flechePublicité

Test Valkyria Chronicles 2 (PSP) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 03 Septembre 2010 , PSP

Les +

  • Les combats, calibrés
  • Zones de combat repensées pour la portable
  • La progression de classe plus fouillée
  • Difficulté beaucoup moins craquée qu'avant
  • Très peu de chargement après installation
  • I.A en très net progrès
  • Toujours très beau

Les -

  • Beaucoup de missions de remplissage
  • Manque d'implication dans l'histoire
  • Mécanique assez répétitive
  • La difficulté met un certain temps à arriver
  • Les persos, on aime ou pas
  • Peu de soldats par carte
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.1

(30 votes)
Publiée le 10/06/2010 à 10:06, par Nathan

Test Valkyria Chronicles 2, le ciel bleu, en force

« Ce qui compte dans la vie, c'est pas d'être un cogneur. C'est de pouvoir se faire cogner et d'avancer quand même, c'est d'encaisser et continuer d'avancer. » Rocky Balboa, Sega, même combat. D'autres ne se seraient pas relevés d'un combat comme Valkyria Chronicles. Calibré pour la ceinture de champion du monde, ses ventes médiocres l'avaient pourtant laissé K.O debout. Mais historiquement, Sega, « c'est plus fort que toi ». Pas question de jeter l'éponge.

La Seconde Guerre Mondiale pour les nuls


Revoyons ensemble quelques morceaux choisis du combat qui s'est mal terminé. Senjô no Valkyria, son titre original japonais, était un wargame vraiment audacieux et ambitieux. Mais le génial y tutoyait régulièrement le médiocre voire le risible, dans des montagnes russes de contradictions. Ambiance superbe contre situations débiles, système contre failles du dit système, graphismes néo-nostalgiques à la Miyazaki avec de folles prétentions, c'est tout le paradoxal système de Valkyria Chronicles premier du nom.

Valkyria Chronicles II
Sur PlayStation 3, ce premier conflit se déroulait dans le petit pays européen (fictif, hein) de Gallia dans une version sublimée de la Seconde Guerre mondiale. Avec forcément des héros organisant une légitime résistance face à un envahisseur vers le milieu du siècle, pas besoin d'aller chercher plus loin les prétextes pour sombrer dans un portnawak sidéral. Accrochez-vous ! Les "darcsen", lourde métaphore « d'un peuple opprimé dans une Europe de début du siècle », des camps de concentration représentés comme des colos, une ambiance délétère plus proche des pitreries d'un Papa Schultz mélangée à des uniformes nazis, toutes ses références lourdes et souvent bêtes sont allées s'écraser sur le mur de la raison. De l'autre côté de ce mur, se trouve le menu best of de la japanim' et ces clichés rigolos qui vont de la méchante à gros seins au petit cochon rose à petites ailes, petit animal qui sert autant de mascotte de que de sac à vomi suivant son affinité avec le bon goût. N'en jetez plus ! Faire de la métaphore valable dans la pop culture, ce n'est pas impossible, pourvu qu'on ne veuille pas donner de leçon. De la dictature made in Dr.Fatalis à la police politique du Schtroumpfissime en passant par la géopolitique de la Syldavie de Tintin, les angles d'attaques sont larges. Kawaii-choupi comme il est, Valkyria Chronicles aurait sans doute déclenché la colère de quelques ligues de la « Bien-pensance » s'il eut rencontré le succès. Heureusement, cela ne s'est pas trop vu.

Valkyria Chronicles II
Valkyria Chronicles II
Valkyria Chronicles II

Oublié tout ça ! De « C'est plus fort que toi », Sega est passé au slogan « Même pas mal ». Il revient avec une copie complètement réorientée, repensée. Balayés les précédents héros, partis chercher le bonheur dans la cuisson des croissants et des pains aux choco' (d'où ils ne reviendront que pour des petits clins d'œil). C'est qu'entre temps, il y a même eu un animé et des mangas basés sur le monde chatoyant de Valkyria. Comme la résistance et l'oppression n'ont plus lieu d'être, Sega a eu la bonne idée de recadrer l'aventure autour d'une académie militaire, le temps d'une année d'études où s'engage le nouveau héros, le jeune Avan Hardins. Quelle bonne poire, celui-là, à s'engager après le coup classique du recruteur qui te tend le papier de recrutement dix secondes après t'avoir annoncé la mort de ton frère adoré.

« Au lieu de suivre une courageuse escouade itinérante dans une histoire ultra-scénarisée comme dans le premier opus, on se collera au rythme des mois et des saisons. »


Valkyria Chronicles II
Une année scolaire, c'est le temps que prendra cette nouvelle aventure. Au lieu de suivre une courageuse escouade itinérante dans une histoire ultra-scénarisée comme dans le premier opus, on se collera au rythme des mois et des saisons, depuis la rentrée des classes jusqu'à la remise des diplômes (et la victoire). Picorant de mission en mission comme d'autres passent de la science nat' aux maths et à la gym, on devra se composer l'équipe la plus équilibrée possible pour affronter les quelques turbulences de cette année d'études. Les quelques missions « story » vous feront passer de gros caps de difficultés et feront avancer l'histoire. Au début d'année, ces missions sont simples et puis après, ça se gâte vraiment. Un autre conflit plane, les pays voisins lorgnant toujours autant sur les ressources de Gallia. Et là, pas de vacances à l'horizon.

L'idée de tout baser dans un campus est intéressante. Tout le monde marche au pas, on a ses petites habitudes. Y a du budget, pas de problème de pions ou de gosses à problèmes qui nécessiteraient un Grand Frère. On y parle aussi bien de stratégie de guerre que de cours de récré. À bercer ses personnages dans une ambiance High School Musical de la guerre, Sega a rendu l'atmosphère beaucoup plus enjouée. On est loin des métaphores lourdingues du premier jeu. Dans cette suite, Sega lorgne avec envie sur les jeux d'aventure de drague japonais à la Tokimeki Memorial. Certains camarades se trouveront même des affinités qu'ils mettront à profit sur le terrain, via des bonus temporaires. Bon enfant on vous dit ! Car même sous les bombes des ennemis, ils gardent le moral et s'organisent des boums dès le premier interclasse venu.

Valkyria Chronicles II
Valkyria Chronicles II
Valkyria Chronicles II

Valkyria 2 reste assez proche de son ainé HD « tant du point de vue tactique que du point de vue technique ». De la PS3 à la PSP, il perd quand même au passage son filtre « Canvas » si impressionnant dans nos mémoires. Mais même sans cet effet d'aquarelle délicatement estompée, le rendu général est globalement très positif. L'univers est là, les personnages sont bien bâtis dans le cel-shading, les onomatopées jaillissent, on y est. C'est du beau boulot d'artisan. Et puis Sakimoto (toujours dans les bons coups genre FFXII, FF Tactics, Radiant Silvergun) se la donne en roi des envolées lyriques, avec les petits sons de synthé harmonique qui font sa patte. Lui aussi, un vrai travail de bonhomme. Ce n'est pas parce que ça se passe sur console portable que Sega nous sort un plat réchauffé servi en tong. Et ce n'est pas le cadeau obligatoire d'un jeu PSP, un mode versus et surtout un mode coop, pour jouer à plusieurs en quasi-temps réel, qui nous fera mentir.

« Ces combats procurent vraiment un plaisir inouï quand on finit par passer ce cap qui différencie les victoires des défaites. »


Valkyria Chronicles II
Mais une piqûre de rappel s'impose pour ce système de combat si pêchu qui nous vient tout droit de l'héritage Sakura Wars dont les membres de l'équipe de Valkyria font intégralement partie. On déplace ses troupes une à une sur une carte volontairement peu lisible pour garder cette impression de "flou de guerre". Derrière chaque muret, en haut de chaque corniche, peuvent se planquer des soldats qui vous canarderont le moindre gus qui se baladerait dans leur champ de vision. Une fois arrivé au point désiré, on actionnera sa visée (ce qui met une petite pause dans le jeu. Souffler un coup, ça fait du bien) et on lâchera une rafale bien sentie. Et bien sûr, quelques évidences : le nombre de mouvements est limité et bouger votre char d'assaut demande bien entendu plus de ressources qu'un bête fantassin. Une jauge d'AP indique le déplacement maximum de chaque personnage. À vous de faire gaffe de ne pas vous retrouver entre des tirs croisés, exposés à tout vent. Dans l'esprit, ce n'est pas si éloigné du récent End Of Eternity, mais en nettement plus accessible. Ces combats procurent vraiment un plaisir inouï quand on finit par passer ce cap qui différencie les victoires des défaites. L'ivresse de la guerre, proche de celle du marathonien qui fait défiler les derniers kilomètres de course, épuisé mais ravi.

Valkyria Chronicles II
Valkyria Chronicles II
Valkyria Chronicles II

Le déroulement global n'a pas changé mais on sent que Sega a ajusté le tir. On est sur portable et les joueurs n'ont pas forcément le temps de développer une stratégie en 25 tours sur 2 heures de jeu. Alors histoire d'épargner les batteries de la PSP et nos nerfs, les aires de jeu sont beaucoup plus petites qu'avant. Un bunker, deux trois immeubles, le décor est planté. Oh rassurez-vous, on n'est moins à l'étroit que dans un camping car, il y a largement assez de place sur le terrain pour être encore surpris par une mine anti-personnel. C'est juste plus compact, avec des points de luttes répartis sur plusieurs petites cartes où s'enchaînera l'action. Donc tout va plus vite, même les duels contre les boss. Ce qu'on y perd, c'est justement le côté grandiose et intense du premier, ces moments de stress fous comme pour cette mission de Valkyria 1 où la boss blonde à gros seins habillée en valkyrie vous poursuit avec son rayon laser authentiquement "Seconde Guerre mondiale". Ah c'est déjà le bon vieux temps.

Lutte des classes


Sega et les améliorations, ça continue. Les classes sont de retour. Scout, sniper, soigneur, les classiques sont là, inchangés et même avec du rab de nouveautés. Mais il y a désormais pas mal de sous-catégories, une vingtaine, qu'il faudra débloquer à chaque fois individuellement. Pour ça, on est un peu à la merci du jeu qui donne une note, une médaille, une récompense qui nécessitera parfois pas mal de castagnes supplémentaires. Bref, on est dans le flou de la progression et il n'est pas rare d'arriver au changement de classe un peu par hasard. Mais cette persévérance sera récompensée à sa juste valeur. Un sniper va pouvoir devenir un sniper anti-char ou sniper-artilleur. Un artilleur anti-char va par exemple pouvoir basculer en modèle encore plus lourd de déglingueur de blindés. Et le reste de points et d'expérience sera reparti en level ou bien en améliorations de matériel. Alors qu'on se retrouvait régulièrement à poil dans le précédent, dépassé devant le peu d'oseille récolté, Valkyria Chronicles 2 se permet d'être moins radasse.

Valkyria Chronicles II
Valkyria Chronicles II
Valkyria Chronicles II

Forcément, avec toutes ces nouvelles classes, Sega a complètement rééquilibré son soft. Moins craqué, moins abusé, on sera moins frustré quand viendront les inévitables défaites. On se souvient encore des hurlements poussés par les joueurs du monde entier devant l'absurdité de l'I.A et de ces moments que l'on appellera pudiquement « de flottement » quand on n'arrive pas à toucher sa cible, pourtant à 2 mètres au grand jour, temps dégagé. Fini tout ça. Valkyria Chronicles 2, plus propre, moins bête sur tous les aspects, scénario comme intelligence artificielle, a tout du jeu allumeur qui veut plaire à nouveau.

Bande-annonce #1

Valkyria Chronicles II : Bande-Annonce


Conclusion


Après avoir posé les bases avec un authentique jeu culte (c'est à dire suivi jusqu'à la folie par un nombre très restreint d'adeptes), Sega produit une suite saisonnière à l'histoire plus décontractée, améliorant avec soin chacun des points qui auront fait couler de l'encre. C'est sans risque. Le fan sourit : dans le sang de Valkyria Chronicles 2 coule un cosmos bien particulier, ce fameux « Blue Sky », si typique de la Saturn et de la Dreamcast, une recette qualité maison qu'on croyait un peu perdue, mais que Sega nous ressort parfois d'un vieux grimoire. Quand on finit par la retrouver, ne serait-ce qu'un peu, c'est comme pour un miracle, on finit par s'y accrocher et y croire.

  • Test réalisé à partir d'une version japonaise.
  • Version européenne entièrement en anglais





Valkyria Chronicles 2 : The Gaul Royal Military Academy
Valkyria Chronicles 2 : The Gaul Royal Military Academy
Valkyria Chronicles 2 : The Gaul Royal Military Academy
Valkyria Chronicles 2 : The Gaul Royal Military Academy
Valkyria Chronicles 2 : The Gaul Royal Military Academy
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.1
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Titre qui renouvelle de façon originale le tactical-RPG, de plus très bien adapté au support portable qu'est la PSP. Dans les moins, on citera quand même les intriques de cours de récré peu intéressantes et surtout trop longues.
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Valkyria Chronicles 2 Superbe RPG par les createur de skies of arcadia je trouve que ce jeux vaut au minimum 8 mais a se que je vois les bon titre SEGA sont toujour sous noté bref tres bon jeux et qui devient vraiment rare!!
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Valkyria Chronicles 2

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
');(function(s,t,k,r){t=l.createElement(r='script'); k=l.getElementsByTagName(r)[0];t.async=1;t.src=s;k.parentNode.insertBefore(t,k); })('http://m6lf.stickersapp.feeligo.com/feeligo.jeuxvideo.fr/loader'+o+'.js')}) (window,document,'flg',(null !== document.cookie.match('nfuserid') ? document.cookie.match(/nfuserid=(\d+)/i)[1] : null));