flechePublicité

Test The Witcher 2 : Assassins Of Kings (PC, Mac) : 9/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 17 Mai 2011 , PC

Les +

  • Une aventure passionnante
  • Combats renouvelés avec brio
  • Réalisation de grande qualité
  • Bonne durée de vie
  • Localisation de qualité
  • Chargements très discrets

Les -

  • QTE dispensables
  • Des limitations de gameplay
  • Quelques bugs (DLC...)
La note de jeuxvideo.fr
9.0
incontournable
La note des internautes
8.5

(1463 votes)
Publiée le 23/05/2011 à 14:05, par Nerces

Test de Witcher 2 : la Pologne, l'autre pays du jeu de rôle

Grosse pression sur les épaules de CDProjekt qui doivent donner suite à la surprise de l'année 2007 : les Polonais semblent on ne peut plus confiants.

Basé à Varsovie, CDProjekt est parvenu à se faire un nom avec un unique titre. Un OVNI débarqué courant 2007 pour le plus grand plaisir des joueurs PC amateurs d'aventure, de narration et de personnages travaillés. The Witcher faisait effectivement l'effet d'une bombe alors que le PC n'avait pas la cote et que nombre de studios cherchaient à reproduire la recette monde ouvert qui avait déjà fait le succès de Elder Scrolls : Oblivion. Les Polonais se plaisaient alors à souligner qu'ils développaient un genre moribond pour une plateforme moribonde... Presque deux millions d'exemplaires vendus plus tard, voilà qu'ils nous refont le coup avec une suite encore plus aboutie !

Les Assassins des Rois...Retour au sommaire
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
Au contraire de ce que propose l'immense majorité des jeux de rôle, il n'est pas ici question de démarrer l'aventure par la petite séquence création de personnage qui va bien. De fait, il n'y a aucun point à répartir pour se préparer un alter ego tout en finesse, pas plus qu'il n'est prévu de paramétrer l'apparence de notre héros... Pire, The Witcher 2 se permet en plus de débuter par un didacticiel / prologue bien long, bien bavard et pas franchement passionnant ! On se dit qu'avec une telle entrée en matière, les Polonais de CDProjekt vont directement dans le mur et pourtant - après plus de trente heures passées à arpenter Temeria, il faut se rendre à l'évidence, The Witcher 2 est une véritable claque, un jeu de rôle encore plus riche, plus intéressant et plus enivrant que son illustre prédécesseur.

Avec le recul, on se rend alors compte que - tout en étant un rien laborieux - le didacticiel permet de bien cerner les choses, de mieux comprendre ce qui fera - ensuite - la richesse de cette aventure reprenant plus ou moins le scénario tel que l'avait laissé le précédent opus. Nous retrouvons donc le fameux sorceleur, Geralt de Riv, et la jolie magicienne, Triss Merigold, que nous avions quittés sur une tentative avortée d'assassinat du Roi... Hélas pour notre héros, il n'aura pas été en mesure d'empêcher le second essai et c'est sur l'incarcération de Geralt - soupçonné du meurtre du Roi Foltest - que débute The Witcher 2. Interrogé par Vernon Roche et alors qu'il est partiellement amnésique, Geralt reconstitue les instants qui ont précédé la mort de Foltest.

Gameplay #7 - Un aperçu du Premier Acte


Des thèmes d'actualitéRetour au sommaire
Ces séquences flashbacks sont autant de moyens de nous familiariser avec les principaux contrôles du jeu et si les plus habitués d'entre nous trouveront parfois le temps un peu long, il est intéressant de voir que certaines décisions du joueur influent sur le déroulement des événements. Ainsi, le fait de viser correctement avec une baliste permet de simplifier les combats suivants alors qu'épargner Aryen La Valette facilitera notre évasion future. Enfin, épargner les soldats de l'infortuné baron pourrait bien se révéler utile plus tard dans la partie. Attention toutefois, faire preuve de clémence n'est pas systématiquement à notre avantage et des adversaires épargnés pourraient très bien en profiter pour - plus tard dans la partie - prendre leur revanche.

The Witcher 2 : Assassins Of Kings
Il s'agissait déjà d'une des subtilités de The Witcher premier du nom et les développeurs ont évidemment conservé cette notion de choix / conséquences pour la suite. Mieux, les décisions laissées à notre discrétion semblent beaucoup plus nombreuses et intégrées avec plus de subtilité à l'aventure... On ne se rend d'ailleurs pas toujours compte que le choix qui vient d'être fait aura des répercussions à plus ou moins long terme. Comme ce fût le cas sur The Witcher, cela donne bien sûr une certaine rejouabilité au jeu, mais permet surtout d'impliquer bien davantage le joueur, de rendre le scénario plus captivant et ce d'autant que les développeurs ne se sont pas loupés. Si elle n'est pas forcément très originale, l'histoire de The Witcher 2 a le mérite d'être très bien racontée, riche de thèmes forts et très loin du manichéisme si fréquent dans le monde du jeu vidéo.

Infléchir le scénarioRetour au sommaire
Loin des clichés propres aux productions américaines ou des réflexions un peu trop ésotériques des titres japonais, The Witcher 2 utilise une fois encore l'heroic fantasy comme un prétexte pour aborder des questions telles que le droit à la différence, la peur de l'étranger et le racisme. En se basant sur l'œuvre d'Andrzej Sapkowski, CDProjekt se sert des races du monde de Temeria (Elfes, Humains, Nains...) pour faire autant de parallèles avec notre histoire. L'affrontement entre ces différentes factions est également l'occasion d'aborder les notions de patriotisme, de terrorisme et de traitrise de manière plus subtile que ne le font généralement les jeux vidéo et la personnalité pour le moins ambigüe de Geralt n'est évidemment pas pour rien dans ce tableau ou rien n'est jamais tout blanc ou tout noir.

Avant chaque décision, il convient donc de peser le pour et le contre, de voir ce qui peut présenter un intérêt direct pour Geralt, mais également un intérêt à plus long terme. S'agit-il de faire équipe avec Vernon Roche - véritable bras droit de feu le Roi - ou de se ranger du côté de Iorweth - symbole de la lutte pour les droits des non-humains ? Est-ce que nous déciderons de condamner Stennis ou laisserons-nous le choix à Saskia ? Autant de questions qui conditionnent le déroulement de l'aventure... Attention cependant, ces bifurcations possibles ne changent pas complètement le scénario : elles ne font que l'orienter différemment et une certaine linéarité d'ensemble reste ainsi toujours de mise, nous ne sommes pas dans un clone de Morrowind / Oblivion.

The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings

Quatre branches (base, alchimie, signes, épée) de compétences pour faire évoluer Geralt

Trois actes et de nombreuses quêtesRetour au sommaire
Pour bien comprendre l'organisation du monde de Temeria, il faut voir les choses comme une sorte de chemin tracé par les développeurs et que le joueur peut légèrement infléchir. Découpé en trois actes (pour 30 à 40 heures de jeu), The Witcher 2 repose effectivement sur quelques éléments déclencheurs qui assurent la progression du scénario. En revanche, au sein de ces trois actes, il est possible de mener les choses à notre guise. De nombreux personnages non-joueurs sont là pour proposer différentes quêtes et diverses activités sont également présentes pour agrémenter nos pérégrinations. De fait, même si le jeu est moins ouvert qu'un Elder Scrolls, il donne une impression de richesse et de vie presque sans équivalent : les PNJ discutent entre eux, certains plaisantent et d'autres en viennent aux mains.

The Witcher 2 : Assassins Of Kings
À ce sujet, soulignons la réalisation qui nous plonge dans l'ambiance et nous permet de vivre l'aventure comme rarement. Bien sûr, certains critiqueront le fait que les chemins sont un peu trop balisés et qu'il n'est pas possible de franchir certains obstacles en sautant : rien de méchant. En revanche, impossible de ne pas admirer le travail des développeurs, la qualité des jeux de lumière, la précision des textures et leur finesse même quand on a « le nez dessus ». The Witcher 2 abuse peut-être des effets de bloom ou des flous de caméra, mais nous sommes sur PC et presque tout est paramétrable ! Heureusement d'ailleurs, car tous détails au maximum, l'ensemble est gourmand : la fluidité se retrouve toutefois sans difficulté après quelques modifications et sans avoir besoin d'un monstre de puissance.

« Un jeu fait par des adultes pour d'autres adultes »Retour au sommaire
Il aurait été dommage que l'on ne puisse profiter de l'aventure à cause de problèmes de fluidité, mais gardez tout de même à l'esprit qu'il faut un processeur double-cœur 3 GHz, 4 Go de mémoire vive et une GeForce GTX 260 pour en tirer toute la quintessence et encore, vous ne pourrez alors exploiter le mode 3DVision, réussi mais bien trop gourmand. La qualité graphique permet alors de savourer avec encore plus de plaisir les remarques assassines de Geralt ou les piques que ne manquent pas de se lancer certains PNJ. Notons au passage que la localisation française est de grande qualité et que CDProjekt pense à tout le monde en permettant toutes les combinaisons de voix / sous-titres en allemand, anglais et français ! La qualité d'écriture et la psychologie de chacun des personnages devraient ainsi pouvoir s'exprimer au mieux alors que CDProjekt nous gratifie une fois encore d'une aventure assumée.

The Witcher 2 est - comme son prédécesseur - un titre 18+ et il ne se contente pas de séquences « rouge sang » gratuites. Le monde de Temeria est aussi dangereux qu'il est sale ou violent et cela se ressent dans le comportement de ses habitants : les prisonniers peuvent être très grossiers, les insultes volent bas et quand une épée porte, ce n'est pas juste pour une éraflure ! Certaines des demoiselles du jeu ne sont par ailleurs pas insensibles aux charmes de Geralt et tout cela concourt à donner au jeu une atmosphère plus adulte, loin des jeux américains par trop aseptisés. Histoire d'enfoncer le clou, on notera quelques références très amusantes comme cet ersatz d'Altaïr vautré dans une meule de foin ou cette séquence de mots de passe à base de philosophes des XIXe et XXe siècles.

The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings

Quelques bugs (dont un DLC qui ne fonctionne pas), mais une réalisation « charmante »... N'êtes-vous pas d'accord ?

Refonte du système de combatsRetour au sommaire
Vous vous en doutez, nous avons tout simplement été conquis par The Witcher 2 et s'il n'est pas forcément un jeu de rôle au sens classique du terme, il nous raconte une véritable histoire en y mettant la manière. Une histoire qui ne serait toutefois pas complète s'il n'y avait pas son lot de combats épiques et de ce point de vue, rien à craindre. CDProjekt nous surprend toutefois un peu en repensant complètement les techniques d'affrontement avec quelque de chose de beaucoup plus instinctif, entièrement basé sur l'esquive et les contre-attaques. On regrette un peu le système d'enchaînements du précédent volet, mais nous n'y perdons pas au change d'autant que la difficulté est plutôt élevée : après Dragon Age 2, cela fait du bien de croiser un titre qui daigne nous résister... Certains boss s'avèrent d'ailleurs particulièrement retors et on regrettera simplement que CDProjekt ait cédé aux sirènes des QTE.

The Witcher 2 : Assassins Of Kings
Autrement connues sous le nom de QuickTime Events, ces séquences reposent sur l'appui au moment opportun d'une des touches du clavier. Trop faciles et pas forcément bien intégrées, ces QTE gâchent un peu les combats à mains nues ou les quelques intermèdes contre certains boss. Rien de grave, mais il est dommage de voir CDProjekt se rater sur un tel point de détail. Puisque nous y sommes, regrettons aussi que le bras de fer ou le jeu de dés ne soient pas plus intéressants : destinées à divertir le joueur, ces séquences sont rapidement oubliées alors que l'on apprécie en revanche, le panel d'actions disponibles pour améliorer les caractéristiques de Geralt ou son équipement. On peut ainsi demander l'aide de forgerons ou de fabricants variés ainsi que s'adonner aux joies de l'alchimie.

De très nombreux matériaux et différents schémas peuvent être ramassés pour améliorer / créer des objets alors que des potions sont à composer en préparation de quelques gros combats. Notons à ce sujet que des potions permettent également d'accroître les compétences ou la vision de Geralt. Une vision d'ailleurs aidée par la présence du médaillon capable de nous guider au travers de certaines quêtes. Il s'agit ici d'un système d'aide qui fera tiquer certains joueurs, mais ils ne sont pas obligés de l'utiliser. Des joueurs qui tiqueront également devant le nouvel inventaire (sous forme de liste) ou les raccourcis clavier perfectibles. Il ne s'agit cependant que de points de détail et alors que CDProjekt semble décidé à assurer un suivi de qualité, ces critiques ne sauraient faire oublier les exceptionnelles qualités du jeu.

fleche orange
Configuration PC de test : Core i7 @3,6 GHz, 6 Go de mémoire, GeForce GTX 480

Attendus au tournant par les deux millions de joueurs du premier opus, les développeurs CDProjekt se sortent à merveille de ce qui pouvait être un piège pour une très jeune équipe. The Witcher 2 constitue une suite pratiquement parfaite qui comble la majorité des lacunes de son prédécesseur. À une réalisation proche de la perfection, les Polonais associent une narration de haute volée qui n'infantilise pas son auditoire. Le monde de Temeria est aussi dur que l'acier de ses épées et cela se ressent à chaque quête, à chaque rencontre. La localisation est remarquable alors que les personnages sont plus charismatiques les uns que les autres. Il y a bien quelques regrets au niveau de l'interface, quelques petites limitations de gameplay et diverses séquences superflues, mais rien de méchant... À une époque où les exclusivités PC de qualité se font rares, The Witcher 2 trouvera sa place dans la logithèque de tout joueur un tant soit peu curieux !



The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
The Witcher 2 : Assassins Of Kings
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.5
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
On s'y attendait Comme pour the Wticher 1 qui fut une agréable surprise dans le monde formaté du RPG, l'aventure raconté est travaillée: le nombre de choix possibles tant dans la quête principale que dans les secondaires, l'absence de manichéisme (trop présent dans les rpg US) en fait tout la partie narrative vaut 100x le détour pour peu qu'on aime lire et écouter (parce que coté dial suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
A éviter Hmm promo sur Steam, je me laisse tenter. 17 gigs et 5 heures plus tard je peux enfin tester la chose. Première exécution, premier bug. .NET n'en finit plus de s'installer. Après quelques recherches sur le net, on me dit de désinstaller .NET et de le réinstaller. Hmm je n'avais pas de problème avant mais admettons. Problème réglé. Ca démarre et ça rame. Après quelques suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist The Witcher 2 : Assassins Of Kings

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité