flechePublicité

Test Super Monkey Ball 3D (Nintendo 3DS) : 5/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 25 Mars 2011 , Nintendo 3DS

Les +

  • Le mode Boule de Singe sympa
  • Un concept qui fait encore mouche
  • Réalisation et effet 3D honnêtes

Les -

  • Deux modes multi assez insipides
  • Gyroscopie incompatible avec la 3D relief
  • Pas de multi en ligne et une durée assez ri-kiki
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
La note des internautes
6.8

(29 votes)
Donner votre avis
Publiée le 28/03/2011 à 19:03, par Damien

Partager ce test

Test de Super Monkey Ball 3D : la série donne-t-elle encore la banane ?

Déjà présent sur de nombreux supports, Super Monkey Ball débarque sur 3DS avec un contenu un peu chiche et pas toujours approprié.

Arrivé dans les salles d’arcade nippones en 2000 (sur des bornes dotées d’un joystick-banane un brin suggestif d’ailleurs), la série Monkey Ball a petit à petit fait son chemin en direction des consoles du monde entier. Pour preuve, la franchise a débarqué sur une multitude de supports : Gamecube, N-Gage, PSP, PS2, Xbox, Wii, GBA, DS, iPhone… et vient de se glisser dans le catalogue de la Nintendo 3DS. Mais est-ce pour autant une bonne nouvelle ? La réponse, dans notre test.

Le retour de Sega et ses drôles de singesRetour au sommaire
Super Monkey Ball 3D
Si Super Monkey Ball a tant envahi de plateforme de jeux, c’est pour une bonne raison. Le concept de la franchise, largement inspiré de celui de Marble Madness, dispose de sérieux arguments pour faire mouche. Pourtant, à la base, le but est simple : balader un petit singe enfermé dans une boule d’un point A à un point B, en récupérant quelques bananes au passage. Jusque-là, rien de bien méchant. Sauf que le chemin qui sépare les deux points n’a rien de simple, de droit ou même de tranquille…

Il s’agit plutôt d’une route sinueuse, parfois escarpée, où les développeurs ont pris un malin plaisir d’y poser des obstacles afin de nous ralentir / faire sortir du décor : sable ralentisseur, poteau tamponneur ou explosif… Sans oublier que rien que le fait de se déplacer sur le chemin représente un défi en soi, vu que nous sommes dans une boule. Les routes sont parfois très étroites ou incurvées et fréquemment dépourvues de barrières. Ainsi : au moindre faux mouvement, dérapage incontrôlé ou rebond mal maîtrisé, c’est la chute. Et si la prudence est globalement de mise, il ne faut pas oublier l’implacable compte à rebord qui nous mettra la pression, en nous obligeant à réaliser notre objectif dans le temps imparti.

Gameplay #2



Un mode solo agréable...Retour au sommaire
En contrepartie de ces difficultés (qui pourront apparaître chez certains comme frustrantes et énervantes parfois), la réussite se révèle particulièrement jouissive. Le plaisir de parcourir des niveaux colorés, variés, dépaysants et dotés d’une construction peu commune, fait le reste. Vous l’aurez sans doute déjà compris : ce concept demeure inchangé dans Super Monkey Ball 3D, et donc, tout aussi sympathique.

Super Monkey Ball 3D
Le mode solo « Boule de Singe », dépourvu d’histoire (ce qui avait été le cas dans Super Monkey Deluxe, sorti sur PS2, GC et Xbox en 2005), fait ainsi plutôt bien son office en nous proposant un panel de défis (obligatoires et secondaires) assez variés et agréables. Pas moins de 80 challenges sont de la partie (70 de base et 10 qui se débloquent une fois le jeu terminé) partagés dans 8 zones distinctes. Un nombre qui paraît confortable sur le papier mais qui est juste suffisant dans la pratique, pour un habitué de la série (à titre d’information, Super Monkey Ball Deluxe en comprenait 300 !). Il faudra en effet une petite journée, voire une bonne après-midi, pour en voir le bout. D’autant que la difficulté des défis est globalement nettement inférieure à celle des précédents opus.

...mais deux modes multi qui singent leurs modèlesRetour au sommaire
Super Monkey Ball 3D
Reste alors les traditionnels modes multijoueurs pour gonfler la durée de vie. Mais, première déception : il n’y en a que deux (contre 6 dans le tout premier Monkey Ball et 12 dans l’édition Deluxe par exemple) ! Seconde désillusion : ils ne sont pas franchement enthousiasmants. Prenons la Course de Singe, qui lorgne clairement du côté de Mario Kart. Cette dernière nous propose de rouler sur pas moins de neuf pistes (trois par championnat également au nombre de trois) avec des bolides aux caractéristiques variées – vitesse, accélération, maniabilité, dérapage et turbo -. Signalons au passage qu’un mode Monkey Race, assez proche, était déjà présent dans les premiers opus de la série, mais que les personnages s’y déplaçaient seulement dans leur boule, ce qui était plus logique… et surtout plus amusant !

Car force est de constater que le mode Course de Super Monkey Ball 3D n’arrive pas à la cheville du jeu de kart de Nintendo : bolides globalement assez lourds et peu maniables, circuits et objets plutôt décevants… difficile de terminer la course en ayant pris vraiment du plaisir. Même le choix des commandes est discutable. Ainsi, le dérapage, fort pratique, est affilié au bouton B (au lieu de la gâchette R en général, comme dans Mario Kart DS). Ce qui induit de relâcher le pouce de la touche A, gérant l’accélération, ce qui est vraiment peu pratique. Dommage. D’autant que le mode est jouable à 4 en local – pas de online ! – et peut fonctionner avec seulement une cartouche pour tous les joueurs. C’est d’ailleurs valable pour l’autre mode multi, dont nous allons parler de suite.

Bande-annonce #4 - Le Monkey Race en action (FR)

Super Monkey Ball 3D : Vidéo du mode Course de singe


Un poil meilleur que son collègue, le Combat de Singe n’en demeure pas moins une pâle imitation de Super Smash Bros. Il nous invite ainsi à combattre trois autres singes dans quelques arènes (peu nombreuses et inspirées), le tout avec une vue de profil, comme dans le titre de HAL Laboratory. Pas moins de 16 combattants ont répondu à l’appel et disposent de spécificités (Force, Vitesse, Saut) et de coups spéciaux propres. Le but étant de donner un maximum de coups à ses adversaires et d’en prendre le moins possible, afin d’engranger un maximum de bananes et ainsi remporter la partie. Si l’on apprécie d’avoir plusieurs types de règles (temps limité, score caché pendant la manche, etc.) ainsi que quelques subtilités intéressantes (le respawn à distance assez joliment mis en scène, les attaques combo et chargées…), le mode ne captive clairement pas sur le moyen / long terme. La faute à un manque de fun flagrant au cours des affrontements, à une petite latence légèrement perceptible, à quelques bugs de collision et une absence d’inspiration au niveau du level design assez étonnante.

C’est dommage, car la réalisation du titre est dans l’ensemble pourtant honnête. Le jeu est fluide et plutôt coloré. Le design des aires de jeu (dans le mode « Boule de Singe ») demeure attrayant bien qu’un tantinet moins déjanté qu’auparavant. En un mot : c’est propre et efficace (je sais, ça en fait plus d’un !). Et puisque nous sommes sur 3DS, il faut bien entendu parler du rendu visuel en 3D stéréoscopique. Ce dernier est plutôt bon : on dissocie bien les différents éléments à l’écran et la profondeur s’avère bien perceptible. Par contre, il sera quasiment impossible d’en profiter si l’on choisit de jouer en mode gyroscopique. En effet, cette maniabilité nous oblige à incliner la console dans tous les sens afin de pouvoir déplacer notre singe. Problème : l’effet 3D de la 3DS disparaît si l’on n’est pas en face de l’écran, d’une manière assez stable et durable de surcroît. En revanche, pas de souci en jouant au Pad Circulaire. C’est d’ailleurs le type de maniabilité que nous vous conseillons, car le plus précis et agréable à manipuler sur la durée. Même bien calibrée, la fonction gyroscopique nous a paru un poil moins efficace durant notre phase de test.

Bande-annonce #5 - Combat de singe

Super Monkey Ball 3D : Vidéo du mode Combat de singe


Au final, Super Monkey Ball 3D n’est pas un mauvais jeu mais pas un grand cru non plus. Il sera même une petite déception pour bon nombre d’habitués, car seule une activité (fort heureusement la principale) sur les trois proposées se révèle vraiment plaisante. Le risque de vite faire le tour de la cartouche est donc là, même à un prix positionné entre 40 et 50 euros en boutique. Sega devra donc améliorer dès que possible son cocktail afin d’éviter de glisser sur une peau de banane à l’avenir.

Super Monkey Ball 3D
Super Monkey Ball 3D
Super Monkey Ball 3D
Super Monkey Ball 3D
Super Monkey Ball 3D
Super Monkey Ball 3D
Super Monkey Ball 3D
Super Monkey Ball 3D
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 6.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
Pour les tous jeunes ou les parents On s'est régalé en famille. Le jeu est très accessible pour les joueurs débutants. On apprécie surtout le mode course avec un graphisme coloré et des environnements variés. Certainement rien d'innovant mais on s'éclate sans prise de tête. Steph
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Moyen
jordan se jeu et mieu que celui de la nintendo ds car sur la nintendo 3ds il et mieu fait mai bon sa s est normale mai que se jeu et amusant , et que tu peux faire le mode aventure tu peu faire des matche de combat , des cours perso a se jeu je lui mai 7/10
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

NEWSLETTER

Reçois gratuitement les news par mail !

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

flechePublicité
flechePublicité