flechePublicité

Test Styx : Master Of Shadows (PS4, Xbox One) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 07 Octobre 2014 , PS4 , Xbox One , Plus de tests sur PC

Les +

  • Un anti-héros attachant
  • Gameplay plutôt ouvert
  • Missions à faire et... à refaire
  • Verticalité des niveaux
  • Amusant concept du clone

Les -

  • Seulement huit missions
  • Pas de quick save (consoles)
  • Textures en demi-teinte
  • Quelques bugs / blocages
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.1

(30 votes)
Publiée le 07/10/2014 à 10:10, par Nerces

Test de Styx Master of Shadows : mon gobelin se la joue Hitman

Deux ans après Of Orcs And Men, Styx le gobelin est de retour pour un jeu au gameplay fortement inspiré des exploits du Hitman.

Distribué il y a deux ans de cela - en octobre 2012 - Of Orcs And Men a rapidement sombré dans l'oubli, la faute à de gros défauts de game design qui nuisaient considérablement à l'immersion. Le jeu a toutefois permis de faire connaissance avec le personnage de Styx, un gobelin roublard et sans le moindre scrupule, que l'on retrouve aujourd'hui dans un spin-off qui lui est entièrement consacré. Master of Shadows nous conte effectivement les mésaventures de Styx alors qu'il cherche à dérober le cœur de l'Arbre-Monde autour duquel a été élevée la tour d'Akenash, une immense citadelle humaine... Mieux gardée que Fort Knox !

La traversée du Styx...Retour au sommaire
Styx : Master Of Shadows
Nous le disions en introduction, des deux héros d'Of Orcs And Men, seul subsiste ce nabot de Styx. Gobelin de son état, il exploite les dons que lui a fait Dame Nature... de manière pas toujours très avouable. Aussi agile que discret, il est effectivement devenu un spécialiste de la cambriole dont l'objectif actuel n'est - ni plus ni moins - que le cœur de l'Arbre-Monde. Pour faire simple, ce cœur est l'unique source de l'ambre, la plus remarquable substance du monde imaginé par Cyanide... De fait, ce cœur est considéré comme l'un des biens les plus précieux et, une fois en sa possession, Styx espère en tirer un bon prix.

Vous vous en doutez, récupérer le « cœur » n'est pas une partie de plaisir, les Humains ayant décidé de bâtir leur plus puissante citadelle tout autour de l'Arbre-Monde... Histoire d'être au plus près de la source d'ambre. Approcher de l'Arbre implique donc de pénétrer dans la tour d'Akenash, de se frayer un chemin à travers ses différents quartiers et de récupérer tout un tas d'informations sur les gardes, les « systèmes de sécurité » et les divers verrous imaginés par les humains. Styx peut heureusement compter sur quelques soutiens, notamment sur la présence d'Ozkan, sorte de commanditaire à-même de guider - partiellement - notre répugnant compagnon.

Styx : Master Of Shadows
Ozkan conditionne toute la structure du jeu que l'on peut sans peine comparer à celle d'un Hitman. Après un inévitable et long didacticiel, Styx : Master of Shadows se découpe en huit missions. Elles sont bien sûr toutes liées les unes aux autres, mais, entre chaque, on rend visite à Ozkan afin de « faire le point » sur la situation. Il s'agit alors de repasser par notre planque située dans les égouts d'Akenash. Cette planque permet de refaire le plein en accessoires (potions, couteaux...) avant de débuter la mission suivante. Elle permet aussi de répartir nos points de compétences chèrement acquis ou de refaire une précédente mission afin d'améliorer son « score ».

Lilo et Styx ?Retour au sommaire
S'il n'est pas question d'obtenir un véritable score comme dans un « vulgaire » shoot them up, Styx : Master of Shadows reprend ici un concept cher au Hitman : le bilan de mission sur lequel on peut voir le nombre d'alertes que l'on a déclenchées ou de types qu'on a assassinés. Un écran qui est évidemment l'occasion de juger de son habileté et, ainsi, de pousser le joueur à retenter la mission afin de décrocher une des quatre médailles disponibles. On regrette juste que les développeurs de Cyanide n'aient pas attribué une sorte d'évaluation globale comme le fameux silent assassin des anciens Hitman.

Styx : Master Of Shadows
L'écran de conclusion des missions est aussi l'occasion de se voir attribuer un certain nombre de points de compétence. Des points que nous avons déjà évoqués et que l'on peut ensuite répartir - une fois dans notre planque - afin de débloquer quelques aptitudes. Ici, nous avons sept catégories avec chacune, quatre compétences. La rubrique agilité permet notamment de se déplacer plus discrètement quand assassinat donne de nouvelles options d'élimination. Équipement permet bien sûr d'étendre son inventaire alors que clonage regroupe toutes les aptitudes liées à ce clone que nous n'avons pas encore évoqué.

Élevé à l'ambre, Styx n'est pas un gobelin tout à fait comme les autres. Une jauge indique son niveau d'ambre - que l'on recharge via des fioles - et il est possible d'en consommer afin d'accomplir différents « miracles ». S'il en est un que l'on utilise fréquemment en cours de partie, c'est bien la « vue d'ambre » : il s'agit d'une sorte de double-vue permettant de scanner les environs et de voir en surbrillance les ennemis potentiels ainsi que les éléments interactifs du décor. L'ambre permet aussi de se rendre invisible - mais pas silencieux ! - et son dernier usage est donc la création d'un clone...

Quelques phases de gameplay


Des bâtons dans les roues... de StyxRetour au sommaire
Ce clone est une sorte de Styx un rien dégénéré - aucune copie n'est parfaite ! - que l'on peut contrôler pour accomplir différentes tâches. D'une simple pression, on passe de Styx à son clone ou du clone à Styx. Les commandes de l'un et de l'autre sont strictement identiques, mais leur potentiel, sensiblement différent. Ainsi, le clone peut actionner les différents mécanismes de la tour d'Akenash ou se faufiler à travers certains passages particulièrement étroits, mais se trouve incapable de combattre ou d'utiliser l'équipement de Styx : couteaux de lancer, fioles de vie ou d'acide, poignées de sable...

Styx : Master Of Shadows
On peut donc le voir comme une sorte d'accessoire dont Styx peut faire usage pour débloquer certaines situations, contourner des obstacles ou attirer un garde... Particulièrement fragile, il ne peut en revanche pas servir de « bouclier gobelin » et, attention, sa mort entraine une perte d'ambre, sachant que la substance n'est guère fréquente. À côté de cette jauge d'ambre, Styx dispose de la traditionnelle barre de vie, mais comme c'est le cas sur un Hitman, il ne faut pas trop compter dessus... surtout si vous optez pour le niveau de difficulté le plus élevé qui est aussi, bien sûr, le plus intéressant.

De base, lorsqu'il est repéré, Styx a la possibilité de parer les attaques de ses adversaires et même de contre-attaquer pour les éliminer. Evidemment, Styx sera vite submergé et, même en mode « facile », il est déconseillé d'y aller en « gros bourrin ». En mode gobelin - la difficulté maximale - Styx n'a plus cette option « parade » et doit donc faire preuve d'une absolue discrétion pour boucler ses missions... Un bouclage qui peut heureusement se faire de bien des manières.

Entre Styx et nous... ça colle !Retour au sommaire
Styx : Master Of Shadows
Au-delà du seul concept du jeu, c'est au travers de ces multiples possibilités que Master of Shadows fait immanquablement penser à un Hitman... Styx, c'est un peu l'Agent 47 de l'heroic fantasy ! Ainsi, selon les cas, il peut y avoir différents passages secrets pour contourner les gardes. On peut aussi observer attentivement leurs rondes et la position de certaines caches pour passer à leur insu. La plupart des niveaux exploitent aussi la verticalité du level design pour nous inviter à grimper / descendre le plus possible, mais l'option « clone » n'est jamais à négliger bien entendu.

Ce qu'il y a de bien avec Styx, c'est qu'en fonction de ce que l'on cherche, on peut garder une option « baston ». Bien sûr, on s'éloigne alors du concept de furtivité absolue, mais en se limitant aux premiers niveaux de difficulté, le combat - s'il reste rare - est une solution viable. La présence d'éléments d'équipement ajoute également au gameplay. Les poignées de sable peuvent éteindre les torches discrètement, tandis que les couteaux peuvent être lancés sur une bonne distance, mais bizarrement, même en récupérant le corps de notre adversaire, impossible de reprendre le couteau en question ?!

Styx : Master Of Shadows
Puisque nous en sommes à relever les incongruités, précisons qu'étrangement, il n'est plus possible d'assassiner un garde par derrière si notre Styx est juché sur un tabouret ou un bureau ! On se doute qu'il s'agit d'une astuce de développeur pour contrecarrer un peu la progression des joueurs, mais c'est un peu facile. Heureusement, c'est le seul gros défaut de ce genre que l'on a repéré alors que, sur consoles, il nous faut mentionner l'absence de sauvegarde rapide : c'est dommage car, associé aux temps de chargement, cela n'incite pas le joueur à « tenter des choses » comme sur PC et le jeu y perd (un peu) de son intérêt.

Fans du Hitman, nous avons accueilli les aventures en solitaire de Styx le gobelin avec une certaine curiosité. Malgré une réalisation graphique largement perfectible (notamment du côté des textures) et la présence de seulement huit missions, nous ne pouvons que saluer le travail de Cyanide. Infiltration et ouverture du gameplay sont les maître-mots de cette plongée dans la tour d'Akenash qui permet d'aborder les missions de bien des manières. Au-delà des seuls objectifs « imposés », on peut effectivement se donner ses propres contraintes afin, par exemple, d'éliminer chacun des gardes ou, au contraire, d'épargner tout le monde. Styx : Master of Shadows n'est peut-être pas du niveau des meilleurs Hitman, mais il mérite à coup sûr que l'on se penche sur son cas.

Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 4 GHz, 16 Go de mémoire vive et GeForce GTX 780 Ti. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 3 GHz, épaulé par 4 Go de mémoire vive et une GeForce GTX560.

Styx : Master Of Shadows
Styx : Master Of Shadows

Styx : Master Of Shadows

Styx : Master Of Shadows
Styx : Master Of Shadows
Styx : Master Of Shadows

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.1
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : renofaringite
Moyen
Moyen Mon avis sera clair, j'y suis depuis une bonne dizaine d'heures et je m'ennui ferme. L'histoire ne me passionne pas, forcement le pitch doit tenir en trois lignes... Le gameplay est ultra basique, on fait presque tout avec trois boutons et les PNJ sont cons comme des teub's et on a l'impression de refaire toujours toujours toujours la même chose... Si encore la naration et le story board étaien suite ...
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
Titre attachant pour un AA made in france Concept pas revolutionniare mais très appliqué et une reussite sur sa partie DA. Un grand jeu qui n'a pas eu le budget qu'il aurait mérité pour enrichir le contenu scénaristique et la durée de vie. Un bel essai que l'on espère pas sans lendemain se serait dommage de perdre cette passion dans les méandres d'un excessif réalisme financier. Souhaitons à ce projet la réussite commercial qu'il merite.
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité