flechePublicité

Test The Walking Dead : Survival Instinct (Xbox 360, PS3, Wii U) : 2/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 29 Mars 2013 , Xbox 360 , PS3 , Wii U , Plus de tests sur PC

Les +

  • Des armes
  • Des zombies

Les -

  • ON NE S’AMUSE JAMAIS
  • C’est très moche
  • IA
  • Durée de vie
  • Absolument mou
  • Des bugs variés
  • Traduction roots
La note de jeuxvideo.fr
2.0
a eviter
La note des internautes
5.3

(146 votes)
Publiée le 05/04/2013 à 19:04, par Maxence

Test de The Walking Dead : Survival Instinct sur Xbox 360

Ne cherchez plus. On a trouvé le pire jeu de l'année.

Renaud et Virgile tentent de me retenir alors que, les larmes aux yeux, je me rue vers la fenêtre la plus proche pour sauter. « Les nerfs qui lâchent, ça arrive même aux meilleurs » me dit-on. « En plus, on est au premier étage, donc ça sert pas à grand-chose » renchérit Damien, qui a déjà décroché son téléphone pour appeler à l’aide. Je viens de boucler The Walking Dead : Survival Instinct d’Activision, un FPS d’une telle médiocrité qu’il ruinerait la foi de n’importe quel ménestrel anti-blasitude. En finir, ici et tout de suite, me parait être une idée acceptable. En tout cas plus que de prolonger le traumatisme via un article qui ne ferait qu’aggraver un peu plus mon trouble mental.

Un jeu mort vivantRetour au sommaire
The Walking Dead : Survival Instinct
« Voulez-vous vraiment continuer ? » demande malicieusement le jeu entre chaque mission. « NON, MAIS NON JE VEUX PAS CONTINUER PUTAIN » lui réponds-je invariablement, la bave aux lèvres. J’ai une excuse pour cette débauche de vulgarité qui a tétanisé la Rédac’ pendant près de six heures consécutives : tout est mauvais dans The Walking Dead : Survival Instinct. Le script, tout d’abord, est inexistant. Les deux mecs chargés d’écrire l’histoire ont parfaitement mis en scène le remake de « Prends l’oseille et tire-toi », profitant des six mois de développement du titre pour grimper en Platine à Starcraft 2 ou draguer la petite stagiaire farouche de la compta’. Bref, n’importe quelle activité consistant à autre chose qu’à réfléchir à une intrigue décente.

The Walking Dead : Survival Instinct
Outre l’argument Daryl Dixon, l’un des personnages introduits par la série télévisée dont cette bouse cataclysmique est une préquelle, les amateurs du show tv n’auront rien à se mettre sous la dent. Terminal Reality ne s’est embarrassé d’aucune référence, comme en témoigne l’absence presque totale du sémillant Merle, le frère de l’attachant redneck que l’on incarne. Inutile de compter sur Survival Instinct pour faire le job niveau fan service. Sa réalisation antédiluvienne aurait de toute façon eu toutes les peines du monde à retranscrire l’ambiance si particulière de la licence : les textures poubelles mal reliées se paient un aliasing sponsorisé par Ray Ban alors même que le jeu se veut globalement trop sombre. Être obligé d’utiliser sa lampe torche pour scanner les décors, même en plein soleil, est un signe qui ne trompe pas.

Quelques séquences de gameplay



Les modèles de zombies sont au nombre de cinq, à tout casser, leur comportement défiant toutes les lois de la logique zombiesque. Parfois omniscients, souvent cons comme des tables, les walkers censés réagir à la lueur de votre lampe torche, au bruit de vos pas et à l’odeur de votre transpiration (ceci n’est pas une blague…) n’obéissent globalement à aucune règle. Leur pathfinding délirant se heurte bien souvent au level design paresseux des quelques aires de jeu, jamais aussi ouvertes qu’elles n’en ont l’air. En tant que FPS orientée survie, Survival Instinct ne pouvait pourtant se permettre l’écueil du décor quelconque, en termes de design comme d’organisation. C’est raté ici encore, les pavillons de banlieue ou les autoroutes géorgiennes (du nom de l’Etat américain) ne dégageant aucun sens, aucun intérêt ludique ou visuel les justifiant.

La négation de cinquante ans d'avancées ludiquesRetour au sommaire
The Walking Dead : Survival Instinct
The Walking Dead est donc un survival-FPS mâtiné de gestion, enfin sur le papier. Dans les faits, cela se limite à gérer ses stocks de munitions, de soins et d’armes avec un inventaire limité à dix unités pour le personnage et souvent un peu plus suivant le modèle de véhicule récupéré. Survival Instinct est un road-trip vers l’absurde sans aucune séquence de conduite, vous proposant d’enchaîner missions principales et quêtes annexes redondantes, les premières faisant avancer la simili-intrigue et les secondes vous obligeant à réparer votre voiture décidément très capricieuse (système de refroidissement, durite…) ou à débusquer quelque bidon d’essence mal caché dans des environnements riquiqui.

Walking Dead Survival Instinct FPS 2 (1)
Un coup de feu rameutant nécessairement une horde de morts-vivants, on préférera tenter de s’infiltrer au corps à corps en misant sur les errements de l’IA. Pris par derrière, un ennemi s’exécute en une pression de bouton. Il faudra trois coups légers de couteaux / batte / masse / hache pour le terrasser en face à face, opération absolument impossible lorsque les zombies sont plus de deux. Le joueur se lance alors souvent dans une ubuesque suite de QTE consistant à viser la tête du zombie à l’aide d’un réticule capricieux. Lorsque l’on y parvient, le suivant prend instantanément le relais, nous empêchant dans tous les cas de nous évader. Il n’est donc pas rare d’enchainer dix à quinze ennemis à la suite, en perdant obligatoirement un peu de vie entre chacun d’entre eux : la mort la plus idiote du monde nous attend donc à chaque « alarme » déclenchée.

The Walking Dead aurait pu se contenter d’être mauvais, mais il est en plus énervant. TRES énervant. Il multiplie les petites erreurs stupides qui, mises bout à bout, créent d’énormes frustrations. Le saut s’accommode assez mal des murs invisibles au-dessus des éléments de décor, le changement d’arme prend deux secondes, il est impossible d’associer ses pétoires vides aux munitions adaptées dans l’entre-niveau, ce qui aurait pu nous permettre de libérer un slot d’inventaire… La liste des tares du jeu d’Activision est vraisemblablement infinie. Il n’est pas rare de parcourir deux fois un environnement secondaire, de se faire attraper par un zombie sans bras, de se faire envoyer chier par un PNJ alors même que l’on vient de risquer sa vie pour lui (et sans pouvoir lui coller une balle…) ; infinie on vous dit.

Le début du jeu en vidéo maison



L’idée même de Survival Instinct se tient pourtant : les voyages en voiture, avec PNJ à sacrifier vu le nombre de places limitées, associés à la collecte de ressources et aux choix de cheminements auraient pu fonctionner si on en avait eu quelque chose à faire de nos acolytes, particulièrement mal amenés et anti-charismatiques au possible. Là où le Walking Dead de Telltale excelle – l’empathie, la solidarité, le choix moral difficile – celui de Terminal Reality se goure dans les grandes largeurs. Chaque retry est un supplice, chaque (long) temps de chargement une fastidieuse avancée vers l’échafaud quand même les sensations de tir se veulent d’une mollesse absolue. Non, ce Walking Dead là n’a rien pour lui.

The Walking Dead : Survival Instinct est non seulement une insulte au passionnant support d’origine, mais également un bras d'honneur au média jeu vidéo dans son ensemble. Le flow du jeu est d'une mollesse absolue quand les promesses d'action et d'infiltration ne sont jamais tenues, la faute à une myriade de problèmes divers nous rappelant sans cesse que le FPS d'Activision n'est qu'une vaste supercherie commerciale. Le principe de départ, entre ZombiU et DayZ, tenait pourtant la route, mais les fausses mécaniques et la réalisation bâtarde ruinent instantanément la moindre idée valable de Terminal Reality. Un studio qui devra apprendre à vivre avec ce boulet aux pieds pendant les années à venir, alors même que le jeu s'écoule dignement grâce à la licence qu'il reprend. The Walking Dead : Survival Instinct est un jeu à fuir quel que soit son prix : la mention « interdit à la vente » qui orne mon exemplaire presse aurait dû figurer sur toutes les boites du jeu.
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 5.3
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
un bon défouloir en un mot : SE DEFOULER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Donzo
A éviter
Belle Daube alors que dire de plus tout est dit dans mon titre lol nan plus sérieusement j'adore la série, jadore les jeux de zombies mais la franchement pour aimer ce jeux faut être sous drogues, c'est moche, lent, ennuyeux, plein de bugs, le gameplay est a la ramasse comme le jeux enfaite, bref a éviter même gratuit je le prend pas tellement c'est horrible. Le seul point positi suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist The Walking Dead : Survival Instinct

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité