flechePublicité

Test Yesterday (PC, Mac) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 22 Mars 2012 , PC

Les +

  • Réalisation de haute volée
  • Finesse des animations
  • Scénario solide et captivant
  • Mise en scène travaillée
  • Les innovations de gameplay
  • Qualité et éclectisme sonore
  • Quatre fins différentes

Les -

  • Faible durée de vie
  • Pas de voix françaises
  • Énigmes peu inspirées
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
6.4

(89 votes)
Publiée le 22/03/2012 à 09:03, par Jean-Marc

Yesterday, le test satanique du premier thriller de Pendulo Studios

Avec Yesterday, Pendulo Studios nous propose une aventure sombre et dérangeante d'une remarquable qualité mais malheureusement un brin courte.

Après une trilogie Runaway réussie et un timide The Next Big Thing, les talentueux espagnols de Pendulo Studios reviennent avec une nouvelle aventure intitulée Yesterday. Avec ce titre, ils abandonnent le côté décalé et humoristique de leurs précédentes productions pour nous proposer une histoire bien plus sombre et dérangeante qui ne laisse pas indifférente.

Satan bouche un coinRetour au sommaire
Yesterday
À New York, de mystérieux meurtres sont commis à l’encontre de clochards par un insaisissable tueur en série. Les cadavres sont retrouvés brûlés. La police n’y accorde que très peu d’importance, mais ce n’est pas le cas de l’association des Enfants de Don Quichotte. Deux de leurs membres, Henry White et Samuel Cooper, partent justement explorer un souterrain abandonné dans lequel pourraient se trouver des sans-abris. Henry White, filiforme et intelligent fils de milliardaire ainsi que le costaud, mais bien moins futé, Samuel Cooper sont deux des personnages jouables de cette aventure. Le troisième est un certain John Yesterday, homme amnésique à la recherche de son passé qui possède une étrange cicatrice en forme d’Y sur la paume de sa main. C’est ce dernier que nous incarnerons une fois passés les deux premiers chapitres sur la dizaine que comporte le jeu.

Gameplay #1 - Morceaux choisis



Yesterday
Jeu d’aventure point & click classique dans son approche, Yesterday apporte tout de même son petit lot de nouveautés. Ainsi, la gestion des déplacements a été revue. S’il est toujours possible de cliquer n’importe où dans le décor pour faire bouger notre personnage, désormais, en cliquant sur un élément interactif, il se téléporte instantanément et accomplit l’action demandée. Une fois que l’on y a goûté, on ne peut plus s’en passer. Intelligent et astucieux, le système d’indices innove lui aussi. Une fois utilisée, l'icône de lampe se vide et il n'est plus possible d'y recourir tant qu'il ne s'est pas entièrement rempli à nouveau. Pour ce faire, il faut réaliser un certain nombre d'actions. Une bonne idée qui incite le joueur à se creuser un peu la tête plutôt que de solliciter l'aide en permanence. Terminons avec le système de sauvegarde très bien pensé. Enfin un jeu d’aventure dans lequel nous n’avons pas besoin de penser à faire une sauvegarde. Le système mis en place multiplie les points clés de l’aventure en créant automatiquement une entrée et en propose une spécifique correspondant exactement au moment où nous quittons la partie. Très utile, ce système permet notamment de bien profiter des quatre épilogues alternatifs qui nous sont proposés.

Yesterday
Autre changement opéré, une barre d’inventaire très sobre est désormais située en bas de l’écran. Les précédentes productions du studio ont jusqu’à présent toujours offert un écran d’inventaire à part. Un clic gauche permet d’examiner l’objet et il faut passer par un glisser/déposer pour l’utiliser sur un autre élément de l’inventaire ou sur une des zones interactives. En maintenant le pointeur cliqué sur la barre, il est possible de la déplacer horizontalement. Une option permet de la maintenir en permanence affichée ou non. Une interface parfaitement pensée pour une utilisation tactile. De là à voir arriver prochainement le jeu sur tablettes et smartphones, il n’y a qu’un pas. Nous retrouvons également l'option permettant d'afficher les zones interactives des lieux.

Yesterday
Pendulo Studios a appris de ses erreurs notamment sur l’un des reproches formulés à l’encontre de The Next Big Thing à savoir le rythme de l’histoire. Un bon point donc pour Yesterday avec un démarrage de l’histoire et les premières surprises scénaristiques qui arrivent très rapidement, donnant ainsi un rythme qui nous entraîne immédiatement. Nous sommes tenus en haleine en permanence et voulons savoir ce qu’il va bien pouvoir se passer. Les scénaristes espagnols savent raconter des histoires et celle-ci est particulièrement bien ficelée, cohérente de bout en bout dans ses moindres détails, menée tambour battant où même les passages un peu plus lents ne nuisent en rien au rythme et à l’intensité dramatique. Le tout est épaulé par une excellente narration et une mise en scène percutante. Cette dernière s’appuie sur de nombreuses saynètes narratives ainsi que sur certains plans fixes ou animés très cinématographiques. Aspirés complètement dans cette histoire dérangeante, sombre et morbide où se mêlent folie, satanisme et tortures, nous regrettons seulement que la fin arrive si rapidement après seulement six ou sept heures de jeu.

Yesterday
Yesterday
Yesterday

Un jeu excitant, Satan l'habite !Retour au sommaire
Yesterday
Visuellement, nous retrouvons le style cartoon toujours aussi coloré et détaillé qui fait la patte artistique du studio espagnol. Encore plus fin et précis, leur moteur graphique bénéficie de nombreuses améliorations notamment dans les effets de réflexion et d’éclairages ou dans la qualité des textures qui s’affinent un peu plus. Un gros travail a été réalisé sur les animations des personnages qui perdent enfin cette rigidité propre aux jeux d’aventure. Le plus impressionnant demeure toutefois la qualité des expressions faciales vraiment remarquables. Les gros plans et les fréquentes vignettes de dialogues permettent de véritablement voir passer les sentiments qui habitent les personnages. Colère, tristesse, peur, déception, surprise, fatalisme, douleur, plaisir, l’éventail des expressions est impressionnant et participe à la qualité de la mise en scène.

Yesterday
Certains décors sont particulièrement travaillés et le souci du détail de Pendulo est bien présent notamment dans les diverses petites animations contextuelles ou d’ambiance. Les événements particuliers et les zones interactives se voient désormais affichés dans des cases de style bande dessinée où deux options nous sont proposées. La première est l’examen de la zone en question, la seconde est une action contextuelle qui change selon les circonstances. Le mot d’ordre semble avoir été la simplicité des commandes. Le joueur fait tout avec un seul clic gauche. Et encore une fois, on ne peut s’empêcher de penser à une interface étudiée pour le tactile. Le bon usage de ces vignettes donne du dynamisme aux séquences narratives via des animations ou des séquences flashback qui se superposent à l’action du moment. Pour ne rien gâcher, les séquences cinématiques, parfois longues, sont parfaitement intégrées.

Yesterday
Cette aventure s’axe essentiellement sur les combinaisons d’objets et leur bon usage au détriment des énigmes et autres puzzles. Il est juste regrettable que l'une des énigmes du jeu soit réutilisée deux fois sans grandes variations dans son approche. Nous sommes assez bien guidés sur ce qu’il convient de faire et globalement, le tout est logique. Tomber dans des combinaisons farfelues aurait certainement nui à l’homogénéité de l’aventure. Tout est bien cohérent et Pendulo nous gratifie même de quelques pointes d’humour assez fines dans les dialogues pour détendre l’atmosphère ainsi que d’un peu d’autodérision discrète et de quelques références en clin d’œil à Runaway 3 et à The Next Big Thing (dont une particulièrement bien cachée) que les connaisseurs apprécieront à leur juste valeur. Après nous avoir habitués aux personnages déjantés et amusants, la galerie proposée ici est éclectique avec des personnalités dérangées, sombres et perturbées. La vingtaine de protagonistes croisés sont tous travaillés dans leur psychologie et nous croisons aussi bien un psychopathe, qu’un pervers en passant par l’ex-petite amie bafouée, des sectateurs satanistes ou un ermite mystique.

Yesterday
Yesterday n’est pas bien loin du sans-faute pour Pendulo, mais un dernier regret est à formuler. Si la traduction française toujours réalisée par Words Of Magic est d’une excellente qualité (avec pour une fois, des sous-titres qui n'adoucissent pas la violence verbale anglo-saxonne), le titre est uniquement sous-titré dans la langue de Molière, les voix restant en anglais. Si nous aurions bien sûr préféré l’intégralité dans notre langue, il faut reconnaitre que le doublage anglais est de très bonne facture avec une synchronisation labiale très honorable. Autre point surprenant, seuls les dialogues sont doublés. Tout ce qui concerne les descriptions d'objets, ou l'utilisation de ces derniers reste purement textuel. Notons enfin que sur la fin de l'aventure, certaines phrases ne sont même plus prononcées, voire même pas écrites,seul un curseur est affiché à l'écran. Les thèmes musicaux d’ambiance sont parfaitement étudiés sachant se faire discrets et suffisants, arrivant à point nommé et s’accentuant avec la tension du moment. Toujours en accord avec l’action ou les lieux, ils mêlent les rythmes lents aux sonorités asiatiques en passant par quelques passages plus « metal ». Malgré cet éclectisme, le tout se révèle parfaitement cohérent. Enfin, la qualité et la variété des bruitages ont bénéficié d’un soin tout particulier si bien qu’ils passeraient presque inaperçus tant il semble logique de les entendre.

Yesterday
Yesterday
Yesterday

Yesterday tient aisément le haut du pavé dans les productions Pendulo même si le studio espagnol ne retrouve pas encore l’excellence de sa série Runaway. Le titre nous propose une histoire très bien écrite et brillamment mise en scène avec son lot de rebondissements et de surprises. La galerie de personnages est étoffée, l’ambiance est admirablement posée, et le tout bénéficie d’une cohérence à toute épreuve. Tant et si bien qu’en le recommençant nous apprécions d’autant plus certains détails qui sur le moment nous avaient échappé. Mais d’un autre côté, l’aventure reste assez courte, n’est pas intégralement en français, le doublage disparaît sur la fin de l'aventure, et la seule véritable énigme est réutilisée quasiment à l’identique. Heureusement, Pendulo Studios nous offre une réalisation de premier ordre avec un souci du détail remarquable tant du point de vu graphique que sonore. Vendu à petit prix (une trentaine d'euros), Yesterday est indéniablement un des titres forts du studio espagnol et tout amateur de point & click ne doit pas passer à côté. Toutefois, peut-être serait-il bon que Pendulo ne nous ponde plus une aventure par an, mais prenne plus de temps pour nous peaufiner une belle, bonne et surtout longue aventure de cette trempe.

gif : petite Flèche orange
Yesterday, solution complète en vidéos (Chapitres 1 à 7)
gif : petite Flèche orange
Yesterday, solution complète en vidéos (Chapitres 8 à 10 + les 4 épilogues)

Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 6.4
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
Trop court 30? pour quoi 4h de jeu... c'est du n'importe quoi... c'est frustrant car le jeu est hyper bien pensé avec pleine de bonne idée, rien que l'idée d'avoir une aide sa peut être utile quand on est bloqué même si les énigme sont pas hyper compliqué, puis le système de sauvegarde est bien pensé ^^ donc a tester mais a 5? ....
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Reivilo85
A éviter
Mais quelle deception ! J'ai du mal a croire que ce soit un jeu Pendulo. Le jeu commence bien. L'interface est efficace meme si des raccourcis clavier auraient ete apprecies, notammant pr l'eclairage des endroits interactifs. Le fait que le prsonnage ne se deplace plus mais se "teleporte" a chaque clic est une tres bonne idee, on se demande comment personne n'y a songé plus tot. Le fait que chaque objet observe est agrandi dans une espece suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité