flechePublicité

Test Strike Vector (PC) : 9/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 28 Janvier 2014 , PC

Les +

  • Le pilotage exigeant et grisant
  • Des dogfights spectaculaires et ardus
  • Nombreuses combinaisons d'armes possibles
  • Level-design fabuleux
  • Personnalisation poussée du Vector
  • Tous les DLC annoncés gratuits

Les -

  • Encore léger coté contenu
  • Un peu dur à appréhender pour les novices
  • Manque un vrai soundtrack
La note de jeuxvideo.fr
9.0
tres bon
La note des internautes
8.1

(67 votes)
Publiée le 07/02/2014 à 18:02, par Virgile

Test de Strike Vector : le fast-FPS-aéro-furieux de vos rêves !

Immense coup de coeur pour la création des Parisiens de Ragequit Corporation, un jeu comme on n'en voit plus.

Jeune studio vraisemblablement fondé par une bande d'irréductibles poilus, Ragequit Corporation a décidé de foutre un grand coup de botte dans la fourmilière des FPS/TPS compétitifs. Avec Strike Vector, les bougres redonnent toute sa place au skill dans un titre furieux, débridé, vertigineux, impitoyable, un pur shooter à l'ancienne qui fera grimper votre pression sanguine dès la première partie. Petites natures, passez votre chemin ou mourez.

Y'a-t-il un pilote dans le Vector ?Retour au sommaire
Strike Vector
Bon sang que ça fait du bien ! Cela faisait bien longtemps qu'un titre tout entier dédié au multijoueurs ne nous avait emballés à ce point. Strike Vector est de la trempe des meilleurs shooters sous perfusion d'adrénaline, Quake III et Unreal Tournament en tête, mais dans les airs et aux commandes d'un chasseur hybride rappelant les Variable Fighters de Macross. Des influences structurant l'ADN de Strike Vector.

Ici pas d'assistance, de perks complètement pétés décrochés au premier kill streak, de santé miraculeusement restaurée après une petite campe à l'abri. Non, rien qu'un chasseur hybride pétant à la gueule de son pilote après cinq secondes sous le feu ennemi, le même arsenal pour tous dès le départ et pour toujours, de sorte que ce qui fera la différence c'est la virtuosité du pilotage, la précision du tir, l'audace, la prudence, la fourberie, le courage, bref en un mot comme en cent : le joueur.

Strike Vector
Strike Vector met donc aussi bien l'accent sur le pilotage que sur le frag. Et le Vector est à cet usage un appareil aussi véloce que meurtrier dont la maîtrise demandera beaucoup de doigté et d'heures de jeu. Mais avant de se lancer dans la bataille, un petit passage par le hangar permet déjà de se familiariser avec les différentes armes disponibles et de personnaliser son chasseur. On commence donc par choisir deux armes - droite et gauche - parmi une liste de huit, de la classique gatling arrosant sans discontinuer mais pénalisée par son manque de précision, au homing missile accrochant sa cible mais au cooldown important, en passant par les swarm missiles qui, à défaut d'être redoutables, filent à toute allure sur la cible la plus proche. Chaque pétoire peut ensuite être boostée de deux améliorations - portée, précision, cadence de tir etc. Un arsenal aux combinaisons variées qui devront être expérimentées à la dure, sur le champ de bataille. Evidemment, pas de tutoriel pour feignasses, juste un petit descriptif et roule - ou plutôt vole - ma poule !

Même chose en ce qui concerne les équipements de soutien ou Special Action. Il peut s'agir de mines à larguer sous le nez d'un poursuivant, d'un boost surpuissant permettant d'échapper au lock d'un missile, ou encore d'un EMP neutralisant l'équipement des Vector à proximité. Et là encore il faudra juger des avantages et inconvénients de chacun par soi-même, au contact. Enfin la Spécialisation - sorte de compétence mettant l'accent sur la furtivité, la vitesse, la détection des cibles, etc. - apporte une touche finale à la création de son build.

Bande annonce de la sortie Steam


Même joueur joue encoreRetour au sommaire
Strike Vector
Allons prendre un peu l'air maintenant. La première grande difficulté rencontrée par tout pilote débutant c'est évidemment la maîtrise de son Vector. Les premières sorties sont ainsi un véritable festival de crashes. La vélocité du Vector et la complexité des environnements ne font pas bon ménage pour le rookie qui aura naturellement tendance à mettre constamment la gomme. Mais vient ensuite la découverte émerveillée du vol stationnaire. Celui-ci, en plus de stabiliser l'appareil pour shooter sereinement nos proies, a surtout l'avantage d'interrompre brutalement la poussée du Vector pour repartir de plus belle. Et lorsqu'on en vient finalement à assimiler les dernières petites subtilités du pilotage - barrel roll, variations d'altitude, dash latéraux etc. - le maniement du Vector devient totalement jubilatoire.

D'autant plus lorsqu'en véritable tête brûlée on se risque à virevolter en plein cœur des tortueuses structures conçues par Ragequit. Pour l'heure au nombre de dix, les environnements sont pour la plupart de véritables dédales futuristes où tout semble avoir été agencé pour que les imprudents y flirtent constamment avec la mort, façon Luke Skywalker lancé à pleine bourre dans les tranchées de l'Etoile de la Mort. Et rien n'est plus grisant que de sortir victorieux d'un dogfight âprement disputé dans les entrailles d'une de ces stations au level-design d'une intelligence diabolique. L'apprentissage de leurs architectures comme de l'emplacement des items de soin et de réduction de cooldown des Special Action est évidemment essentiel pour faire la différence.

Strike Vector
Strike Vector
Strike Vector

Une dizaine de maps variées et diablement bien pensées

Mais avant d'en arriver là, il va falloir trimer, les potes. Strike Vector est un jeu extrêmement punitif et donc difficile à dompter. Le premier frag est en soi une victoire, le premier kill streak un exploit, le premier podium au classement un véritable achievement. Parmi la petite batterie de modes de jeu, on se dirigera donc plus volontiers vers les classiques Team Deathmatch et Domination pour faire ses premières armes. Pour le reste, on trouve évidemment d'impitoyables Deathmatch et un mode Bounty Hunter où les plus riches auront chaud aux fesses. C'est peu, et on pourrait à première vue reprocher à Strike Vector son manque de contenu.

Prends mon ami, c'est cadeau !Retour au sommaire
Strike Vector
Huit armes, quatre modes de jeu, douze joueurs au maximum, il est vrai qu'on pouvait espérer mieux, en dépit de la confortable dizaine de maps. Mais, et c'est là qu'on sait avoir à faire à un studio qui a tout compris, l'intégralité des contenus additionnels à venir seront entièrement gratuits. Chaque mois, le jeu devrait donc s'étoffer de petites nouveautés. On imagine donc que de nouveaux modes de jeux, des maps et peut-être de nouveaux équipements feront peu à peu le bonheur des acquéreurs du jeu. D'ailleurs à ce sujet, petite requête à l'attention de Ragequit : une bande-son étoffée de thèmes à vous coller des frissons serait vraiment la bienvenue car, pour l'heure, il faut plutôt compter sur le renfort d'une petite playlist maison (un conseil : l'OST d'Ace Combat Assault Horizon fait des merveilles).

Bref, y'a-t-il quoique ce soit à reprocher à l'excellent Strike Vector ? De notre point de vue, en dehors de la question musicale, pas grand-chose. Peut-être que quelques explications illustrées n'auraient pas été de trop, celles dispensées sous la forme d'une succession d'écrans étant un peu justes pour le n00b ne sachant pas très bien où il met les pieds. Certains lui reprocheront peut-être une réalisation un peu légère. C'est vrai que l'Unreal Engine 3 ne fait pas de miracles, mais le titre est parfaitement fluide et visuellement tout à fait convaincant. Non, vraiment, Ragequit Corporation nous a conquis.

Strike Vector est la parfaite illustration qu'avec un concept simple mais maîtrisé, de la générosité, une bonne dose d'intransigeance et surtout beaucoup de passion, un petit indépendant peut accomplir de grandes choses. Ragequit Corporation signe là un shooter renouant avec un héritage qu'on croyait presque oublié. Passées les premières vexations et un apprentissage à la dure, les moins frileux découvriront un titre spectaculaire délivrant de gros rushs d'adrénaline pure, entre dogfights âprement disputés et manœuvres héroïques dans les entrailles de stations aériennes aux architectures complexes. Son manque de contenu pourra décevoir, aussi espérons-nous que Ragequit tienne sa promesse en étoffant régulièrement son titre de nouveautés gratuites. En plus de modes de jeu supplémentaires, une véritable bande-son in-game serait la bienvenue et, pourquoi pas, quelques pétoires de plus. Ces quelques réserves mises à part, Strike Vector est un sacré coup de cœur qui mérite un succès retentissant.

Strike Vector
Strike Vector
Strike Vector
Strike Vector
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.1
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Must have Ce jeu est fou. Au début c'est rude, limite injouable, mais après quelques heures tu t'étonnes toi même de faire des trucs de malade digne des trailers. C'est juste hyper addictif, nerveux et c'est surtout putain de rafraichissant par rapport a ce qui sort en ce moment en termes de FPS/shooter etc... Le gameplay est génial, c'est fluide, c'est même plutôt joli. Les maps sont cool, dommage que c suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Diks
A éviter
nouveau concept , un jeu multi solo. Dsl mais je ne peux pas vous le conseiller et je ne peux mm pas dire que c'est un mauvais car je n'ai pas pu y jouer , les serveur sont vides , pas un peu , pas de temps en temps , ils sont vides tous le temps. je viens de l'acheter et j'ai fais une seul parti en multi on était 5 maxi, depuis sur la trentaines de serveurs j'en ai retrouver aucun avec d'autres joueurs dessus. Une deception enorme suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Strike Vector

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité