si on trace jusqu'à la fin -, au même titre que les fameux masques.

The Legend of Zelda : Majora
Au nombre de 24, et en bonne partie optionnels, les masques sont évidemment LA clé de cette aventure. Une fois acquis, ils nous transforment et nous confèrent des aptitudes distinctes, souvent complémentaires. En Mojo, par exemple, on peut rebondir plusieurs fois sur l’eau (en plus de lancer des bulles et de jouer les hommes-canons), alors que l’on marche au fond des mers en Zora… Ainsi, on a presque l’impression de contrôler à chaque fois un nouveau personnage ! De plus, la progressive montée en puissance et l’aspect “héros métamorphe”, induits par l’agrandissement de notre collection, procurent des sensations vraiment grisantes, apportant encore davantage de cachet au titre. Un tour de force quand on sait que le jeu partage beaucoup de contenus avec Ocarina Of Time. Preuve qu’il est tout à fait possible de faire des oeuvres bien différentes, en partant de matières premières relativement proches.

Au global, on recense des passages assez stressants et corsés, un bon lot de combats, des courses en tous genres, quelques énigmes malignes, et des moments poignants qui poussent à la réflexion (comment réagirions-nous à la veille de l'Apocalypse ?). Mais il y a aussi d'autres phases beaucoup plus légères, parfois complètement « what the fuck ! », comme avec l’homme à la coupe punk qui gère un poulailler, ou encore les clins d’oeil aux séries Star Fox et Mario Bros. Là réside l'une des autres forces de Majora’s Mask : récompenser constamment nos agissements, notre curiosité et notre instinct, avec des éléments qui donnent irrémédiablement envie d’exploiter tout l’espace à disposition. Et quand la narration, les mécanismes de gameplay et la réalisation sont autant en symbiose, cela donne tout simplement un grand jeu, et un des meilleurs Zelda.

Remake vertueux d'un grand jeuRetour au sommaire
The Legend of Zelda : Majora
Venons-en maintenant aux spécificités de cette mouture 3DS - désolé pour ceux qui connaissent déjà l’oeuvre, mais ces rappels étaient nécessaires pour les nouveaux venus. Environ 14 ans après le jeu sur N64, on s’attendait légitimement à une mise à jour technique. Et même si le remake 3D d’Ocarina Of Time (2011) réduit l’effet de surprise, reconnaissons que le lifting opéré par le studio Grezzo s’avère globalement très réussi.

C’est simple : Majora’s Mask 3D est très beau, et parvient directement au rang des plus jolis titres 3DS. Textures, modélisation, effets lumineux… les différences sautent aux yeux, tant l’ensemble a gagné en détail et en finesse. Et si l’on déplore parfois, comme sur OoT 3D, quelques petits ralentissements (heureusement mineurs et rares, quel que soit le modèle de consoles), le bilan demeure clairement positif côté graphismes. Le rendu sonore, lui, paraît moins retravaillé, mais reste satisfaisant. On ne peut que vous recommander d’utiliser la prise casque pour apprécier au mieux les thèmes musicaux remarquables, qui s’ajustent parfaitement en fonction de l’action (morceau plus intense et stressant pour un combat, plus léger et enjoué lors d’une exploration en plein jour, etc.).

Parlons également de l’effet 3D relief, bien perceptible et nettement plus confortable sur New 3DS. L’option de face-tracking (étayée dans notre dossier dédié aux nouveaux consoles de Nintendo) rend l’effet moins fatigant et permet surtout d’utiliser l’autostéréoscopie en combinaison avec le gyroscope, chose impossible sur les anciens portables.

The Legend of Zelda : Majora s Mask 3D
Pour le reste, le second stick des "New" constitue un petit plus, dispensable, au même titre que l’accessoire Circle Pad Pro (activable à tout moment et vendu séparément). Le jeu a été pensé pour un seul stick à la base, le bouton L permettant de repositionner une caméra globalement bien gérée, malgré quelques petites errances dans les endroits restreints. Les deux boutons de tranche supplémentaires (ZL et ZR) n’ont, eux, aucune fonction propre ; vous pouvez donc vous amuser décemment avec une 3DS ou une 2DS.

Des remaniements légers, mais assez profondsRetour au sommaire
Côté contenu, Majora’s Mask 3D n’offre malheureusement pas de gros modes de jeu bonus, comme les modes Challenge ou Master Quest d’OoT 3D, ni même de donjon supplémentaire, ou d’éléments “anniversaires” (galerie d’illustrations, anecdotes de développement…). Il faudra se contenter de l'arrivée de stands de pêches, permettant de récolter un bon lot d'espèces de poissons, en fonction de différents prérequis tels que le type d'hameçon ou le masque utilisés.

The Legend of Zelda : Majora s Mask 3D
Par contre, ce remake offre une somme de petits ajustements qui rendent l’avancée plus fluide et plaisante, un peu plus aisée pour ceux qui souhaitent bénéficier des nouvelles aides, sans pour autant trahir l’œuvre originale. Citons l’ajout de vrais points de sauvegarde (qui colle bien avec l'idée d'un usage nomade), disséminés partout dans le monde et accessibles dans n’importe quelle forme.

Ensuite, l’indispensable journal des Bombers - donné autrement - se montre nettement plus lisible et complet au niveau des éléments recensés ; il permet désormais d’avoir un rappel temporel, hautement pratique. Très utile également, l’écran tactile donne constamment accès à une carte (zoomable), à l’inventaire et autre divers objets de quête de manière intuitive.

The Legend of Zelda : Majora s Mask 3D
Autres améliorations notables, l’affichage de l’heure est plus clair et en numérique, l’accélération du temps permet un choix assez précis du moment voulu, et on peut maintenant passer la cinématique du chant d’envol (un petit détail, bien appréciable sur la durée).

Malgré son âge et un peu de chirurgie, Link garde son MojoRetour au sommaire
On note également que certaines choses ont été déplacées, à l’image de la banque (mieux positionnée), ou d’un précieux masque accessible à un autre endroit. Grezzo a aussi remodelé légèrement certains lieux, pour éviter quelques allers-retours, et a apporté de petites variations aux combats de boss - pas forcément les meilleurs de la série. Des ajustements qui, telle la bulle du masque Mojo qui n’éclate plus et se gonfle plus rapidement, témoignent d’une réflexion assez profonde sur le gameplay.

The Legend of Zelda : Majora s Mask 3D
Enfin, on trouve les rochers Sheikah implémentés dans OoT 3D, qui donnent des indices sur des énigmes ou batailles de boss, via de courtes visions. Complètement optionnelles, ces dernières ont pour vocation d’éviter que les moins téméraires bloquent, mais libre à nous de ne jamais les utiliser. Même verdict pour la visée possible au gyroscope (on aime ou pas), bien présente de ce second Zelda remasterisé sur 3DS.

Que les puristes se rassurent : le jeu n’est pas trop facile pour autant ; les développeurs ont simplement œuvré pour que l’on se sente plus à l’aise dans ses déplacements, plus en sécurité par rapport à la sauvegarde et mieux informés. Le tout, afin que l’on retrouve mieux ses marques en cas de sessions de jeu un brin éparpillées, en limitant fortement les risques de "décrochage" dans la progression. Des ajustements vertueux, donc, et nécessaires pour que Majora’s Mask soit un maximum dans l’ère du temps, 14 ans après sa sortie sur N64.

Au final, ce The Legend Of Zelda : Majora’s Mask 3D est une vraie réussite, à la fois fidèle à l'œuvre initiale, et suffisamment riche en remaniements pour faire du sens en 2015 sur portable de Nintendo. Avec une progression nettement plus fluide qu'auparavant et une réalisation au top, voilà une excellente occasion de (re)découvrir cette épopée mémorable, envoûtante et particulièrement riche en activités annexes. Un petit bijou de game design et une œuvre atypique, restée injustement dans l'ombre de l'étincelant Ocarina Of Time, que nous vous conseillons quel que soit le modèle (les spécificités des New 3DS n'étant que des petits bonus).

Tous les commentaires

  • Kazuka
    26/02/2015 18:22:03

    Je l'ai refait à 100% !! Certaines parties difficiles sont restés... difficiles... On a beau l'avoir terminé une fois sur la version N64, la fluidité du jeu ne facilite pas forcément les choses ! Même les mini-jeux sont un peu plus costauds ! Les boss ne sont plus aussi faciles à battre, ils ont tous un point faible bien précis ! Skorn, le quatrième boss m'a bien fait ch""" ! Je termine le temple aussi vite que je peux ! Mais au final, le combat s'est tellement éternisé que j'ai dû jouer le chant du temps et recommencer...

  • Shepard
    24/02/2015 12:25:20

    9... c'est abuser quand même. et la première phrase de la conclusion "Au final, ce The Legend Of Zelda : Majora?s Mask 3D est une vraie réussite" oui merci c'est pas comme si ça fessait 14 ans qu'on le savais.  Je trouve ça pas normal qu'on puisse mettre une note aussi bonne a ça, c'est favorisé ce genre de pratique.  A ce conte la, on arrête de crée des nouvelles licences et on nous ressort tout les excellents jeux de l?époque puisque ça semble satisfaire tout le monde. et si nintendo crée un nouveau zelda aussi bon que majora's mask ? haha je plaisante il y a encore beaucoup de bon vieux zelda a ressortir avant. (ironie) j'enfonce des portes ouverte, mais qu'on sois aussi permissif avec ce genre de pratique me dérange un peu. On aurais pu rajouter dans les mauvais point "excellent mais déjà sortie" ou "aucune prise de risque".  bref j'enfonce des portes ouverte, c'est une débat qui aura des arguments dans le pour et le contre

  • Red Arremer
    24/02/2015 11:10:49

    Merci beaucoup Damien pour ce test assez détaillé! :)  Ça donne envie - ça tombe bien, on me l'a offert :)  J'ai toujours voulu essayer ce Zelda, mais je crains un peu que l'univers sombre me rebute. On verra, de toute façon je me dois de le faire. PS: "faire du sens", à mon avis pas super joli en français - ça n'enlève rien au test, hein ;) Pour ceux qui râlent sur le prix et le remake: ah bon, 50 boules vraiment?? Le jeu était en pré-commande à moins de 40 euros sur Amazon. Moi je trouve ça pas cher du tout pour un hit de cet acabit!! Et même plus: je suis très content que Nintendo nous ait gratifiés des remakes de ces 2 Zelda mythiques sur 3DS (en plus de l'excellent Link between Worlds) car comme beaucoup de joueurs, je n'avais pas de N64 et avais juste pu m'essayer à OoT chez des petits veinards à l'époque. Comme le dit Damien, rien ne forçait Nintendo à les ressortir, en particulier Majora's Mask qui n'est pas aussi populaire. Ma petite console est une vraie machine à hits, une pure perle cette 3DS (tout comme la Vita d'ailleurs, toujours sur Dragon's Crown :D ).

  • Dog.D
    20/02/2015 20:22:38

    unity-G Soit t es un pigeon, soit tu es un collectionneur... ou les deux.

  • Dog.D
    20/02/2015 20:23:51

    ip3kill C'est clair le fout age de gu eu le ultime a ce niveaux la c'est plus des pigeons mais des pu tai ns de sa do ma so qui adore se faire fi st fu cké. Pourtant ce zelda m as toujours tenté mais je n'ai jamais pu y jouer. Une version wiiu avec les graphismes de hyrule warrior, je dirais même un remake de majora a la place de hyrule warrior  aurais été le bienvenu. Non, parce que les consoles portable je déteste ça. Mais chez nintendo c'est moins on n'en fou plus ça nous rapporte. Et avec ce prix, j'ai halluciné.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.5
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Extraordinaire Un Zelda sur 64 de qualité, qui a subit sur 3DS un lifting d'excellente qualité. Tout y est : ambiance graphique saisissante, un gameplay et une ergonomie parfaite (sur la new 3ds). Un must have.
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : M.Jack
Bof
has been Un jeu has-been en 2015. Il a très mal vieilli. A éviter.
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist The Legend of Zelda : Majora's Mask 3D

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité