flechePublicité

Test Splinter Cell : Pandora Tomorrow (Xbox, PS2, GameCube) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 01 Avril 2004 , Plus de tests sur PC , Sortie 1er trimestre 2004 sur Xbox, PS2, GameCube

Les +

  • Graphismes améliorés
  • Jouabilité simplifiée
  • Doublage français
  • Intelligence artificielle des ennemis
  • Xbox Live

Les -

  • Un mode solo sans de réelles innovations
  • La gestion des sauts
  • Euh...
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
8.5

(30 votes)
Publiée le 23/06/2004 à 00:06, par Ryu69

Splinter cell: pandora tomorrow : L´infiltration à son paroxisme.

Bienvenue dans le nouveau centre de thalassothérapie réservé aux stars pixelisées du jeu vidéo ! Vous désirez perdre du polygone, prendre des textures...

Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Bienvenue dans le nouveau centre de thalassothérapie réservé aux stars pixelisées du jeu vidéo ! Vous désirez perdre du polygone, prendre des textures plus lisses, vous débarrasser de la fluidité de vos mouvements ? Nos plus grands spécialistes veillent sur vous. Puis-je connaître votre identité ? Monsieur Fisher, c´est noté.

La patte Tom Clancy
A trop vouloir dominer le monde entier, les Etats-Unis devaient bien comprendre que des poches de résistance allaient mûrir un peu partout sur le globe et s'élever face à l'oppresseur venu d'Occident. Les premières manifestations ne tardèrent pas à s'exprimer mais à des endroits où l'on s'y attendait le moins. Afin de bloquer l'expansion de l'Islam au cœur de l'Asie du Sud Est, l'armée américaine prit la décision de s'implanter "pacifiquement" au Timor Oriental, plaque stratégique aussi bien au niveau économique que pour le terrorisme. C'est ainsi que les habitants du coin ne tardèrent pas à voir fleurir les marques de l'impérialisme américain dans leur domaine (base militaire, drapeaux dans les ruelles, troupes armées jusqu'aux dents,…). Certaines factions prirent cela comme un affront, une humiliation qui ne pouvait se payer que par le sang. Alors que la Lune inscrivait son reflet dans les limbes de l'océan, des hommes grenouilles prirent d'assaut la principale forteresse américaine et, après avoir réduit en miettes ses occupants à coup de grenades et roquettes, décidèrent de garder quelques otages. Toute cette mise en scène est l'œuvre d'un seul homme, Suhadi Sadono, ancien guérillero reconverti dans le grand banditisme. Les actes de ce nouveau Ché Guevara n'ont pas mis longtemps à arriver aux oreilles du Pentagone qui, en représaille, décide d'envoyer leur meilleur élément, le principal espion d' Echelon 3, je veux bien sûr parler de Sam Fisher qui, après avoir évité la troisième guerre mondiale dans l'opus précédent, se voit ici confier la périlleuse tache de récupérer des informations confidentielles. Les vacances ne seront pas encore à l'ordre du jour mais, pour sauver entre autre un vieil ami pris au piège dans l'Enfer indonésien, notre héros n'hésite pas à faire passer son plaisir au second plan.

Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow

Un régime sans sel
Après avoir visité les Etats-Unis et les pays de l'Ex-Union Soviétique, Ubi Soft a décidé de vous emmener dans des contrées plus éloignées afin de laisser tomber la polaire au profit du short et de la bonne vielle paire de tongues. Le métro parisien et ses dédales peuplées de badauds peu recommandables ; Jérusalem, patrie de toutes les religions et son marché noir mais également l'Indonésie et ses forêts cent pour cent naturelles vous accueillent lors de vos différentes missions. Si sur Xbox la qualité graphique avait mis une baffe marquée au fer rouge, notre sentiment sur la mouture PS2 se compare à un pneu croisant un morceau de verre : le soufflet retombe assez vite ! Certes, cela reste de bonne qualité en comparaison avec les galettes servies généralement sur le monolithe noir, mais le manque de puissance en comparaison avec le radiateur vert se ressent sur une qualité de texture bien fade. Les décors souffrent en majeure partie d'un effet d'aliasing devenu une habitude chez Sony et le jeu de lumières doit faire chambre commune avec un scintillement de plus en plus oppressant pour nos mirettes. La modélisation de l'eau reste néanmoins fort jolie, même si cette belle impression retombe vite lorsque l'on constate une gestion des dégâts réduite de moitié ; Fisher se conduit comme un gentil garçon qui doit se plier aux exigences des développeurs.La plupart d'entre vous auront vite fait de constater une certaine linéarité à travers des niveaux plus courts. Que nenni mes braves gens ! Vous n'avez pas compris la nouvelle approche mise en place par les développeurs qui ouvrent ici une nouvelle brèche dans la compréhension d'un niveau, qui ne se visualise plus dans la longueur mais dans la largeur. En effet, il est désormais possible d'appréhender une salle ou une ruelle de différentes manières : foncer droit devant vous, passer par les toits ou descendre par les égouts sont entre autres des exemples qui permettent de se faufiler sans être démasqué. L'interaction a semble-t-il été négligée ? Mais non, je plaisante bien sûr, c'est plus subtil qu'on ne le pense : ce n'est Fisher qui agit avec l'environnement, mais la nature qui agit en fonction de votre personnage. De ce côté là, un soin tout particulier a été apporté à la bande son afin d'immerger davantage le joueur dans l'ambiance du scénario (des oiseaux qui s'envolent, un chien qui aboie, le plancher qui craque, les bruits de pas sur du verre pilé...). Le moindre de vos gestes, s'il n'est pas calculé à l'avance, peut se révéler désastreux pour votre santé. On constate également la présence de légers bugs qui, déjà présents dans le premier épisode, ont décidé de prolonger leur bail chez Ubi. Hélas, les développeurs ont dû se résigner aux exigences techniques de la bécane et mettre en place un programme d'amincissement des niveaux. Un résultat malheureusement bien trop efficace, si l'on en juge par une durée de vie réduite de moitié. On se console en pensant qu'au contraire des possesseurs de la version Xbox, les développeurs ont rajouté pour ceux de la PS2 un niveau inédit, un geste identique à celui offert pour la première version. Concernant la modélisation des personnages, c'est également du tout bon. Même si cela n'atteint pas la quintessence d'un Metal Gear Solid 2, de gros progrès ont été réalisés au niveau de la gestuelle qui parait cette fois-ci plus raffinée. Les expressions faciales sont ici moins impressionnantes, ces dernières ayant subi le syndrome de la chevelure en forme de spaghetti. Sam Fisher est bien évidemment le protagoniste le plus charismatique du titre, un mélange entre Arnold "Gouvernator" Schwarzeneger et un danseur du Bolchoï (il bénéficie également du doubleur français officiel), qui allie la grâce d'un chimpanzé et la force d'un lion. Les autres intermittents du spectacle ne sont pas mal non plus, notamment notre ennemi numéro un, à savoir un clone plus vrai que nature du Ché, cigare cubain en bonus. Mercenaires français et syriens, guérilleros indonésiens, les opposants à votre réussite ont encore amélioré leur comportement par rapport au premier opus : ils sont sensibles au moindre bruit suspect, se déplacent vers le lieu du phénomène et vous repèrent à l'instant où vous entrez dans la lumière. Affronter un garde de face, c'est se jeter dans la gueule du loup.Il faut quand même parler d'une légère déception, et ce sont les scènes cinématiques qui empochent la palme du mauvais goût. Excepté l'introduction digne d'une superproduction hollywoodienne, le reste ne se compose que de brèves retransmissions télévisées de la CNN locale, les développeurs ayant la mauvaise idée de s'inspirer ici des derniers événements internationaux qui ont touché les Américains. On fait tous des erreurs...

Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow

On ne change pas une équipe qui gagne
L'essentiel du boulot ayant été conçu lors du premier épisode, ne vous attendez pas ici à une deuxième claque ! De toute façon, le précédent travail était déjà de bonne qualité alors pourquoi amorcer un nouveau tournant ? Les inconditionnels de Splinter Cell premier du nom vont rapidement retrouver leurs marques et vite constater que la prise en main est désormais beaucoup plus intuitive et accessible, notamment en ce qui concerne l'utilisation des gadgets en général. A l'instar du codec de notre ami Snake, L'espion d'Echelon 3 a, quant à lui, passé un marché avec Sony afin de se procurer le dernier Ericsson : vous pourrez ainsi consulter plus facilement les objectifs en cours, les données transmises par l'Etat Major ou empruntées sur le corps des gardes.Après un bref apprentissage chez Jean Claude Vandamme et sa "Aware Académie", notre héros a appris de nouveaux mouvements bien sympathiques qui lui permettent de rapidement se fondre dans l'environnement, notamment effectuer une rotation à 360 degrés entre deux piliers, faire un saut de trois-quarts afin de se planquer plus efficacement dans des ruelles très étroites et faire le cochon pendu sur n'importe quel tuyau pour abattre plus facilement des parasites nous prenant à revers. Tout ce qui faisait le charme de la première version est également présent. Tout cet apanage est bien entendu mis au service de l'infiltration, notre espion devant devenir aussi transparent qu'une feuille de papier calque. Les zones d'ombre et de lumière sont primordiales afin de ne pas se faire repérer inutilement, une jauge en bas à droite donnant des renseignements sur votre degré de visibilité. La gestion des sauts est toujours aussi rigide et vous causera plus d'ennuis qu'à l'accoutumée. Cacher un corps est désormais synonyme de simplicité, plus besoin de répéter plusieurs fois la même chose à l'approche des portes. Concernant les gadgets, aucune nouveauté n'est à signaler, sinon un inventaire beaucoup plus accessible qu'auparavant. Les bonus de la version PS2 ont été implantés ici afin de donner à Sam un armement efficace digne d'un 007 en herbe (fusil à lunette multifonction, pistolet silencieux, mine murale et antipersonnelle, caméra de diversion, balles en caoutchouc, électrocuteurs,…). La gestion des blessures est également originale puisque vous pouvez vous régénérer partiellement ou complètement en fonction de votre état.

Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow

La grande révélation
Mes biens chers frères ! Mes biens chères sœurs ! Nous voici tous réunis au cœur de cette immense cathédrale qu'est Internet afin de célébrer tous ensemble la naissance d'une véritable merveille. Le monarque de l'infiltration ne pouvait se permettre de laisser filer les grandes possibilités que lui offrait le réseau. Il envoya ses disciples de la chapelle d'Annecy qui mirent au point un titre à part entière se démarquant entièrement du mode solo.A l'instar de Counter Strike, Pandora Tomorrow propose d'incarner au choix un espion ou un mercenaire qui vont se livrer une véritable chasse à l'homme à travers des cartes gigantesques et parsemées de milliers de trous de gruyère. Chaque équipe possède une maniabilité différente : l'espion possède les capacités de Sam Fisher, à savoir les visions nocturnes et thermiques, des mouvements félins et des gadgets très utiles non mortels; vous vous baladez à travers les niveaux avec une vue à la troisième personne et votre objectif est de désamorcer un nombre défini de paquets dans un temps restreint. Je vous conseille vivement d'adopter des mouvements de chat et de guetter ceux des ennemis, tapis dans l'ombre échappant à leur arsenal. Au contraire, les mercenaires sont de véritables machines à tuer, équipés de gadgets très sophistiqués capables notamment de détecter les moindres faits et gestes des intrus. Votre fusil est équipé d'une lunette très précise et votre équipement secondaire sert avant tout à miner les pièces où se situent les colis que vous devez protéger. Disposant d'une vue fps, il vous est impossible de protéger vos arrières et éviter un étranglement.Chaque classe possède des avantages et des inconvénients : les mercenaires peuvent entrouvrir toutes les portes mais n'ont pas accès aux conduits d'aération et autres trappes dissimulées; les espions ne peuvent pas abattre les mercenaires mais les sonner un bref instant. Le soldat possède des vues très appréciables pour détecter un mouvement ou un objet électrique, mais cela demande du temps avant de s'adapter aux rendus opaques empêchant votre avancée. Le menu se compose des classiques match à mort et capture du drapeau, vous pouvez jouer jusqu 'à huit sur une même map, télécharger du contenu et contempler le classement des meilleurs joueurs, les points obtenus à la fin de chaque manche faisant grimper votre score et votre rang.

Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow


Conclusion

Même s´il est indéniable que ce nouveau Splinter Cell sur PS2 reste un excellent titre qui se doit de figurer dans votre ludothèque, ceux qui se sont essayés à la mouture Xbox risquent toutefois d´être déçus par la réalisation globale de cet opus, très en dessous techniquement et esthétiquement. Ceux qui ne se sont pas encore frottés aux nouvelles aventures de Sam Fisher peuvent se jeter dessus (si vous ne possédez pas de Xbox), les autres vont attendre bien sagement la prochaine galette d´Ubi Montréal fort prometteuse vers la fin de l´année.


Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Splinter Cell : Pandora Tomorrow
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.5
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Splinter Cell Pandora Tomorrow (Note: 9/10) Ce jeu est très bon puisqu'il reprend tout ce qui a fait le succès du premier titre de la série avec des animations en plus. Le graphisme est amélioré, l'IA (Intelligence Artificielle) est très dure à éliminer à la difficulté maximum. Les doublages sont excellents.
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : halo-roro
Bof
une suite qui ma decu , graphiquement non mais au niveau de l'histoire
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
i.js';var h=document.getElementsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->