flechePublicité

Test Yakuza : Black Panther (PSP) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Les +

  • L'évolution des styles de combat, génial !
  • Le pari de personnages entièrement nouveaux
  • La direction artistique, top
  • Durée de vie honorable
  • Un mode multi
  • Les (pas très nombreuses) filles !

Les -

  • Une larme pour Kiryû et ses potes absents
  • On ne peut pas zapper le blabla
  • Moins de profondeur qu'un Yakuza normal
  • La caméra, souvent odieuse
  • On regrette la 3D réaliste
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
Niveau d'attente
des lecteurs de Jeuxvideo.fr
Moyen
(Attendu par 58% des lecteurs)
(205 votes)
Publiée le 10/03/2010 à 08:03, par Nathan

Yakuza PSP : notre test import signé Nathan

La série des Yakuza tente le tout pour le tout en offrant à ses fans l'occasion de jouer, casquette à l'envers, à la racaille japonaise jusque dans le métro. Fini le gentleman yakuza, le petit frère sur PSP a décidé de faire dans les coups bas. Y'a plus de jeunesse.

« La série est tellement à son firmament de popularité sur PlayStation 3 qu'on se demande pourquoi Sega prendrait le risque de tout faire capoter »


Yakuza PSP
Dans la liste des idées qui font généralement un flop, "adapter un hit console de salon sur portable" se situe juste au dessous de "mettre du Nutella sur une pizza aux anchois". Soyons réalistes, la plupart de ces adaptations sont des versions light qui reprennent les grandes lignes de l'original mais comme une soupe passée au mixeur, on finit par ne plus sentir le croquant des légumes. Pas de quoi remplir le bide. Mais Sega n'en est pas à une idée folle près, eux qui ont déjà métamorphosé leur Valkyria Chronicles tout en jolie aquarelle en mini-hit calibré pour les trajets dans les transports en commun. On remet ça : Kurohyô Ryû ga Gotoku Shinshô, c'est l'adaptation de tous les risques. Car les aventures de Kazuma Kiryû le noble yak' avaient tout à perdre dans un Yakuza PSP. Le quartier de Kamurochô survivrait encore plus difficilement à une adaptation " menthe-à-l'eau" sur console portable qu'à une attaque de zombies. La série est tellement à son firmament de popularité sur PlayStation 3 qu'on se demande pourquoi Sega prendrait le risque de tout faire capoter et de lasser son public. Mais comme Koh Lanta, si la recette est bonne, deux rendez-vous par an, ce ne sera jamais assez.

Antisocial, tu perds ton sang-froid


L'autre gros pari de Sega est de proposer un épisode entier sans recourir à son charismatique Kiryû ni à son univers. Nouvelles têtes mais mêmes histoires de gangs. Tatsuya Ukyô est un jeune sauvageon violent et apolitisé qui, à force de trop croire en la loi du bitume, s'est fait un look de Joey Starr du rap japonais. Son uniforme : un jogging. Sur la tête : des tresses de nigga. Et l'air méchant des mauvais matins. Kurohyô est au léopard ce que Kiryû était au dragon. Mais notre jeune rebelle sans cause a sans doute trop regardé la télévision et joué aux jeux vidéo car il a fini par mal tourner. Et c'est pas joli à voir. Dédiant sa vie à la baston de rue, il va devenir un fugitif pour un coup de trop à un mafieux. Un poing dans la gueule et c'est réglé. Sa tête mise à prix, il vit planqué dans les bas-fonds de Kamurochô, évitant les poukaves, les pointeurs et les balances. Mais un jour, le clan du yakuza qu'il a fumé le retrouve et l'oblige à participer au "Dragon Heat", l'inévitable tournoi clandestin qui anime les soirées enfumées de Kamurochô. Comme on dit à Shinjuku, Tatsuya s'est fait bouillave.

Yakuza PSP
Yakuza PSP
Yakuza PSP

Les séquences bd, l'unique moyen narratif, sont réussies.


Pour éviter d'avoir à rougir devant son grand frère, Kurohyô opte pour une ambiance radicalement différente des précédents opus. Fini la 3D hyper réaliste et ses acteurs motion-capturés avec plein d'électrodes bizarres qu'on voit dans les making of. Tout est fait à la main, à l'ancienne. C'est Spooky Graphic et son univers de bande-dessinée qui se charge de toutes les séquences narratives. Le studio a de l'expérience en la matière : il a déjà officié sur Metal Gear Solid Peace Walker, avec ce style rugueux qui lorgnait vers celui d'Ashley Wood : des teintes en gris et noir, des formes ultra-stylisées, les mouvements très expressifs. Mais soyons franc: c'est très joli mais l'identité originale de Ryû ga Gotoku y perd un peu. Ce sera rédhibitoire pour certains, avec une pensée à toutes les filles qui jouent à Yakuza en attendant que Kiryû retire sa veste pour montrer son tatouage et ses pecs de Super Guerrier. On ne pourra même pas les zapper, ces scènes bédés, ce qui est un peu rageant. Mais on a quand même des comédiens de doublage, jouant toujours les yakuzas ou les filles de caractère à fond les ballons. Ouf. Les décors aussi en prennent un petit coup. Moins présents, moins massifs, ils donnent moins l'impression d'être en train de visiter le petit monde multi-sponsorisé des précédents épisodes, surtout quand on essaye de bousculer des passants qui disparaissent comme des fantômes. Heureusement, c'est toujours le même quartier qu'on connait forcément par cœur. 5 épisodes dans le même tier-quar, vous verrez que Sega trouvera le moyen de nous faire payer des impôts locaux.

« Ces corps mastocs et ce rendu granuleux, tout rappelle un peu l'apprêté et la violence des combats à l'ancienne »


Les combats aussi ont été revus à la baisse. Encore une fois, la caméra n'est pas très réussie et on n'a aucune vision d'ensemble, surtout quand débarquent magiquement des renforts. Ca aurait pu très mal se passer et pourtant il y a quelque chose qui se passe, de l'ordre du sensuel. Ces corps mastocs et ce rendu granuleux, tout rappelle un peu l'apprêté et la violence des combats à l'ancienne, façon Art of Fighting premier du nom. 90's dans la place. Les torgnoles s'enchainent, le sang coule, les personnages titubent mais aucune barre d'énergie ne vient gâcher ces duels parfois extrêmes. Le perdant, c'est celui qui, ensanglanté de partout, ne pourra plus se relever. Une bien belle métaphore de la vie mais cette version PSP est vraiment celle qui apporte le plus à une recette qui a vécu. Le plus génial, ce sont les différents styles de combat. Alors que Kiryû s'était encrouté dans son style hybride « Shenmue-Virtua Fighteresque » vu des dizaines de fois dans les jeux Sega, Tatsuya va pouvoir changer radicalement sa méthode de combat. Avec un peu de maîtrise, il va s'ouvrir aux charmes de la boxe. Et puis, arrivé en boxe niveau 3, il pourra basculer sur un Muay Thaï plus violent. Et ainsi de suite. Il y a plein de styles cools qui changent réellement les postures mais aussi la manière de manier le personnage. Ça va du Karaté au Kung Fu, en passant par le catch, le Hakkyokuken du mythique Ryô-san et l'inévitable Lucha. Évidemment, chacune ajoute son lot de bonus, du genre +20% au kick, projections boostées, meilleure maitrise des armes etc. C'est rare de dire cela, mais c'est tellement cool qu'on espère vraiment que cette idée qui donne envie de se bastonner encore plus sera adaptée à son tour dans une aventure canonique pour console de salon.

Tout bon jeu PSP se doit d'avoir des options « multi », c'est la norme imposée par Monster Hunter. Certes il y a une espèce d'analogie au hit de Capcom quand notre antihéros « farme » littéralement les filles dans les rues de Kamurochô pour les faire bosser dans les bars en tabassant leurs mecs. Normal, quoi, tout le monde l'a fait à Châtelet-les-halles. Mais le vrai mode versus propose de customiser entièrement un personnage, à la manière de Kenka Banchô (littéralement "le chef de la baston", un simulateur de voyous japonais, mais à l'ancienne, avec une bonne dose d'auto dérision). Débardeur ou costard ou tatouage, paré pour un Tag Battle classique à 4 participants. Et puis si on a besoin de renfort, on demandera à un des petits du quartier qu'on aura engrené au cours du jeu. On commence par leur casser la gueule une fois puis au lieu d'exiger de la thune ou de l'Xp, il suffira de leur demander gentiment de vous rejoindre. Tu peux pas test la politesse.

Yakuza PSP
Yakuza PSP
Yakuza PSP

A Kamurochô, on sait toujours comment s'amuser et gagner des sous !


Mais ce ne serait pas Yakuza sans ces à-côtés hypnotiques et fascinants. Car on a beau être une racaille, on a tout autant le droit d'aller boire des coups avec des hôtesses. Et on a beau être sur portable, le fan sera bien traité niveau belles masseuses ou gogo-danseuses. Loin d'être un casting de seconde zone comme dans une Real TV de la TNT, les nouvelles « Yakuza-girls » ont de sérieux arguments. Mention spéciale à la très exotique danseuse An Nakamura aux cuissardes et au mini-mini-short cuir qu'on dévore des yeux quand on ne travaille pas soi-même au club. Il faudra alors cogner les mecs qui oseraient crier trop fort ou réclamer le « 06 » de nos protégées. C'est la principale nouveauté des bonus de Yakuza PSP, toute une flopée de mini-jeux ultra simples pour gagner un peu d'argent sans se battre. S'improviser videur ou faire la plonge dans un bouiboui du quartier, tous les moyens sont bons. Et puis il y a toujours les inusables karaokés, bowling, batting center, bref le package loisir de la sortie Est de la gare de Shinjuku.

Conclusion


Inévitablement, Yakuza PSP est une version plus light, où les clefs des casiers de la gare sont remplacées par des chatons à recueillir. Simplifié, le quartier de Kamurochô donne moins envie de s'y balader que sur PlayStation 3 mais l'histoire est suffisamment solide et violente pour supporter une aventure entière de dix chapitres qui ont l'avantage de filer vite et droit. Ca donne même envie de voir la série TV basée sur Tatsuya qui commence en ce moment même au Japon. Et puis difficile de ne pas tomber sous le charme de cet ingénieux système de combat qui transformera notre vaurien en talentueux martialiste. Mais au final, malgré la réinsertion par le sport, Tatsuya et son Kurohyô sont au bad-boy ce que Kiryû était au gentleman. Un bon jeu, mais un jeu de petite frappe quand même.

Yakuza PSP
Yakuza PSP
Yakuza PSP
Yakuza PSP
Yakuza PSP
Yakuza PSP
Yakuza PSP
Yakuza PSP
Yakuza PSP
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 6.2
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : rokmaster
Très bon
^^ les titre de se genre devrais voir le jours plus souvent c'est un jeux fun et agréable a jouer.
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Yakuza : Black Panther

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité