flechePublicité

Test Starhawk (PS3, Gameboy) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 11 Mai 2012 , PS3 Sortie le 07 Avril 2008 , Gameboy

Les +

  • Gameplay hybride très efficace
  • Multijoueurs accrocheur
  • Direction artistique de bon goût
  • Très bonne bande-son

Les -

  • Campagne anecdotique
  • Peu de règles de jeu en multi
  • Manque de variété des cartes
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
7.7

(37 votes)
Publiée le 25/05/2012 à 15:05, par Virgile

Vidéo-Test de Starhawk : plus près des étoiles

Succésseur du sympathique Warhawk, le titre de Lightbox Interactive se présente avec un multijoueurs en béton mais, cette fois, vendu au prix fort.

En 2007, Warhawk fut une bonne surprise pour les possesseurs de PlayStation 3. Titre exclusivement multijoueurs vendu à un prix très raisonnable, il a su fédérer une communauté de fidèles et s'enrichir au fil de mises à jour successives. Avec Starhawk, Lightbox Interactive - studios monté par des anciens d'Incognito - nous propose une production plus ambitieuse dotée, cette fois, d'une campagne solo en plus d'un multijoueurs considérablement enrichi.

Starhawk : a new hope ?Retour au sommaire
En fait d'une campagne solo, disons que Starhawk se dote d'une sorte de tutoriel scénarisé. Comprendre : l'histoire ne vole pas haut ou, tout du moins, n'offre ni enjeu ni mise en scène à vous en coller quelques frissons. Dans un futur éloigné, l'humanité a bien engagé la colonisation de l'espace. Au fil de son exploration, elle a même découvert une nouvelle source d'énergie : l'énergie de faille.

Mais la ruée vers ce nouvel eldorado a rapidement montré ses méfaits en changeant certains des mineurs en mutants sauvages, les Outcasts. Emett et son frère Logan font partie de ces malheureux. Mais le premier, héros de cette campagne, a pu être sauvé par son acolyte Cutter qui lui a implanté un régulateur d'énergie le préservant de toute mutation définitive. Son frère n'a pas eu cette chance et a rejoint le camp des Outcasts. Une guerre fratricide s'engage alors.

Gameplay #1 - Début de la campagne



Starhawk
Plus qu'anecdotique, la campagne de Starhawk se enchaîne les objectifs de missions vieux comme le monde et les aires de jeu à la construction paresseuse. Cependant, elle permet de se familiariser avec la principale nouveauté introduite par le gameplay de Starhawk : le Build'n'Battle. Le joueur a désormais la possibilité de construire toute une variété de bâtiments : garage, générateur de dôme de protection, extracteur d'énergie, tourelle de défense etc. Un mariage du third person shooter au RTS qui fonctionne à merveille mais exprime tout son potentiel en multijoueurs.

Guerre ouverteRetour au sommaire
Starhawk a de toute évidence été entièrement construit autour de son multijoueurs. Il suffit de jeter un oeil au menu général du jeu pour s'en convaincre. Bien pensé celui-ci permet d'accéder rapidement à toutes les fonctionnalités online du jeu dont le listing des parties en cours, là où expérimenter ce fameux Build'n'Battle dont nous parlions plus haut.

Tout comme dans Warhawk, les deux équipes - jusqu'à seize dans chaque camp - démarrent aux deux extrémités de la carte. Seulement, dans Starhawk c'est à l'ensemble des joueurs de chaque faction de participer à la construction de la base, de ses défenses et des ateliers de constructions de véhicules. Il suffit pour cela d'engranger des unités d'énergie via l'extracteur puis d'accéder au menu circulaire de construction assigné à la touche Triangle.

Les deux camps étant situés dans des zones relativement cloisonnées mais ouvertes par de multiples accès, il faut agir vite et prioriser ses constructions. D'abord bâtir des murs équipés de tourelles pour sécuriser le position, ensuite décider de la stratégie : blinder soigneusement son camp ou rusher l'ennemi pour engranger des points quand celui-ci est en pleine phase de construction ? A moins qu'il n'ait décidé d'agir de la même manière ?

Gameplay #3 Un peu de multijoueurs



Starhawk
Très vite, on se rend donc compte que Starhawk a beaucoup hérité des mécaniques et des tactiques inhérentes aux RTS. Mais dans un RTS il n'y a qu'un seul maître à bord, tandis que dans Starhawk il faut composer avec plusieurs individualités qui risquent d'agir de façon complètement désordonnée voire contradictoire. D'où l'importance capitale du jeu en équipe. Pas toujours évident à mettre en place lors d'une partie rejointe au hasard.

Mais Starhawk offre la possibilité de créer son clan et donc d'agir en tant que tel au cours des batailles. On peut alors voir émerger de véritables stratégies offensives conférant au jeu une profondeur inédite. Un assaut bien coordonné sur une base ennemie sèmera inévitablement le désordre dans les lignes ennemies, chacun cherchant à reconstruire tant bien que mal ce qui a été détruit pour éviter la déroute totale.

Et la dimension TPS n'est pas en reste grâce à un arsenal enrichi mais aussi à l'usage des véhicules. On retrouve ainsi la plupart des engins du premier volet à quelques différences près. Les Hawks deviennent des hybrides dans la veine des méchas de Macross par exemple. Des motos futuristes font également leur apparition, diablement véloces et parfaites pour rusher la base adverse pour y dérober le drapeau ennemi. Enfin, les troufions peuvent aussi s'équiper d'un jetpack.

Starhawk
Mais revenons-en aux Hawks. Les dogfights s'avèrent encore plus intenses que dans Warhawk grâce à quelques petits ajustements bienvenus. Les armes embarquées sont plus variées et des contre-mesures peuvent être lâchées pour échapper à la menace d'un missile. Enfin le maniement de l'appareil nous a paru plus souple, un vrai bonheur à piloter.

Lightbox a donc fait preuve d'audace avec cette suite, ce qui est suffisamment rare pour être salué. Dommage que le développeur ne soit pas allé assez loin à notre goût. Car si Starhawk propose des batailles passionnantes il en oublie de varier les plaisirs : à peine quatre modes de jeu archi classiques, des factions identiques et aucun système de classe. On regrette également que Lightbox n'ait pas eu la bonne idée de proposer des batailles entre plus de deux camps. La dimension RTS du titre se prêtait pourtant à cette ouverture.

Vers l'infini et au-delà !Retour au sommaire
Coté réalisation, le changement d'univers a évidemment entraîné la direction artistique avec lui. Certains environnements partagent encore quelque chose de montagneux et inhospitalier avec ceux de Warhawk, mais la grande nouveauté ce sont bien entendu les aires de jeu spatiales. Les affrontements au sol prennent place sur de vaste plateformes ouvertes sur le vide spatial et dont le level-design tortueux n'a rien à envier aux extérieurs rocailleux de la surface. Reste qu'on aurait apprécié un peu plus de variété dans les ambiances proposées. Mais pour cela, il faudra vraisemblablement en passer par les packs de cartes prévus sous forme de DLC ...

Starhawk
Cette refonte complète du design englobe évidemment le mechanical design. Les Hawks, sous forme de méchas ou d'avions, ont définitivement plus de classe que leurs ancêtres de Warhawk, les motos semblent tout droit sorties de Star Wars tandis que les jeeps ont vu leur allure s'affiner. L'ensemble est ainsi beaucoup plus séduisant malgré un design des constructions spatiales un poil trop chargé.

Enfin la réalisation a elle aussi connu une embellie notable. Sans se classer parmi les plus belles réussites de la console, la modélisation s'avère globalement plus complexe et les textures plus fines. On reste très loin des références de ce support, mais Starhawk surclasse aisément son prédécesseur.

Starhawk propose un gameplay hybride audacieux et donnant lieu à des batailles vraiment passionnantes, pour peu que le teamplay s'installe dans votre camp. Ce mariage entre third person shooter, dogfights et RTS n'était pourtant pas une réussite assurée sur le papier. Mais grâce à un système de construction simple et intuitif, un level-design intelligent et un renouveau bienvenu de l'arsenal et des véhicules, l'association est couronnée de succès. Il demeure néanmoins quelques motifs d'insatisfaction. D'abord une campagne solo famélique qui toute pédagogique qu'elle soit aurait pu être beaucoup plus qu'un simple tutoriel mal amené. Et puis côté multijoueurs, il manque tout de même pas mal de subtilités pour développer le concept du Build'n'Battle jusque dans ses dernières conséquences. Les modes de jeu sont peu nombreux et on ne peut plus classiques, les batailles ne mobilisent que deux camps (pourquoi pas plus ?) et quelques outils de personnalisation autres que cosmétiques n'auraient pas été de trop. En dépit de ces quelques regrets, Starhawk s'impose comme une expérience multijoueurs haletante et rafraîchissante.

Starhawk
Starhawk
Starhawk
Starhawk
Starhawk
Starhawk


Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.7
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
starhawk Un jeu de strategie different car vous pouvez combatre avec vos unité sur le champ de bataille a la 3éme personne. De plus, il y a une multitude de véicules moderne et le déploiment des nombreux batiment a construire est impressionnant ! C'est un Battlefield3 en 5 foi mieu ! En grafisme il est modeste mais l'on s'abitue très vite meme dans la demo. Ce jeu est génial !!!
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
starhawk Un jeu de strategie different car vous pouvez combatre avec vos unité sur le champ de bataille a la 3éme personne. De plus, il y a une multitude de véicules moderne et le déploiment des nombreux batiment a construire est impressionnant ! C'est un Battlefield3 en 5 foi mieu ! En grafisme il est modeste mais l'on s'abitue très vite meme dans la demo. Ce jeu est génial !!!
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Starhawk

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
script');s.async="async";s.type="text/javascript";s.src='http://tcr.tynt.com/ti.js';var h=document.getElementsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->