flechePublicité

Test White Knight Chronicles : Origins (PSP) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 08 Juin 2011 , PSP

Les +

  • Des idées et de l'originalité
  • Une bande-son magnifique
  • L'évolution de son héros
  • Bonne rejouabilité
  • Multijoueur en ligne et en local
  • Système de combat bien pensé...

Les -

  • ... mais qui contient des petites maladresses
  • Missions très redondantes
  • Temps de chargement fréquents
  • Difficulté pas toujours bien gérée
  • Le code obligatoire pour se connecter en ligne
  • La fin brutale des missions
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
7.7

(72 votes)
Donner votre avis
White Knight Chronicles : Origins
dispo sur PSP
Publiée le 27/06/2011 à 09:06, par Camille

Partager ce test

Test de White Knight Chronicles Origins : arrivée d'un chevalier blanc sur PSP

Premiers pas sur PSP très encourageants pour une série assez typique.

Disponible depuis le 10 juin 2011 sur Playstation Portable, White Knight Chronicles : Origins est un jeu de rôle où il va falloir enchaîner et réussir des missions pour progresser dans l'histoire. Situé d'un point de vue chronologique en amont la série, quelles surprises nous réserve cet opus sur PSP développé par Matrix Software (qui a réalisé les portages des Final Fantasy sur Nintendo DS) ?

Gare à la guerreRetour au sommaire
White Knight Chronicles : Origins
L'histoire débute assez rapidement après que le joueur ait créé son héros (teint, taille, musculature, couleur des yeux, type de tête et voix) puisque notre ville est attaquée par un immense chevalier blanc. Battu à plate couture, notre protagoniste se réveille et décide de s'allier à une troupe de mercenaires qui parcourt le pays en train.

Lors de la première cinématique, nous allons faire face à des questions à choix multiples. Ces dernières vont en réalité essayer de cerner le comportement du joueur afin de lui attribuer le style de combat qui lui sied le mieux. Ce dernier est symbolisé par une couleur (rose pour privilégier la magie, rouge pour les gros dégâts physiques, blanche pour le soutien, bleu pour l'esquive...) qui affecte la façon dont nos statistiques augmentent à chaque niveau. Pas de panique pour les girouettes : il est possible de changer de couleur à tout moment grâce à des objets. Le joueur choisi donc s'il souhaite se spécialiser dans un style de combat ou, au contraire, se diversifier.

Bande-annonce #1



Un voyage initiatique et sentimental ?Retour au sommaire
Les missions sont récurrentes et se réalisent en général avec trois autres alliés. Les quêtes locales permettent de faire progresser l'histoire. Les plus importantes (souvent accompagnées de cinématiques utilisant le moteur du jeu) sont d'ailleurs signalées par une petite icône représentant un petit parchemin de papier. Toutes les quêtes s'effectuent en temps limité, mais pas de panique pour ceux qui aiment avancer à un rythme tranquille, le temps alloué est beaucoup plus large que nécessaire. En revanche, une fois l'objectif accompli, la mission s'arrête net et ne nous laisse même pas le temps de finir un combat, d'aller récolter les matériaux ou d'ouvrir un coffre dissimulé dans un coin. Avec un peu de chance, à la fin d'une mission, un mercenaire peut être recruté.

White Knight Chronicles : Origins
Les environnements sont divisés en beaucoup de petites zones séparées par des temps de chargements assez redondants et donc rebutants, surtout lorsque l'on doit effectuer pas mal d'allers-retours ; car, bien entendu, plus on avance dans l'histoire et plus les cartes sont grandes. En ce qui concerne les objectifs de mission, on retrouve des éléments classiques : aller tuer le boss de la zone, massacrer X créatures d'un même type, défaire des sceaux magiques, retrouver des objets dans des coffres, visiter toutes les zones de la carte... Le bestiaire est sympa : certains monstres sont vraiment impressionnants de par leur taille et leur apparence. Gros coup de cœur en ce qui concerne la musique. Qu'elle soit en combat ou lors les cinématiques, c'est un véritable régal auditif. D'inspiration celtique tantôt rythmée, tantôt douce, on en vient à ne pas tout de suite valider les dialogues des cinématiques afin de se délecter un peu plus longtemps de ces airs vraiment magnifiques.

« Recruter un maximum d'alliés et [...] les chouchouter afin d'apprendre d'eux »

Deux résurrections sont autorisées par missions au cas où notre héros viendrait à être vaincu. Dès lors, un chronomètre se lance, obligeant à accepter la résurrection au bout de 30 secondes (même si un allié dispose de la compétence résurrection). Pour les alliés, cette dernière a également lieu au bout de 30 secondes, mais n'est pas limitée. Si le boss se trouve dans la prochaine zone que l'on comptait explorer, un message invite le joueur à se préparer afin que ce dernier ne soit pas pris au dépourvu. Lors des combats, notre héros peut aussi influencer les actions d'un personnage grâce à des directives.

White Knight Chronicles : Origins
Outre les quêtes locales, on note également la présence de quêtes camarades, qui reprennent le déroulement des quêtes locales. Ces dernières proviennent d'alliés recrutés et de personnages importants du jeu. Très utiles, ces quêtes, une fois réussies, permettent d'augmenter l'amitié du personnage. En guise de récompense, notre héros peut apprendre jusqu'à trois compétences de cet allié (si la compétence est déjà connue, il obtiendra un objet à la place). L'intérêt va donc être de recruter un maximum d'alliés et de les chouchouter afin d'apprendre d'eux, avant de les remplacer par de nouvelles recrues et ainsi de suite. Que voulez-vous, les places sont limitées. L'amitié d'un allié peut également diminuer ou augmenter selon d'autres facteurs comme leur offrir des cadeaux (qui plaisent ou non), les emmener en mission (s'ils sont fatigués ou en pleine forme), etc.

Les quêtes affichent parfois un écart assez surprenant de difficulté de l'une à l'autre (niveau 2 puis 9, puis 11, puis 20...). Le jeu invite donc facilement le joueur à faire du leveling de son côté. Heureusement que la tâche se réalise facilement grâce aux compétences récompensées via les quêtes camaraderies. Dommage que l'équipement se débloque en fonction de la progression de la quête principale et non du niveau du héros. Certes les liens permettent de fabriquer ses propres équipements, mais réunir les objets nécessaires n'est vraiment pas évident. Heureusement qu'il est également possible d'envoyer des alliés récupérer des matériaux le temps de quelques missions.

Gameplay et combats Optim(al)usRetour au sommaire
White Knight Chronicles : Origins
Avant de commencer une mission, le joueur vérifie son équipement, car une fois en mission, aucune modification n'est possible. Il peut s'équiper de n'importe quelle arme en fonction de son style de jeu (faire du dégât, de la magie, rester à distance, toucher plusieurs ennemis...). Chaque arme possède trois barres divisées en cinq emplacements. Ces derniers sont à remplir de compétences apprises et pourront être utilisées lors d'un combat. Les sorts consomment des PM (points de magie) et les compétences de combats utilisent des PA (points d'action). Les attaques de bases permettent de régénérer les PA. Le système est bien pensé et équilibré : chaque arme à des compétences qui lui sont propres et la magie peut être utilisée par tout le monde (soin, sort de résurrection...) à la différence que seuls ceux équipés d'un bâton pourront récupérer des PM. Les autres devront prévoir des potions et autres herbes.

En combat, le joueur sélectionne donc, via les barres liées aux armes, les compétences qu'il veut utiliser. Il suffit ensuite de se rapprocher de sa cible afin qu'un viseur apparaisse. Lorsqu'un ennemi prépare un sort, si une attaque critique ou un sort élémentaire est lancé sur le monstre, il devient paralysé. S'il est achevé, le joueur obtiendra des bonus (expérience et matériaux supplémentaires). Bien qu'il soit possible de se défendre, on regrette que lorsqu'un monstre lance une attaque au corps à corps et que le joueur s'en éloigne, il ne puisse pas l'esquiver en comptant sur la distance pour l'éviter.

White Knight Chronicles : Origins
Consommer des PM et des PA permet, bien entendu de se débarrasser plus facilement des adversaires, mais aussi de remplir une jauge de transformation. Cette dernière est disponible dans une quatrième barre (les trois premières étant les compétences liées aux armes), ou se trouve également les objets (pour récupérer des points de vie, des PM, soigner des états, augmenter temporairement des caractéristiques...). Une fois la jauge de transformation pleine et si, et seulement si, tous vos alliés sont encore en vie, il est possible de transformer son héros en une sorte de machine géante appelée Optimus.

« Le héros bénéficie de pouvoirs en fonction de son équipement »

Un peu à la manière des Personas qui symbolisent l'âme de son invocateur, l'Optimus exploite l'énergie de l'âme de son porteur et le transforme en « soi idéal ». Lors de la transformation, points de vie et PM sont restaurés. Le héros bénéficie de pouvoirs en fonction de son équipement (les deux bagues portées permettent deux effets différents au choix lors de la transformation). À cela s'ajoute également un système de forme (courage, défense, sorcellerie et énergie) qui permet aussi d'obtenir des effets supplémentaires lors de la transformation.

White Knight Chronicles : Origins
Vous l'aurez compris, pas mal de paramètres peuvent être modifiés afin d'avoir un héros ainsi qu'un groupe particulièrement intéressant à jouer. Les tutoriels pour apprendre tout ce qu'il y a à savoir se font progressivement et peuvent être, de toute manière, consultés à tout moment hors des missions. Lorsque l'on est transformé, la jauge de transformation se remplit une nouvelle fois pour permettre au groupe de lancer une attaque générale dévastatrice. En multijoueur, chaque membre doit accepter d'utiliser cette attaque afin que cette dernière soit activée. En revanche, à chaque fois que le joueur se transforme, une cinématique a lieu et, petit souci, elle ne peut pas être passée...

Un train de vie mouvementéRetour au sommaire
En dehors des missions, notre héros peut également s'occuper de gérer les wagons du train dans lequel il voyage. De l'ajout de nouveaux wagons à leur disposition, le système est très pratique et original. Parmi les wagons à débloquer, on trouve le nécessaire pour acheter des cadeaux et faire grimper l'amitié, mais aussi des casernes pour recruter plus de mercenaires, leur donner la possibilité de partir en reconnaissance pour récupérer des matériaux... Petit bémol cependant, car il va y avoir un petit temps de chargement pour passer d'un wagon à un autre. Bien que le jeu puisse être installé (480 Mo pour environ 10 petites minutes d'attente), la présence des chargements, même raccourcis, peut agacer.

White Knight Chronicles : Origins
Dans les petits « à côté » du jeu, on note qu'il est possible de prendre des photos (ça sert vraiment ?) et qu'un transfert de données permet de débloquer du contenu sur White Knight Chronicles 2 sur Playstation 3. Pas folle la guêpe comme dirait l'autre...

Des précisions sur le multijoueurRetour au sommaire
Jouable aussi bien en local qu'en ligne (clé de licence requise pour pouvoir en profiter), White Knight Chronicles : Origins permet de personnaliser des textes afin de permettre au joueur de réagir rapidement en combat et d'adopter des stratégies particulières. Il est également possible d'écrire directement sa phrase, mais l'idée n'est pas des plus judicieuse lorsque les ennemis sont présents. En ligne, le joueur dispose d'un moteur de recherche pour l'aider à trouver des groupes ou des joueurs selon plusieurs critères (type de missions, niveau, joueurs confirmés, débutants...).

White Knight Chronicles : Origins
Les mercenaires recrutés en solo peuvent être échangés. Cependant si le membre recruté a dix niveaux de plus que le joueur, il s'avérera inefficace en combat jusqu'à ce que l'écart soit comblé. De plus, le membre envoyé sera perdu pour le joueur qui l'a envoyé. Outre les mercenaires, les héros peuvent également être transférés. Seules les quêtes de niveaux 2 à 9 sont disponibles. En revanche, faire des quêtes en multijoueur augment les points de Grâces récupérés après les missions. Ces points sont échangeables contre des objets (orbe pour changer de couleur, cadeau qui améliore beaucoup l'amitié, matériau plus rare, consommables...). Pas vraiment transcendant en réalité...

White Knight Chronicles : Origins est un de ces jeux qui ont des idées et de bons éléments (wagons à ajouter/gérer, musiques somptueuses, quêtes camarades pour apprendre des compétences de ses alliés), mais aussi des maladresses contraignantes. Les temps de chargement ne sont pas si longs que ça, mais vraiment trop fréquents d'autant plus que les missions sont très répétitives et pas toujours intéressantes. En revanche, le joueur peut véritablement façonner son héros en choisissant les armes, les compétences, et le style de combat dans lequel il souhaite le faire évoluer. Au niveau des combats, le rythme est un peu plus « mou » qu'un Monster Hunter, Phantasy Star ou encore God Eater où l'esquive reste un facteur primordial, mais il n'en reste pas moins agréable et divertissant. Une bonne petite expérience rafraîchissante à éventuellement essayer pour les amateurs du genre.


White Knight Chronicles : Origins
White Knight Chronicles : Origins
White Knight Chronicles : Origins
White Knight Chronicles : Origins
White Knight Chronicles : Origins
White Knight Chronicles : Origins
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.7
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Moyen
bon petit jeu avec son style Monster hunter et power ranger qui est bien en multi avec 4 joueur . la qualité graphique est honorable pour de la psp mais les carte sont vides , les monstre sont bien représenter de la version ps3 sur tout les boss et un truc qui ma déçu ces pas de partie online il aurait pu faire comme dans phantasy star portable 2 mais un bon jeu pour l' histoire je ne la connait suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
Aucun scénario... Ils disent dans leur bande annonce '' découvrez les origine de white knight chronicles 10000ans plus tôt mais la y' a quoi a découvrir exactement ? aucun scénario gameplay qui reflette bien sa version ps3 mais trop facile a mont gout les technique ne servent a rien il suffit de spammer la touche X et le mob est mort, bref a éviter...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
Commander sur
White Knight Chronicles : Origins
PSP
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist White Knight Chronicles : Origins

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

flechePublicité
flechePublicité