flechePublicité

Test Warlock 2 The Exiled (PC) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 10 Avril 2014 , PC

Les +

  • Clone de Master of Magic
  • Durée de vie importante
  • Des unités largement revues
  • Éditeur puissant et pratique
  • Nombreuses améliorations

Les -

  • Mode Exil en retrait
  • Peu de nouveautés
  • Pas de VF
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
9.0

(6 votes)
Publiée le 15/04/2014 à 17:04, par Nerces

Test de Warlock 2 : Civilization chez les dragons

Master of Magic trouve une seconde jeunesse avec le dernier titre des Russes d'Ino-Co : Civilization dans un monde d'heroic-fantasy.

En 2012, le jeune studio Ino-Co Plus a fait sensation en rendant un hommage appuyé à Master Of Magic, un clone de Civilization situé dans un univers d'heroic-fantasy. Warlock : Master Of The Arcane était aussi la poursuite du travail entamé sur les précédentes franchises d'Ino-Co, Elven Legacy et Majesty. Malgré de nombreuses erreurs de jeunesse, Warlock remportait un succès suffisant pour que l'équipe de développement se lance dans la conception d'une suite. Sous-titrée The Exile, cette suite promet de corriger les maladresses de la première mouture.

Cent fois sur le métier...Retour au sommaire
Warlock 2 The Exiled
Après Age of Wonders 3 il y a quelques jours, voici qu'un nouveau 4X (eXploration, eXpansion, eXploitation et eXtermination) pointe le bout de son nez... De quoi ravir des fans plus souvent habitués aux périodes de vaches maigres. Mais alors que le titre signé Triumph Studios reprend à son compte le concept des Heroes of Might & Magic (HoM&M), Warlock 2 The Exile copie davantage le modèle de Civilization ou, en l'occurrence, celui de Master of Magic. En effet, pas question d'univers réaliste dans Warlock 2, qui fait dans l'heroic-fantasy avec ce que cela implique de dragons et de sortilèges.

Autre point de divergence par rapport à Age of Wonders 3 et consorts : aucune campagne solo ne vient prendre le joueur par la main. Au chargement du jeu, on débarque donc sur une page d'accueil qui nous donne le choix entre une partie solo, une partie multijoueur et l'accès à l'éditeur de mods. Nous ne reviendrons pas précisément sur ce dernier point, mais sachez qu'il devrait permettre à la communauté d'offrir de très nombreux modules supplémentaires, des cartes inédites et de véritables scénarios : son ergonomie est perfectible, mais il apparaît très complet et semble puissant.

Session de gameplay maison


Univers multiples et multiversRetour au sommaire
Que l'on décide de jouer en solitaire ou en multijoueur, une partie débute donc inévitablement par la phase de configuration. On décide de la taille et de la forme de la carte, on détermine le nombre de mondes parallèles ainsi que le nombre de factions en présence. Il convient également de sélectionner diverses conditions de victoire et surtout de choisir si on part sur une partie dite « exil » ou bac à sable. Si le gameplay est globalement le même, ce dernier choix conditionne la nature même des cartes et le style de jeu, en interdisant par exemple certaines conditions de victoire.

Warlock 2 The Exiled
Ces options décidées, on peut lancer la partie et on apprécie d'entrée que le générateur de cartes soit capable d'aboutir à des environnements très différents de manière cohérente. Le dessin des cartes semble en progrès depuis Warlock. Côté graphismes, les choses sont très proches, mais les habitués remarqueront quelques améliorations pas désagréables. Le résultat est au final tout à fait correct : certains joueurs trouveront sans doute l'ensemble un peu trop coloré, mais cela participe au style général du jeu, et permet aux développeurs de se démarquer de Firaxis, par exemple.

Planification des citésRetour au sommaire
Côté gameplay en revanche, il faut bien reconnaître que l'on est dans du 4X pur jus et, en ce sens, on est très proche de ce que propose Civilization ou, plus précisément, Master of Magic. On débute donc avec une ville - notre capitale - et une ou deux unités de combat. On ne connaît rien de la carte et l'objectif est d'abord d'explorer les environs. Alors que l'on développe notre principale cité, on essaye aussi d'étendre les frontières de notre royaume : notons à ce niveau que l'on peut construire de nouveaux bâtiments et enrôler de nouvelles unités en même temps.

Warlock 2 The Exiled
En revanche, la construction de nouveaux bâtiments est directement liée à la croissance de la population : chaque seuil autorise le joueur à bâtir une nouvelle structure dans la ville qui vient de croître. Il est possible d'en détruire pour réorienter son économie, mais cela réduit la démographie de la cité. Certains bâtiments se contentent de donner des ressources (nourriture, mana, argent et savoir) quand d'autres ouvrent la voie à de nouvelles unités ou des structures plus évoluées. Il convient alors de faire attention à la place disponible : on ne peut pas tout construire !

Stratégie et tactiqueRetour au sommaire
La croissance des villes change donc sensiblement de ce que connaissent les joueurs de Civilization, mais n'évolue pas vraiment depuis Warlock premier du nom. Il en va de même du côté de la « science ». En réalité, la recherche des autres 4X est remplacée par un grimoire et on ne découvre plus des technologies, mais des pouvoirs. Il s'agit parfois de simples compétences qui octroient des bonus (augmentation de la limite de villes, agriculture plus performante), mais on peut aussi rechercher de véritables sortilèges : boules de feu, téléportation, soin, colères divines...

Warlock 2 The Exiled
Ces sortilèges rapprochent Warlock 2 d'un HoM&M, mais attention, il n'est jamais question de contrôler des armées. Sur la carte, on ne déplace que des unités, à la manière d'un Civilization. Notons d'ailleurs qu'à ce niveau c'est le 5 qui sert de modèle : la carte est découpée en hexagones et chacun d'eux ne peut contenir qu'une unité à la fois. De fait, les combats reprennent le côté stratégique du dernier des Civilization, ce qui n'est pas pour nous déplaire ! Il faut jouer avec les unités à distance et les adeptes du corps-à-corps en faisant attention à la survie des blessés.

Avoir les moyens de ses ambitionsRetour au sommaire
Heroic-fantasy oblige, certaines unités disposent de pouvoirs « exotiques ». On peut compter dans ses rangs des soigneurs alors que les promotions obtenues après des gains d'expérience permettent de débloquer diverses compétences : régénération, bonus de mouvement, résistance accrue, vision étendue... Notons également la présence de héros. Ils ne fonctionnent pas du tout comme dans HoM&M et ne remplissent jamais le rôle de général. Il s'agit en fait de super-unités dotées de pouvoirs particulièrement puissants, capables d'évoluer grandement et d'obtenir des équipements.

Warlock 2 The Exiled
Ces héros peuvent appartenir à différentes classes et possèdent un statut : les « légendaires » sont évidemment plus puissants et plus recherchés que les « normaux ». Ils sont aussi plus chers et nécessitent davantage de ressources pour leur approvisionnement. Petite notion que nous n'avons effectivement pas évoquée : les unités du jeu consomment des ressources. Des ressources que l'on prend sur le stock de notre royaume, mais il faut évidemment s'assurer de produire assez d'argent et de magie avant d'enrôler un dragon d'or, certes puissant, mais particulièrement gourmand.

Copier / coller ?Retour au sommaire
Cette notion d'approvisionnement est un excellent moyen de reprendre le principe des ressources stratégiques de Civilization 5 tout en se démarquant légèrement du jeu de Firaxis. Autre point de divergence intéressant : il est possible, comme c'était le cas sur Warlock, de personnaliser ses unités en leur ajoutant du « matériel ». Il ne s'agit pas des artefacts que l'on trouve en explorant, mais d'équipements dont on dispose après la construction d'un forgeron par exemple ou d'un joailler magique. Dans le premier cas, on obtient cinq armures que l'on peut ensuite attribuer à certaines unités.

Warlock 2 The Exiled
Hélas, là encore, il s'agit d'un élément que nous trouvions déjà sur Warlock premier du nom, et nous touchons ici au fond du problème posé par Warlock 2. Il y a certes une nouvelle faction, de nouveaux sorts et de nouvelles unités, mais les habitués du premier opus auront tout de même la sensation d'un copier / coller entre les deux épisodes. Un copier / coller qui corrige les bugs, revoit l'équilibre général et apporte des améliorations notamment au niveau de l'interface, mais un copier / coller malgré tout. Selon les standards de Firaxis, Warlock 2 ne devrait être qu'une extension... ce qui tombe plutôt bien en fait : Ino-Co le propose au prix d'une extension pour Civilization !

The Exile ne révolutionne pas le concept de Warlock, c'est le moins que l'on puisse dire ! Cela dit, il n'en avait pas besoin et on ressent très rapidement le syndrome du « encore un tour » propre à la série Civilization. En adoptant le thème de l'heroic-fantasy, Ino-Co renouvelle très bien les choses, et tout amateur de gestion / stratégie ou de 4X se doit d'y jeter un œil. Les habitués de Warlock devraient aussi y trouver leur compte, malgré le peu de nouveautés : l'intégration d'un éditeur de qualité et les diverses améliorations justifient de repasser à la caisse. Seuls les néophytes pourraient y trouver à redire : un didacticiel limité et l'absence de campagne solo n'aide pas à prendre les choses en main, mais ils auraient tort de s'arrêter à ce constat.

Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 4 GHz, 16 Go de mémoire vive et GeForce GTX 780 Ti. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 3 GHz, épaulé par 4 Go de mémoire vive et une GeForce GTX 260.

Warlock 2 The Exiled
Warlock 2 The Exiled

Warlock 2 The Exiled
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Warlock 2 The Exiled

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité